Accueil Désinformation IVG - La guerre des sites - Des clics ou des claques ?
Publié le
9 janvier 2016

Imprimer ou lire sur mobile

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

D’où viennent les bactéries multirésistantes aux antibiotiques ?
Les 231 morts fictifs de la dompéridone expliqués à ma fille
Le CEDUS, le sucre, et les enfants
La cigarette électronique est utile et n’est pas dangereuse
Le faux scandale des sondes d’échographie contaminées
Sophia : les mauvais calculs de la CNAMTS
La vie rêvée de Christian Saout
Madame la Ministre, ils sont devenus fous !
Retrait de Diane 35, comment en est-on arrivé là ?
Stratégie d’influence
Inertie clinique, inertie thérapeutique et résistance au changement
Touche pas à ma prostate !
Grippe saisonnière : 7000 morts d’après les organisateurs, 500 d’après la police
Il faut sauver le docteur Goubeau
La presse santé dangereuse ?
Radio IFM = Radio Sanofi
L’intérêt de sophia pour les diabétiques reste à prouver
Le gouvernement veut faire le ménage dans les avis de consommateurs
14 médecins baissent leur pantalon...
Conflits d’intérêts, n’oublions pas les journalistes




IVG - La guerre des sites - Des clics ou des claques ?
Oui-oui fait de l’internet

Le web est devenu un canal d’information majeur, mais l’Administration peine toujours à comprendre son fonctionnement. Ce handicap face à ce nouveau média donne lieu à des situations désolantes, illustrées par la guerre des sites sur l’IVG : Marisol Touraine, Ministre de la Santé, s’est émue de voir un site pro-vie passer devant celui que son ministère à dédié à l’IVG sur Google :

Dans un tweet, la Ministre incite les internautes à cliquer sur l’adresse du site gouvernemental pour le faire remonter ivg.gouv.fr en première place sur Google.

Curieuse suggestion qui ne peut avoir l’effet escompté. Un bon classement dans Google est fondé sur des éléments de réputation et de satisfaction des visiteurs, et non sur la fréquentation :
- Le site doit être pointé par de nombreux liens issus d’autres sites dédiés à la santé ou à l’interruption volontaire de grossesse (IVG [1])
- Le site doit être souvent cité ou liké sur les réseaux sociaux.
- Après une recherche Google, le site doit être le dernier à avoir été cliqué dans les résultats par l’auteur de la recherche, ce qui laisse penser qu’il contient l’information recherchée.
- Enfin et surtout, ces comportements doivent être perçus comme spontanés par les algorithmes de Google, et surtout pas orchestrés par quiconque voudrait fausser les résultats naturels.

Se contenter de cliquer sur un lien n’a donc pas d’intérêt.

D’autres éléments entrent en jeu pour être bien classé dans Google

L’algorithme de classement de Google est secret, mais ses principes généraux sont bien connus des spécialistes du référencement :

- L’adresse du site doit être stable. Or ce n’est pas le cas du site officiel, qui non seulement a changé d’adresse, mais communique encore sur son ancienne adresse www.ivg.gouv.fr, ce qui est une très mauvaise idée. Il faut faire un choix, s’y tenir, et ne communiquer que sur l’adresse définitive, même si une redirection automatique a été mise en place.
- Le site doit apporter un contenu intéressant, original, et pertinent. Il doit donner la priorité aux besoins des visiteurs et non aux objectifs de son auteur. Ce n’est pas non plus le cas avec le site http://www.ivg.social-sante.gouv.fr/ .

Je vais me permettre, fort de mon expérience, de donner quelques conseils à Madame Touraine et à ses équipes.

Un site internet bien classé, c’est avant tout du contenu et de l’ergonomie

Par où commencer...

Peut-être par l’aspect du site sur un téléphone ? Dans la mesure où le mobile constitue un outil d’accès au web majeur pour les jeunes filles qui représentent la cible, voyons ce que donne le site sur un smartphone :

Comme vous le constatez, le site ne possède pas de version adaptée à sa consultation sur un petit écran.

Réaction probable de la visiteuse qui a tapé "IVG" dans Google : retourner sur la page de résultats et essayer un autre site, par exemple :

Hum... Le site des pro-vie semble plus au fait des standards du web [2]. Manifestement, les deux sites ne jouent pas dans la même catégorie.

Passons au contenu lui-même

Les deux premiers éléments visibles sur le site officiel sont
- Un bandeau pleine largeur sur la campagne d’information, chose dont se fichent les jeunes filles en quête d’information sur l’IVG.
- Une vidéo sur le making of de la campagne d’info. Même commentaire.

Comme à son habitude, l’Administration qui s’essaye au web cherche à se valoriser elle-même avant de remplir sa mission d’information. Echec assuré.

Vient ensuite une carte titrée "Où s’informer". Un clic sur une région aboutit à une page qui réalise la prouesse de ne proposer aucune adresse ni téléphone ; la visiteuse doit deviner que les titres marrons sont cliquables, alors qu’ils ne se modifient pas au survol de la souris (et pourquoi ne pas afficher directement les renseignements plutôt que d’imposer un clic supplémentaire ?)

On cherche en vain un moteur de recherche... Un site en 2016 dépourvu de moteur de recherche, il n’y a guère que l’Administration pour oser.

La partie FAQ est plutôt intéressante, bien que peu mise en valeur dans un petit cadre sur la droite. On regrettera juste de devoir revenir en arrière après avoir vu chaque vidéo, plutôt que de pouvoir les consulter sur une page unique. Les vidéos devraient d’ailleurs toutes être retranscrites en texte.

Enfin, il manque cruellement un forum d’échange, ou au moins un espace d’interactivité. Cet espace permettrait aux candidates à l’IVG de lire les témoignages d’autres jeunes femmes, et de poser une question qui n’aurait pas de réponse dans la FAQ. Le site officiel est très 1.0 !

Le site pro-vie en revanche, l’a bien compris :

Quand je pense aux millions dépensés par les Agences régionales de santé pour des projets numériques sans intérêt et sans lendemain, je me dis que salarier deux ou trois médecins ou sages-femmes pour animer un forum et répondre aux questions de jeunes filles en détresse face à une grossesse serait un investissement judicieux. Voila ce qui aiderait le site http://www.ivg.social-sante.gouv.fr à atteindre la première place sur Google et à remplir son objectif. Dans sans état actuel, le site www.ivg.gouv.fr n’a aucune chance de dominer les résultats de Google sur le mot IVG, sauf en achetant des espaces publicitaires dans l’espace dédié aux annonces du moteur de recherche.

En résumé, si le site gouvernemental n’est pas classé premier dans Google, c’est pour une raison simple et fondamentale : c’est parce qu’il est nul.

Allez, au travail.

Notes

[1] Comme je le fais dans cet article, sans indiquer l’adresse du site concurrent pour éviter d’annuler cette promotion du site officiel

[2] Les plus fins observateurs auront constaté que beaucoup de reproches fait au site gouvernemental valent aussi pour Atoute.org La raison de ce paradoxe réside dans l’ancienneté du site (2000) et dans le maigre budget de son auteur, qui ne peut être comparé à celui d’un ministère. Les sites que j’ai créés depuis 5 ans sont conformes aux standards sur web. Par exemple http://www.leretourdeszappeurs.com/].



Tweet Suivez-moi sur Twitter








16 Messages de forum

Répondre à cet article