Accueil Avenir de la médecine générale Médecins : pourquoi cette grève idiote ?
Publié le
29 décembre 2014

Imprimer ou lire sur grand écran

Auteur :
Dr Dominique Dupagne

Voir sur Google


Entrez votre email pour être averti des nouveaux articles
sur Atoute






Dans la même rubrique :

Déserts médicaux : la solution incontournable qui fait peur à tout le monde !
#PrivésDeDéserts S02E1 : #PrivésDeMG
Je fais un des plus beaux métiers au monde : je suis médecin de famille
Le beurre, l’argent du beurre, et la crémière libérale
Le pacte "territoire-santé" de Marisol Touraine
#PrivésDeDéserts Le buzz, et après ?
Médecine Générale 2.0 - Les propositions des médecins blogueurs
Pourquoi les généralistes sont-ils autant maltraités en France ?
L’honneur perdu du médecin généraliste
Paiement à la performance des médecins : en route vers le chaos
Non, les médecins ne vont pas remplacer les curés
Le Conseil de l’Ordre des Médecins va-t-il renouer avec ses vieux démons ?
Les médecins généralistes sont-ils des "ça-fait-rien" ?
J’ai fait un rêve : Roselyne et la dame blanche
Consternom
Disparition programmée de la médecine générale.




Médecins : pourquoi cette grève idiote ?
Les vraies raisons de la colère

Une grève de médecins libéraux c’est idiot. Les seuls acteurs à ne pas être lésés sont l’Assurance-maladie et le Ministère de la santé ! Et pourtant, les médecins adhèrent massivement à cette grève. Quand toute une profession fait quelque chose d’idiot, qui en plus lui coûte de l’argent, c’est que le malaise est vraiment profond. Je vais tenter de vous faire comprendre pourquoi.

Expliquer les raisons qui poussent les médecins généralistes libéraux vers une grève massive n’est pas simple. En fait, si, c’est facile à expliquer. En revanche, c’est très dur faire comprendre ! Je vais quand même tenter ma chance, bien que je sois personnellement peu à plaindre et non gréviste.

Les médecins généralistes gagnent bien leur vie. Leur revenu mensuel est de 6000 euros nets. C’est énorme par rapport au salaire moyen des français (1780€). Pour beaucoup de gens, le débat s’arrête là. Une profession qui gagne autant n’a pas le droit de se plaindre, c’est une "grève de riches". D’ailleurs, tout le monde a ses problèmes, souvent plus graves : "Chacun sa merde" pensez vous. Lisez quand même la suite.

Cette situation si bien payée ne doit pas être si confortable, puisque l’activité libérale n’attire quasiment plus les jeunes diplômés. Ils préfèrent un travail salarié payé 3500€ par mois plutôt que ces 6000€ promis par l’exercice libéral et le paiement à l’acte. En fait, cette moyenne cache de fortes disparités : la médecine libérale payée à l’acte présente une caractéristique paradoxale : plus le médecin travaille vite et mal, plus il gagne d’argent. Parmi les très gros chiffes d’affaire qui tirent la moyenne des revenus vers le haut, il y a ceux qui n’ont plus de vie de famille et finissent à 22h tous les jours, et ceux qui expédient leurs patients en dix minutes. Un médecin qui prend son temps pour écouter ses patients, qui explique ses prescriptions, qui répond au téléphone, qui fait des visites à domicile, et qui voit grandir ses enfants, dépasse rarement une moyenne de 20 patients par jour.

Vingt consultations par jour à 23€, 20 jours par mois, génère revenu brut de 9200€, soit environ 4500€ mensuels avant impôts si l’on enlève les charges et le financement des 5 semaines de vacances qui ne sont pas rémunérées. La rémunération du médecin en fin de carrière n’augmente pas, bien au contraire. Bref, le médecin consciencieux gagne correctement sa vie, mais sans plus par rapport à sa catégorie socio-professionnelle, et là n’est pas l’essentiel du problème.

Le médecin libéral pratique un métier difficile : il est incité à travailler vite pour gagner sa vie et faire face à une demande croissante (faute de relève), et il tient la vie des gens entre ses mains : l’erreur peut être dramatique, détruire la vie de ses patients et briser la sienne.

Pourtant, le médecin libéral pourrait continuer à supporter ces contraintes qui font la noblesse de son métier, si certains ne passaient pas leur temps à l’empêcher de travailler correctement :

C’est finalement cela qui, à mon avis, explique le mieux le mouvement de révolte actuel des médecins libéraux. Les lois et décrets s’enchaînent, sans jamais répondre à leurs besoins ni générer d’économies, mais en leur mettant de plus en plus de bâtons dans les roues. L’engluement administratif et procédural qui a déjà paralysé l’hôpital public contamine progressivement la médecine libérale. Marisol Touraine a réussi a trouver LA pierre d’achoppement quasi parfaite, celle qui est capable de mobiliser contre elle toute une profession et quasiment tous les syndicats : le tiers-payant généralisé (TPG). Pour répondre à un besoin réel, mais marginal, cette mesure transforme les médecins en comptables qui devront batailler avec une myriade d’organismes pour tenter de récupérer les honoraires que les patients ne leur paieront plus directement, y compris les plus aisés d’entre-eux.

Il n’était pas facile d’inventer une mesure aussi complexe à mettre en oeuvre, aussi peu efficace, aussi démagogique, et aussi agressive pour la médecine libérale. Les raisons de la colère sont bien expliquées ici et . J’ai tenté une parabole pédagogique ici.

En fait, les vrais motifs cette grève sont bien résumés par cette courte vidéo :

Les médecins libéraux "en ont gros". Gros d’être maltraités en permanence par des énarques qui ne connaissent rien à leur métier. Gros d’être accusés de dilapider l’argent public, alors que les soins de ville qui participent à l’excellence de la médecine française coûtent en moyenne 30% de moins que dans les autres pays de l’OCDE.

Les médecins libéraux en ont gros, alors ils gueulent, dans le désordre, sans véritable cohérence, essentiellement parce qu’ils en ont marre qu’on les prenne pour des cons !




Tweet Suivez-moi sur Twitter








77 Messages de forum

Répondre à cet article