Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Médicaments > Nouvelle mention manuscrite sur les prescriptions de pilules de 3ème et 4ème (...)

Nouvelle mention manuscrite sur les prescriptions de pilules de 3ème et 4ème génération

Une mesure intéressante, mais perfectible

Première publication : mercredi 27 février 2013,
par Dominique Dupagne - Visites : 39998

L’ANSM, agence du médicament française, vient d’annoncer un nouveau mode de prescription des pilules de troisième et quatrième génération, destiné à entrer en vigueur le 1er avril.

Le médecin devra mentionner sur l’ordonnance, de façon manuscrite, que la patiente a été informée d’un risque de thrombose plus important lié à l’usage de ces contraceptifs oraux.

Le principe d’une information de la patiente et de la traçabilité de cette information est bon, mais la méthode est mauvaise.

En effet, ce n’est pas au médecin d’écrire qu’il a bien informé la patiente, c’est à la patiente d’écrire qu’elle a bien été informée par le médecin.

Seule la patiente peut réellement attester de la réalité et de la qualité de cette information.

Cette procédure est à la fois bien plus fiable, bien plus impliquante (et donc pédagogique) pour la patiente et bien plus simple pour le médecin.

J’espère que l’ANSM se rendra compte rapidement de son erreur et inversera la charge cette mention manuscrite.

Si vous êtes d’accord avec ce point de vue, que vous soyez médecin ou utilisatrice de pilule, signez la pétition ci-dessous. Vous pouvez aussi réagir sur le forum en bas de page.

PS : si vous trouvez aussi idiot de faire écrire le médecin que la patiente, vous pouvez signer aussi.

Pétition

Signez si vous pensez qu’il est préférable que ce soit l’utilisatrice qui atteste d’avoir été bien informée des dangers liés à l’emploi d’une pilule de nouvelle génération.

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Un message, un commentaire ?

Signatures

193 Signatures
Date Nom Message
28 février 2013 Fabien Foesser Dire qu'il fut un temps, dans ce pays, où le ridicule tuait !!!
28 février 2013 brigitte fade Et on les rémunère combien pour ces farces à répétition. Vivement la retraite!!!
28 février 2013 Dr BASTIAT
28 février 2013 mathias merlin generaliste
28 février 2013 Valerie Complètement ridicule ! Déjà comme beaucoup le souligne le tabac est fortement déconseillé pendant la prise de la pilule, et il me semble que c'est indiqué sur la notice - Donc pour éviter tous problemes il serait plus judicieux à la patiente d'arreter de fumer qu'à l'état d'interdire une pilule
28 février 2013 Dr PERRET-BOUVARET
28 février 2013 jltor ceinture + bretelles !
28 février 2013 GUILLE ARLETTE
28 février 2013 Bertrand HUS un parapluie de plus , pour énarque détrempé !
28 février 2013 René Lavot Cher(e)s Ami(e)s , nous sommes en France ....pardon en Gaule
28 février 2013 Bruno Delbende
28 février 2013 dub Poisson d'avril !! Je vais soit me racheter des stylos , soit préparer ce texte débile en police manuscrite gras souligné sur mon ordi ce que j'ai déjà fait pour le " non substituable "
28 février 2013 Stéphane Pertuet
28 février 2013 dr coq
28 février 2013 cabadi jean marie
28 février 2013 Martina Macgregor
28 février 2013 julie ballandras
27 février 2013 Vianney Fournier mais pourquoi n'ont ils pas le courage de retirer tout ça si on est sur que cela nuit à nos patientes? et non, on préfère que le généraliste se démerde tout seul, se fasse ch.er à faire signer plein de paperasses, pour finalement toujours la même reconniassance et les mêmes ennuis administratifs...
27 février 2013 Marc Gourmelon
27 février 2013 dupont Anne Je fais déjà remplir un document attestant que la jeune patiente a été informée que le tabac est dangereux avec la pilule,à signer par la mère si elle accompagne sa fille ou par la patiente si elle est seule.Ce qui est dingue c'est l'absence totale d'infos concernant l'association OP et tabac.
27 février 2013 Farfadoc J'ai poussé un sacré soupir en découvrant cette nouvelle mesure. Toujours plus loin dans la crétinerie administrative...
27 février 2013 nathalie rousselot La bêtise est sans limites ...preuve en est !!
27 février 2013 Pucinelle
27 février 2013 Docmam
27 février 2013 Guillaume Petit
27 février 2013 MICHEL A
27 février 2013 Paudex l
27 février 2013 Pierre chaput
27 février 2013 Philippe LAMBERT il faut surtout pas oublier aussi la mention manuscrite: non substituable devant le nom du médicament. Ce qui est formidable avec tout ça, c'est qu'à l'heure de la dématérialisation, on fait un bond magnifique de... trente ans en arrière! Vive le progrès.
27 février 2013 Sans titre
27 février 2013 MICHEL Qu'on arrête de nous emmerder et qu'on nous laisse travailler! A l'ére de l'informatique (plébiscité par les caisses), je ne vais pas passer mon temps à ecrire non substituable ou n'importe quoi d'autre, tout cela pour dédouanner l'ANSM et les politicards qui ouvrent le parapluie à chaque instant dès qu'un effet secondaire est pointé:eh oui les médicaments mal utilisés sont dangereux comme de prendre une autoroute à contre-sens ou de se pendre, il faut donc faire des autoroutes à un seul sens et interdire de vendre des cordes!
27 février 2013 malfré
27 février 2013 Olivier C Lucie Drospi devrait plutôt prendre la Drospibel...
27 février 2013 a annetin Une évidence de base en Médecine
27 février 2013 Beruthiel encore mieux, arrêtez de faire perdre du temps aux médecins, gagnons du temps effectif de soin!
27 février 2013 christine
27 février 2013 dr nathalie courbion parce que 1) j'ai autre chose à faire de mon temps et de mes stylos 2) il est un petit peu temps de responsabiliser nos patient(e)s
27 février 2013 Myle Vous avez l'impression qu'on vous fait ch.. avec toutes ces conneries ? Faites un stage dans les laboratoires pour voir ce qu'est la démarche d'accréditation qui y est imposée depuis quelques années et qui contaminera vraisemblablement l'ensemble des professions médicales demain si personne ne bouge !
27 février 2013 Dr Hérisson née Guevara "J'aime lire les notices de médicaments, pour le répit né de cette précision dans le terme technique qui donne l'illusion de la rigueur, le frisson de la simplicité..." écrivait Muriel Nous aussi soyons réalistes, refusons l'impossible !
27 février 2013 sophieBGL
27 février 2013 Philippe ROUX
27 février 2013 Agnès Chabot De mieux en mieux ... informatisez vous, qu'ils disaient :-)
27 février 2013 marissael c'est juste, mais peut-être faut-il en conserver un double !
27 février 2013 Wawalan
27 février 2013 del A quand la grêve générale médicale? Je suis installée en médecine générale depuis 6 mois et j'en ai déjà ras de bol de ces *%!!!?* de règlements polluants...
27 février 2013 idole l'absurdité n'ayant aucune limite, on n'est pas au bout de nos surprises...
27 février 2013 philippe sentis ça fait plus de trois ans que ma prescription (rarissimme) de pillules 3 et 4G est accompagnée automatiquement sur mon ordi de mises en garde explicites (merci le Formindep !)ce qui m'a valu quelques empoignades avec les gynéco du coin je ne vais pas en plus rajouter des mentions manuscrites !! sans compter quelques analphabètes à qui j'explique oralement mon avis. De toutes façons tout acte médical est à ranger dans la catégorie des algorithmes mathématiques des paris & jeux de hasard sur le ratio bénéfice risque ...difficile à expliquer sans paternalisme abusif
27 février 2013 Sans titre
27 février 2013 thomas jean-marc
27 février 2013 Bérénice Falmagne Merci!! Depuis le temps que je pense que c'est ce qu'il faudrait appliquer! et pas seulement pour les pilules!!
27 février 2013 Denis cousin C'est vrai que l'on commence vraiment à nous faire CHIER!!! le mot est grossier mais je n'en trouve pas d'autre... Si manif il y a j'en suis!!
27 février 2013 Yves Diroff entièrement d'accord, Lucie pourra même ajouter, à la main toujours mais bien Devant le nom du médicament, si elle le veut : "je préfère ne pas avoir de générique"
27 février 2013 Caroline Dombrowski Bientôt la crampe de l'écrivain pour le médecin? Quel est le but de cette démarche, éviter des compensations financières comme pour le mediator? Si elles sont dangereuses alors arrêtons leur commercialisation!
27 février 2013 Pascal Charbonnel
27 février 2013 raynal
27 février 2013 pierre tout a fait d'accord, c'est au patient de signer le document
27 février 2013 Gournay Sylvain Bravo pour cette excellente idée et initiative. C'est extraordinaire, l'imagination de ces technocrates ... Plus tordu que ça c'est difficile ! Mais que va t'on faire pour le kardegic ? écrire à la main qu'on peut mourrir d'une hémorragie digestive .... et pour les antibiotiques : écrire à la main qu'on peut faire une allergie grave ... Trop c'est trop : A quand une manif ?
27 février 2013 Tamimi2213 Quand on a pas le cran d'interdire des médicaments qui présentent plus de risques que d'autres, on invente des écrans de fumée d'une bêtise presque comique. Suggestion d'étude : "Place des mentions manuscrites dans la réduction de la toxicité médicamenteuse "
27 février 2013 Le hetet françois Affligeant!!
27 février 2013 Elodie
27 février 2013 ERICHER SERGE Il est normal que ce soit la patiente qui affirme avoir été prévenue et signe pour confirmer.. Je crois que je vais arrêter l'informatique et me remettre à la plume d'oie..
27 février 2013 Yem Si seulement les nouveautés intéressantes étaient VRAIMENT au service des patientes. Faute de mieux obligeons les médecins à porter diverses et variées mentions, ça fait passer le temps. Il faudrait aussi que la mention soit bien visible, on pourrait nous obliger à l'encadrer d'une frise de notre choix mais réalisée avec des crayons de couleurs bien taillés sans dépasser 3 couleurs par motif? C'est juste déprimant.La pilule va avoir du mal à passer!
27 février 2013 Cécile Oui et bientôt le tout étendu à chaque traitement ?... Les pilules ne sont pas les seuls traitements qui comporte des risques. Avec le scandale du moment, à moins de vivre dans une grotte les femmes ont compris !! On n'est pas plus bêtes que la moyenne. Merci d'en tenir compte. (en option un QCM sur les bons réflexes avec sa pilule à compléter dans l'officine ?)
27 février 2013 Laureline Faire signer une décharge disant qu'on a été prévenu qu'un traitement est dangereux, c'est déjà bizarre, ça fait un peu "je suis au courant qu'on veut m'entuber mais je suis d'accord", mais à la rigueur, ok. Que ce soit celui qui informe qui signe, et pas celui qui est informé, ça sonne un peu "mais bien sûr que je lui ai dit qu'elle allait se faire entuber, mais elle a pas écouté !" Jusqu'où iront votre stupidité et manque de logique ?
27 février 2013 Isabelle Ne nous infantilisez plus. Responsabilisez-nous.
27 février 2013 DUSSAUZE frédéric Médecin généraliste. Chaville
27 février 2013 Olivier Albiez
27 février 2013 Mounier Ne suis plus concernée par la pilule, ni médecin, mais mère d'une jeune fille qui commence sa vie sexuelle. Je ne voudrais pas la perdre à cause d'une c....ie de ce genre.
27 février 2013 etienne dubroeucq doit on se débarrasser de notre outil informatique et revenir à la plume et au papier comme semble le vouloir les "autorités sanitaires"? , j'ai le sentiment que l'ANSM réuni un ramassis de poltrons ayant peur pour leur propre personne et prêt à prendre des mesures toutes plus débiles les unes que les autres.......
27 février 2013 frederique chautard
27 février 2013 Babaorum Je ne me ferai pas complice de l'Absurdité adoubée par la Connerie. Trop peu de temps, trop de principe, trop peu "psycho-souple" pour reprendre l'expression d'un confrère blogueur. J'arrête de prescrire ces pilules, je ne me plierai pas à l'asservissement du médecin par l'administration. Pas sur ce point-là en tout cas. C'est à mes patients que je rends des comptes en premier et ça je ne le ressens pas du tout comme une contrainte. Tous mes voeux de courage, chers confrères, ne vous laissez pas faire, n'obtempérez pas en baissant les bras s'il vous plaît.
27 février 2013 Marion McGuinness
27 février 2013 Grave Pierre et à partir de là : avoir un formulaire prêt à être rempli sinon : encore du temps à passer pour pas un kopec de plus !
27 février 2013 isabelle chivilo
27 février 2013 HENNEQUIN A l'attention des responsables (!?!) de l'ANSM : vous nous faites CHIER. Décision débile à rapprocher des difficultés, maintenant, à prescrire du RIVOTRIL (3.5 € le flacon) au profit du LYRICA (90 € la boîte), dont les ventes ont bien décollé.... Vivement la retraite.
27 février 2013 françoise declippeleir je suis à la retraite et je vous admire. françoise d.
27 février 2013 marciacq Plus ça va et moins ça va
27 février 2013 Notyl
27 février 2013 bonneau
27 février 2013 Philippe VERON et après la pilule, ça sera quoi? visiblement le n'importe quoi devient la norme
27 février 2013 beltz
27 février 2013 DenIs Deleplanque affligeant
27 février 2013 Matthieu CALAFIORE Consternant. À chaque fois je m'attends au pire. Ils ne m'ont jamais déçu pour l'instant ...
27 février 2013 CHILLI C'est tous les jours qu'il faudra se mobiliser pour répondre aux aberrations de ces structures qui participent elles aussi a tuer la médecine libérale. A quand la prochaine mesure contraignante ? demain ?
27 février 2013 therese-marie Carles
27 février 2013 Xavier TARPIN tuez les tous, le diable reconnaîtra les siens -)
27 février 2013 Bernatrd Pfister Je suggère qu'avant délivrance les ordonnances soient envoyées à Mr Dominique Maraninchi à l'ANSM, qui y notera de manière manuscrite qu'il a bien été informé que les risques ont bien été notifiés à la patiente.
27 février 2013 reveyron Quand est-ce qu'on arrêtera cette course à la bêtise humaine?Ils ont vraiment envie,à l'ANSM d'être les meilleurs quelque part:(
27 février 2013 F.Delahaye
27 février 2013 Dr Richard Talbot De toute façon c'est mieux, mes patientes écrivent plus lisiblement que moi ;-)))
27 février 2013 Raoul
27 février 2013 Thierry Lemoine médecin généraliste rural : les pieds dans la bouse pour exercer, mais au coté du "bon sens paysan" qui fait tant défaut aux technocrates à l'origine de ces décisions ubuesques
27 février 2013 NEVIANS Pierre

0 | 100

Il y a 25 messages sur ce forum.

Messages

  • Je suggère de généraliser ça à tous les médicaments avec la mention 《le docteur m’a bien expliqué que ce traitement pouvait me faire mourir dans d’atroces souffrances mais je le veux quand même》.
    En plus ça réduirait le trou de la sécu du fait de la chute de la consommation de médicaments que ça induirait.

  • La durée de la prescription sera inversement proportionnelle au nombre de fautes d’orthographe : deuxième aspect pédagogique

  • Je vais refaire mes ordonnances à la main et revendre mon imprimante :-)

  • Manifestement Lucie n’a qu’une dizaine d’années : sa maman doit-elle aussi confirmer de manière manuscrite :
    1° qu’elle est d’accord pour que sa fille consulte CE médecin précis.
    2° qu’elle confirme avoir été elle-même interrogée sur les antécédents familiaux.
    3° qu’elle confirme que sa fille et elle-même ont été informées du danger de mort imminente vraisemblable en raison du traitement du dit docteur.
     ?

  • Si, par extraordinaire, l’ANSM maintenait son projet, il est facile de scanner une mention manuscrite écrite au feutre, et cela rend très bien avec une imprimante à jet d’encre.

    Je pense que les éditeurs de logiciels de prescription devraient dès maintenant prévoir de pouvoir intégrer dans l’ordonnance des images provenant d’une bibliothèque créée par le médecin.

  • Bonjour Dominique.

    Cette mesure est ridicule sur le principe. De toute façon peu de médecins continueront à prescrire cette famille de pilule. J adhère donc à ton billet.

    Cependant je pense qu ’il y a bien plus sérieux dans ce même domaine autour de l’information.

    L’obligation d’information... Le médecin doit depuis plusieurs années prouver qu’il a informé son patient des risques de sa prescription, soin, etc... cela ne cause pas de réelles contraintes pour les chirurgiens et anesthésistes qui font signer des formulaires types.
    Mais dans notre quotidien de Médecin généraliste, comment apporter la preuve que nous avons bien informé notre patient de tous les risques, notamment d ’allergie à un antibiotique, devons nous à chaque prescription faire signer ce type de lettre type, ue tu as caricaturé, par le patient...
    nous ne le faisons pas par manque de temps et pourtant je pense que nous ne sommes pas couverts, et là ce n’est ni l ANSM, ni la CPAM, ni la HAS, (liste non exhaustive )qui nous mettent en danger ou nous imposent des contraintes chronophages dans notre exercice mais la jurisprudence.
    Pour moi cet présent exemple met en lumière l absurdité de ces mesures sur la pilule de 3et 4G mais rappelle indirectement ces autres contraintes légales pour lesquelles, sauf erreur de ma part, nous sommes mal protégés. (mais je ne suis pas avocat/ juriste)

    Obligation d’information médicale
    comme l’a affirmé la Cour de cassation –
    l’obligation de recueillir le consentement du patient est « imposée par le respect de la personne humaine », le défaut d’information dont il est victime, constitue une atteinte grave aux droits de sa personnalité.
    http://www.courdecassation.fr/publications_cour_26/rapport_annuel_36/rapport_2010_3866/etude_droit_3872/e_droit_3873/obligation_information_3874/obligation_information_medicale_19400.html

    Ne doit on pas travailler aussi sur ce sujet ?( mais peut être l’as tu déjà fait dans ton blog et que cela m ’a échappé)

    Bon courage

    Dr Frédéric DUSSAUZE

  • N’est-ce pas déjà la rôle de la mention "je dis : " qui me semblait suffiire ?
    amitiés
    Dr Goro

  • "Je certifie avoir été bien informée qu’on me laisse le choix entre crever d’un avc ou avoir 58 gamins et que quelle que soit l’issue de l’aventure j’en endosserai l’entière responsabilité et ne ferai chier personne avec mes problèmes. Parce que, faudrait pas exagérer : je ne suis qu’une femme après tout !"

  • Et pendant que l’on cause cosmétique juridique, certains anapaths libéraux n’hésitent pas à faire lire leurs lames d’histo à leurs cytotechniciens(nes), compte rendu compris.
    Ne reste plus qu’à poser la signature !

    Et que dire des résections mammaires sur lesquelles ont prescrit systématiquement des immunos ? Ou encore certaines pièces de chirurgie esthétique, sur lesquelles on recherche un hypothétique cancer.

    Les mêmes labos dont il est impossible de pointer les règlements !
    La CPAM regroupant ceux ci par médecin et numéro d’hospitalisation (qui change allégrement) le tout avec plusieurs mois de retard. Il n’est pas rare de constater des triples paiements pour un même acte et à l’inverse l’oubli de facturation.

    Qd aux données générées par ces labos (qui représentent ds certaines zones 80% de l’activité) et bien rien de commun (ou plutôt plusieurs bases différentes) aucune transmission et aucune consultation externe.

    On leur demande un mot des parents ?

  • J’ai fait partie d’un groupe de médecins généralistes à l’ANSM (alors AFSSAPS) en 2010-2011.

    J’ai eu quelques accrochages avec des "dames" qui venaient nous présenter des recommandations formulées sur le ton d’une institutrice parlant à des enfants de 8 ans. Le look était à l’avenant.

    J’ai l’impression qu’elles sont toujours en poste :-)
    "Vous me copierez 100 fois je ne dois pas prescrire des pilules de 3ème génération..."

  • J’ai acheté des raviolis panzani.
    La caissière m’a obligé de signer la note avec la mention : je sais que c’est peut-être du canasson" mais j’ai faim".
     ;+))

  • HA HA, c’est pour le PREMIER AVRIL, quelle blague !!

  • Patchs contraceptifs mis au même niveau que les pilules 3G et 4G, mais il sera plus facile d’écrire dessus qu’on a bien informé la patiente

  • depuis quand l’ansm décide t elle de ce qui doit figurer sur les ordonnances ? je pensais que leurs prérogatives étaient l’évaluation des médicament avant et pendant leur commercialisation : AMM, pharmacovigilance,

    Les règles de prescription ne sont elles pas régies par le code de santé publique ?

    on assiste en réalité à une partie de poker menteur politicienne, l’ansm allume un contre feux pour masquer ses errances et renvoyer la responsablité des effets secondaires évitables vers les seuls médecins et elle tente de faire oublier ses insuffisances.

    En tant que prescripteur j’assume quotidiennement mes responsabilités personnelles, y compris quand je prescris hors AMM (ex : donormyl) et je sais qu’administrer tel ou tel médicament peut représenter un risque, parfois nécessaire, pour le patient et bien sur aucun moyen de me défiler ou de me dédouaner en cas d’erreur voir de faute qui engagerait ma responsabilité pénale et même celle de mes héritiers sur le plan pécunier.
    L’obligation d’informer mes patients est inhérente à l’éthique de ma profession et inscrite au code de déontologie, pour la plupart d’entre nous ces mots ont encore du sens et nous nous faisons un devoir de respecter ces obligations d’abord morale et éthique avant d’être légale, dans la mesure de nos moyens et des capacités de compréhension de nos patients qui nous font parfois une confiance aveugle.

    J’informe donc l’ansm que les patientes à qui je serais peut être amené à encore prescrire des pilules 3G ou 4G seront correctement informées des risques qu’elles encourent rapportés au bénéfice qu’elles peuvent attendre, comme elles l’étaient déjà auparavant, sans que j’aie besoin de le préciser sur l’ordonnance de façon manuscrite.

    Que risquaient ces gens, à l’abri jusqu’à il y a peu derrière leur murs, à part de perdre leur poste ? Il semblerait qu’ils doivent bientot assumer eux aussi, ça à l’air de les faire trembler, auraient ils des craintes quant à leur propre compétence, éthique ou honnêteté intellectuelle qui les pousseraient à trouver par tous les moyens une façon de minimiser les conséquences de LEURS décisions ?

  • Pas bête
    dommage 1er avril...

  • vivement que nous soyons remplacés par des télé-opérateurs indiens ou pakistanais , qui avec leur web cam , leur logiciel médical ad hoc estampillé HAS ANSEM CPAM medisavant , sauront avec docilité répondre au quidam malade et le renvoyer le plus souvent au distributeur de médicaments du centre Leclerc le plus proche !

    " vouzavémalaudo un peu dites un ou tapez un sinon tapez deux ..."

    " ça commence à me taper sur le système toutes ces pillules à avaler !"

  • Absence de logique ou logique de lobbies, une fois de plus ???
    Insister sur le risque exponentiel et explosif de l’asso tabac-pilule, c’est faire courrir le risque à l’Etat de se priver d’un manne juteuse, celle récoltée sur les paquets de cloppes que fument des ados de plus en plus jeunes.
    Supprimer purement et simplement les pilules incriminées, c’est priver les labos intéressés de cette manne que représentent les 3 et 4G, généralement non remboursées, et priver les officines pharmaceutiques des marges confortables prises sur lesdites boîtes.
    Alors, de demi-mesures en demi-mesures, on aboutit à ces aberrations, qui transforment une fois de plus le médecin en gratte-papier-bouc-émissaire-de-service, qui sera pointé vertueusement du doigt au moindre pépin !
    Et si on prenait tous l’option d’imposer le choix : c’est CO OU tabac, pas les deux ensemble...en plus, au prix du paquet de cloppes, et celui de la boîte de Jasmine, ça sauvera leur budget en plus de leur santé !!!

  • Sage-femme libérale . Est-ce qu’il faudra lui tenir la main quand elle ne parlera pas ni n’écrira le français ? Cela sent le gag du 1er avril...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Pour répondre à un autre commentaire, mentionnez le nom de son auteur précédé d'un "@" au début de votre message.

Version imprimable de cet article Version imprimable