Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Santé publique > Informations sur l’épidémie de coronavirus SARS-CoV2

Informations sur l’épidémie de coronavirus SARS-CoV2

Ce qu’il faut savoir sur la COVID-19 et le virus SARS-CoV-2

Première publication : lundi 9 mars 2020,
par Dominique Dupagne

Informations sur la COVID-19 destinées à informer le public sous forme de questions/réponses. Cet article a été mis à jour quasi quotidiennement depuis le 8 mars, date de sa publication initiale. J’ai arrêté la mise à jour avec la version du 27 mai 2020, car les problématiques deviennent totalement différentes avec le déconfinement.

Version du 27/05/2020

Quelle est la mortalité de la COVID-19 ?

Voici le taux de létalité (mortalité chez les malades) comparé de la grippe et de la COVID-19 à partir de données chinoises :

Cela signifie par exemple qu’en Chine, la grippe tue 2 adultes jeunes et 83 seniors sur 10.000 malades. Le COVID19 tue 20 adultes jeunes et 800 seniors de 70 à 79 ans sur 10.000 malades (ces chiffres chinois ont évolué et la létalité a baissé).

Bien qu’ils aient été critiqués [1], ces chiffres donnent un ordre de grandeur de la situation actuelle.

L’institut Pasteur a publié des estimations Françaises qui montrent l’énorme différence de mortalité entre les jeunes et les (très) vieux :

En pratique, retenez que la COVID-19 tue environ 1 adulte d’âge moyen et 50 sujets âgés sur 1000 infectés, ce qui représenterait 60.000 à 120.000 décès en France si toute la population est contaminée [2].

Cela veut aussi dire que 999 malades sur 1000 n’en meurent pas ! Dans près de 99% des cas, la maladie est bénigne, bien que parfois très fatigante, seuls 1 à 4% des adultes jeunes infectés doivent être hospitalisés.

1000 adultes d’âge moyen infectés -> 10 hospitalisés -> 1 décès !

Qui risque d’en mourir ?

Les principales victimes de la COVID-19 sont donc les personnes âgées de plus de 60 ans , le risque explose avec l’âge, multiplié par 50 au minimum à partir de 80 ans. C’est dans cette tranche d’âge que la lutte contre la contamination est vitale et que le confinement doit être sans faille.

On a pensé initialement que l’autre population à risque était constituée par les sujets souffrant de maladies bronchiques ou pulmonaires chroniques, d’obésité, de diabète (I ou II), d’hypertension artérielle ou de problèmes cardiaques, que ces malades soient ou non sous traitement.

En fait, une importante étude réalisée par les anglais sur 17 millions de patients permet enfin d’obtenir le poids ajusté [3] des principales maladies préexistantes (comorbidités) dans le risque de mourir d’une COVID-19. J’ai intégré les principales données dans ce graphique :

Facteurs de risques de décès, étude anglaise.

Comme on peut le constater, ces comorbidités pèsent beaucoup moins que l’âge. Une leucémie récente ou une greffe d’organe (et donc la prise d’immunosuppresseurs à forte dose) exposent à un quadruplement du risque de décès, alors qu’être âgé de 50 à 60 ans le multiplie par 15 par rapport à un moins de 40 ans. Vous pouvez accéder au détail par pathologie (en anglais) dans la référence ci-jointe, page 8 et suivantes.

Vous pouvez obtenir une approximation de votre risque personnel de décéder en cas d’infection COVID-19 en prenant le risque de base du sujet jeune et sain, soit environ 1/5.000 puis en le multipliant par l’excès de risque lié à votre âge (si vous avez plus de 40 ans) et à vos comorbidités éventuelles.

Par exemple, pour un homme de 58 ans hypertendu et diabétique bien équilibré.

Risque de base 1/5.000 x 15 (58 ans) x 2 (homme) x 1,5 (diabète contrôlé) x 1 (hypertension = 90/10.000 soit 0,9 %
Notez que l’hypertension traitée n’augmente pas le risque puisque l’on multiplie par 1.
Attention il s’agit d’une approximation qui donne un ordre de grandeur du risque, par un résultat exact.

La grossesse n’est pas une situation à risque en cas de COVID-19, ni pour la mère, ni pour l’enfant source. Idem pour les comorbidités courantes non signalées dans l’article anglais.

Quels sont les symptômes de la maladie COVID-19 ?

De nombreux sujets ne ressentent aucun symptôme ou très peu, c’est le cas notamment des enfants. Lorsqu’ils existent, les symptômes de l’infection à coronavirus sont proches de ceux de la grippe. Heureusement, l’épidémie de grippe s’éteint progressivement ce qui diminuera le risque de confusion.

Lorsque les symptômes sont présents, ils associent le plus souvent une toux (avec ou sans glaires), une fièvre, et une difficulté à respirer. Ces trois symptômes majeurs sont les plus fréquents, mais certains malades n’ont pas de fièvre, ou toussent plusieurs jours avant qu’elle n’apparaisse.

À ces trois symptômes principaux peuvent s’ajouter des courbatures, une fatigue, un mal de gorge, des maux de tête, un rhume, un manque d’appétit, voire des douleurs du ventre et une diarrhée. Il a été mis en évidence un nombre important de malades de la COVID-19 présentant une perte de l’odorat et du goût, et des signes cutanés variés surtout chez l’enfant.

Fréquence des symptômes de la COVID-19 chez 55924 malades chinois (confirmés en laboratoire) :
- fièvre (87,9%),
- toux sèche (67,7%),
- fatigue (38,1%),
- toux grasse (33,4%),
- essoufflement (18,6%),
- mal de gorge ( 13,9%),
- maux de tête (13,6%),
- courbatures, douleurs articulaires (14,8%),
- frissons (11,4%),
- nausées ou vomissements (5,0%),
- congestion nasale (4,8%),
- diarrhée (3,7%),
- sang dans les crachats (0,9% )
- conjonctivite (0,8%).
Source
Attention ! Cela ne veut pas dire qu’une conjonctivite isolée évoque une COVID-19 ! Les symptômes rares sont presque toujours "en plus", c’est à dire associés aux symptômes principaux que sont la fièvre, la toux et la fatigue. Des symptômes cutanés ou neurologiques peuvent être associés à la maladie

La période d’incubation du virus de la COVID-19 est le délai qui sépare la contamination de l’apparition des premiers symptômes (en cas de maladie symptomatique). Il est est de 5 jours dans la majorité des cas et pourrait varier de 0 à 14 jours ! Or les sujets contaminés sont parfois contagieux durant cette période (surtout la veille de l’apparition des symptômes).

L’infection qui tue silencieusement les patients atteints de coronavirus NYT 20 avril 2020

Une donnée récente est à prendre en compte (article traduit ci-contre) : le taux d’oxygène dans le sang baisse de façon très nette avant le ressenti du fameux essoufflement qui doit inquiéter. Pour les sujets à risque de complication, il n’est pas inutile de disposer à la maison d’un oxymètre de pouls, petit appareil d’emploi très simple qui se fixe au doigt et qui permet de mesurer l’oxygénation du sang (normalement entre 93 et 99%). Un taux inférieur à 85% peut être observé chez des gens qui ne se sente pas particulièrement essoufflé. Pourtant, c’est tout à fait anormal et un taux inférieur à 90% doit conduire à prendre un avis médical en urgence.

Chez certains malades, les symptômes persistent plusieurs semaines, ou évoluent par vague. Ces malchanceux se plaignent de maux de tête, d’une fatigue intense et invalidante, et d’autres maux pénibles lire ici. L’infection elle-même est guérie, mais l’organisme met longtemps à se réparer et il existe une question ouverte sur la possibilité de séquelles définitives. La réponse dans quelques mois.

Que faire si l’on présente ces symptômes ?

Il ne faut surtout pas se rendre aux urgences, ni chez votre médecin généraliste car si vous êtes infecté par le coronavirus, vous risquez de contaminer d’autres personnes fragiles .
Il est préférable de commencer par joindre votre généraliste si vos symptômes sont modérés, ou plutôt de rechercher une téléconsultation avec lui ou un autre médecin généraliste. N’appelez le SAMU (composez le 15 sur votre téléphone) que si vous avez aussi du mal à respirer. Pour les sourds et malentendants, il existe un numéro spécifique, le 114.
Des brigades médicales spécialisées vont être opérationnelles dans les jours qui viennent pour venir chez vous faire le test diagnostique (test nasal)

Dès la levée du confinement, des "brigades" spécialisées viendront faire un test diagnostique (PCR) à domicile.

Voici les conseils que je donne à mes patients présentant des symptômes.

Il est important de comprendre que le symptôme inquiétant, celui qui pourrait conduire à une hospitalisation, c’est un essoufflement. La toux, la fatigue, la respiration sifflante, la fièvre, tout cela est désagréable, mais ça ne tue pas. Ce qui tue, c’est une pneumonie particulière, qui infiltre les poumons et empêche le sang de s’oxygéner correctement. Dans ce cas, les malades sont essoufflés au moindre effort, voire au repos, comme s’ils venaient de monter des escaliers. C’est cela qui est vraiment inquiétant et qui justifie d’appeler le SAMU. De toute façon, dans le cas contraire, on vous dira de rester chez vous, même si vous êtes à risque de complications.

Existe-t-il un traitement ?

Dans les cas graves, l’hospitalisation en réanimation a pour but d’oxygéner le sang et de maintenir les organes en fonctionnement en attendant la guérison naturelle de l’infection.

Le traitement par l’hydroxychloroquine à la dose de 400mg par jour, prôné initialement par Didier Raoult, semblait efficace à la lumière d’une étude chinoise de qualité médiocre disponible en pré-publication. Une nouvelle étude plus solide (et d’autres depuis) publiée le 14 avril ne confirme pas cet espoir. Le nouveau protocole du Pr Raoult (hydrochloroquine + azithromycine) n’a pas encore été testé correctement. D’autres propositions de traitement plus ou moins farfelues circulent sur les réseaux sociaux. Aucun à ce jour n’a montré son efficacité. Dans la mesure où la mortalité de cette maladie est de l’ordre de 1 pour 1000, il est déraisonnable d’envisager un traitement d’efficacité non démontrée, au risque de courir un risque injustifié.

Le 28 avril, l’APHP a organisé une conférence de presse pour annoncer les résultats positifs d’un médicament : ROACTEMRA
(tocilizumab)dans la prévention des formes graves et des décès chez les patients atteints de symptômes sévères. En pratique, c’est une annonce sans chiffres qui ne permet pas de juger de l’intérêt de ce médicament. Il faudra encore patienter avant de pouvoir dire qu’il existe au moins un traitement efficace, d’autant que l’ACTEMRA (ROACTEMRA en France) est très coûteux (1000€ la boîte de 4 seringues...) . Cette annonce paraît aussi intempestive et prématurée que celles du Pr Raoult.

Si l’on reste chez soi, le traitement comporte le repos, les boissons chaudes pour la toux), le paracétamol pour les courbatures et la fièvre. Le conseil de ne pas utiliser d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (non dérivés de la cortisone) comme l’ibuprofène ou l’aspirine à forte dose ne semble finalement pas fondé, et ces produits sont utilisables en cas de pénurie de paracétamol.
Il est possible d’utiliser un sirop pour la toux si elle est sèche et très gênante. Les toux grasses "nettoient" les poumons et ne doivent pas être traitées autrement que par l’humidification de l’air ambiant ou des inhalations pour fluidifier les glaires.

Il n’existera pas de vaccin avant l’été 2021 (dans le meilleur des cas...)

Comment est-on contaminé ?

Les deux modes de contamination connus sont l’inhalation de gouttelettes d’eau émises par la toux des malades, et la transmission par contact. Le contact peut être direct, entre un malade et un sujet sain, ou indirect, pas l’intermédiaire d’un objet contaminé : poignée de porte, monnaie, smartphone, carte de crédit, barre de métro, denrée alimentaire, clavier etc. Le virus peut survivre plusieurs heures sur un objet, et il survit d’autant plus longtemps que l’air ou le support sont humides. Le risque associé à la contamination indirecte est heureusement très inférieur à celui d’un contact direct comme une poignée de main. Le virus ne traverse pas la peau, mais l’infection survient lorsque la main contaminée est mise au contact de la bouche, du nez ou des yeux. La protection repose donc sur le filtrage de l’air inspiré, et sur la désinfection soigneuse et régulière des mains. Les gants jetables ne servent à rien.

Il n’existe aucune preuve de transmission par les animaux de compagnie (chien, chats, oiseaux etc.)

Comment se protéger de la contamination par voie respiratoire ?

La contamination par inhalation semble nettement plus fréquente que celle par contact.

Sauf à se faire tousser en pleine figure, on ne peut pas être contaminé en respirant dans la rue (à condition qu’elle ne soit pas bondée) : les gouttelettes d’eau porteuses du virus sont trop peu nombreuses car diluées dans l’air, et surtout elles retombent rapidement au sol. Il paraît donc peu dangereux de "prendre l’air" .

Cette vidéo éclaire bien la différence de risque entre l’extérieur et une pièce fermée


Les masques diminuent considérablement le risque de contamination par voie aérienne. Les masques les plus filtrants, dits FFP2, sont surtout destinés à protéger les gens qui soignent les malades ou qui les prennent en charge, du fait de la forte densité de postillons contaminants qui les entourent. Dans les autres situations, les masques dits "chirurgicaux" ou réalisés soi-même semblent suffisants. Le port d’une écharpe ou d’un cache-col sur le nez et sur la bouche semble une protection suffisante lors des sorties extérieures dans la vie courante. Si vous marchez ou courez dans la rue en période de confinement (très peu de passants) vous n’avez besoin d’aucune protection. Cependant, il est probable que le port du masque à l’extérieur deviendra obligatoire.

Il est recommandé de garder un distance d’un mètre dans les queues. En fait, il faudrait moduler : 2 mètres face à quelqu’un qui vous fait face, 1 mètre face à quelqu’un qui est de dos (vous pouvez aussi tenir compte du sens du vent...). A l’intérieur des magasins, le port d’un masque est indispensable. Si tout le monde porte un masque, ces distances n’ont plus lieu d’être.

Au travail, les réunions sont des situations à risque qui doivent être évitées au maximum, d’où la généralisation du télétravail quand il est possible. Si vous devez vous rendre sur votre lieu de travail, porter un masque de type chirurgical est nécessaire. Vous pouvez les faire vous même si la pénurie persiste, mais il faut les laver ou les rincer à l’alcool quotidiennement.

Comment éviter la contamination par contact ?

Le principe est d’éviter de déposer des virus sur les zones du corps qui permettent sa pénétration dans l’organisme : la bouche, le nez et les yeux. Les mains étant les principales responsables de la contamination par contact doivent être protégées et désinfectées régulièrement.

Ce coronavirus survit plusieurs heures hors du corps humain. Le port de gants en cuir n’a pas de sens car les stériliser les abimerait. Le port de gants jetables n’est pas simple et ne s’impose pas en dehors des équipes soignantes. La méthode de protection la plus pertinente repose donc sur la désinfection régulière des mains, et notamment après contact avec une personne ou un objet potentiellement contaminé. Deux méthodes sont efficaces :
- Le lavage à l’eau et au savon
- La friction avec de l’alcool (éthanol) titrant 70 à 85°

L’alcool étant desséchant pour la peau, on lui ajoute une petite quantité de glycérine (glycérol) qui persiste après l’évaporation de l’alcool et protège la peau du dessèchement ou de l’irritation. Ce mélange porte le nom de SHA (Solution Hydro Alcoolique).

Certains fabricants ajoutent un gélifiant pour former un GHA (Gel Hydro Alcoolique) qui peut paraître plus simple d’emploi, mais qui ne présente pas de supériorité antivirale par rapport à la SHA.

Pour la désinfection du mobilier, télécommandes, interrupteurs, téléphone et autres poignées de portes, l’alcool ménager utilisé avec des gants et en aérant après usage fait parfaitement l’affaire, de même que les détergents courants. Le virus ne résiste pas au passage en lave-linge à 40°C ou en lave-vaisselle.

Un article fait le point sur la survie du virus sur différentes surfaces, à 21°C et 40% d’humidité (situation actuelle en intérieur).
- Inox, acier (boîte de conserve, poignée de porte) : présence très faible du virus après 24 heures, disparition en 48 heures.
- Carton, emballages cartonnés, papier : présence très faible après 8h, disparition en 24h
- Plastiques : présence très faible après 48h, disparition en 72h.

Ces chiffres de laboratoire peuvent paraître inquiétants, mais
Il faut tenir compte de la différence fondamentale entre la présence du virus et la charge virale, ou dose infectieuse : ce ne sont pas quelques virus esseulés qui vont vous infecter, il faut une quantité conséquente de virus, à l’image de soldats attaquant une forteresse : pour franchir les remparts et déborder les défenses, il faut une armée ! C’est pareil pour l’organisme : il existe des défenses antivirales dites "non spécifiques" qui sont capables de neutraliser des contaminations minimes. Donc, une dose infectieuse suffisante est nécessaire pour provoquer une infection, et elle est sans commune mesure avec les traces de virus détectées sur une surface sèche après 4 heures à température ambiante.

En pratique les délais de disparition expérimentaux du virus indiqués plus haut sont donc très supérieurs au délai nécessaire pour qu’un support potentiellement contaminé ne soit plus infectant. Pour le docteur Alexandre Bleibtreu, infectiologue à l’Hôpital de la Pitié Salpétrière à Paris qui s’exprime dans une vidéo mise en ligne par le Gouvernement, un délai de 4 heures est suffisant pour être tranquille. Donc, il suffit de ne pas toucher vos courses ou tout objet acheté à l’extérieur pendant 4 heures pour être tranquille.

Il existe un consensus, malheureusement non validé par des études spécifiques, sur le fait qu’un objet ne peut plus être contaminant 4 heures après avoir été touché par un malade ou un porteur du virus. Ce consensus est dû à notre connaissance de cette famille de virus et il me paraît très fiable ;

Nous n’avons pas de données sur les tissus. Mettre un tissu au sèche linge après l’avoir légèrement humecté est un bon moyen pour le stériliser rapidement par chauffage à plus de 50°C. Pour les masques, une demi-heure au four à 70°C (à contrôler avec un thermomètre) est efficace. Une autre technique est d’exposer le masque à de la vapeur d’eau bouillante pendant une minute ou deux (dans un cuit-vapeur par exemple) Sinon, une lessive à 40° est suffisante hors hôpital [4]. Ces conseils concernent les écharpes, masques ou gants en tissu : contrairement à une fausse nouvelle qui circule sur les réseaux sociaux, il est parfaitement inutile de laver ses vêtements ou de prendre une douche en revenant des courses. Cela concerne les soignants en milieu infecté.

le virus ne résiste pas à une température supérieure à 50°C, et un lavage à 40° avec de la lessive ou du savon en paillettes est suffisant, ce virus étant particulièrement sensible aux détergents du fait de son enveloppe lipidique [5].

Comment gérer son confinement ?

Le confinement annule quasiment le risque de contamination, à condition de respecter strictement les consignes.

Il faut faire très attention en revenant de l’extérieur, de décontaminer ses mains, sa monnaie, sa carte de crédit, et d’une façon générale tout ce qui a pu avoir un contact direct ou indirect avec l’extérieur (les vêtements ne sont pas concernés). Pour les denrées alimentaires, il faut laver tout ce qui peut l’être, et conserver le reste plus de 4h à température ambiante avant de le consommer. Cela vaut pour une atmosphère normalement humide, autour de 40% (cas de la France). En atmosphère tropicale humide, le délai pourrait être plus long.

Comment gérer le déconfinement ?

La grande question est de savoir s’il faut remettre les enfants à l’école. Ma réponse est assez simple, sachant que le risque de contamination familiale est significatif :
- Famille limitée à des sujets de moins de 45 ans, sans contact avec des seniors. Le risque d’une forme grave est infime. La reprise de l’école peut être envisagée.
- Famille comportant des sujets plus âgés, voire des grands-parents. Le risque est trop important, sachant que ce mois de scolarité n’aura pas grand importance, et que de toute façon, les écoles ne pourront pas accueillir tous les enfants.

Qui doit reprendre le travail, qui en est exempté ?

Depuis le 1 mai, la mesure de protection des sujets à risque a changé, il faut désormais un certificat d’isolement établi directement par l’Assurance-maladie ou par un médecin.

Voici la liste des sujets à risque (source) :

- Immunodépression congénitale ou liée à un chimiothérapie anti cancéreuse, ou à un traitement immunosuppresseur (biothérapie à forte dose, greffe d’organe, cortisone à forte dose au long cours).
- Infection à VIH, non contrôlée par le traitement ou avec des CD4 <200/mm3.
- Cirrhose grave (au stade B du score de Child Pugh) ;
- Drépanocytose grave (maladie de l’hémoglobine)
- Grossesse, au troisième trimestre (malgré l’absence de données inquiétantes en cas de COVID19).
- Âge supérieur ou égal à 65 ans.
- Maladies cardiaques : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), infarctus, opération du coeur (dont stents et pontages), insuffisance cardiaque stade III ou plus.
- Diabète mal équilibré ou présentant des complications (oculaire, neurologiques, rénales, cutanées).
- Maladies pulmonaires : bronchite chronique (BPCO), asthme grave, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose, (liste non limitative, sont concernées toutes les maladies affectant de façon importante les capacités respiratoires).
- Insuffisance rénale chronique dialysée.
- Cancer évolutif sous chimiothérapie récente.
- Obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30).

Il s’agit d’une liste officielle, qui ne correspond pas forcément aux données actuelles, notamment liées à l’âge. Sont également concernés par l’isolement les personnes vivant sous le même toi qu’un sujet concerné par cette liste.

Elle permet à ses bénéficiaires de relever de l’activité partielle, souvent appelé chômage partiel.

Les personnes qui gardent un enfant peuvent bénéficier du même chômage partiel en fournissant un certificat sur l’honneur à leur employeur expliquant qu’ils n’ont aucune autre solution que de garder leur enfant au domicile.

Combien de temps met-on à guérir ; est-on immunisé ensuite ?

Dans les cas sérieux, la guérison peut prendre plusieurs semaines. Tout dépend de la gravité initiale. Certains malades très atteints (mais pas hospitalisés) mettent un mois à récupérer. A l’inverse, dans d’autres cas, les symptômes sont brefs (quelques jours) et peu intenses. De nombreux médecins signalent des cas de malades qui font des sortes de rechutes : la maladie évolue par période de guérison et de reprise de la fièvre et des symptômes pendant plusieurs semaines, mais sans évoluer vers une forme grave passés les 15 premiers jours. La durée maximale de contagiosité est officiellement de 14 jours après le début des symptômes, mais il existe un doute car la présence de virus a été détectée jusqu’à un mois après le début de la maladie chez des malades gravement atteints. On ne sait pas si cela correspond à une situation de contagiosité. Garder la durée de 14 jours au maximum pour la contagiosité paraît néanmoins raisonnable, sachant que dans la grande majorité des cas, les malades sont contagieux pendant une semaine : 2 jours avant et seulement 5 jours après le début des symptômes.

Immunité contre le coronavirus. Article du NYT du 13 avril traduit pas Google

L’immunité conférée par l’infection n’est pas évidente car elle fait intervenir des cellules tueuses autant que des anticorps. Or, si l’on sait doser les anticorps, on ne sait pas évaluer l’immunité liée à ces cellules tueuses qui nous protègent contre les réinfections. Un article récent du NYT (traduit ci-contre) permet de mieux comprendre l’immunité conférée par l’infection. Pour ce qui est des anticorps, cette excellente synthèse permet de comprendre pas mal de choses :
- Les anticorps IGM apparaissent rapidement, les IGG (anticorps définitifs et durables) sont dosables dans le sang à partir du 15e jour.
- Contrairement à ce qui a été dit, on ne connaît pas de vrais cas de recontamination aboutissant à une rechute à court terme.
- Il existe d’autres coronavirus circulant depuis toujours, responsables de rhumes banals. Les anticorps que certains d’entre nous possèdent contre ces coronavirus pourraient nous protéger du SARS-CoV-2.

J’ai écrit un article spécifique sur les sérologies disponibles en laboratoire de ville.

Je remercie les relecteurs qui m’ont permis de corriger et d’améliorer le texte initial.

Si vous avez d’autres question, n’hésitez pas à les poster ci-dessous. Pour suivre les mises à jour de cet article, vous pouvez me suivre sur Twitter : @DDupagne.

Pour les professionnels de santé, je signale cette page qui tient à jour tous les documents et sites utiles pour lutter contre la COVID-19. C’est un travail remarquable réalisé par la SPILF
(Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française).

Par curiosité, vous pouvez lire ou relire la version de cet article du 9 mars 2020
Cela permet de comprendre à quel point la connaissance sur cette maladie à évolué depuis cette date.


[1Des spécialistes fiables considèrent que le nombre de cas bénins ou sans symptômes est très sous-évalué, et que cela fausse le calcul de la mortalité de la COVID-19 dans le sens d’une exagération de sa gravité : à nombre de morts égal, plus il y a de malades, plus le taux de mortalité chez les malades baisse.
A l’inverse, d’autres experts font remarquer que pour la COVID-19, on compte les décès chez les malades, alors que pour la grippe, les chiffres du graphique sont estimés par des méthodes statistiques. Lorsque les décès de la grippe sont décomptés un par un comme pour la COVID-19, ils sont dix fois moins nombreux.

[2Les prévisions les plus extrêmes, à partir de projections mathématiques et des données actuelles, vont de 30.000 à 300.000 morts. Actuellement, 600.000 français meurent tous les ans de causes diverses.

[3L’ajustement consiste à corriger le risque associé à chaque situation en tenant compte des risques associées. Par exemple, les gens qui ont de l’hypertension ont presque toujours plus de 50 ans ; le risque constaté chez un individu est-il dû à son âge ou à son hypertension ? Un calcul statistique complexe permet d’isoler le "poids" de chaque item indépendamment de celui des autres facteurs qui peuvent être présents chez la même personne.

[4La stérilisation du linge à l’hôpital suit des règles plus sévères, et notamment une température de 60°C au minimum. Mais il n’y a aucune comparaison possible entre le masque en tissu ou l’écharpe de "monsieur tout le monde" et un drap ou un blouse d’hôpital maculé de sang ou de sécrétions. La présence de protéines coagulées comme c’est alors le cas rend la stérilisation plus difficile. Par ailleurs, si un lavage des mains au savon et à l’eau tiède élimine le virus, il est évident qu’un lavage en machine à 30 ou 40 °C avec de la lessive sera au moins aussi efficace sur du linge non hospitalier.

Messages

  • A t’on une idée de la durée de contagiosité d’un individu atteint et de la durée de l’isolement qu’il faut proposer ? Y compris et surtout pour les soignants intervenants auprès des plus fragiles ?
    peut on espérer un test diagnostic accessible aux labo de ville ou en cabinet ?
    existe t’il des recommandations disponibles pour réorganiser nos cabinets ?
    en gros quelles mesures prendre pour que l’on contamine le moins possible de nos patients au sein de nos cabinets et au court des nos visites ?

    • Bonjour
      - Pour la durée, on ne sait pas.
      - Le test diagnostique est disponible en laboratoire de ville depuis le 9 mars, par exemple https://www.lab-cerba.com/sites/Cerba/home/vous-informer/news/coronavirus-covid-19--cerba-accu.html
      - Pour les cabinets, on va passer massivement à la téléconsultation pour les bronchites et états fébriles.
      - Si les patients présentant des symptômes compatibles avec le coronavirus viennent quand même au cabinet, je pense qu’il faut leur demander de retourner chez eux (affiche dans la salle d’attente) et s’ils sont resté en salle d’attente, tout passer à l’alcool, sonnette comprise. Mais nous aurons sans doute bientôt des instructions précises.

  • Bravo pour cet article.
    En Allemagne je constate dans les supermarchés que des distributeurs ont été mis en place pour permettre aux clients de disposer gratuitement de lingettes désinfectantes, et s’en servir avant, pendant et après leurs courses et nettoyer ainsi les poignées des chariots qui sont à mon sens un des principaux outils de transmission du virus.

  • Bonsoir et merci de l article.
    Je voulais vous demander si des masques qui me reste de la chimio de mon mari..masque chirurgical que je mettais pour pas lui donner mes crobes sont valables même périmé..
    Juste pour de court trajet de bus ou l écharpe autour du nez et bouche est suffisant ??
    J ai 64 ans donc je fais parti des à risque je crois...sinon je sors peu juste marcher au soleil ...mais la a l heure où je sors pas de monde
    Merci d avance
    .

    • Bonjour, périmé ne veut rien dire pour des masques. On se fiche qu’ils soient stériles. Je parlais de l’écharpe dehors, pas dans un bus bondé qui est un espace confiné.

  • Nous connaissons maintenant un peu près le taux de mortalité mais avons-nous une idée du pourcentage de la population qui va être touché ?
    Est-ce qu’on imagine que 70 % de la population va attraper le coronavirus par exemple ? Chiffres que j’ai entendu mais sans en retrouver la source où est-il tout à fait impossible de le savoir aujourd’hui ?
    Merci

  • Bonjour,
    Il semble que la fabrication du gel hydro-alcoolique soit déconseillée ? http://ctiapchcholet.blogspot.com
    A part cela merci pour l’article très clair, comme d’habitude !

    • Bonjour
      L’ajout de glycérine, et éventuellement d’eau à de l’éthanol est absolument sûr et sans danger si on ne le fait pas à la lueur d’une bougie...

  • - Quelles données avons nous sur les risques de fibrose pulmonaire irréversible ?

    - Le virus est-il transmissible par le sang, l’urine et les selles ? La contamination pourrait-elle se faire par les égouts ?

    • Bonjour
      Pour la fibrose (complication grave et définitive des formes sévères ventilées en réanimation) nous n’avons pas de statistiques.

      Le virus est transmissible par les selles, mais à ma connaissance pas par l’urine ni par une contamination sanguine minime (piqûre accidentelle avec une aiguille de seringue contaminée)/

  • Bonjour, si un postillon d’un malade attérit dans une assiette qui est passé ensuite au micro-ondes, est-ce que l’on a des chances de se contaminer ?

  • Bonjour Dominique
    Pourrais tu me préciser si le port de gants en laine ou en tissu est aussi inutile que ceux en cuir ou pas ?
    Merci bcp pour ton article
    Soisik

  • Je ne suis pas spécialiste du covd-19 mais en revanche de calculs de probabililités et de statistiques oui. Il y a une erreur de méthodologie énorme à considérer le taux de mortalité comme le rapport nombre de décès/ nombre de cas surtout dans la phase exponentielle de croissance du nombre de contamination (grosse sous-estimation !). De même on ne pourra pas prendre nombre de décès/ (nombre de guéris+ nombre de décès) (probable surestimation de la mortalité puisque la guérison semble lente). Quoique ces deux indicateurs finissent par converger vers la même valeur (le vrai taux de mortalité) à la fin de l’épidémie, ils sont à prendre avec la plus extrême précaution avant. La cinétique n’est pas la même pour la détection des cas et pour les patients qui en décèdent (quelques jours à quelques semaines après la contamination).
    Si on veut une méthodologie fiable, il faut regarder l’évolution d’un pannel des, par exemple, 1000 premiers cas détectés et attendre qu’ils guérissent (ou qu’ils décèdent) pour se faire une idée plus proche de la réalité. On peut aussi utiliser les chiffres de Chine (valables seulement en Chine...) puisque l’épidémie est arrivée, sinon à sa fin, du moins à un palier et le rapport nombre de décès/nombre de cas devient un peu plus pertinent.
    En tout cas je m’inscris en faux sur ces affirmations que la mortalité en France ou en Europe est plus faible qu’en Chine.
    Je n’ai pas dans mon raisonnement tenu compte des cas qui ne seraient pas détectés parce qu’asymptomatiques par exemple mais cela ne change rien sur la mauvaise qualité de l’évaluateur utilisé.

  • Les recommandations françaises ( spots) n’insistent peut-être pas assez sur le conseil d’éviter aussi de se toucher le visage ( difficile, regardez faire tous les participants à une réunion)

    • Bonjour
      Le problème, comme vous le faites remarquer, est que l’on passe son temps à toucher son nez ou ses yeux sans s’en rendre compte. D’où ma préférence pour la désinfection des mains.

  • Même si le lavage des mains prime sur l’utilisation de masques, il faudrait néanmoins une clarification sur ce point, les médecins s’obstinant à favoriser les pharmacies alors que si normes, il y a , elles sont bien contrôlées, en aveugle et régulièrement ou alors, pharmacie ou pas....!
    Les crèmes solaires et certains cosmétiques sont de meilleure qualité chez Lidl qu’en pharmacie !
    En masques :
    soit masques chirurgicaux :
    Norme EN 14683 : 2014 de la Directive Européenne 93/42/CEE
    https://www.geres.org/geste/port-de-masque/
    Soit APR (Appareils de Protection Respiratoire)
    Directive Européenne 89/686/CEE, normes EN 149 : types : FFP1pas indiqué ici, FFP2, FFP3
    Plus difficile pour respirer et si valve ne protège plus le voisinage !!!
    http://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html
    Les 1er seraient testés uniquement en Expiration et seulement in vitro et les seconds en inspiration in vitro et in vivo ???

  • bonjour quelques questions merci de votre réponse
    - le sd de détresse respiratoire est il secondaire à la réaction immunitaire ou au virus ou autre ?
    - combien de temps après les premiers symptômes les gens sont ils hospitalisés ou adressé en réanimation ?
    - a t on une idée de la cause des décès ?
    - il semble existée une version soft et une plus grave cohabite t elle ou la forme est elle d’emblée déterminée
    peut on avoir une idée un peu plus précise de la proportion de femme ?
    merci d’avance

    • Bonsoir,
      La détresse respiratoire est due à un épaississement des cloisons qui séparent le sang de l’air, et qui empêche l’oxygénation du sang.On appelle cela une pneumopathie interstitielle.
      Pour les autres questions, je n’ai pas encore la réponse.

  • Bonjour

    Concernant le lavage des mains, quand les dispositifs sur les lieux de travail ou écoles etc ...sont vides de savon liquide (cela peut arriver), on peut je pense aussi conseiller de se munir d’un savon que l’on emmene avec soi dans une boite en plastique pour continuer le lavage des mains régulier

    Bonne journée

  • Bonjour,

    le - jeune - médecin chinois décédé présentait-il des comorbités ?

    Merci pour vos réponses

  • Bonjour,
    Ce tableau circule sur internet
    Qu’en pensez-vous ?

  • Bonjour,

    Je viens vers vous car ni moi ni les autres parents que je connais n’avons trouvé de réponse à notre question.

    Ma fille (16 mois) est atteinte de mucoviscidose (doublé d’une Civ large pour ma part).
    On sait que les enfants sont très peu voir pour certains pas symptomatiques. Les enfants atteints de mucoviscidose sont ils plus à risque de développer une forme sévère de la maladie ou alors ont il la même spécificité qui fait que les enfants sont épargnés.

    Merci à vous pour votre travail.
    Cordialement.

  • Bonsoir
    Merci pour la clarté de votre article vu le nombre d inepties diffusées par des spécialistes en tout genre dont ce fameux professeur malgré sa spécialité !!!
    Des le départ j avais obtenu des informations directement de Chine sur la gravité de ce qui se passait, de plus le Président chinois dans son discours fin janvier l à bien signale.
    Il s avère qu à Wuhan il y a bcp plus de décès que les statistiques officielles révèlent
    https://youtu.be/5-nv7j9HEgY
    La question est ce que le confinement et la mise en quarantaine de la région a éviter la propagation dans le pays ?
    Merci cordialement

  • 14 % de récurrence après guérison c’est absolument énorme et cela veut dire que l’épidémie va se prolonger : des personnes pouvant se faire infecter deux fois cela augmente le nombre de possibilités de transport du virus. Ensuite cela veut dire que les anticorps ne sont pas vaccinants à tout coup et que les personnes fragiles devraient rester très longtemps confinées car même si elle s’en sortent une première fois, à la deuxième... Aie ! Cette absence d’immunité automatique pose le problème également du portage prolongé.

    Traitements :
    Personne ne parle des antiviraux...
    C’est un virus à adn ou arn ?
    Cette pneumopathie interstitielle est elle surtout lésionnelle à cause du virus ou en majorité inflammatoire-immunitaire ? Ça change tout !

    Au lieu d’abreuver les médecins de statistiques, on ferait mieux de leur communiquer les avancées de la science déjà acquises dans les premières semaine de cette pandémie.

  • Bonjour,
    Je suis enseignante et mon université vient d’envoyer au personnel et aux étudiant.e.s des recommandations, apparemment dictées par le Ministère de l’Education, indiquant que les personnes "fragiles" doivent contacter leur médecin traitant pour un éventuel "traitement complémentaire". Je fais partie des personnes à risques car âgée de 62 ans et en rémission de cancer. Faut-il vraiment contacter son médecin traitant si l’on n’a (encore) aucun symptôme, et quel peut bien être ce traitement complémentaire ? Merci pour vos conseils.

  • Question iconoclaste, qu’il vaudrait mieux effacer après exploitation : l’Assemblée nationale est-elle un cluster ? notre ministre de la culture est contaminé, si j’ai bien compris, à cause de son passage à l’Assemblée nationale ....Cela m’intéresse d’autant plus que j’ai été en contact prolongé avec une personne qui a un rhume, un mal de gorge et qui avait été en contact prolongé il y a quelques jours avec un député...

  • En quoi le COVID-19 est-il different de La grippe A (H1N1) de 2009 qui avait fait 280000 morts , mais qui n’avait pas provoqué de mesures extrèmes telles que les confinements et qui n’avait pas impacté l’économie mondiale ?

    merci par avance pour votre réponse.

  • Bonjour et merci pour toutes ces infos.

    Une petite question : dispose-t-on actuellement de quelques données épidémiologiques concernant la diffusion et surtout la virulence du coronaV dans les pays de l’hémisphère sud (période estivale) ? Cela pourrait être indicatif, voire prédictif, concernant l’évolution "naturelle" de l’épidémie pour les mois à venir. Merci

  • Ce qui m’inquiète le plus, personnellement, c’est les transports en commun, surtout lorsqu’ils sont bondés en matinée et en soirée aux heures de pointe. A quoi cela sert-il de parler "d’autoconfinement" chez soi, si notre entreprise n’a pas encore imposé le télétravail à tous ses salariés et qu’on est obligé (pas le choix si on n’est pas malade, surtout avec une hiérarchie qui vous impose drastiquement une présence au travail quotidienne et qui considère le télétravail d’un très mauvais oeil, lorsque l’on est - encore !! - en bonne santé) de se déplacer sur son lieu de travail ? Dans les métros blindés de monde, où l’on est collé debout en permanence pendant tout le trajet, à deux centimètres à peine de la bouche d’une personne qui risque de tousser ou de nous postillonner en plein visage, que faire ? Et dans ce cas, quel est l’intérêt de toutes les mesures d’hygiène conseillées, si l’on risque de se choper le coronavirus dans le métro ?? Ce n’est pas toujours évident de ne pas toucher les barres de maintien dans le métro, car il faut bien se tenir en cas de choc éventuel comme un freinage brusque, surtout lorsqu’il est déclaré que le port de gants ne sert à rien, donc on est souvent "à mains nues". Bref, la psychose devient aussi galopante que la propagation de ce satané virus.

  • Un médecin ORL m’expliquait que l’intérêt du masque est aussi indirect : on ne se touche plus le visage par reflexe, ou ça en diminue les conséquences (je ne sais pas, on n’a pas eu le temps de développer ce point). On peut alors se demander si un cache nez a le même effet. Mais ensuite en pratique ? Quand on rentre chez soi, mettre le cache nez à la machine, puis se laver les mains ?

  • Autre question, en mode "scénario catastrophe", mais néanmoins possible : à supposer que l’on soit contaminé sans le savoir immédiatement, on ramène le virus à son domicile, on touche des poignées de porte et autres meubles chez soi, donc on installe également le virus chez soi, sans nettoyer tout le temps et toutes les 5 minutes les objets que l’on touche, puisque l’on ne se pense pas contaminé alors qu’on l’est. Donc, même le domicile n’est plus sécurisé. Quel est l’intérêt de l’autoconfinement chez soi, dans ce cas ? De plus, une famille, avec des parents qui travaillent et se rendent chacun sur leur lieu de travail de leur côté, les enfants qui vont (pour le moment encore en tout cas) à l’école, toute la famille se retrouve chez elle le soir à son domicile. Multirisques de contamination entre tous les membres de la famille, sortis chacun toute la journée à l’éxtérieur, avec du monde autour d’eux en permanence. So what ? Qu’avez-vous à répondre à cela ? Cela revient à dire que tout ce qui est conseillé ne sert à rien, et que même avec des mesures d’hygiène strictes, on ne peut éviter le coronavirus à 100%. si ça nous tombe dessus, ben ça nous tombe dessus, point barre, on avise à ce moment-là. D’autant plus que les dépistages demandés juste "pour se rassurer" et sans raison valable, a priori, sont refusés. Alors qu’il y a sans doute plein de contaminés qui n’ont aucun symptôme précis et donc qui s’ignorent. On ne peut de toute façon rien empêcher. Donc, plutôt que d’attiser cette psychose détestable et créer chez les gens des angoisses supplémentaires inutiles, dont on se passerait tous bien, tellement il y a de raisons graves de se rendre psychologiquement malade dans ce monde, autant être fataliste, plutôt que de finir par foutre sa vie en l’air avec une bonne grosse dépression à la clé et une anxiété maximum sur le dos, à cause de cet horrible virus. Le mal-être général et le stress tuent parfois tout autant.

  • Mélanie, les mesures d’hygiène préconisées ont sans doute un intérêt "individuel" direct limité.
    Mais elles ont aussi pour objectif de diminuer, si l’on peut dire, la quantité de virus en circulation.
    Donc de freiner la propagation et l’étaler dans le temps.
    Donc de permettre aux hôpitaux et médecin d’avoir plus de lits disponibles en réanimation pour les cas graves, au lieu de se retrouver avec des bus entiers de malades en même temps et d’être incapables de les soigner tous...
    C’est ce qui s’est passé en Chine notamment, et semble-t’il en Italie, où l’on est obligé de faire un tri des malades...
    Donc nous avons tous, à titre individuel, intérêt à suivre les recommandations de règles d’hygiène... c’est une attitude civique mais finalement "égoïstement" pertinente.

  • Merci pour vos retours Valérie Bobinette et Docteur
    J en retirait de ce texte l aspect hygiène dans sa globalité qui semble pertinent...
    Ensuite il existe le bon sens de chacun pour nous prémunir et faire de la prévention
    Prenez bien soin de vous
    Merci pour ce partage Doc

  • bonjour et merci pour toutes ces précisions ,
    j’ai vu passer un "article" sur le covit19 disant que certaines enveloppes du virus seraient identiques a celle du VIH ceci émanant d’un groupe de chercheur d’une université indienne . n’ayant aucune possibilité de vérifier je n’ai évidemment pas ptg avez vous des infos ? intox ou quoi ? merci

  • Bonjour,

    Y a t il des signes avants coureurs de la détresse respiratoire lorsqu’on a le virus ? (poumons qui sifflent, toux plus forte par exemple)

    Merci

  • Je remarque que la population vraiment très à risque, de façon curieuse, est constituée des porteurs de pathologie cardiaque. A-t-on essayé de traiter les malades avec des tonicardiaques, pour voir, même si c’est idiot a priori ?

  • Bonsoir
    On dit que des personnes sans symptômes peuvent contaminer ....si oui comment si elle toussent pas ...n eternuent pas ?? Juste en étant à côté en voiture par exemple ?? Ou....
    Ça me turlupine ...je suis âgée et mon fils est asthmatique..
    Merci d avance

  • Bonsoir
    Je viens d’acheter dans un magasin bio une mousse désinfectante main, qu’on m’a vendu comme gel hydro alcoolique. Hors, je m’aperçois qu’il n’y a pas une once d’alcool dedans (c’est meme spécifié en tout petit sur le flacon).
    La composition est :
    Substance active : Acide lactique(EC200-018-0) 1,75g/100g
    Puis je quand meme l’utiliser comme un gel hydroalcoolique ?
    Merci beaucoup

  • L’eau de Javel peut-elle servir pour se désinfecter les mains contre ce virus ?

    • Bonjour
      Vous serez tellement bien désinfecté que vous n’aurez plus de peau. Ce produit, y compris dilué, est agressif et en plus tache les vêtements en les décolorant.

  • Merci pour cette synthèse pratique !
    A propos du tableau des facteurs de risque de mortalité intrahospitalière issu de l’article du Lancet, il faudrait préciser que les valeurs données correspondent à l’analyse univariée. Seul l’âge est associé à une augmentation de la mortalité en multivarié (mais les auteurs n’ont exploité que 5 variables dans le modèle multivarié pour éviter le surajustement vu le faible nombre de données).
    De plus, il ne s’agit pas d’une "multiplication du risque" puisque ce sont des odds ratio et non des risques relatifs. La différence peut être importante et entrainer des interprétations abusives du style "il y a 21 fois plus de risque de mourir de l’infection quand on est cardiaque".

  • Bonsoir Dominique
    Je me pose une question. Les antiseptiques, biseptine, bétadine, dakin ou autres ont ils une efficacité sur le virus ?
    Merci !

  • Et le vinaigre ménager à 14 ° ?

    • Bonjour
      Le vinaigre n’est pas recommandé pour désinfecter les objets et les fruits et légumes, car il est peu efficace contre le coronavirus SARS2019

  • Encore merci pour vos réponses....
    Bon pas de contact fluide ou physique ... : )
    De toute façon j ai jamais été très tactile sauf avec mon homme mais il n est plus alors .....

  • Quelle confiance accorder aux tests de dépistage du Covid ? (je suis mathématicienne, pas médecin)
    Résumé de ce qui suit : En cas de non épidémie (ou au tout début) : un test positif n’est pas fiable car il y a une grosse majorité de « faux positifs », mais presque pas de faux négatifs ; en cas d’épidémie, un test positif est d’autant plus fiable que l’épidémie se propage : il y a alors peu de « faux positifs » et peu de faux négatifs. Un test négatif est donc rassurant.
    Explications :
    Petit calcul de probabilité (très simplifié, je donne des résultats estimés) afin de comprendre un peu mieux les tests et leurs résultats : ceux qui sont pressés vont direct à la conclusion.
    Les tests ne sont jamais fiables à 100%, pour cela les laboratoires fournissent les données suivantes (en général après l’épidémie)
    « Si vous avez le Covid, le test sera positif dans 90% des cas ; alors que si vous ne l’avez pas, il sera négatif dans 97% des cas ». (Hypothèse de travail basée sur des études antérieures, on n’a pas encore les vraies données pour le Covid)
    Interprétation : cela veut dire que parmi les malades le test sera positif dans 90% des cas (c’est ce que l’on appelle la sensibilité du test) et que parmi les sains le test sera négatif dans 97% des cas (c’est ce que l’on appelle la spécificité du test) : attention 90% n’est pas la probabilité d’être malade si vous avez le test positif mais inversement, la probabilité d’être testé positif si vous êtes malade : quelle différence ?
    Ce qui vous intéresse est bien la probabilité d’être malade si vous avez le test positif :
    Pour la calculer, il faut disposer de ce qu’on appelle la prévalence de la maladie : la proportion de la population qui est malade ; évidemment cette proportion évolue mais on ne la connaît pas avant la fin de l’épidémie (ou après plusieurs années d’analyse).
    Première hypothèse : cette maladie touche 0,1% (prévalence) de la population (en France ça fait 6000 personnes malades)
    Imaginons que 10 000 personnes viennent passer le test. Puisque le Covid touche 0.1% de la population, il y aura (environ, c’est une estimation, non une valeur exacte) 10 malades parmi ces 10 000 patients. Et comme le test est positif pour 90% sur les malades, 9 de ces malades seront testés positivement.
    Considérons maintenant ceux qui n’ont pas ce Covid : ils sont 9990. Puisque dans 97% des cas le test donne un résultat négatif chez une personne saine, il y aura environ 9690 tests négatifs, et donc 300 tests positifs chez ces 9990 personnes saines.
    Morale de l’histoire, sur les 309 personnes qui sont testées positives, 9 seulement sont réellement malades, et 300 sont saines : ces 300 sont ce qu’on appelle des faux positifs. Si vous êtes positif, vous n’avez donc que 9/309 = 2.9% de risque d’être réellement malade, et 97.1% de chance d’être un faux positif, et donc d’être sain. Contre-intuitif, non ?
    La probabilité d’être malade sachant que le test est positif est de 2,9% mais la probabilité d’être testé positif sachant que l’on est malade est de 90% ! Vous saisissez la différence entre les deux ?
    Un calcul analogue et encore plus rassurant si le test est négatif : une chance (un seul négatif chez les malades) sur 9691 négatifs soit une probabilité de 0,001% d’être malade donc tout va bien si le test est négatif.
    Deuxième hypothèse : cette maladie touche maintenant 30% de la population (en France ça fait 18 millions personnes)
    Alors là, les faux positifs diminuent fortement…Par un calcul analogue on obtient :
    . Si vous êtes positif, vous avez donc 2700/2910 = 92,8% de risque d’être réellement malade
    Par contre si vous êtes testé négatif, le calcul donne 95,6% de chance d’être sain :
    Si vous êtes négatif, tout va bien dans plus de 95,6% des cas
    Conclusion :
    Pour des tests de sensibilité 90% et de spécificité 97% : (hypothèse de travail basées sur des études antérieures mais inconnues pour le Covid 19) :
    Avec une prévalence de la maladie de 0,1% : si la test est positif, la probabilité d’être malade n’est que de 2.9% ; si test négatif, la probabilité d’être sain 99,99% ;
    Avec une prévalence de la maladie de 30% : si le test est positif, la probabilité d’être malade est de 92%. Si le test est négatif, la probabilité d’être sain est de 95,6% :
    Tant que le virus ne se répand pas trop (au début des tests) les test positifs surévaluent le nombre réel de malades ; mais dès que l’épidémie est là (sur cet exemple, la maladie touche 30% de la population), la probabilité d’être malade quand le test est positif augmente fortement. Par contre un test négatif est en général très rassurant.

    • Bonjour
      Ces notions de valeur prédictive positive ou négative liée à la prévalence sont bien connues des médecins correctement formés. Merci pour ce rappel.

  • Merci Dominique pour cet article et tes réponses aux questions.
    Que penses-tu de cette hypothèse des 2 souches de virus ?
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/epidemie-de-coronavirus-une-mutation-a-t-elle-rendu-le-covid-19-plus-agressif_3853581.html

  • Tout simplement merci !

  • Bonjour
    le virus supporte t il mal le chlore en piscine ou à l inverse est t il plus virulent ?
    la fréquentation en piscine Est t elle déconseillée ?
    merci pour toutes vos réponses claires

  • Bonjour,

    Concernant le sha me semble qu’il vaut mieux que le taux d’alcool descende le moins possible sous la barre des 70° qui est le pourcentage validé (taux de la plupart des eaux de Cologne au passage, au contraire des eaux de toilette ou des eaux de parfum), aussi ai-je pris l’option de commander des bouteilles d’alcool à 90° de pharmacie type Gifrer, ce qui n’est pas l’option la moins chère néanmoins. J’ai de l’alcool ménager parfumé qui semble ok aussi (90°, logo inflammable) même s’il me colle mal à la tête. En revanche mon alcool à brûler, qui contient pour partie du méthanol a les 2 logos inflammable et nocif (par inhalation, ingestion et contact sur la peau) donc par précaution j’ai préféré éviter mais j’ignore si j’aurais pu l’utiliser en réalité.
    Pour la glycérine vous pouvez demander aussi aux boutiques de cigarette électroniques (surtout celles qui vendent des concentrés à reconstituer), elles en ont souvent.
    Et pour ceux qui tiendraient à mettre de l’eau oxygénée, faites attention à la concentration, surtout que l’eau oxygénée qu’on trouve couramment pour la désinfection des plaies ou celle pour la décoloration des poils sont étiquetées en volume, il faut rechercher l’équivalence en pourcentage

  • Cher Dominique,
    Avons-nous des indications grâce aux éventuelles autopsies déjà réalisées.
    Grazie pour la synthèse.

    • Bonjour
      La cause du décès est une pneumopathie interstitielle due au virus, insensible au antibiotiques, et qui peut aussi décompenser une maladie préexistante qui va provoquer le décès.

  • Commence t-on à en savoir un peu plus sur l’eventuelle saisonnalité du virus ?

  • Bonjour,
    Ne pourrait-on pas refabriquer des immunoglobulines spécifiques ?

  • Bonjour, pour info, à Bruxelles je viens d’avoir un appel d’un service de dentisterie dans un hôpital où j’avais rendez-vous demain, pour m’annoncer qu’ils ferment au moins jusqu’à la fin du mois. Alors je n’en sais pas plus (j’imagine que la secrétaire avait d’autres personnes à appeler) donc je ne sais pas s’ils ferment tous les services de consultation, mais pour que de telles décisions soient prises, c’est que ça s’inquiète fort...
    J’hésitais à annuler mon rendez-vous d’ailleurs ;)

  • pour fabriquer le SHA, le seul bioéthanol près de chez moi contient 1% de butanone, 5-méthyl-3-heptanone et benzoate de denatonium qui sont des "agents dénaturant".
    Pas de méthanol.
    C’est OK pour fabriquer le SHA ? (pharmacie vide, supermarché vide...)

  • Aucune question....Mais en gros bravo et merci pour ce récapitulatif clair et précis. Je profite de l’occasion pour remercier l’ensemble du personnel soignant qui s’apprête vraisemblablement à traverser quelques semaines très difficiles.

  • Bonjour,
    Merci Docteur et merci à toutes / tous pour vos contributions.
    Voici la recette que j’utilise pour mon collégien de fils et ses potes (accès compliqué aux toilettes et au savon - avec d’autres parents, nous tentons d’imposer cette routine à chaque début de cours...).
    Je pense que cela est conforme. Si vous enregistrez une anomalie, je suis preneuse.
    Merci Docteur.
    PS : Mon fils et moi avons consulté Charles à Palaiseau pendant plusieurs semaines. Nous lui adressons par votre intermédiaire notre meilleur souvenir.

  • Y t’il des risques de complications lorsque l’on est transplantée ? Je suis sous traitement immunosuppresseur Tacrolimus

    • Bonjour,
      Je cherche en vain des informations sur les risques chez les immunodéprimés. Je les ajouterai dès qu’elles seront disponibles. Suivez-moi sur Twitter pour être informée des mises à jour.

  • Les milliers de décès par grippe chaque année seraient des fausses nouvelles ? Juste pour nous inciter à faire le vaccin ?

  • Bonjour
    Sait-on combien de tests sont pratiqués chaque jour en PACA (ma mère en Epad a été testée négatif) et a-t-on une idée de la proportion réelle de personnes contaminées par rapport au nombre de personnes testées ? j’imagine que c’est à partir de telles estimations qu’on peut extrapoler à toute la population ?
    Merci pour vos réponses

  • C’est souvent très difficile de prouver une cause mais Il faut que cette crise soit l’occasion pour les médecins de faire taire ces fake news et théories du complot à propos de la vaccination en général : ne pas se vacciner de la rougeole par exemple est tout simplement catastrophique et a provoqué des millions de morts, on en est bien loin avec le Covid : l’incertitude des médecins (la médecine est un art) ne doit pas se transformer en remise en question des avancées de la vaccination.

  • lors des frictions des mains de manière répétée et intensive avec des gels hydroalcooliques , ne pas ignorer le risque cutané qui provient de l’altération du film hydrolipidique de la peau entraînant un dessèchement puis une irritation des mains, avec possibilité d’érythèmes légers surtout avec l’isopropanol qui est plus irritant que l’éthanol, et par ailleurs réduisant les moyens de défense naturels de la peau et favorisant éventuellement l’apparition de psoriasis et d’eczéma !
    source : » La prévention des risques des bactéricides et virucides » :http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=513

  • bonjour
    ayant eu connaissance de la porte d’entrée du virus sur les récepteurs d’une enzyme de conversion de l’angiotensine et vu l’épidemiologie , je me suis posée la question de l’atherosclerose comme facteur favorisant les complications .en effet, les enfants n’en ont jamais (y compris les diabétiques, les immunodéprimés), les femmes moins (enceintes, pas), les fumeurs plus et les pathologies ischemiques beaucoup plus.La charge virale serait elle proportionnelle à l’état des artères (l’ischémie tissulaire augmentant le nombre de récepteurs à cette enzyme agissant sur la régulation circulatoire ?) Je n’ai pas vu évoquée cette hypothese mais peut être est ce parce qu’elle n’est pas pertinente. Qu’en pensez vous ?

  • Xy est employée à temps partiel au centre astronomique de Saint-Michel l’Observatoire qui accueille des groupes de visiteurs. Quelques jours plus tard, son employeur lui téléphone pour l’informer qu’elle a été en contact avec un visiteur déclaré ultérieurement contaminé. Elle demande à être testée, on lui refuse. Par contre on l’oblige à poursuivre son autre activité, aide à domicile chez des personnes âgées, qui sont visitées par d’autres aides qui vont aussi, à leur tour, intervenir chez d’autres personnes âgées, ne frise-t-on pas l’absurde ?

  • Bonjour Docteur Dupagne,
    Plusieurs articles sur internet déconseillent la fabrication de SHA maison. Notamment à cause de l’eau oxygénée, dangereuse -vous dites qu’on peut s’en passer- et de bactéries qui peuvent être présentes dans les flacons. Qu’en pensez-vous ? Merci par avance.

  • Le Président de la République ce soir a évoqué l’obésité parmi les facteurs de risque/fragilité (mortalité ?). Ce facteur ne figure pas dans votre tableau...il est vrai qu’il est tiré des données chinoises, peut-être qu’en Chine l’obésité est moins présente qu’en Europe ?
    En tout cas, avons nous des données ou explications sur ce facteur de risque ?

  • "confinement autoritaire des populations exposées, confinement irréalisable en France"
    Pourquoi serait-ce irréalisable en France ? Est-ce qu’il ne s’agit pas simplement de la même mesure qu’en Italie ?
    Selon l’article de Tomas Pueyo sur medium, ce serait la bonne chose à faire sans attendre... vous n’êtes pas du même avis ?

  • Bonjour, Quid de la nourriture ? Est ce un vecteur de propagation ? Ma boulangère qui postillonne sur ma baguette va me refiler le coronavirus ?

    • Bonjour
      C’est un vrai problème. La boulangère devrait utiliser une pince pour mettre la baguette dans le sac en papier ou dans votre cabas.
      En revenant d’avoir fait ses courses, il n’est pas inutile de nettoyer ses achats avec de l’alcool ménager, en tout cas pour ceux qui sont dans un conditionnement. Notez qu’après un stockage d’une semaine, il n’y a plus de virus vivant.

  • Bonsoir,
    J’ai fait ce midi le plein de livres à la bibliothèque. Passer les couvertures plastiques à l’alcool ménager ou à l’eau de javel (base 1L+4Leau), c’est faisable. L’intérieur, non. Congélateur ?, combien de temps ? Ou attendre 9 jours avant de les lire ...

  • Bonjour
    Depuis quand ce virus (coronavirus) est-il installé en France ?

  • Bonjour
    la fermeture des écoles annoncée par le president pour limiter la contamination des enfants vers les adultes avec pour consigne de ne pas faire garder son enfant par ses grands parents .oui mais un système de garde dans les écoles .? Ne vont t il pas autant se contaminer confinées dans une classe avec des adultes qui risquent autant que les grands parents ? Je n ai pas compris le circuit du virus dans ces mesures
    Autre question .je benevole dans un café associatif ..beaucoup de circulation et de proximité ..doit t on le fermer ?
    Merci

    • Bonjour
      Cette histoire de système de garde dans les écoles n’a pas de sens.

      Pour les grands parents, la garde ne paraît prudente que si l’enfant n’a aucun symptôme et ne fréquente pas d’autres enfants en dehors de la maison.

      Il est préférable de fermer les lieux associatifs dont le rôle n’est pas vital.

  • Bonjour docteur,
    J’ai plusieurs questions, la première, on voit circuler sur les réseaux sociaux une étude faite en Chine qui dit que "Le coronavirus peut se transmettre jusqu’à 4,5m de distance et reste 30 minutes dans l’air", qu en penser vous ?
    Une personne asympthomatique est contagieuse combien de temps ?
    Dans les cas de covid 19 recensés depuis fin février en France il n’y a pas de guérison encore annoncée dans les chiffres que l’on peut voir, pourquoi es ce si long ?Merci pour tout,de la part d’une Corse qui s’inquiète ....

    • Bonjour,
      Une transmission à cette distance est un cas extrême. En revanche, les 30 mn sont vraies, à condition que les gouttelette d’eau qui porte le virus ne soit pas tombée au sol, ce qui est rare.

      Une personne asymtomatique reste contagieuse (par les mains uniquement) le temps qu’elle élimine le virus, et on ne sait pas grand-chose à ce sujet.

      En France, il n’y a pas de guérison annoncée pour les cas hospitalisés car il faut 3 semaines au minimum pour parler de guérison. Mais de nombreuses personnes ont guéri sans même savoir qu’elles avaient été contaminées par le COVID-19

  • Merci pour toutes ces infos pertinentes et pratique.
    2 questions :
    1) quand seront mises à jour la définition des cas et les recos pour la prise en soin ambulatoire ?
    2) comment faire pour éviter les réactions excessives de certaines fédérations de sport qui annulent les cours collectifs notamment ?
    toute réaction excessive est néfaste. pour exemple, la pénurie de masques chirurgicaux en officine, par la vente de ces masques aux personnes saines, non contagieuses, empêche que les personnes qui toussent (infectées par le corona ou un autre virus respiratoire) puissent en porter et protéger aussi ceux qui ont réagi par excès en vidant les pharmacies.
    à suivre
    fabien

  • Bonjour,
    Se laver les mains à l’eau et au savon ...
    OK, ça enlève les saletés auxquelles les virus peuvent adhérer. Ca enlève peut-être quelques virus aussi. Mais le savon est-il virucide ?

  • Bonjour,

    Il faudrait rajouter comme facteur de risques le fait de travailler dans le médico-social. Ce qui est mon cas. Mon employeur m’a d’ailleurs imposée ce jour d’appeler le 15 (40mns d’attente !),, car j’ai des symptômes grippaux (légère fièvre, toux, fatigue), service que je viens d’avoir et qui me confirme qu’il faut faire le test. Je suis maintenant en attente avec la cellule de crise.

  • Après 1h d’attente au 15, un premier tri (questions : nom, prénom, âge, antécédents médicaux, contexte de l’appel) me disant qu’il fallait effectivement me tester, j’ai eu un médecin qui m’a dit le contraire. Que tant qu’il n’y avait pas une réelle détresse respiratoire (et non une simple gêne respiratoire comme c’est souvent le cas avec la grippe), ils ne faisaient pas de test. Le fait que je travaille avec un public fragilisé (SDF, réfugiés...) ne rentre pas dans leurs critères finalement. Ni le fait que je fasse partie des publics à risques (problèmes respiratoires chroniques : asthme, bronchites à répétition, coqueluche sévère il y a quelques années...). Je lui ai aussi précisé que la demande m’avait été imposée par ma directrice, suite à mes symptômes (ce que j’ai trouvé d’ailleurs assez anxiogène...). Il m’a dit que de toute façon, il n’y avait pas de traitement à l’heure actuelle, et conseillé simplement de rester confinée chez moi pendant 2 semaines, ce qui était déjà prévu étant donné que ma directrice avait aussi décidé ce matin que nous pouvions plus recevoir de public (jusqu’à minimum début avril), et qu’il fallait qu’on bosse tous en télétravail. Le médecin eu au téléphone m’a simplement conseillé de re-rappeler le 15 au cas où je respirerais vraiment mal. Auquel cas ils feraient le test, et m’hospitaliseraient peut-être. Il m’a aussi expliqué qu’ils étaient débordés d’appels, et qu’ils devaient aussi gérer les urgences hors coronavirus (infarctus...). Bref, c’est un peu la pagaille !

  • Bonsoir Tout d’abord merci pour vos précieuses informations. Je me permets une question concernant un produit alimentaire beaucoup consommé en France : le pain . si on le congèle (c’est ce que je fais car je ne peux pas aller à la boulangerie que tous les 15 jours) et qu’on le passe au grille-pain est-ce que cela suffit à détruire un éventuel covid19 qui se serait retrouvé dessus ? Ou vaut il mieux le passer au four et dans ce cas à quelle température et combien de temps selon vous ? Merci par avance

  • Bonsoir,
    Je reviens sur l’aspect virucide du savon. L’hcsp donne des recommandations pour le nettoyage des sols possiblement contaminés (et pas seulement de chambre de malade) : lavage avec un détergent, rinçage, puis désinfection à l’eau de Javel, les 3 étapes avec un bandeau différent.
    Le savon de toilette est beaucoup moins agressif qu’un détergent ménager, mais serait davantage virucide, puisque besoin de rien après lavage ???
    Je ne dis pas que ça ne sert à rien de se laver les mains, mais si vous avez une référence pour me prouver que le SHA, seul ou après lavage, n’est pas plus efficace que le lavage seul, je prends !

    • Bonjour
      Il y a une nuance entre une procédure d’hygiène, destinée à traiter les sols toutes les contaminations (y compris la tuberculose) et la protection contre la transmission cutanée du coronavirus.

      La frictions au SHA est la meilleure solution car elle est simple, efficace et mieux acceptée par les soignants https://www.srlf.org/wp-content/uploads/2015/11/0206-Reanimation-Vol11-N4-p257_259.pdf
      , mais toutes les recommandations officielles présentent le lavage au savon comme suffisant pour éviter la contamination virale. C’est ce qu’on fait les chirurgiens pendant des années. Par ailleurs, le niveau d’antisepsie nécessaire pour opérer un malade n’est pas le même que pour la vie courante.

  • Bonjour
    un grand merci pour ce papier très précis et documenté. Je vis avec une personne âgée malade. Nous avons opté pour le confinement depuis une 12e de jours ne sortant que dans la nature. Je viens de faire un gros plein de courses sur le net. Faut il que je passe chaque paquet de pâtes, chaque yaourt, au désinfectant ? Si oui, le quel ?
    Et pour le frais ? Quid de la viande ? du poisson ? des légumes ?
    Plus on avance plus je me dis que qu’on qu’on fasse il y a toujours un risque qui subsiste.. :(
    Merci de votre réponse !

    • Bonjour
      Je viens de trouver des données sur cet élément important et de les ajouter à l’article, à la fin du chapitre sur la contamination par contact.

      Survie du virus sur différentes surfaces, à 21°C et 40% d’humidité(situation actuelle en intérieur).
      - Inox (boîte de conserve, poignée de porte) : présence très faible du virus (probablement non contaminante) après 24 heures, disparition en 48 heures.
      - Carton, emballages cartonnés : présence très faible après 8h, disparition en 24h
      - Plastiques : présence très faible après 48h, disparition en 72h.
      Ces données sont importantes car il suffit de garder la nourriture emballée le temps suffisant pour qu’elle se décontamine naturellement.

  • Un peu comme Valerianne plus haut, le samu m a dit de rappeler quand ma situation empirera... j ai clairement les symptomes decrits. Je n ai aucun doute ca fait 2 semaines que je me sens courbaturee, et je suis tres fatigue. (Je suis vih +) Ma fille avait de la fievre 38 et j ai dormi avec elle. Mon fils pete la forme, pourtant je suis sur qu il a pu transmettre le virus a son instit, qui est absente depuis ce vendredi. La samu ne m a pas conseille de confiner mes enfants !! J ai appele il y a 5 jours.
    J ai l impression qu ils manquent de test, et qu ils ont acceptes que nous y passerons tous..... ils ne feront le test qu a la derniere minute....
    Mon fils est surement contaminant, mais il n a aucun symptome....!!

  • médecin ophtalmo
    je conseille aussi de prendre 125mg par jour de vit c qui renforce les défenses, avec éventuellement du cuivre, du zinc
    le dakin (javel) est 100 fois plus efficace que les gels hydro alcoolique pour détruire les virus ( je me lave les mains au dakin en consultation)

    merci pour votre excellent article

    • Bonjour
      L’intérêt de ce type de supplémentation n’est pas établi, et le Dakin n’est pas plus efficace que l’alcool glycériné sur le COVID19, mais plus irritant pour la peau.

  • Modif repérée par BB : "Le Haut Comité de Santé Publique considère que les personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 sont les suivantes :

    personnes âgées de 70 ans et plus (même si les patients entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée) ;
    patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
    les malades atteints de cirrhose au stade B au moins
    les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque ;
    Les diabétiques insulinodépendants ou présentant des complications secondaires à leur pathologie (micro ou macro angiopathie) ;
    les insuffisants respiratoires chroniques sous oxygénothérapie ou asthme ou mucoviscidose ou toute pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
    les personnes avec une immunodépression :
    médicamenteuses : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
    infection à VIH non contrôlé avec des CD4 <200/mn³
    Consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souche hématopoïétiques,
    atteint d’hémopathie maligne en cours de traitement,
    présentant un cancer métastasé,
    Les femmes enceintes par analogie avec les séries publiées sur le MERS-CoV et le SRAS en dépit d’une petite série de 18 cas d’infections à SARS-CoV-2 ne montrant pas de sur-risque ni pour la mère ni pour l’enfant ;
    Les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40kg/m² : par analogie avec la grippe A(H1N1)"
    https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/coronavirus-qui-sont-les-personnes-fragiles?fbclid=IwAR08Vi6AVA4N0HRDEy0B_fC4R1uWO2g-SpYMk7MkCMJC9YdaIcOhm6CxyfM

  • Bonjour, et suite du "savon virucide"
    J’aurais dû préciser, mais ça me semblait aller de soi, que les recommandations de l’hcsp que je résumais concernaient uniquement le SARS-COV 2 et non la tuberculose ou autre bêbête.
    Quant au Dakin, sa concentration en chlore actif (0,5%) correspond à 1L d’eau de javel à 2,6% + 4L d’eau, donc ce qui est préconisé pour la désinfection des sols par l’hcsp ....
    J’ai lu que les pharmaciens ne pouvaient plus fabriquer de SHA par pénurie d’alcool. Cas exceptionnel et intox, ou réalité ?
    Et que les labos de ville, censés pouvoir réaliser les tests, ne le pouvaient pas par manque de protection (masques FFP2) pour les laborantins ...
    Le discours officiel me rassurait, mais quand je gratte un peu, je m’inquiète ...

  • Bonjour,
    j’ai lu ce matin (source : ministre de la Santé) que certains anti-inflammatoires pouvaient avoir un effet aggravant sur l’infection au Covid-19. Pensez-vous que je dois suspendre le Plaquénil ?
    Merci

    • Bonjour
      Le PLAQUENIL lutte contre l’inflammation, mais ne fait pas partie de la famille pharmacologique des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Continuez votre traitement.

  • Bonjour et merci pour toutes vos informations.
    Étant en situation de handicap avec de très importantes douleurs, je prends du Dafalgan codeiné 500 mg, 4 par jour.
    La prise de codeine serait-elle sans "risque" dans le contexte du coronavirus ? (Mon médecin ne sait pas...).
    Encore merci à vous.

  • Bonjour,
    Nous vivons à 5 dans un appartement de 80m2 ; 2 parents et 3 enfants qui, à partir de lundi 16 mars, vont vivre en continu dans l’appartement puisque les écoles sont fermées.
    Ma question : nous sommes en travaux (peinture, menuiseries), est-il judicieux à votre avis d’interrompre totalement ces travaux pour éviter une contamination ?
    Merci pour toutes vos réponses, que nous lisons avec grand intérêt car elles sont très claires.

    • Bonjour
      Je ne vois pas de lien entre travaux et contamination. Cela dit, une période de confinement n’est pas favorable à la réalisation de travaux.

  • A propos des facteurs de "risque de gravité" ou fragilité que sont tabac et obésité morbide, voire diabète, s’agit-il uniquement de facteurs de fragilité ?
    Ne s’agit-il pas (aussi ou plutôt) de facteurs de soucis lors de la prise en charge (et de chances de succès) des cas lourds ?
    Je me rappelle, au décours d’une opé chirurgicale, d’un dialogue avec un anesthésiste très expérimenté : il m’affirmait que obésité et tabac sont des facteurs de complications et de risques dans la prise en charge par l’anesthésiste.
    Les diabétiques de même demandaient une prise en charge particulière (notamment perf de glucose même quand ils sont en hyper).
    Ce n’est pas une explication, certes...
    Mais je suppose que certaines des problématiques rencontrées en anesthésie puis en post-op classiques sont pour partie proches de celles rencontrées par l’équipe soignante lors de la prise en charge des cas graves d’atteinte pulmonaire ?

  • Bonjour,
    Pour compléter mon témoignage plus haut, j’ai une autre question : j’avais eu la grippe en janvier. Est ce fréquent de l’avoir à nouveau deux mois plus tard ? Ou du coup, est-ce que c’est plus probable que ça soit le coronavirus ? Concernant la différence de symptômes, ma toux actuelle est sèche (en janvier elle était plus grasse), j’ai plus de nausées et de troubles digestifs, et surtout je suis bien plus fatiguée !! (épuisée). Par contre, pas de détresse respiratoire.

  • @Valeriane
    Votre grippe de janvier en était-elle vraiment une ? Ou bien un autre virus, et encore un autre cette fois-ci ?

  • Liste des AINS (je ne sais pas si elle est complète), donc déconseillés en cas de COVID-19 avéré (mais si on en prend par nécessité absolue, faut-il voir avec son médecin si on peut ou doit l’arrêter ?) :
    https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/bon-usage/paracetamol-aspirine-ains.html?pb=anti-inflammatoires-non-steroidiens-ains

  • Bonjour , fin janvier et suite à une insuffisance respiratoire importante , j’ai été hospitalisé et on m’a testé positive à la grippe. J’ai développé une pneumonie, et je suis restée 5 jours sous oxygène à l’hôpital , j’ai aussi eu un traitement antibiotique.
    Aujourd’hui je vais mieux , hormis une fatigue résiduelle. Je précise que j’ai 56 ans.
    Ma question:suis je à risque pour une infection au corona virus ?
    Merci.

  • Bonjour j aie une valve cardiaque et une maladie pulmonaires est ce que je peux aller travailler sans craindre le corona virus

  • Cher Dominique Dupagne, cher confrère,
    Merci pour cette synthèse très claire et accessible.
    Une question relative aux traitements (symptomatiques) et notamment aux antipyrétiques :
    On voit enfin que nos autorités réalisent le danger de l’automédication et intègrent les complications et aggravations provoquées par les AINS dans les états infectieux, réveil salutaire, même si, en tant que lecteur de la revue prescrire, une fois n’est pas coutume, ceci est rapporté et démontré depuis bien longtemps...
    Corollaire : faut-il laisser évoluer la fièvre en espérant un effet antiviral de la chaleur induite ou calmer systématiquement celle-ci par du paracetamol comme les messages au public le laissent entendre ? Y-a-t’il des références sur ce sujet ?
    Autre question : est-ce qu’un système dont on disposait avant tel que le GROG (Groupe d’Observation Régional de la Grippe) ne serait pas à ré-inventer ? En effet, à l’époque du H1N1 on avait au moins une vision "côté ville" de l’épidémie et de sa progression ? Aujourd’hui, on a une vision hospitalo-centrée anxiogène de cas graves et de morts et côté ville on est dans le brouillard complet ! Quelle action pour remettre un tel système sur pied ?
    Bien confraternellement et bon courage pour ce qui s’annonce.
    Un MG de la Drôme.

    • Bonsoir,
      Faire tomber ou pas la fièvre reste un sujet très débattu, et comme ce virus est nouveau, nous n’avons aucune idée de ce qui est bon ou mauvais dans son cas.
      Le bon sens doit donc prévaloir : on prend du paracétamol, sans dépasser durablement 3grammes par jour, lorsque l’on supporte mal sa fièvre ou ses courbatures.

  • Bonjour,

    J’ai beaucoup de mal a m’endormir depuis 2/3 jours car je n’arrive pas à trouver un rythme respiratoire de "sommeil" et j’ai l’impression que mon rythme cardiaque n’est pas normal + quelques palpitations. Ces symptômes ne sont presents que le soir. Je n’ai pas l’impression de manquer d’oxygène ou de me noyer.

    Dois je considérer cela comme de la détresse respiratoire ?

    Merci

  • bonjour et merci pour votre travail excellent !!
    que doit faire un groupe d’amis qui souhaiterait continuer son activité de sorties en vélo une à deux fois par semaine. sachant qu’il s’agit de personnes de plus de 60 ans (majoritairement +70 ans). Est ce sans danger de continuer ou est ce dangereux en matière de santé publique ?
    limiter ces sorties est il un moyen essentiel pour limiter l’extension du virus dans un département qui est pour le moment très peu touché ? merci de votre réponse. AB

    • Bonjour
      Les groupes d’amis ne devraient plus se réunir jusqu’à nouvel ordre. Il faut vraiment appliquer la "distanciation sociale". Un seul contaminé dans le groupe peut faire plusieurs victimes.

  • Merci pour ces infos claires que fait suivre à la société de médecin de mon secteur et que m’a fait suivre une consœur
    Comment continuer à recevoir vos infos ?
    Bien confraternellement

    • Bonjour et merci
      Vous pouvez me suivre sur Twitter https://twitter.com/DDupagne ou vous abonner au site pour recevoir une notification lors de la publication de nouveaux articles : Allez sur la page d’accueil, et dans la colonne de droite, entrez votre email dans la case "Feedburner". Vous ne recevrez ni publicités, ni message indésirables, juste des notifications de nouveaux articles.

  • Bonjour,

    j’ai 73 ans. je me vaccine contre la grippe chaque année depuis longtemps. Cette année comme les autres. Question : ce vaccin a-t-il une chance d’agir contre ce virus ?

  • Bjr, je n’ai trouvé nulle part ld’information concernant le test . s’agit-il d’une sérologie ou d’une virologie ? Antigénémie ? PCR ?
    Merci !

    • Bonjour
      Il s’agit de PCR.
      Je précise pour ceux qui ne connaissent pas : c’est une technique qui met en évidence la présence du du virus dans les sécrétions nasales. http://www.scanelis.com/-PCR-et-Diagnostic-

      Les laboratoires de ville sont habilités à le pratiquer depuis peu, à domicile, mais à ce jour, il leur manque les masques pour protéger leur personnel !

  • Bonjour j’ai de la tension intra crânienne suite à un œdème papillaire, est-ce un facteur à risque comme la tension dont vous parlez pour attraper plus facilement le covit, d’autant plus que je suis assistante maternelle et que l’on continue à travailler. Je suis sous diffuk et diamox en traitement, merci de votre réponse, Anne

  • Bonjour
    Est-ce que la prise de comprimé à base de pélargonium est conseillé ou pas, dans le cas du coronavirus ?
    Merci à vous, Jean Luc

  • Bonjour Dominique,
    comment faire actuellement pour différencier les recommandations des SAMU ou syndicat de médecin généraliste qui disent que toute infection respiratoire aiguë et un cas possible alors même que la définition reste liée au retour de zone infestée ?
    Un MG qui essaie d’y voir plus clair.....

  • Relevé sur le site de l’hcsp :
    "La transmission des coronavirus des surfaces contaminées vers les mains n’a pas été prouvée. Cependant, elle ne peut être exclue, à partir de surfaces fraichement contaminées par les sécrétions. Par ailleurs, les coronavirus survivent jusqu’à 3 heures sur des surfaces inertes sèches et jusqu’à 6 jours en milieu humide. Ainsi la transmission manuportée à partir de l’environnement est possible."
    Alors que la transmission inter-humaine directe est certaine. Donc masque (ou distanciation sociale) > lavage de mains ?

  • Bonjour,
    Peut-on utiliser le Dakin comme désinfectant de surface ?

  • Si la définition de retour de zone infestée est périmée, toutes les données sur la prise en charge en ambulatoire émanant des sites gouvernementaux sont périmées.

  • Il est impensable d’imaginer que nous ne puissions pas nous référer à un site unique pour diriger nos actions locales. sinon, celles-ci seront tellement disparates que les effets seront terribles.

  • Un très très grand merci pour cet énorme travail et ce cadeau offert aux lecteurs
    - c’est clair, c’est simple, c’est actualisé, c’est complet, c’est interactif

    Bravo +++

  • Bonjour,
    un grand merci pour cette synthèse très claire.
    Avez-vous des recommandations pour fabriquer des masques en tissu soi-même ? Est-ce possible ? On voit plein d’exemple sur le net, mais je ne sais pas ce que cela vaut.
    Merci

  • @Annie
    Je cite Mr le Dr Dupagne dans son article ci-dessus : "Le port d’une écharpe ou d’un cache-col sur le nez et sur la bouche semble une protection suffisante lors des sorties extérieures dans la vie courante (ceci est un avis personnel non documenté)."

  • @Corine
    Merci !

  • bonsoir
    quelles précautions doivent prendre de jeunes parents (30A) avec leur bébé qui a 3 mois, sevrage en cours pratiquement terminé. les bisous au bébé sont ils risqués ?? merci pour votre réponse, non urgente en fonction de vos disponiilités et surtout merci pour TOUTES ces info très claires et documentées

    • Bonjour,
      Les bisous au bébé ne sont dangereux (pour les adultes) que si le bébé en fréquente d’autres de près, ou d’autres adultes qui auraient pu le contaminer.

      Le bébé lui-même ne risque quasiment rien, les cas graves chez les nourrissons étant quasiment inexistants.

  • bonsoir,
    Mon fils (32 ans) souffre d’eczéma pratiquement depuis sa naissance et doit utiliser régulièrement une pommade (diprosone 50% et vaseline 50%) sur le dos le torse et le cuir chevelu ainsi que du protopic sur le visage. Peut-il continuer à utiliser la diprosone ou doit-il remplacer par le protopic ?
    Merci pour votre réponse et pour tout votre travail !

    • Bonjour
      D’une façon générale, rien ne contre-indique l’usage de cortisone, en comprimé ou en crème. La contre-indication concerne les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), c’est à dire non dérivés de la cortisone.

  • "AINS + Cortisone sont à éviter", c’est pourtant ce que dit notre ministre....Olivier Véran
    Hier, à 11:45 sur sa page Facebook...j’ai tenté de retrouver la source première de ce leitmotiv repris, avec la plus grande constance, par la presse...

  • @Bobinette (et @hochard)
    La cortisone est un anti-inflammatoire. Stéroïdien, certes, mais c’est bien l’effet anti-inflammatoire qui est nocif ici en favorisant le développement de certaines infections.
    Donc en ce moment, AINS ET corticoïdes pes os sont contre-indiqués (sauf traitement au long cours = voir avec le médecin traitant)
    Dans le cas de pommade, le passage systémique est bien moindre, et je ne pense pas qu’il y ait de risque important, en l’état actuel de nos connaissances ....

  • Bonjour et merci pour cet article très complet.

    J’habite en Italie et ici il y a des campagnes pour aller donner son sang car les mesures en cours ont fait énormément baisser les dons ces dernières semaines. Dans ces campagnes il est bien précisé que donner son sang ne comporte pas de risque d’être contaminé.
    Très bien, mais je n’ai par contre rien trouvé sur le risque de donner son sang si on est nous même contaminé (mais évidemment asymptomatiques, sinon nous n’irons pas le donner bien sur !) ..

    Voici ma question :
    Le virus peut il se transmettre par le sang ? Le sang est il testé ensuite pour contrôler qu’il soit "sain" ?

    Merci beaucoup

  • @Corine : oui mais bon....n’est-ce pas un raccourci ?...AINS et corticoïdes ne fonctionnent pas du tout de la même manière.
    https://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/anti-inflammatoires-non-steroidiens
    https://pharmacomedicale.org/medicaments/par-specialites/item/corticoides-les-points-essentiels
    Le seul critère "anti-inflammatoire" est il suffisant pour banir les 2 ?
    L’hydroxychloroquine agirait apparemment également comme un anti-inflammatoire, il me semble, et elle est pourtant pressentie, pas en première ligne certes, pour des essais anti-corona.

    A noter que le 10 mars, dans une même émission TV, le Pr BL déconseillait absolument la cortisone, mais le Pr YY évoquait l’utilisation de la cortisone, évidemment de manière maîtrisée, ciblée, et combinée avec d’autres traitements pour les cas graves...j’ai cru comprendre dans les propos de YY qu’on tâtonnait un peu (certes de manière raisonnée) dans les traitements pour tenter le tout pour le tout pour sauver ces malades (je ne vais pas faire de pub pour cette émission de vulgarisation, mais je tiens les réf à disposition, et je suppose qu’il a tenu les mêmes propos ailleurs).

    @Dr Dupagne, pourquoi conseillez-vous, dans votre article, de boire des boissons chaudes ? (à part le côté réconfortant...)

    • Bonjour
      Tout à fait d’accord pour la cortisone.
      Les boissons chaudes, et notamment l’eau bouillante avec du jus de citron et du miel, constituent un des meilleurs traitements de la toux sèche.

  • bonjour..merci pour les infos du site.
    sinon, je trouve pas normal que les responsables des supermarchés n’imposent pas une distance d’au moins 2 mètres dans les files d’attentes à la caisse entre les individus.
    et je ne parle même pas des transport en commun..(la semaine passée, le tramway parisien était bondé !) j’ai l’impression que les pouvoirs publics n’en parlent pas assez..
    qu’en pensez vous ? merci.

    • Bonjour,
      C’est surtout dans les transports en commun que le risque paraît important. C’est "par l’avant" qu’on se contamine, et vous pouvez choisir votre distance avec la personne qui vous précède dans une file d’attente. Si elle est de dos, un mètre suffit largement.

  • voici le lien ayant motivé mon propos.
    https://www.businessinsider.fr/le-c...

  • Bonjour et merci pour tout votre travail
    apres l annonce du confinement je me demande si il est possible de se promener seule ou avec la personne qui vit avec vous dans une forêt ou à l extérieur avec bien sûr une distance importante avec d autres personnes
    de même étant mamie de 64 ans sans problème particulier et bien triste de ne plus pouvoir garder recevoir et embrasser mes petites filles
    est ce aberrant de les voir quand même dans un jardin quand on respecte toujours une distance de 2/3 m sans les embrasser
    merci pour votre réponse

    • Bonjour
      La promenade dans des lieux peu fréquentés est même recommandée ! De même que la gymnastique en famille.
      POur les petits-enfants, j’ai le même problème qui me fend le coeur. Mais ce n’est vraiment pas prudent des les approcher ou de les laisser venir chez soi. Il faut se mettre à Skype !

  • "Le virus ne résiste pas au passage en lave-linge ou lave-vaisselle."

    Une réponse sur la température de lavage apportée par le site checknews de libération
    https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/11/faut-il-passer-ses-vetements-au-micro-ondes-ou-au-congelateur-pour-se-debarrasser-du-coronavirus_1781071

    La glycérine étant introuvable pour faire son gel hydroalcoolique, peut on utiliser de l’aloe vera ou bien de l’huile de ricine ?

    • Bonjour
      Il ne faut pas oublier qu’au lave linge, la chaleur est associée à de la lessive qui est un détergent. Je doute que le virus survive à un cycle complet, y compris à 40°. Je pense qu’il est inutile d’abimer vos vêtements en les lavant à 60°. De plus, si vous utilisez un sèche linge, la chaleur finira le travail. Et pour finir, le linge propre au placard pendant 4 jours et il n’y a plus de virus.
      N’importe quelle huile peut remplacer la glycérine, qui a l’avantage d’être très fluide, hydrosoluble et de ne pas graisser les mains. Je suis surpris que vous ne trouviez pas de glycérine sur internet.

  • Bonjour et merci pour ces précieuses informations.
    Que sait-on de la durée de vie du virus sur les vêtements ?
    Merci.

  • @Dominique Dupagne 9:27
    Sidérant et glaçant de lire ça : « ce n’est vraiment pas prudent de les approcher (les enfants) ou de les laisser venir chez soi », est-ce que c’est imprudent pour eux ou pour les grands-parents ? Ou les deux ?

  • L’année dernière, j’ai eu un pneumothorax récidivant , pleurectomie puis une légère pleurésie et découverte de 2 bulles d’emphysèmes...45ans... Suis je dans la population la plus à risque ? je n’ai aucune idée de si 2 bulles d’emphysème c’est beaucoup ou pas !? et tout cela me rend forcément inquiét. j’ai été bien entendu vacciné grippe A et pneumocoque.

  • Les personnes âgées sont plus sensibles au coronavirus.
    Les personnes âgées sont aussi les plus vaccinées contre la grippe.
    Y at-il un lien, en dehors du fait que la fragilité est liée à l’âge ?
    Merci.

  • Bonjour,

    On parle de la durée de vie du virus sur le cuivre, carton, métal... mais qu’en est-il de a baguette que j’ai achetée ce matin chez mon boulanger ? Si il a toussé dessus, est-ce que je peux attraper le virus rien qu’en ayant touché la baguette ou en la mangeant ?
    Merci à vous pour votre aide !

    • Bonjour,
      Théoriquement, oui. Un truc simple pour vous rassurer : mettez-la au four à 180° pendant 2 minutes. Pour éviter qu’elle dessèche, vous pouvez l’humecter légèrement avant.

  • Bonjour,

    Concernant l’âge, est-il un facteur de risque en lui-même ou est-ce dû au fait qu’avec l’âge on a plus de chances d’avoir des pathologies qui vont prendre de l’ampleur en présence du coronavirus ? Autrement dit, une personne de 70 ans sans pathologie particulière est-elle plus à risque qu’une personne de 40 ou 50 ans dans la même situation, par le seul âge de son système immunitaire ?

    • Bonjour
      Il n’y a pas d’analyses multivariées qui permettraient de répondre avec certitude, mais il semble bien que l’âge soit un facteur de risque indépendant.

  • Bonjour
    Quelles sont les mesures de protection nécessaires pour les agents de collecte ? (éboueurs dont je fais parti). Nous commençons à ne pas être rassurés par les messages de notre direction qui passe outre nos messages d’alerte et nous aimerions garantir au mieux la sécurité des agents.
    Cordialement Stéphane

  • Bonjour,
    Qu’en est-il concernant le courrier, ou le journal quotidien distribué dans les boîtes à lettres ? Combien de temps le virus peut-il être présent dessus ? Merci

  • @ Matthieu
    Bonsoir
    J’ai diffusé l’article ďe tomas pueyo. Or il est fort critiqué aujourdhui par Nicolas Martin journaliste de l’emission La méthode scientifique sur France Culture ( chronique : radiographie du coronavirus) pour son manque de rigueur scientifique
    Qu’en pensez vous ?
    Merci

  • Et @ Dominique Dupagne bien sûr

  • Bonjour,

    Tout d’abord, merci pour toutes ces informations.

    Pour France Info, prendre des boissons chaudes est...... un fake
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/epidemie-de-coronavirus-boissons-chaudes-soleil-test-a-faire-soi-meme-nous-avons-passe-au-crible-les-pseudo-conseils-envoyes-par-un-message-viral_3866287.html

    Il est certain que ça ne va pas tuer le virus, mais prendre une boisson chaude n’est pas désagréable, d’autant plus qu’il ne fait pas encore très chaud dans les logements.
    Bon courage à vous et tous/tes vos collègues.

    • Bonjour
      Ils parlent des boissons chaudes dans l’optique de tuer le virus, ce qui est bien sûr idiot. Les boissons chaudes sont destinées à soulager la toux.

  • Bonjour j’ai de l’alcool 75 degré je sais sa peut l’empirer mais je voudrais savoir comment le corona virus réagis a l’alcool fort ?

    • Bonjour
      L’alcool éthylique à 75° est parfait pour tuer le virus. Pour la peau, il vaut mieux rajouter un peu de glycérine ou d’huile fluide pour le corps afin de lutter contre son effet desséchant.

  • Je pense qu’ il va être difficile d empêcher la vaccination obligatoire si vaccin il y a.Quand je sais ce que vous pensez de la vaccination antigrippe faudra t il résister à cette obligation ?

  • Bonjour,
    Vous pensez donc que le fait d avoir été en contact avec le coranovirus avec symptômes ou non ,ne nous immunise pas.Ce sera intéressant de comparer avec l Angleterre si il continue dans leur démarche .

  • Bonjour. Combien de temps le virus peut-il rester sur les poils d’un chien caressé par une personne contaminée ? Exposer des objets, vêtements en plein soleil à l’air supprime-t’il le virus et si oui en combien de temps ? Merci

  • « si vaccin il y a »
    Le vaccin c’est pas la solution : « ..pour des virus non prévisibles qui changent il n’est pas adapté. » selon Bruno Canard, chercheur à Aix-Marseille qui travaille sur les coronavirus et à qui on a coupé les crédits alors que dés 2004 ils avaient des résultats prometteurs. « nous avions eu cette idée qui s’est révélée fructueuse : les virus ont une capacité énorme à être différents, variés, avc de larges familles. Ns les avons donc étudié s tous en même temps, afin d’en avoir un modèle type qui nous permettrait en cas de menace d’un virus inconnu, d’en trouver un proche, d’où ns pourrions extraire des données scientifiques. » Las, dès 2006 l’intérêt des politiques pour le Sars-CoV avait disparu et puis ce fut la crise financière. En 2015 ce même chercheur écrit à la Commission européenne, il explique : il existe 9 familles de virus pourlesquelles une émergence est possible, le 1er sur la liste c’est le flavivirus, le 2nd le coronavirus. Et en 2016 apparaît Zila, un flavivirus et auj. Covid-19 un coronavirus... La Commission se torchera avec ses lettres. Auj. Elle met10 millions d€ sur la table. Derision de nous dérisoires... (tiré de l’Huma du jour, p.19. ) Désabusé, dégouté il poursuit : là, ds l urgenceon doit rédiger des programmes jour et nuit. Monter des projets en un temps record. Dans 2/3 ans le virus aura disparu et on n’en parlera plus

  • Donc, selon lui, c’est plus adéquat de faire des médicaments , qui ont un large spectre ds une famille virale, mais ça demande du temps d’où l’importance de l’anticipation scientifique, et des crédits, par ex un peu de celui du credit impot recherche...

  • Si décès il y a suite à contamination par coronavirus ,plus prise d ains ou corticoides,le décès est enregistré comment ? Iatrogènie medicamenteuse ou covid ?

  • Bonjour.
    j’ai été opéré d’un anévrisme de l’aorte par la méthode de Bentall et d’un remplacement de la valve aortique par une valve st Jude diamètre 27 mm et je souhaiterais savoir si je présente un risque beaucoup plus élevé lié au covid 19 et lesquels.
    Merci. Cordialement. Alain.

  • Bonjour Dr,
    Je sortais 2 à 3 fois par semaine à Cheval, seul, en forêt de Compiègne ( Oise ), dans des zones où je ne rencontre personne.
    Puis-je continuer à sortir à cheval et toujours seul ?
    J’emmène toujours avec moi de l’eau et du savon de Marseille et un gel hydroalcolique.
    Des forces de police peuvent-elles m’interdire de sortir en forêt ?
    Bien cordialement.

  • Bonjour
    J’ai 70 ans et mon mari en a 73. Il souffre d’hypertension traitée depuis plusieurs années mais a en plus un anevrisme aortique pulmonaire, très bien surveillé depuis 4 ans. je suis absolument paniquée à l’idée que vivant ensemble et ayant fait quelques courses jusqu’à samedi dernier, je pourrais être porteuse de ce virus... et le contaminer car il est bien sur fragile et à haut risque. Que dois je faire ? je suis seule à pouvoir m’occuper de lui et de notre foyer.
    Merci par avance
    Cordialement
    Françoise Ludlow

  • Pensez-vous que la biseptine en spray peut être virucide ; l’idée m’en est venu en mettant la main sur une bombe dans ma trousse de 1er secours, depuis j’en asperge les objets de la vie courante (clés, téléphones, claviers poignées de porte, intérieur de voiture ...). J’ai essayé de me documenter sans réelles affirmations. Merci pour votre réponse.

  • Bonjour,
    Avant toute chose, merci beaucoup pour ce blog et ces informations.
    A ce stade de la pandémie, que pensez-vous des préconisations concernant la garde alternée. Nous sommes une famille recomposée. Entre les conjoints des uns et des autres et leurs enfants nous sommes 13 personnes. Nous devons retrouver nos enfants vendredi, moi ma fille et mon fils, et mon conjoint sa fille. Ma fille a eu des symptômes grippaux légers jeudi et vendredi dernier. Je commence à me demander s’il ne faudrait pas allonger la garde alternée à 15 jours, pour laisser passer la période d’incubation dans tous les foyers. Tout le monde fait très attention depuis samedi.
    Merci d’avance pour votre conseil qui je sais concerne un grand nombre de familles.
    Marilyne

  • Bonjour,
    Merci de votre remarquable synthèse. Bien que non médecin (mais biologiste à l’INSERM), votre analyse me semble équilibrée.
    Je suis intrigué par la diversité de symptômes et en particulier les symptômes hors fièvre/toux. Indiquent-ils une forme "bénigne" ?
    Par ailleurs que pensez vous des 1er résultats du traitement par Chloroquine du COVID-19 à l’IHU Méditerranée Infection ?

    https://youtu.be/n4J8kydOvbc

    • Bonjour,
      Il faut comprendre que chaque patient a plusieurs symptômes, et que les symptômes peu fréquents sont rarement isolés.
      Il s’agit de l’hydroxychloroquine et non de la chloroquine, et c’est un résultat très préliminaire qui demande à être confirmé par un protocole plus solide.

  • Bonjour,

    Pouvez-vous nous en dire plus sur la pneumonie et le ressenti (les douleurs au stade final)

    - dans le cas où la personne dispose d’oxygène, et que le médecin constate qu’elle est "perdue", est-elle mise en "coma artificiel" à un moment donné, ou pas (ou perd elle connaissance d’elle-même) ?

    - dans le cas où la personne n’est pas hospitalisée (ex infos de ce soir, où certains Ehpad mentionnent que les personnes âgées ne sont pas transportées par manque de moyens des Samu et des structures pouvant les recevoir et qui meurent donc dans l’Ehpad) :
    . La personne suffoque t’elle ?
    . souffre t’elle ?
    . Se noie-t’elle dans ses poumons ?
    . la personne finit elle par ne plus se rendre compte de son état ? (ou reste t’elle consciente de sa dégradation à tous les stades ?)
    . Est-ce que le manque d’oxygène, petit à petit, finit par faire perdre connaissance et la mort intervient alors doucement par asphyxie ? (sur personne qui n’a plus de ressenti ou de conscience) ?

    Merci

  • Bonjour
    Pour rassurer Suidem, voici le lien du document à télécharger "attestation de déplacement dérogatoire"
    https://www.interieur.gouv.fr/content/download/121663/976885/file/Attestation_de_deplacement_derogatoire.pdf

    - déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail (sur justificatif permanent) ou déplacements professionnels ne pouvant être différés ;

    - déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr) ;

    - déplacements pour motif de santé ;

    - déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants ;

    - déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins des animaux de compagnie.

  • Bonjour dominique bravo pour cette synthese
    1 remarque informer nos confreres de ne plus avoir de plage de consultation SANS rdV qui favorise indiscutablement la proximité la promiscuité , demander à nos patients d’etre à l’heure et nous meme tout mettre en oeuvre pour etre à l’heure ( se garder des plages libres pour se reetalonner / aux Rdv )
    A plus

  • bonsoir
    ayant vu circuler sur votre article le lien vers l’article de tomas pueyo, je tiens à vous faire part de la critique faite par Nicolas Martin (la methode scientifique) sur france culture :https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus-la-chronique/radiographies-du-coronavirus-du-lundi-16-mars-2020
    merci

  • Je me demandais ce que je pouvais faire à mon petit niveau, puisque, paraît-il, il faut des initiatives ...Bon c’est mon délire de Nuit d’Insomnie !

    Pour les soulager, j’ai demandé à mes infirmières de ne pas venir pour le soin mensuel ! Il est vrai que je connais et maîtrise bien mon petit souci, et que sauter un mois dans mon cas c’est pas grave ...D’autres volontaires ?

    Encore une idée vaporeuse de cerveau insomniaque : ne pourrait-on se servir de certains "guéris" du corona comme individus tampons/relais ou je ne sais comment appeler cela entre soignants et malades, au moins pour certains gestes et soulager ainsi les soignants ?
    En supposant qu’ils sont effectivement immunisés. En les briefant correctement sur la nécessité de respecter les gestes d’hygiène pour ne pas devenir vecteurs...

    (Oui oui je sais en l’écrivant que tout ça c’est idiot, sauf quelques cas à la marge.
    Mais qui donc disait que l’humour ou les délires, ça fait du bien ?)

  • Bonjour,
    Merci pour cette vulgarisation et courage à vous dans votre activité.
    Nous avons la chance de disposer d’un jardin et de balançoires accrochées à un platane dans une petite résidence. Nous sommes 6 familles avec enfants entre 2 et 5 ans à s’y retrouver en s’y rendant chacun notre tour ou en gardant nos distances. Nous nous demandons si, entre utilisation de chaque famille, un nettoyage à l’alcool ou une solution désinfectante peut suffire sur les cordes des balancoires, ou si nous devons simplement les interdire à nos enfants le temps de cette crise ?
    Aves tous nos remerciements

    • Bonjour,
      La désinfection suffit. Le mieux est un vaporisateur type produit à vitre, rempli avec de l’alcool ménager puisque c’est en plein air, suivi d’un essuyage et d’un séchage de 3 minutes pour les cordes.

  • Bonjour,
    je vous suis depuis l’article du 26/11/2009..je faisais partie du corps médical, retraitée aujourd’hui, j’ai lu avec intérêt votre article du 09 mars ,en tant que soignante j’ai adhéré très rapidement aux gestes barrières mais mon entourage à été très difficile à convaincre..l’ information faite par les personnes comme vous a été déterminante et les a definitivement fait basculer donc je voulais vous remercier..j’ai aussi une question : quand est_il pour les personnes sous somatuline 120 pour une tne digestive avancée...est ce que leur système immunitaire est déficient ?

  • bonjour,
    besoin de confirmation.
    Pour faire un petit tour de vélo en campagne proche, et pour juste aller acheter du pain, je peux faire suivre ma fille de 9 ans ? car je ne veux pas la laisser toute seule et profiter de lui faire prendre l’air (on vit dans un 40 m2 à peine sans jardin ni terrasse ni balcon).
    Merci d’avance pour vos réponses !

  • Merci pour toutes ces informations très claires ; ma question est : jusqu’à quand est-on contagieux si on a eu comme symptômes juste de la fièvre à 38,5 (et des courbatures) mais pas de toux : lorsque le fièvre sera tombée, est-ce que je pourrai à nouveau embrasser mes enfants et petits-enfants ?

  • @sophiep 17 mars 23h16
    « Nicolas Martin sur france culture »
    Ce NM est un comique, pas un scientifique, et la station qui diffuse ses sketches est devenue quelque chose de si loufoque qu’elle ridiculise jusqu’au terme même de « culture »

  • Bjr,

    L’angoisse est énorme pour les personnes qui ont des maladies chroniques et qui ne sont plus jeunes. Bien entendu, elles respectent scrupuleusement, les consignes et cela depuis le début de l’alerte !

    Il serait bien de pouvoir proposer à la population qui le désire, un kit de dépistage. Pour ma part, je suis prête à le payer.

    Car pour l’instant c’est le confinement et on le respecte, mais la personne "vulnérable" vit souvent avec un conjoint, des enfants qui sont en "bonne santé" et qui peuvent transmettre le virus au sein même du domicile.

    Ensuite, lorsqu’il faudra retourner au travail… La personne "vulnérable" conservera l’angoisse de se choper le virus. Tout le monde lèvera la garde, mais le virus ne sera pas éradiqué pour autant et le risque de se choper le virus sera toujours là.

    Est-ce que le dépistage permet de voir que "vous avez été infecté sans le savoir" Et donc, que l’on a été porteur du virus sans en avoir ressenti des symptômes ???? et que notre corps (l’immunité) a bien œuvré pour nous protéger des complications. Ce serait très rassurant.

    Pensez-vous qu’il sera possible de se faire dépister de la sorte ? Ou qu’une prise de sang permettrait de voir si on a été en contact avec le virus (ou pas) ???
    Merci

    • Bonjour
      Ce sera possible dès que les employés des laboratoires disposeront de protections appropriées pour réaliser ces prélèvements à domicile.

  • Bonjour , j’ai un jardin de 400 m carrés fermé : puis je y travailler sans risques. Puisque personne n’y rentre. ?! Merci

  • Bonjour, Une fois l épidémie passée vous ne pensez pas qu’ il faudrait mettre la iatrogenie medicamenteuse sur le devant de la scène ,c est quand même des milliers de mort chaque année ,fourchette entre 15000 et 40 000.,C est sûr,c est pas un avion qui s écrase ni une épidémie virale,mais le nombre de décès plus conséquent.

  • Bonsoir,
    On parle beaucoup du comportement du virus covid19 soumis à des températures au dessus de zéro degré mais qu’advient-il du virus sur un aliment congelé. L’aliment sorti 15 jours un mois après est-il susceptible d’être contaminant, s’il ne peut pas cuire exemple glaces gâteaux...
    Merci.

  • Bonjour,
    J’ai trouvé un tuto pour coudre des masques lavables dans lesquels on peut glisser un filtre jetable (portion de sac d’aspirateur découpé à la bonne forme, ou 4 épaisseurs de mouchoirs). J’en ai cousu 1 ou 2 pour chaque salarié de notre entreprise qui se doit de fonctionner (commerce alimentaire). Ca peut même être sympathique suivant le choix des tissus. Je voudrais en fabriquer suffisamment pour qu’e les salariés puissent avoir un roulement convenable. Si on change de masque (filtre jeté, partie en tissu lavée à la machine avec le reste du linge et séchée au sèche linge) toutes les 4 heures, cela parait il convenable pour éviter de transmettre le virus si on est porteur sain/pour limiter le risque de contamination des salariés non porteurs ?

  • bonjour
    je suis tombée malade extrêmement soudainement le 5 mars (extrême fatigue, maux de tête de gorge, 38 de fièvre, essoufflement). puis 5 jours après diarhée et fort maux de ventre...ça commence juste à aller mieux même si je reste fatiguée.

    ma fille de 19 ans, commence a se sentir fébrile.

    Est il possible que je sois de nouveau malade ?

    je vous remercie

  • Bonjour

    Ma fille de 20 ans a eu 2 pleurésies aux poumons à 5 et 9 ans. Elle est élève infirmière en 2ème année et souhaite se porter volontaire à l’hôpital. Est-ce que ses antécédents médicaux la positionnent comme un sujet à risque vis à vis du covid ?
    Merci

    • Bonjour
      Personne ne peut répondre à cette question. Cette situation est trop rare pour avoir des statistiques. On serait tenté de lui déconseiller.

  • Aux infos sur la 2, ils était question de 2000 tests réalisés par jour en France. Il ne pourra donc pas y avoir plus de 2000 nouveaux cas (confirmés) par jour. En fait, seul le nombre de décès est représentatif de l’évolution de l’épidémie : cas sévères, donc testés.
    Les chiffres italiens qui semblaient se stabiliser autour de 350 décès depuis 3 jours ont fait un nouveau bond avec 475 décès aujourd’hui. L’Italie, au contraire de la Chine, est un pays qui nous ressemble. Ca fait peur ...
    Respectons le confinement.

  • Puisque : à nombre de morts égal, plus il y a de malades, plus le taux de mortalité chez les malades baisse. (voir note 1).

    Alors il vaut mieux tout faire pour que le virus circule en ce cas.

  • Le professeur Béchamp a prouvé l’existence du polymorphisme de cellules qu’il nomma microzymas dans l’organisme humain. Il peuvent sous l’effet de stress de diverses origines se transformer en virus ou bactéries ou prions et ce dans le but de déclencher une réaction dans le corps afin de rétablir l’équilibre perdu, ce que la médecine pasteurienne nomme maladie. Il faut donc amener le corps à retrouver la situation non stressante et alors le microzyma retrouve sa forme initiale. Donc le virus est spécifique à chaque individu et en ce cas la contagion ne peut exister. La cellule par le polymorphisme des microzymas produit donc des virus. Les conséquences de tout cela font que combattre un virus ne sert à rien , mais il vaut mieux renforcer le non-stress du corps. Le virus est plus une conséquence qu’une cause. Le virus déclenche de lui-même la production d’anti-corps spécifique et ce tant que la situation de stress est présente, donc vouloir des anticorps ne fait en sorte que renforcer le virus ou équivalent (microbe).
    Ce prétendu nouveau virus n’est donc qu’une conséquence de la sur-stimulation de systèmes immunitaires par des vaccinations outrancières qui provoquent la transformation des microzymas.
    Bref toutes les mesures ordonnées par les gouvernements sont inutiles car le virus n’est pas extérieur mais intérieur. Le pasteurisme se trompe en parlant de transmission de virus alors qu’il faut parler de dégradation par les vaccins et autres de systèmes immunitaires.

  • Bonjour, depuis vendredi les autorités sanitaires de Belgique ont décidé de proposer le traitement par hydroxychloroquine à tout patient hospitalisé pour covid-19, mais aussi à tout patient présentant des formes légères et modérées, pour peu qu’ils présentent des facteurs de risque. Certains infectiologues en France, après avoir quelque peu raillé le Pr Raoult, se sont mis à prescrire et à recommander de le faire. Devrions nous attendre un essai randomisé en double aveugle contre placebo très difficile à mettre en œuvre et dont les résultats mettraient beaucoup de temps à apparaître ?? (en tout cas trop de temps dans les circonstances dramatiques actuelles). 5 ou 6 jours de traitement à 600 mg par jour, franchement, ou est le risque au vu de la situation catastrophique actuelle ? Finalement ne sommes nous pas beaucoup plus cons que les belges ? De grâce : TESTONS et SOIGNONS !

  • Bonjour,
    je me suis faite controlée 2 fois par les gendarmes depuis le début du confinement. J’étais derrière une file de voitures et ai du être controlée en 6 ème position. La gendarme prenait les papiers, les rendait, faisait circuler, prenait les papiers du suivant, les rendait, etc, jusqu’à moi et je me suis dit que si un porteur avait touché ou toussé sur son papier de circulation il y avait peut etre déposé du virus dessus. Auquel cas le gendarme, avec ou sans gants, allait le refiler à tout le monde. Alors j’ai refusé de lui donné mon papier, lui ai juste fait lire de loin, en lui expliquant pourquoi. Elle n’a pas apprécié et de toute façon elle a continué comme elle faisait, avec les autres. Et j’ai vu faire pareil aux infos, .
    Ma question est : est ce que je commence à "psychoter", ou est ce que réellement le fait de tripoter les papiers de tout le monde peut être propagateur du virus, ce qui aurait l’effet inverse de celui recherché !
    Autre question, est ce que tous les alcools (ex alcool à bruler) sont efficaces contre le coronavirus ?
    Bravo pour vos explication en tout cas !!
    Bravo pour votre site, c’est clair et très utile !

  • Bonjour je me suis réveillée ce matin avec l’œil droit collé et des picotements dans la gorge ! Pas de fièvre pour l’instant ni toux ! Je. Suis inquiète car nous sommes confinés depuis lundi avec mes filles et mon mari et si c’était le covid 19 j’ai du contaminé tout le monde et ça me stresse !! Que dois je faire ? merciii

  • Est ce utile de désinfecter la barre du chariot du supermarché et la calculette avec de la Biseptine ?

  • Bonjour,

    Merci pour cet article très complet. Je me pose la question de la survie du coronavirus face à la congélation (pour un livre qui nous est prêté comme pour un aliment acheté au marché, par exemple). Je ne trouve la réponse nulle part...

    Merci d’avance de la vôtre !

    Bonne journée et prenez soin de vous.

    • Bonjour
      La congélation n’est efficace qu’à partir de - 20°C et elle est surtout inutile puisqu’il suffit d’attendre 4h pour que l’objet ne soit plus contaminant.

  • N’y a-t-il pas une contradiction à dire qu’après 4h d’attente on peut toucher à ses courses alors que la durée de vie du virus varie entre qqs heures et qqs jours selon le support ?

  • Bonjour et merci pour ces articles et réponses si précieuses.

    J’ai été très prudente, retirant ma fille de l’école par exemple une semaine avant le confinement du fait de premiers cas dans la ville, veillant à suivre les informations et... et j’ai été lundi, stupidement (je postule pour le Darwin Award même si je me suis déjà reproduite), faire renouveler mon ordonnance chez mon médecin. Bilan 5 cas avérés le matin même chez elle et 3/4 d’heure en salle d’attente (vide à ce moment là). Depuis je m’interroge sans trouver d’information fiable sur les risques de contamination aérienne liés au Covid, la fréquence des cas... Pour le reste je m’étais protégée très soigneusement. En savez-vous plus, ce qui serait utile pour qui doit faire ses courses par exemple.
    *
    J’ai vu aussi que vous abordiez la question du pain qu’il est difficile de placer en "quarantaine" pendant 2 jours. Est-il plus prudent durant le pic épidémique de privilégier le pain industriel qui voyage sous plastique mais qui, par définition, est humide ?

    Merci d’avance et bravo une fois encore.

    • Bonjour
      Si vous avez bien décontaminé vos mains en salle d’attente et en sortant, le risque est faible (mais non nul).
      La contamination aérienne paraît liée à la proximité d’un tousseur, ou au séjour dans une pièce confinée avec un tousseur. Dehors, pas de risque.
      Pour le pain, le risque paraît infime si le vendeur le manipule avec une pince, mais vous pouvez toujours le mettre au four 2 mn à 150 °C pour le stériliser, ou attendre 4h pour le consommer.

  • Bonjour et merci pour cette synthèse claire, utile et rigoureuse que j’ai diffusé auprès de mes connaissances.

    Je suis infirmier intérimaire et je travaille dans de nombreux établissements de soins autour de chez moi, principalement avec des patients multi-pathologiques de plus de 80 ans, donc quasiment tous à multiples facteurs de risque face au coronavirus. Au vu de la tournure que prend l’épidémie et de mes nombreuses lectures, j’ai commencé à me demander s’il n’était pas "de bon sens" de porter un masque chirurgical en permanence lors de mon exercice auprès de ces patients, dans l’éventualité où je serais porteur sain - puisque d’après ce que j’ai compris ces masques protègent surtout les autres. De nombreux collègues et médecins en gériatrie semblent partager ce point de vue puisque dans le service où j’étais hier presque tous portaient un masque.

    Cependant par curiosité et pour en avoir le cœur net j’ai appelé le médecin hygiéniste du Centre hospitalier et je lui ai posé la question sur la nécessité du port du masque à titre de protection des patients en gériatrie. Elle m’a répondu que sauf cas habituels (soignants malades symptomatiques, en gros), il n’était pas demandé de porter le masque par les soignants. Des collègues affirment que c’est (hypocritement ?) par manque de dotation que la direction de l’hôpital ne donne pas cette recommandation - ce qui paraît scandaleux et complètement incohérent avec les mesures de confinement généralisé mises en place. Mes recherches sur les sites de la HAS et de l’ANSM ne donnent aucun résultat de recommandations officielles à ce sujet.

    Qu’en pensez-vous ?

    • Bonjour
      La transmission asymptomatique concerne les sécrétions nasales (par les mains) et la toux légère (transmission aérienne) Sans sécrétion nasale, sans toux et avec une bonne hygiène des mains, le masque paraît en effet inutile.

    • Bonjour
      Ma réponse précédente était fausse. On sait depuis que l’on peut être contaminant même sans tousser, par la simple parole.

  • Bonjour
    j’ai eu l’occasion de faire circuler l’info pour la fabrication de masques en tissus. mais tout a coup je me demande : quelle est leur efficacité dans le quotidien ?je sais qu’ils ne sont pas indiqués pour les soignants de covid19. à qui sont ils destinés ? aux caissiers de supermarché ? aux personnels de ménage ? à moi, dans la rue pour aller acheter mon pain ? quelle protection en attendre ? quel message exact faire passer sur ces masques e leur intérêt si ils en ont un au final ? Merci beaucoup

  • Bonjour,
    Les masques simples chirurgicaux (sans partie en plastic ou métallique) peuvent-ils être désinfectés au four micro-onde ? ce serait une solution pour la réutilisation dans les hôpitaux...?

  • Bonjour
    Comment peut-on comprendre la variabilité des décès dans les différents pays (par exemple en Allemagne 24 décès pour plus de 8000 cas, situation très différente en Italie, dans une moindre mesure en France ?)
    Je me demande si l’accès aux marchés extérieurs et à l’alimentation en général n’y est pas pour quelque chose…

  • @Martine QUINIO

    Hello,

    les différences peuvent peut-être s’expliquer par la population testée en majorité. Imagine qu’en France on test que les cas "grave", et qu’en Allemagne, les test soit fait de manière plus large. Un cas grave a plus de chance de dégénérer et d’aboutir à un décès, là ou des test fait sur la population en général "diluera" ces décès.
    Sans protocole/règle communes entre les deux pays, il est très hasardeux de faire des comparaison.

    Aussi, la temporalité du développement de l’épidémie n’est pas la même dans les deux pays. L’Italie a peut-être 2 semaine (au pif) d’avance sur l’allemagne. Peut-être que le temps qu’un malade dégénère et décède fait que le nombre de mort en Allemagne augmentera aussi.

    Il existe tellement de variables différentes, selon les choix fait par chaque pays sur la méthode de mesure, avec même parfois des changements de méthode en cours de route, ou des limitations matérielles (si un pays peut faire au maximum 2000 nouveaux tests par jour, il n’y aura jamais plus de 2’000 nouveaux cas, etc), qu’il faut vraiment garder un oeil critique sur ces chiffres, et se retenir de toute conclusion hâtives.

    On saura réellement un fois l’épidémie terminée, et si des test statistique sont fait sur des échantillons de population pour voir qui a des anticorps.

    Mais dans tout les cas, les chiffre permettent de se rendre compte que la situation en Italie est très critique actuellement, et qu’elle ne l’est pas (encore) en Allemagne.

  • Bonsoir docteur,merci beaucoup pour cette remarquable synthèse ! 2 questions : 1/ les rhinites et conjonctivites allergiques favorisent-elles l’exposition au virus ? 2/ Peut-on rendre réutilisable un masque ffp2, de la même manière qu’un masque chirurgical simple ? Merci encore pour vos éclaircissements. Bien à vous.

  • Bonjour,
    le délai sur les inertes est contradictoire, le virus vivrait jusqu’à 72 heures sur du plastique, il est mis dans un paragraphe "il suffit de ne pas toucher vos courses ou tout objet acheté à l’extérieur pendant 4 heures pour être tranquille."
    et dans un autre paragraphe, de mettre ses courses de 1 à 3 jours dans un placard sans y toucher pour que le virus meurt spontanément...
    Quand est il exactement ?

    Merci pour votre réponse

  • Bonjour, es que ma femme et m’ont fils peuvent se mettre en arrêt le temps du confinement vue qu il
    travail dans le commerce (supermarchés) sachant que ma fille de 5 ans et moi même avons dès problème respiratoire ?

  • "Je pense à un truc : si le lavage des mains au savon est efficace, alors le lavage du linge en machine à 40° avec lessive est forcément suffisant aussi." dites-vous sur un autre réseau.

    - Si le virus ne "s’accroche" pas comme un scratch aux tissus,
    - s’il y a bien une notion de "charge virale",
    alors en toute logique de béotienne il se serait tellement délayé, si l’on peut dire, qu’il ne doit pas en rester grand chose ?
    Je dis ça parce que l’autre jour j’étais à la laverie automatique (tout de même j’ai essuyé les trucs qu’on touche, par ex le hublot) ...

    Bon, c’est pas d’une logique scientifique parfaite, sans doute...

    Mais du coup il me vient un gros doute et une angoisse :
    Je me suis auto-confinée, toute seulettemment (pour des raisons diverses dont rhume etc etc que d’ailleurs ça guérit pas), et j’avoue que vu que je suis isolée 100% je ne passe pas mon temps à laver les surfaces et tout et tout...
    Mais alors si j’ai vraiment le coco, que j’émets mes gouttelettes et que je m’en remets une louche quand je retouche par exemple mon clavier, ben est-ce que je n’augmente pas ma charge virale ?

  • Les personnes de groupe sanguin A seraient plus sensibles au coronavirus :
    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-personnes-groupe-sanguin-seraient-plus-sensibles-coronavirus-80111/
    Réel, aucune idée ou fake ?

    • Bonjour,
      C’est réel, mais franchement, 20% en plus ou en moins, ce n’est pas fondamental. Cela signifie par exemple que si le risque de base est de 10 pour 1000, il passe à 12 pour 1000 en cas de groupe A

  • Tout simplement merci pour votre blog

  • Bonjour Bobinette, laver à 40° est tout à fait suffisant, ne pas oublier d’ôter ses chaussures dès l’entrée de la maison et d’y stocker votre manteau, sac... à proximité d’un radiateur, les virus survivent moins longtemps à la chaleur sèche.

  • Bonjour
    pourquoi les porteurs de stents sont ils des personnes a risque.
    Merci de votre réponse

  • Suggestion d’apport dans le texte :

    "Il faut faire très attention en revenant de l’extérieur, de décontaminer..."
    Je rajouterai le téléphone portable, qui est tactile dans la très grande majorité représentant ainsi un vecteur très probable (au vu de l’utilisation frénétique de notre population) des germes en tout genre (dont le Covid-19).

    bravo pour cet article d’utilité publique !

  • Bonjour. A-t-on une idée du taux de faux négatifs en recherche du SarsCov2 par PCR sur prélèvements nasaux ? Cas de résultats négatifs avec une clinique pourtant évocatrice bien que non inquiétante ? J’ai lu que la TDM thoracique serait même plus sensible que la PCR (images de d’infiltration du parenchyme ?)

    Intérêt de la recherche d’anticorps spécifiques ELISA a posteriori ?

    Dernière question au sujet des cas d’anosmie-agueusie, il semblerait que dans ce contexte cela soit pathognomonique du CoviD19. Que penses les confrères orl sur la récupération de ces fonctions sensorielles ?

  • Bonjour,
    je vous partage les statistiques pour les US dans la photo ci jointe.
    source :
    https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6912e2.htm
    Severe Outcomes Among Patients with Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) — United States, February 12–March 16, 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. ePub : 18 March 2020. DOI : http://dx.doi.org/10.15585/mmwr.mm6912e2external icon.

  • Au JT de France 2 ce soir, Laurent Nunez, secrétaire d’état auprès du Ministre de l’intérieur, se refuse à reconnaître qu’on manque de masques !
    Le rationnement à 18 masques par semaine pour les médecins libéraux, ça fait 3 masques par jour 6j/7, portés au max 3H, sans le toucher et sans en changer entre les patients (eh oui, c’est la consigne !) et donc zero à mettre au patient en l’examinant.
    On ne se fiche pas un peu des soignants, là !!!!!!

  • J’ai lu récemment une étude américaine effectuée sur des patients qui démontraient que des malades guéris du coronavirus pouvaient conserver une charge virale résiduelle qui pouvait durer jusqu’à une semaine donc être potentiellement contagieux même après la guérison. Êtes-vous au courant de ce document et qu’en pensez-vous ?

  • Finalement mon délire de l’autre jour sur les personnes guéries à affecter au contact des malades n’était pas si délire que ça : le Pr Salomon a évoqué ce 20 mars les soignants qui reviennent guéris du corona et qu’on affecte au soins des cas les plus graves en raison de leur immunité. Mais d’autres pourraient servir d’ambulanciers etc etc ?

    Un autre propos entendu ce vendredi soir m’a interpellée : cette immunité ne durerait que quelques mois, et au prochain passage du virus on pourrait à nouveau être contaminé ?

  • @paquet
    effectivement c’est confus.
    de mon point de vue,
    le pain > grille pain ou four.
    fruits et légumes qu’on épluche > les passer à l’eau savonneuse.
    le reste des courses ( conserve ou plastique) dans le doute, je conseillerais de les essuyer à l’alcool 70 ou de ne rien toucher durant 72 h.

  • bonjour.

    Même si je Connais votre position sur le sujet
    https://twitter.com/DDupagne/status/1240164205153697792

    je voulais quand même parler des masques car j’entends plusieurs sons de cloche contradictoires.

    * le discours officiel d’abord qui nous dit que les masques chirurgicaux ne seraient d’aucune utilité pour les non-malades.
    * Que ces masques doivent être jetés après 3 ou 8 h (car leur capacité filtrante ne dure pas)
    * Que les masques en tissu laisse passer les nano particules et qu’ils ne servent à pas grand chose.
    * Et que le fait de les passer à la chaleur pour les réutiliser est dangereux et que ça ne servirait à rien.

    https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/20/covid-19-est-il-efficace-de-repasser-un-masque-a-la-vapeur-afin-de-s-en-resservir_1782373

    Or des voix (dont ce médecin) nous affirment que non seulement le port du masque ( ou d’un mouchoir épais en plusieurs couches ou d’une écharpe épaisse
    bien placés) à condition (et c’est important) qu’il soit porté par absolument toute la population
    devrait être la solution pour enrailler la progression du virus mais aussi,qu’on pourrait les réutiliser après les avoir fait chauffer à haurte température.

    https://blogs.mediapart.fr/pierre-jacques-raybaud/blog/020320/coronavirus-recommandations-et-inhalation

    ça serait bien que toutes ces personnes accordent leur violons car
    après avoir entendu toutes ces positions, je suis un peu dans le flou.

    merci pour votre blog.

    • Bonjour,
      Les spécialistes de l’hygiène hospitalière sont aveuglés par leurs normes. Or, on ne peut comparer la contamination dans un service de réanimation rempli de malades contagieux, et celle dans une boulangerie avec une personne à 2 mètres de vous. Les masques "maison" fonctionnent, certes un peu moins bien que les masques certifiés, mais mieux que pas de masque https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2440799/
      Quand à dire que ça ne sert à rien de les stériliser par la chaleur, ils n’apportent aucune preuve ce ce qu’ils disent, alors que l’on sait que ce virus est très sensible à la chaleur.

  • Deux phrases ne sont pas cohérentes ...

     »Donc, il suffit de ne pas toucher vos courses ou tout objet acheté à l’extérieur pendant 4 heures pour être tranquille. »

    et

    Pour les denrées alimentaires, il faut laver tout ce qui peut l’être, et conserver le reste dans un placard 1 à 3 jours suivant la nature de l’emballage pour que le virus meure spontanément.

    Entre 4h et 48h il y a un GAP

    • Bonjour
      1 à 3 jours, c’est le délai pour qu’aucun virus n’ait survécu.

      4h, c’est le délai pour que la quantité de virus survivants soit suffisante pour contaminer une personne qui toucherait l’objet puis porterait sa main à sa bouche, son nez, ou ses yeux.

  • Bonjour,

    Sait-on si le phénomène de décompensation concerne toutes les contaminations, ou seulement celles qui se traduisent par une pneumonie ?

    Grand merci pour cette synthèse, en tous les cas, car il n’est pas toujours évident d’y voir clair. Ici (cambrousse du 28) on nous interdit de promener les enfants, alors qu’on peut mettre facilement 10m avec les gens qu’on croise et qu’ils sont peu ou pas symptomatiques. On a vraiment l’impression d’être plus dans la bête démonstration d’autorité que dans la pédagogie visant à permettre au public de comprendre et de gérer le risque.

    • Bonjour,
      Les décompensations sont quasi exclusivement dues à une pneumonie diffuse (pneumopathie interstitielle) très caractéristique qui empêche l’oxygénation du sang.

  • @BBS : en ce qui concerne les mesures de confinement, on ne peut se permettre trop de finesse, il y en a même trop eu : quand le président a parlé de jogging, certains y ont vu une incitation à faire du sport alors qu’ils n’en faisaient pas avant !

    Chacun y est allé de son interprétation, le message a été perçu de façon confuse, brouillonne.

    Et on a vu le résultat. Les gens sont "en théorie" adultes et responsables, mais (et je m’inclus) ne se comportent pas toujours en adultes responsables. Je ne sais pas si c’est une conséquence de l’esprit de contradiction ou révolutionnaire inscrit dans nos gènes français ? En tout cas, c’est malheureusement un fait.

    A notre décharge, je pense que nous vivons en état de choc, tout notre monde semble remis en cause, nos repères, ce qui nous semblait acquis...ça provoque des réactions bizarrement incohérentes en chacun de nous, peut-être un refus de voir la vérité en face ?
    Des psys pourraient nous décortiquer ces phénomènes ?...

    Pour en revenir aux mesures imposées de confinement, certes, oui, les mesures sont parfois grossièrement inutiles dans certains endroits.
    Mais il faut, malheureusement, des messages simples et universels : trop d’info (j’ajoute : trop de nuances) tue l’info.
    Après tout, sous divers aspects, c’est peut-être aussi l’application d’un certain "principe de réalité".

  • Bonjour

    On nous parle beaucoup des porteurs sains et qu’ils représentent une part non négligeable des personnes atteintes. Je sais qu’on ne connaît pas encore grand chose quand à l’immunité acquise par une personne guérie du Covid-19, mais un porteur sain, qui n’a donc pas les symptômes, est-il par la suite immunisé au même titre qu’une personne qui elle aura guéri après avoir développé la maladie ?

    Qu’en est-il dans ces cas pour les autres maladies telle la grippe par exemple ?

  • Bonjour,
    Comment faire pour les légumes frais ? Est ce que les laver à l’eau suffit avant de les manipuler et les manger ? Faut il les manger cuits systématiquement ?
    Merci
    Nathachat

  • bonjour,
    j’ai une question d’actualité.
    Aujourd’hui nous sommes en pénurie de matériel hospitalier comme les masques chirurgicaux ou de type FFP2.
    croyez-vous qu’un passage au micro-ondes pendant 5 mins pourrais être une alternative de stérilisation et de recyclage de ceux-ci pour palier au manque ?
    Merci à vous.

    • Bonjour
      J’aurais tendance à privilégier le sèche-linge pendant 3 minutes, voire un radiateur chaud pendant une heure ou mieux une nuit. Le micro onde risque de provoquer des surchauffes localisées, et de ne pas chauffer des zones non humides. Je précise qu’il s’agit de méthodes "de guerre" en cas de pénurie de masques neufs.

      Un masque décontaminé par ces méthodes vaut mieux que pas de masque.

  • mes voisins du dessous fument comme des sapeurs, la fumée envahit ma terrasse et pollue même mon appartement
    la fumée est elle un vecteur de propagation pour le virus ?
    quelles sont mes voies de recours, faute de parvenir à raisonner à l’amiable ce couple de voisins ?
    merci pour vos précisions

  • Bonjour,

    Dans le cas où l’on n’est pas "choisi" pour "bénéficier" d’un respirateur, doit-on subir les souffrances de l’étouffement jusqu’à la fin ou vous aide-t-on à mourir rapidement ?
    Applique-ton la loi Léonetti, jusqu’où va-t-elle dans ce contexte ?
    Des "directives anticipées" sont-elles utiles ?
    Merci pour ces précisions

  • @Soliless, les médecins compétents me rectifieront peut-être, mais il me semble qu’il y a beaucoup de légendes qui circulent sur le net à propos de ce fameux tri...Elles contribuent à l’angoisse collective, inutilement.

    Et c’est à nous de toute façon, collectivement, de faire ce qu’il faut pour ralentir la progression générale de la maladie, afin que les hôpitaux ne soient pas surchargés et que les médecins puissent utiliser à bons escient tout leur art, pour soigner et guérir, et, si nécessaire, pour simplement soulager ceux qu’ils ne peuvent pas guérir.

    Le "tri" est essentiellement fondé sur des critères rationnels de chance de survie... On ne s’acharne pas inutilement sur une personne qui n’a quasi aucune chance de survivre, cela relèverait d’une torture plus que du soin.
    Et les moyens de sédation et autres techniques, dont disposent les équipes médicales, permettent de soulager et laisser la vie partir en douceur, comme j’ai pu le constater en soins palliatifs avec des personnes qui m’étaient proches.

  • @Bobinette

    Merci Bobinette de votre réponse sans doute pertinente, mais qui me laisse néanmoins sur une certaine interrogation. Je ne fais pas allusion à des légendes mais à des propos de médecins « de terrain » entendus en direct à la télé.

    Personnellement je combats une angoisse éventuelle en regardant la réalité. Je pense que le but de ce forum est justement de parler net.

    Comme vous, j’ai fait le rapprochement avec des soins palliatifs mais j’aurais aimé une réponse plus précise car je ne suis pas certaine qu’il s’agisse ici de « vie qui part en douceur »

  • Bonjour,
    merci pour votre travail !

    je cherche dans quelle publication pourrait apparaître la notion du délai de 4h pour que le virus ne soit plus contaminant sur une surface inerte comme le stipule l’infectiologue expert.

    Le haut conseil de santé publique donne le chiffre très proche de 3 heures (HCSP : COVID-19 : prise en charge des cas confirmés, 11 mars, page 4) mais sans citer de source.

    Je cherche toujours...
    Est-ce un "avis d’expert" ? (difficile sur un sujet aussi technique)
    Une interpolation en se basant sur la survie d’un virus comparable ?
    Mystère.

    Confraternellement

    • Bonjour,
      C’est une bonne question et c’est pour l’instant un avis d’expert. Je pense que cet avis se fonde sur les connaissances globales et anciennes sur la persistance du pouvoir infectant des virus et notamment des virus enveloppés.

  • Je lis beaucoup de choses concernant la prévention, les symptômes et les traitements associés aux maladies reliées au coronavirus mais moi, je me suis demandé quels sont les réels mécanismes impliqués dans la guérison d’un individu. Si j’ai bien compris, dites-moi si j’ai tout faux, l’on ne peut traiter actuellement que les symptômes déclenchés par le virus et c’est au final la RÉPONSE IMMUNITAIRE du corps lui-même qui vient à bout du virus. Personne n’insiste sur ce point qui est pourtant un aspect fondamental de la question. Les scientifiques pensent peut-être que la population en général ne comprendrait pas en quoi consiste notre système immunitaire constitué, entre autres choses, de certaines familles de plasmocytes et de leucocytes, ces cellules guerrières que nous possédons tous et sans lesquelles personne ne pourrait effectivement à terme guérir. Pour le bénéfice de tous, il serait bien qu’un vulgarisateur de votre trempe puisse nous en apprendre un peu plus sur le système de défense du corps. Il me semble que le commun des mortels a droit à un peu plus de respect quant à sa faculté de comprendre certains concepts.

    • Bonjour
      Je pense que tout le monde a compris que c’est le système immunitaire des malades qui permet la guérison. Le mécanisme est complexe et ne peut être facilement résumé. Il fait intervenir à la fois des cellules tueuses et des anticorps spécifiques élaborés et sécrétés par les lymphocytes B, après un délai nécessaire à leur élaboration massive, délai qui explique pourquoi ne ne guérissons pas instantanément.

  • re-bonsoir..merci pour la réponse.
    je voulais encore parler des masques ( je sais ça me travaille :-) )
    je me demandais....si tout le monde ( je dis bien tout le monde) portait ne serait-ce qu’un
    masque chirurgical ( oui les bleus à 50 centimes d’euros) , le risque de prendre un postillon
    dans le visage serait quasi nul vu que tout le monde en porterait..c’est mécanique non ?

    car à choisir, oui je préfère voir un masqué dehors pour des mauvais motifs qu’un non masqué pour bon motif.

    allez..un petit lien pour la route..>
    https://blogs.mediapart.fr/philippe-waeselynck-2/blog/210320/limmense-majorite-des-transmissions-nest-pas-arretee-par-les-masques

  • Lundi 16 mars 2020
    Début de l’essai clinique du NIH sur le vaccin expérimental COVID-19
    https://www.nih.gov/news-events/news-releases/nih-clinical-trial-investigational-vaccine-covid-19-begins

    EXCLUSIF - Coronavirus : lancement d’un essai clinique de grande ampleur de la chloroquine, le 21 mars 2020 :
    https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/exclusif-coronavirus-le-gouvernement-confirme-le-lancement-dun-essai-clinique-de-grande-ampleur-de-la-chloroquine-1187599

  • Bonjour,

    Je viens de lire un article d’un anthropologue très bien argumenté, assez critique sur la situation actuelle, qui permet aussi de prendre du recul, qui parle également des recherches de Didier Raoult, décrié plus haut, et je voulais savoir ce que vous en pensiez.

    http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html

  • Et plus prosaïquement, je partage la boîte à outils du Psycom : http://m.psycom.org/Espace-Presse/Actualites-du-Psycom/Ressources-pour-prendre-soin-de-notre-sante-mentale-et-de-celle-des-autres-en-periode-d-epidemie-et-de-confinement - qui d’ailleurs évoque le Groupe Facebook que j’ai créé il y a deux jours avec des amis pour essayer de positiver face à la situation actuelle qui peut être très anxiogène !! https://www.facebook.com/groups/202173630882273/

  • Bonjour je suis inquiète et je ne sais pas ce que je dois faire ...

    Je n’ai pas de fièvre, j’ai le nez qui coule, les yeux qui pleurent, une pression sanguine dans les mains assez forte et je me sens essoufflée (respiration plus rapide).

    Je suis asthmatique en surpoids.

    Dois je attendre que les symptômes soient plus fort ?

    Merci à vous

  • Bonjour , pour pallier la pénurie de masques , ne suffit il pas de les passer au micro ondes ?
    merci pour votre réponse et pour tout votre travail

  • je me propose à faire profiter mon voisin de mon journal quotidien, en portage.
    Pour éviter une contamination, dois-je lui conseiller de mettre mon journal dans son four à 100° pendant 10 minutes ? ou quels autres paramètres ?
    Merci

  • Je ne conmprend pas la sévérité du confinement : les rues sont désertes, si je me promène, je reste facilement à distance des autres passants, et je cours moins de risques que dans un magasin !

    • Bonjour
      C’est une question fréquente, et à laquelle les autorités sanitaires ont souvent du mal à répondre. En effet, vous ne risquez rien, et ne faites courir aucun risque aux autres.

      Mais je crois que j’ai trouvé la réponse !

      Imaginez que les élections présidentielles conduisent à un duel entre un dangereux extrémiste et un candidat qui fait consensus.

      Que répondriez-vous à un ami qui vous affirmerait "Ce n’est pas la peine que j’aille voter, de toute façon ce n’est jamais à une voix près" ?

  • Jean-Pierre Dupuy a répondu à ta question. Il faut lire tout le cours. http://pacherie.free.fr/COURS/DEC/jpdupuy.pdf
    En voici un extrait "« Le résultat final eût-il été changé si j ́avais voté autrement que je l ́ai fait (ou bien si je n ́avais pas voté) ? », chacun doit répondre : non ! Ce mode de raisonnement est dur à accepter, même s ́il paraît évident que l ́électeur californien qui, compte tenu du décalage horaire, sait que les jeux sont déjà faits au moment où il vote, et connaît le résultat, a un effet nul sur celui-ci. Or cette conclusion consternante reste valide même si les autres n ́ont pas encore voté au moment où il vote, ou bien s ́ils ont voté mais qu ́il ne connaît pas le résultat. S ́il a un effet nul, le vote de chacun a néanmoins un coût (en temps de transport, en effort consenti), faible sans doute mais néanmoins positif. L ́électeur rationnel ne devrait donc pas voter.
    "
    Bonne journée.

  • Bonjour,
    Merci infiniment pour votre site. Le retard à l’allumage en matière d’information en France a été assez faramineux et les bourdes très nombreuses et graves à mon sens comme de ne pas fermer les écoles plus tôt. Entre autres.
    Quelques remarques décousues :
    >il existe plein de marques d’eau de cologne à 70 % donc pas cher, facile à se procurer et odeur agréable (toutes les petites satisfactions sont bonnes à prendre en cette période ...)
    >La France préconise une distance socale de 1 m. Les US (NCDC/CIDRAP) sont unanymes sur 1.80 (3ft) et vous-même mentionnez 2 mètres en face-à-face. Encore une fois, on est les plus forts ?
    >Marchés ouverts en fonctionnement : distance sociale autour de 20 cm dans les transferts de marchandise, échanges verbaux ...
    >J’habite Villeurbanne : des bars ouverts avec rassemblements devant et dedans, plus confinés encore que d’habitude car l’espace a été réduit par des chaises. Pas vu une seule voiture de police ... J’ai des chiens donc l’occasion de faire le tour du quartier ...
    >Beaucoup d’étrangers en groupe, faisant la fête et des barbecues dans les parcs ... en banlieues "défavorisées".
    >Forte impression que les contrôles sont à géographie variable ...
    >Près de Lyon, en pleine campagne, une amie et son fils tancés et menacés par la gendarmerie et obligés de rentrer chez eux car faisant du vélo en jean : "vous ne faites pas de sport puisque vous n’êtes pas en tenue" ...
    >En parallèle 2 associations de médecins demandant un confinement absolu avec distribution de nourriture par le gouvernement !! (infos France Inter de ce matin).
    >>> Le cas du Japon (informations en provenance de ma fille, à Tokyo) :
    pas de confinement, port de masque par la population à 80 %, pas de port de gants, pas de distance sociale, trains circulant, etc. Population âgée très importante.

    Premiers cas en Janvier. A ce jour, 39 morts. Seulement.  ???

    Explications ? Je pensais au tabac —> + fort taux de fumeurs hommes du G7
    Cet article https://www.japantimes.co.jp/opinion/2020/03/21/commentary/japan-commentary/japan-still-coronavirus-outlier/ mentionne "relatively less social intimacy (bowing vs. shaking hands)" mais ça ne semble pas suffisant comme explication.

    Alors ? Moins de comorbidité : certainement et probablement meilleur système immunitaire. Le reste est à investiguer en espérant que nous tirerons des leçons effectives de tout cela.

    Ce qui s’annonce en attendant à compter de mercredi est très pénible vu les abus de certains membres des forces de l’ordre qui retrouvent là une autorité absolue.

  • Bonjour et merci pour cette page très intéressante.
    Concernant un article posté plus haut
    http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html
    je dois dire que vu par un profane ça me semble assez bien argumenté et qui plus est, un peu optimiste ce qui ne fait pas de mal par les temps qui courent.
    Quels seraient selon vous en quelques mots les grosses failles de cet article établi par une personne qui semble savoir de quoi elle parle ?
    Merci, cordialement,
    JC

    • Exemple : oui, Bleibtreu, l’infectiologue de Bichat, a bien relativisé ses doutes face à l’HydroxyChloroquine, avant de dire, quelques jours plus tard

      La pénurie actuelle de ce médicament est liée aux révélations fracassantes et prématurées de Raoult sur les réseaux sociaux.

      Quand à relativiser le désastre annoncé, voici un tweet du jour par un réanimateur parisien

    • Une réponse intéressante par un professeur réputé. Comme il l’a faite dans le cadre d’échanges privés, je ne donne pas son nom. Il répond à un confrère qui lui envoyé un lien vers ce blog et expliquant qu’il trouvait que "tout n’était pas faux"

      Tu as raison, "tout n’est pas faux" dans ce blog, pas "tout" mais pas mal de chose !

      Dans ces moments. difficile, je n’ai pas trop le temps de tout reprendre, mais quelques points :
      - "Nous sommes très très loin d’avoir un effet statistiquement significatif au regard de la mortalité habituelle et en particulier de la surmortalité saisonnière." Vrai ou faux, je m’en fiche mais on n’a jamais eu en même temps à Lariboisière 140 malades hospitalisés pour grippe dont 25 intubés en réa et 115 en salle sous oxygène fort débit et 4 morts hier...
      - "Les quatre plus grands facteurs à l’origine des maladies chroniques étant : la malbouffe, la pollution, le stress, la sédentarité" : de la part d’un grand "expert en santé publique" cette affirmation me laisse songeur... Rappelons que les 5 grands facteurs sont : l’alcool, le tabac, l’obésité, les maladies transmissibles chroniques (VIH, BK, hépatites) et les maladies psychiatriques
      - " l’étude Marseillaise de méthodologie robuste" : là, je convulse : étude ouverte, non randomisée, avec des groupes non comparables, à des stades différents de la maladie, avec plein de perdus de vue et de données manquantes et un critère virologique sans données cliniques... Il vaut mieux ne rien faire que faire mal ; ça faire perdre du temps, ça donne de faux (ou vrais) espoirs, ça rend plus difficile d’inclure dans les essais contrôlés nécessaires (14 études randomisées chloroquine ou hydroxychloroquine en cours), ça nous éloigne du bon-sens et de la rigueur nécessaire. Si ces études sont positives, tant mieux (mais on aura juste perdu un temps précieux) ; si elles sont négatives, je redoute la façon de communiquer pour expliquer qu’il faut arrêter d’en faire.

  • Bonjour et un grand merci pour vos précieux conseils.

    parmi les services que je propose à mes clients il y en a un qui consiste à aller chercher des chiens parisiens devant chez eux et de les emmener deux jours chez moi à la campagne. Je me demande quel risque je prend avec l’éventuelle possibilité que le virus reste pour un temps sur les poils des chiens des clients infectés, et combien de temps je devrais attendre pour être sûre que mes clients habituels ne soient plus porteur du virus ?
    merci de votre réponse.
    cordialement,
    virginie Baehr

    • Bonjour
      Comme pour le reste : 4 heures après leur départ du domicile d’un maître infecté, les poils de son chien ne sont plus contagieux. Le fait que le chien soit un animal et donc vivant ne change rien, puisque lui-même ne peut contracter la maladie et la transmettre.

  • bonjour,

    est-ce qu’on sait combien de temps une personne infectée asymptomatique est contagieuse ?

    • Bonjour,
      Normalement, pas plus qu’une symptomatique, c’est à dire 14 jours, mais il n’y a eu (car ce serait impossible) aucune étude sur le sujet. Il faut savoir que les personnes contagieuses totalement asymptomatiques sont très rares : il y a presque toujours une petite toux, un nez qui coule un peu ou une diarrhée.

  • @ Dominique Dupagne, 21/3 14:17

    Je vous cite :« 1 à 3 jours c’est le délai pour qu’au virus n’ait survécu »

    Il doit manquer un mot ? J’espère juste que ce n’est pas « nul », sinon on est mal...

  • bonjour
    j’ai visionné les deux vidéos du Pr Raoult qui me semblent pertinentes

    sur l’epidémie
    https://www.youtube.com/watch?v=K7g4WKoS_6U

    sur la conduite a tenir d’apres lui
    https://www.youtube.com/watch?v=n4J8kydOvbc&feature=youtu.be

    sophie p médecin

  • @Valérianne
    Je viens de lire le blog dont vous parliez (http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html). J’aime beaucoup ...
    Mais par rapport aux tests, il faudrait en fait tester tout le monde, tous les jours, pendant la durée d’incubation (12/14 jours), et isoler au fur et à mesure les positifs. Difficile ...

  • Confinement :
    1- Je viens de voir passer mon voisin sur la route, sur sa tondeuse autoportée, suivi par sa femme en voiture. Puis je vois la femme passer dans l’autre sens, et j’entends la tondeuse en marche : il a 68 ans, une obésité, de l’hypertension, et il va tondre chez sa fille + gendre + fils . Il y en a qui n’ont pas tout compris ...(je précise que je doute très fortement qu’il soit resté dehors et les autres dedans)
    2- JT de France 2 hier, sujet sur les grossistes qui réapprovisionnent les GS, interview d’une cliente : "je viens tous les jours, et il n’y a pas ce que je veux". Conclusion : elle va faire ses courses tous les jours ...
    3-(j’ai peur d’être un peu hors sujet ... désolée ...)

  • Bonjour,

    J’habite en Afrique où le virus se propage, j’ai 65 ans et un peu de fièvre. impossible de me procurer du paracétamol. Souffrant d’arthrose j’ai dans ma pharmacie du Daffalgan codéiné puis je le prendre ? Merci

    • Bonjour
      Pas de problème, mais si vous en prenez trop, vous aurez les effets indésirables de la codéine : nausées vertiges.
      Sachez aussi qu’il n’y a aucun intérêt à traiter une fièvre inférieure à 38,5°C

  • @ dr dupagne
    Pour quelles raisons trouvez vous qu il deraille ? (Le pr raoult)
    Merci pour votre réponse

  • en réponse @Chantal https://www.atoute.org/n/article383.html#forum15059: 1 pied = 0,33m, donc 3 pieds font bien 1 mètre...

  • Bonjour,
    Pour manger des protides j’ai acheté des huitres pour demain. Peut-être que des mains contaminées les ont manipulées avant mon achat. Certes on ne consomme pas la coquille mais y a t il un risque que le virus pénètre à l’intérieur de l’huitre et s’y installe plus longtemps que sur un objet qui n’est pas vivant. Que me conseillez vous. Merci de votre réponse.
    Bernard

  • Bonsoir,
    Dr Dupagne, que pensez-vous de ce bouclier facial :
    https://fr.aliexpress.com/item/4000802096664.html?spm=a2g0s.9042311.0.0.b61a6c37PBnaWb

    Pensée réflexe : si tout le monde en était équipé ainsi que de gants jetables
    (coût par personne : ridicule. Confort visage ++), on pourrait se passer de confinement. (évidemment avec information ++ sur les précautions d’usage pour le retrait/gestion des masques et vêtements mais tout ça est quand même relativement simple).

    J’aimerais avoir tort sans quoi c’est un motif de virer dingo. Et même bien plus ...

  • Bonjour, un grand merci pour toutes ces informations bien utiles et pour le temps que vous prenez pour nous les donner. J’ai trouvé sur votre site la réponse à de nombreuses questions que je me posais. Merci !!
    auriez vous des informations sur la survie du virus sur les pots de yaourts et plus généralement sur les produits qu’on met au frigo sans pouvoir les laver ou les désinfecter et sans pouvoir attendre 4h. Je suppose que la température n’étant pas de 21degres la durée de survie du virus n’est pas la même ? Merci par avance

  • Ma fille a 2 ans et demi, elle a une suspicion d’asthme et t’il dangereux pour elle si elle attrape le covid-19 ?

  • Bonjour cher DDD,
    Sans revenir sur le fond de la question de l’efficacité restant à prouver de la chloroquine, quel est votre sentiment sur les déclaration du Pr Harrousseau :« Je connais les règles de la recherche clinique. Je sais qu’il faut avoir des preuves pour aller plus loin. Mais c’est quand on le temps ! Et là, on n’a pas le temps. On est devant une vague énorme qui va tout engloutir. Combien de morts pendant les 15 jours pendant lesquels il va falloir attendre ? »

    Sur le principe, miser sur un traitement (pas tout à fait anodin), à l’heure actuelle sans preuve fondée, me paraît être une position discutable. (Et pour moi pas tout à fait comparable aux situations d’usage hors AMM que l’on rencontre parfois dans les pathologies notamment les plus rares.) Alors, même en situation de crise, est-ce un pari responsable ?
    _https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/31864-Plaquenil-Hydroxychloroquine-polemique-prend-la-hauteur

  • Je m’interroge sur les thalassémies, drépanocytoses, y compris formes mineures. Y a-t’il risque augmenté ?

  • Article pour ceux qui s’interroge sur les traitements proposés par le Pr Raoult (chloroquine, azithromycine) http://curiologie.fr/2020/03/chloroquine/

  • @Mélusine : https://www.atoute.org/n/article383.html#forum15080
    Erreur de frappe de ma part. Les recommandations US sont de 6 pieds, donc bien 1,80 m.

  • Bonjour,
    pour le Pr Raoult on sent tout de même, et c’est le moins que l’on puisse dire, une certaine jalousie de ses confrères dans les articles à charge ... Pourquoi ne pas lui laisser quelques jours le bénéfice du doute ? Menons à terme l’étude sur la chloroquine. Si il se trompe, nous n’aurons pas de regrets d’avoir laissé passé une chance.

  • Merci pour cet article, excellent.

    Au sujet de la courbe de mortalité, vous prenez la courbe des données chinoises. Il y a aussi un graphique similaire pour la Corée du Sud. Il semble que les données de la Corée sont plus fiable, car ils ont fait beaucoup de dépistage des le début (et aussi peut-être car c’est une démocratie, mais c’est un autre sujet). La courbe est simil, mais les valeurs sont moindres.

    Voir https://www.businessinsider.com/coronavirus-death-rates-by-age-south-korea

  • Article excellent

    mais il me semble qu’il y a un biais sur la dangerosité

    Combien y aurait il de morts de la grippe si il n’y avait pas une certaine immunité acquise au travers d’infections antérieures et ou de vaccins ...

    COVIT 19 est reçu par des organismes qui ne l’ont (semble t il) jamais croisé ...

    Dans les mêmes conditions, la grippe pourrait bien être plus dangereuse ....

  • Bonjour,
    j’ai lu qu’en Italie, à cause de La pollution atmosphérique, le virus se propage dans l’air ce qui a produit un rebond de contamination.Alors que sur nos chaînes d’informations les intervenants médecins et autres nous affirment le contraire.Cette étude a été réalisé en Italie par des chercheurs qui confirment que le virus s’étend dans l’atmosphère et vit plusieurs jours, voir plusieurs semaines, car il se fixe sur les particules en suspension dû à notamment l’épandage et à la pollution produite par les usines.
    J’attend une réponse précise.
    Merci

    • "J’attend une réponse précise."
      Je rêve.
      Sinon, pour ce dont vous parlez, ce sont des âneries. Le virus ne survit pas dans l’air plus de quelques heures, sauf en climat tropical avec une humidité de 100% où il pourrait en effet survivre plus longtemps.

  • Merci pour cet article.
    Concernant la relativisation du discours médiatique et gouvernemental, vous citez le témoignage d’un réanimateur sur Twitter pour le modérer.
    Il y a pourtant des données factuelles recueillies par des épidémiologistes et modélisées par une équipe de chercheurs qui fait un travail fantastique : https://informationisbeautiful.net/visualizations/covid-19-coronavirus-infographic-datapack/
    qui montrent qu’en effet, le nombre de morts par jour sur une année liée au COVID est bien moins important que celui lié par exemple à l’hépatite B ou la tuberculose, parmi d’autres données factuelles et rassurantes.

  • bonjour
    merci pour cet article complet, permettant à la non-initiée que je suis de comprendre beaucoup de choses. merci également de vos mises à jour régulières, c’est über précieux. j’avais une question un brin hors-sujet, enfin peut-être anecdotique (mais liée aux inquiétudes suscitées par le virus) = j’ai donc acheté de l’alcool à 70% modifié (pas trouvé alcool à 70% simple soit non-modifié). c’est donc bien suffisant pour désinfecter les poignées de portes, les surfaces etc. ?
    et si je veux y ajouter une huile quelconque pour éviter le dessèchement de la peau, avez vous une idée approximative de la quantité de celle-ci ?
    merci à vous !!

    • Bonjour
      Il n’existe pas d’alcool non modifié à la vente. C’est parfait pour désinfecter les objets. Pour les mains, ajoutez 3% d’huile fluide (pour la glycérine, c’est 5%, mais la glycérine est moins grasse que l’huile).

  • Bonjour
    où en est on des indications des prélèvements pour SARS-CoV-2 ? a qui sont ils destinés en dehors des personnels de santé ayant des signes compatibles avec covid19 ? une liste précise d’indication est elle en cours de validation ?
    merci.

  • bonjour
    je partage une intervention qui m’a plut de Aurelien Barraud sur le coronavirus
    https://www.youtube.com/watch?v=5SmNJ0R9ZUg

  • Bon les gens. Je suis d’un nature stoïque, peu impressionnable, dur au mal. Je crois encaisser pas trop mal le taf, la tête froide
    Mais la on est vraiment dans une merde noire
    Jamais je n’ai vu ça. Jamais de ma vie. Les malades arrivent toutes les heures. On dispatche.

    Signé : On sait pas... Un réanimateur parisien ?

    Tout à fait leur genre de tweet jeté en pâture à ceux qui se délectent du catastrophisme ambiant.
    Cher Dominique, cher confrère, j’apprécie beaucoup votre blog et vos émissions mais alors là, permettez, "Attention j’vais piquer" : je trouve désolant de voir se répandre ce genre de commentaire sans permettre d’en authentifier la source. Peut-être le connaissez-vous ce réanimateur, peut-être est-il sincère, mais peut-être pas... En tout cas merci de nous en dire davantage et merci pour le travail accompli jusqu’à présent. Ce présent qui mérite quelques précisions...
    François Leblais

  • Bonsoir. Que savons-nous des sortes de rebonds symptomatiques entre J7 et J12 ? Sont-ils systématiquement plus graves ou annonciateurs de décompensation. Personnes concernées ?
    Merci

  • bonsoir
    un dossier referencé par l HAS, ecrit par l inesss canadien, sur la chloroquine
    https://www.inesss.qc.ca/fileadmin/doc/INESSS/COVID-19/Chloroquine_final.pdf

  • Bonjour,
    J’ai une question qui concerne le traitement plaquenil car je ne trouve aucune donnée là dessus mise à part la polémique sur la.chloroquine.
    Lorsque on prend déjà de l’hydroxychloroquine (plaquenil) en traitement oral depuis longtemps, est-on potientiellement "immunisé" ou en tout cas moins à risque de contracter le covid 19 ?
    Merci ...

  • Nouveau, et officiel : les masques peuvent être stérilisés par passage au four à 70°C (thermomètre nécessaire) pendant une demi-heure.

  • Bonsoir
    Dans les maternités de Strasbourg et sans doute d’ailleurs (et services de neonatologie) on commence à avoir les premières mamans cesarisées, ceci afin de les soigner et parfois très tôt au cours de la grossesse
    Jusqu’à présent je pensais que les femmes enceintes et donc assez jeunes ne présentaient que peu de risques de développer une forme grave. Il semblerait bien que si ?
    Avait on des données chinoises sur le sujet ?
    Merci

    • Bonjour
      Voir dans l’article le lien vers la Société de Gynécologie anglaise, régulièrement mis à jour. En pratique, pas de surcroît de risque dans les données chinoises.

  • Bonjour
    Le lien pour la stérilisation des masques renvoie aux masques canard FFP2
    Sauriez vous si c’est aussi valable pour les masques chrurgicaux ?

    Merci beaucoup pour le temps que vous consacrez à cette synthèse et à sa réactualisation . Je le lis régulièrement et envoie certaines infos à des amis qui teletravaillent avec des enfants , d’anciennes collègues soignantes ect
    A H

    • Bonjour,
      C’est valable pour tous les masques. La meilleure méthode est 1/2 heure dans un four à 70°C contrôlés par thermomètre.
      Mais la méthode 24h sur un radiateur (tant qu’il fait froid bien sûr) devrait être tout aussi efficace pour les petites quantités.

  • bonjour
    en cette période difficile, peut on reporter la 2eme injection de GARDASIL (0-2- 6 mois), pour un personne agée de 19 ? si oui quels sont les risques et comment va se dérouler le reste du schéma vaccinal ?
    je vous remercie

  • Avis du HCSP du 24-03 (de quoi arrêter de psychoter sur les trucs qu’on touche !)

    "La transmission des coronavirus des surfaces contaminées vers les mains n’a pas été prouvée. Cependant, elle ne peut être exclue, à partir de surfaces fraichement contaminées par les sécrétions. Par ailleurs, les coronavirus survivent probablement jusqu’à 3 heures sur des surfaces inertes sèches et jusqu’à 6 jours en milieu humide [8]. Ainsi, la transmission manuportée à partir de l’environnement ou du patient est possible."

  • Dans « c’est dans l’air du 24 mars » à propos du Pr Raoult, plutôt à charge d’ailleurs, le Pr Chneiweiss président du comité d’éthique INSERM parle d’une association hydrochloroquine azathioprine qui serait utilisée par D.Raoult à 42 min d’émission. Nouveau ? Jusque là il était question de l’azithromycine. Quid du rationnel de cette association ? Erreur ?

  • A ce niveau ça ne rassure pas

    • Quand on commence avec l’âge ou avec des études, à maîtriser un sujet, on est horrifié par le débit d’âneries qui le concerne dans les médias. On finit par s’y faire, mais on tremble en repensant que plus jeune, on croyait ce qu’on entendait à la télé.

  • Édifiant article... Pour comprendre le niveau de désinformation qu’il contient, l’archétype du "comment faire tout l’inverse de ce que l’on prétend (prône) parce qu’on n’est juste pas conscient de son incompétence, pas sérieux, mais qu’on peut tellement aujourd’hui publier facilement et passer pour un expert alors qu’on se plante totalement, certes pas dans les intentions, mais hélas dans les faits.
    Introduction : comment calculer ce fameux taux de létalité dans des conditions différentes, et surtout si on ne fait pas de test ? Les deux calculs n’ont rien à voir (et si la source est affichée, elle n’a sûrement pas été lu !), car on "dépiste" la grippe chez "tout" ceux qui l’ont, puis on compte les morts, alors qu’on ne dépiste l’infection au covid-19 seulement chez ceux qui sont fortement atteint... On ne pourra faire une telle comparaison QUE si l’on dénombre les cas de la même façon, ce qui n’est absolument pas la situation actuelle... Et bien malhonnête celui qui aujourd’hui balance un tel graphique de comparaison tel celui en début d’article, avec la sentence "incontestable"... Et un peu d’analyse sérieuse ? Non ? On ne peut pas avoir de comparaison pour un virus de grippe présent et actif depuis des décennies, avec des actions de luttes en santé publique efficientes, avec qqs mois de covid-19, c’est juste impossible, mais c’est aujourd’hui la banalité d’écrire des articles qui se prennent au sérieux sans en avoir la rigueur. Évidemment qu’ils ont été critiqué ces chiffres, et il serait bien plus intéressant de se lancer dans l’analyse de ces critique, plutôt que de botter en touche avec une assertion aussi sentencieuse que fausse sur le fait que " donne(rait) un ordre de grandeur"... Ben voyons, ces chiffres sont bidons mais il sont bons, puisqu’ils donnent l’ordre de grandeur.
    Argument d’autorité quand tu nous tient...
    J’adore : 1000 infectés -> 10 hospitalisés -> 1 décès ! Et comment a-t-on testé ces 1000 infectés ? Ben, y’a pas, on n’a pas fait, on dit donc ce qu’on veut pourvu que ça fasse sérieux et surtout que ça dise ce qu’on croit. Et le "témoignage" de Dr truc, c’est bien sur la preuve, car ça recoupe d’autres témoignage, bien sur,... Cet article regorge des biais d’argumentations, d’utilisation complètement superficielle de données sans aucun sérieux , c’est un exemple, il serait un chouette cas d’école dans un édito d’analyse critique de Prescrire !! Allez, un conseil : https://formations.prescrire.org/Fr/22/68/0/137/About.aspx

    • Bonjour
      J’aurais pu m’arrêter à "car on "dépiste" la grippe chez "tout" ceux qui l’ont, puis on compte les morts" qui prouve une totale méconnaissance du sujet, mais j’ai continué.
      Vous me reprochez de ne pas avoir parlé des critiques des chiffres de mortalité, négligeant de suivre et de lire la note qui s’y réfère.
      Vous me reprochez de me faire passer pour un expert, ce qui indique que vous n’avez pas lu l’article jusqu’au bout.
      Je ne vois aucune critique intéressante dans votre message. Désolé.

  • Bonjour,
    Vous m aviez répondu que si un vaccin voyait le jour vous seriez le premier à le faire.Mais quelle utilité si l on a acquis une immunité naturelle ?Je pense d ailleurs qu être en contact avec des corona ou virus tout cours moribonds sur des surfaces est peut-être une bonne vaccination.Le vaccin pandermix n a pas laissé que de bons souvenirs.

    • Bonjour
      Le vaccin ne sera bien sûr destiné qu’à ceux qui n’ont pas été contaminés. Etre en contact avec une faible charge virale ne vaccine pas. C’est tout ou rien. Vous confondez avec les virus atténués par des traitements complexes, utilisés dans certains vaccins vivants (rougeole, rubéole, oreillons par exemple)

  • Des infos, et pas des moindres, sur notre nouveau génie des Carpathes, pardon, sur notre génie marseillais star mondiale des virus : aller sur le site lescrises.fr,article d’Olivier Berroyer...

  • Merci beaucoup pour cette page d’utilité publique.

    A verser au débat :
    Le Journal Officiel vient d’autoriser aujourd’hui la prescription de l’hydrochloroquine

    « .....l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile…. »

    Ce n’est pas encore un soutien aux positions du Pr Raoult mais c’est assurément un signe. De quoi relativiser les relativisations pour cause d’irrespect envers quelques autorités académico-politiques qui n’aiment pas l’électron libre de Marseille ?

  • j’entands que "les décès du coronavirus seraient liés a la surinfection bactérienne de la pneumopathie virale" VRAI ou FAUX ? merci de votre réponse

    • Faux. Les décès dans leur immense majorité, sont liés à une inflammation aigue des parois des alvéoles pulmonaires, asphyxiant les malades, et en l’absence de toute bactérie.

      Sinon, on guérirait facilement les malades avec des antibiotiques.

  • La France en pénurie de masques : aux origines des décisions d’État :
    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/la-france-en-penurie-de-masques-aux-origines-des-decisions-d-etat-842982.html

    Ca fait quand même pas mal de coupables !!

  • Un site intéressant (mais flippant), où il suffit de toucher la carte d’un pays pour avoir les chiffres de la progression du coronavirus en direct : https://www.covidvisualizer.com/

  • Que pensez-vous de ceci :

    Cellule des pompiers de l’aéroport de Genève :

    Nous transmettons ici à tous des informations claires, simples et accessibles, qui décrivent exactement ce qu’est le virus Covid-19 (Coronavirus), comment il se transmet d’une personne à l’autre et comment il peut être neutralisé dans la vie de tous les jours.
    L’infection par le virus ne provoque pas un rhume avec écoulement nasal ou une toux grasse, mais une toux sèche, c’est la chose la plus facile à reconnaître.
    1. La taille du virus est assez grande (diamètre d’environ 400-500 nanomètres), donc n’importe quel type de masque peut l’arrêter : dans la vie normale, les masques spéciaux ne sont pas nécessaires, des masques simples suffisent.
    En revanche, la situation est différente pour les médecins et les professionnels de santé qui sont exposés à de fortes charges virales et doivent utiliser des équipements spéciaux.
    2. Lorsque le virus se trouve sur des surfaces métalliques, il survit pendant environ 12 heures. Ainsi, lorsque vous touchez des surfaces métalliques telles que des poignées de portes, des appareils électro-ménagers, des barres de tramways, etc., lavez-vous bien les mains et désinfectez-les soigneusement.
    3. Le virus peut vivre niché dans les vêtements et les tissus pendant environ 6/12 heures : les détergents normaux peuvent le tuer. Pour les vêtements qui ne peuvent pas être lavés tous les jours, vous pouvez les exposer au soleil de façon prolongée, le Covid 19 ne résistera pas.
    Comment le Covid 19 se manifeste :
    1. Le virus s’installe d’abord dans la gorge, provoquant une inflammation et une sensation de gorge sèche : ce symptôme peut durer 3/4 jours.
    2. le virus voyage ensuite à travers l’humidité présente dans les voies respiratoires, descend dans la trachée, puis s’installe dans les poumons, provoquant une pneumonie. Cette étape dure environ 5/6 jours.
    3. La pneumonie se produit par une forte fièvre et des difficultés à respirer, mais elle n’est pas accompagnée des frissonnements classiques. Si vous avez la sensation de vous étouffer, contactez immédiatement votre médecin.
    Comment pouvez-vous l’éviter ?
    1. La transmission du virus se fait surtout par contact direct, en touchant des tissus ou des matériaux sur lesquels le virus est présent : il est essentiel de se laver les mains fréquemment.
    Le virus ne survit sur vos mains que pendant une dizaine de minutes, mais en dix minutes, beaucoup de choses peuvent arriver : se frotter les yeux ou se gratter le nez par exemple, et ainsi laissez le virus entrer dans votre gorge...
    Alors, pour votre propre bien et pour celui des autres, lavez-vous les mains très souvent et désinfectez-les !
    2. Vous pouvez vous gargariser avec une solution désinfectante qui élimine ou minimise la quantité de virus qui pourrait entrer dans votre gorge, ainsi vous l’éliminez avant qu’il ne descende dans la trachée puis dans les poumons.
    3. désinfecter le clavier des ordinateurs et des téléphones portables.
    De plus, le Covid19 peut ne pas présenter de signes d’infection pendant de nombreux jours, pendant lesquels on ne peut pas savoir si une personne est infectée ou pas.
    Mais lorsque vous avez de la fièvre et/ou que vous toussez, vos poumons sont généralement déjà pris à 50 %.
    Les experts suggèrent donc de faire une simple vérification que l’on peut faire soi-même tous les matins :
    Prenez une grande respiration et retenez votre souffle pendant plus de 10 secondes. Si vous y parvenez sans tousser, sans sentiment d’oppression, etc., cela montre qu’il n’y a pas de fibrose dans les poumons, ce qui indique essentiellement l’absence d’infection.
    Dans des moments aussi critiques, faites cette vérification chaque matin dans un environnement d’air propre.
    Ce sont là des informations et des conseils simples de médecins qui traitent les cas de COVID-19.

    • Bonjour
      Il y a du vrai et du faux. Par exemple, croire que le virus s’élimine en 10 minutes sur les mains et en 6 à 12h sur une surface inerte est contradictoire. Le gargarisme ne sert à rien. Je conseille aux lecteurs de se référer plutôt aux conseils que je donne dans mon article.

      Ensuite, il n’y pas de fibrose dans les poumons, c’est une complication qui peut survenir après la guérison. Le test respiratoire est aussi faux.

  • Bonjour
    J ai eu les symptômes il y a 15 jours médecin me dis que je l ai mais pas fait de test. J ai eu courbatures, toux séchés, essoufflement, fatigue mais température 37.7.
    J ai fini mes 15 jours de confinement et je suis aide soignante et J aimerais faire une prise de sang pour savoir si J ai les anti corps ou pas pour pouvoir retourner travailler. Comment puis je faire ?
    Merci

  • Bonjour et merci Dr Dupagne pour cet article, et d’une manière générale pour atoute que je suis depuis de nombreuses années.

    C’est quand même tristement passionnant cette guéguerre entre les pro- et anti-Raoult... Dans un autre contexte ce serait même une tragi-comédie très divertissante.

    Confinement oblige, j’ai passé *beaucoup* de temps ces derniers jours à me documenter sur ce professeur dont j’ignorais le nom il y a quelques semaines, mais aussi sur ses nombreux détracteurs et sur le contexte et l’historique de ces prises de becs. Ce qui est sûr c’est que les bloggeurs et twittos s’en donnent à coeur joie, tant mieux pour eux ; mais à part ça, en dehors des réserves habituelles (et justifiées) sur l’étude préliminaire de l’IHU, j’ai surtout vu un paquet d’arguments fallacieux, des articles à charge dans le ton, des vendettas, des "oublis" et des conclusions hâtives... tout ça de part et d’autre.

    Bref, sceptique de nature et n’ayant aucun parti pris dans ce conflit, je me contente d’un "wait & see" en espérant qu’une fois cette terrible crise sanitaire derrière nous, tous les vendeurs de rêves et donneurs de leçons assumeront leurs dires (oui je rêve, je sais).
    Et pour reprendre la rhétorique de notre Président, ces derniers jours je n’arrête pas de penser aux mots de mon ancien prof d’histoire : "en temps de guerre, la première victime est la vérité... des deux côtés".

    Merci encore Dominique, et longue vie à atoute.

    • Bonjour
      Wait an see (attendre et voir plus tard) est en effet raisonnable. Des études sérieuses sont en cours, contrairement à celles publiées par Raoult jusqu’ici. J’étais un grand fan de Didier Raoult, et il m’a beaucoup déçu par ses rodomontades et son incroyable absence de rigueur scientifique dans cette affaire. J’ai malheureusement découvert que ce n’est pas la première fois.

  • Bonjour. Vous ne parlez pas du vinaigre blanc sur les fruits et légumes ou les surfaces. A-t-Il une efficacité suffisante contre le virus ?
    Merci pour votre article

  • Bonjour
    merci pour toutes ces informations
    que pensez vous des inhalations quand on suspecte d’avoir le covid 19 ? Avec préparation pour inhalation achetée en pharmacie ou juste eau très chaude ? Je pensais que ça pouvait améliorer les choses mais après avoir lu que la jeune fille de 16 ans qui est décédée en faisait je me pose des questions.... avez vous des de recommandations sur ce sujet ?
    merci par avance

  • Bonjour.
    Quelle est selon vous la durée de survie du virus Covid-19 à -18 °C ?
    D’avance merci pour votre réponse.
    Cordialement.

    • Bonjour,

      Elle peut être longue (semaines, mois...)

      Currently, there are investigations conducted to evaluate the viability and survival time of SARS-CoV-2. In general,
      coronaviruses are very stable in a frozen state according to studies of other coronaviruses, which have shown survival
      for up to two years at -20°C. Studies conducted on SARS-CoV ad MERS-CoV indicate that these viruses can persist on
      different surfaces for up to a few days depending on a combination of parameters such as temperature, humidity and
      light. For example, at refrigeration temperature (4°C), MERS-CoV can remain viable for up to 72 hours. Current
      evidence on other coronavirus strains shows that while coronaviruses appear to be stable at low and freezing
      temperatures for a certain period, food hygiene and good food safety practices can prevent their transmission through
      food. Specifically, coronaviruses are thermolabile, which means that they are susceptible to normal cooking
      temperatures (70°C). Therefore, as a general rule, the consumption of raw or undercooked animal products should be
      avoided. Raw meat, raw milk or raw animal organs should be handled with care to avoid cross-contamination with
      uncooked foods.

      Source OMS https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/situation-reports/20200221-sitrep-32-covid-19.pdf?sfvrsn=4802d089_2

  • Bonjour
    Nez qui coule par intermitence et les yeux aussi..comme irrité mais pas rouge...eternuements parfois..et ça depuis plus de 15 jours
    Allergie ou risque covid ???
    Pas d autres symptômes à part glaires du nez
    Dans la gorge le matin...

    Mon doc est débordé et le 15 les pauvres pires....

  • Bonsoir,
    Vous m aviez répondu à propos du vaccin qu’ il serait administré aux personnes non contaminées.Il faudra donc qu un test sérologique soit fait chez quasiment tout le monde pour vérifier si les taux d anticorps sont suffisants.

  • Re bonsoir,
    Ne pensez vous pas que ce serait le moment d interdire la vente des médicaments associant pseudo ephedrine et ibuprofene, Si oui,vous devriez le faire savoir,vous avez quand même une bonne notoriété .

    • Bonjour
      En fait, l’ibuprofène semble avoir été ostracisé un peu vite... Il n’y a finalement pas d’élément probant pour le contre-indiquer.

  • 29 Mars, par Yvan
    Quand j’achète des produits congelés ( de chez Picard ) j’ôte et jette les emballages en carton et ensuite je mets les produits sous leurs emballages plastiques, peut-être infectés car eux aussi manipulés, dans le congélateur. La durée de survie du virus est-elle allongée aux basses températures ( moins 18°C ) ?
    Question posée autrement : si j’attends 24 heures pour consommer un produit stocké à la température du logement soit 25 °C, combien d’heures à attendre pour consommer un produit stocké : 1. dans le réfrigérateur. 2. dans le congélateur.
    Merci pour votre réponse

    • Tout cela est bien compliqué. Faites simple : lavez avec une lavette humide et un peu de produit à vaisselle tous vos produits surgelés, y compris sous carton, avant de les mettre dans votre congélateur ou votre frigo. Et vous serez instantanément tranquille. Lavez-vous les mains ensuite. Le virus dont l’enveloppe est lipidique (grasse) ne supporte pas les dégraissants. Pas besoin d’insister et d’imbiber les cartons d’emballage.

  • Bonjour,

    Je me pose une question : la contamination pourrait se faire par une pénétration par voie oculaire.
    Dans ce cas, cela signifierait que dans l’air contaminé on peut se faire contaminer par les yeux ou est-ce parce qu’on risque de se toucher les yeux avec les mains puis le nez ou la bouche.
    C’est important de savoir et si le port de lunettes représenterait une barrière.

    Concernant la congélation des produits avec emballages, on suppose dans ce cas que le virus va résister non pas au froid - car le froid ne tue pas - mais dans le temps, alors qu’en quelques heures, il n’est plus actif à température ambiante.
    Merci.

    • Bonjour
      La contamination oculaire est possible si un malade vous tousse en pleine figure à moins d’un mètre. C’est pour cela que les soignants à l’hôpital portent des lunettes de protection.
      Le grand public n’est pas concerné, y compris en faisant des courses en magasin.

  • @Dr DD : pour l’utilisation du vinaigre, je n’ai pas tout à fait la même lecture que vous de l’avis de l’ANSES...Ou alors je vous ai mal compris. Il est vrai que dans la masse d’infos que nous tentons tous d’exploiter, nous avons tous une lecture parfois un peu rapide...

    Je crois comprendre que le vinaigre est peu ou pas efficace sur le virus (mais ceci dit il peut éliminer d’autres éléments indésirables, autres que le virus, sans doute).
    Je cite :
    "Actualité du 27/03/2020
    Comment supprimer le virus sur les fruits et légumes ?
    Après un achat, avant de les consommer ou de les cuisiner, il faut bien laver ses fruits et légumes. L’eau claire suffit, n’utilisez surtout pas de désinfectant ou de détergent comme l’eau de javel, vous risqueriez une intoxication s’il était mal rincé. L’utilisation du vinaigre blanc pour rincer ses fruits et légumes n’est pas nécessaire. Après lavage à l’eau claire, essuyer les aliments avec un essuie-tout à usage unique aide à éliminer d’éventuelles particules virales. Ces gestes sont particulièrement importants lorsque les fruits et légumes sont mangés crus."

    "Le vinaigre blanc est-il efficace pour nettoyer les emballages ?
    Il est efficace pour tuer les bactéries mais probablement moins pour les virus. Les études ont montré que pour se débarrasser de virus plus résistants, le vinaigre blanc était inefficace."
    https://www.anses.fr/fr/content/alimentation-courses-nettoyage-les-recommandations-de-l%E2%80%99anses

    • Bonjour
      J’ai l’impression que les informations officielles ont évolué depuis 15 jours. En effet, le vinaigre n’est plus recommandé alors que je suis certain qu’il l’était. Après vérification, il apparaît en effet que le vinaigre n’étant pas un solvant de l’enveloppe lipidique qui protège le virus, son ajout à l’eau de lavage des légumes ou son usage pur pour nettoyer les objets n’est pas adapté pour le coronavirus.
      On en revient donc au lavage simple à l’eau pour les fruits et légumes devant être consommés rapidement et non cuits, et à l’alcool ménager pour désinfecter les objets. Je rappelle que l’alcool ménager s’utilise avec des gants et que la pièce doit être aérée en cas d’utilisation importante.

      Merci pour votre vigilance. Je vais modifier l’article.

  • Bonjour,

    Bravo pour vos informations.
    Mes deux fils, environ 30 ans, ont eu le Covid19.
    L’un avec peu de symptômes, fatigue et légère gêne respiratoire.
    C’est passé tout seul sans consultation.
    L’autre avec des symptômes plus nets, toux sèche, fièvre et perte de goût et d’odorat.
    Consultation téléphonique. Il va bien maintenant. Le premier a contaminé le second.
    Mon épouse, 71 ans, est très affaiblie par ses traitements contre le cancer.
    Je voudrais être certain que lorsque nous reverrons nos enfants, à la fin du confinement,
    il ne soient plus contagieux.
    Vous écrivez : "La contagiosité s’éteint avec la disparition totale de la toux et un délai de 14 jours après l’apparition des premiers symptômes (les deux conditions sont nécessaires)."
    Je voudrais vérifier cela. D’où vient cette affirmation ?
    Est-elle absolument sure ?
    Merci
    Cordialement
    Gardiner

  • @Dr DD, votre avertissement liminaire pourrait-il faire mention du fait que la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain en ce qui concerne ce nouveau virus, et qu’il est important de se tenir à jour ?
    Il est vrai que formulé ainsi cela pourrait faire peur.
    Alors qu’en fait, chaque jour nous progressons collectivement dans la connaissance de la "personnalité" de ce virus, tout comme des traitements.
    Il y a une une vaste mise en commun (je le vois sur les réseaux sociaux fréquentés par les médecins notamment), quasi en temps réel, des constats et découvertes des médecins et chercheurs, tout ceux qui affrontent ce fichu virus etc

  • merci pour ce blog doc. dupagne
    concernant la désinfection des produits achetés, hormis les produits à conserver au froid
    après l’achat, de retour à la maison, nous les laissons tranquille sans les toucher pendant 4h au moins. alors plus besoin de trouver un désinfectant miracle.
    c’est écologique et ne coûte rien.
    un peu de bon sens parfois ne nuit pas.
    un auditeur des premières heures de la tête au carré.
    f monniez

  • Bonsoir Dr Dupagne
    je vois des articles autour d’un effet potentiellement bénéfique du vaccin BCG sur la COVID-19, qu’est ce que vous en pensez ? Est ce potentiellement une piste intéressante ou bien comme le chlorobullshit ?
    bonne soirée et à vous et merci pour votre travail

  • @Dr DD
    1) le mot avertissement que j’ai employé plus haut était sans doute inapproprié ...Je précise ma pensée :
    D’entrée de jeu, vous dites que l’article sera mis à jour quotidiennement...(vous prenez d’ailleurs la peine de dater les modifications en mentionnant celles qui vous semblent les plus importantes).
    Ce qui, à mes yeux, veut dire que la connaissance (que vous traduisez ici à l’usage du plus grand nombre) du sujet corona évoluera nécessairement...
    Mais, d’expérience, il me semble qu’après avoir lu un article, on y revient rarement, sauf raison évidente de le faire.
    Donc les modifications, ajustements, rectifications apportées risquent de passer inaperçues pour le plus grand nombre de vos lecteurs profanes.
    Dans le cas présent, ce serait particulièrement regrettable.

    2) vous ne disposez toujours pas de remontée de données sur les risques particuliers liés aux hémoglobinopathies ??? (oxygène, sensibilité aux infections etc...). Elles ne figurent pas, en tant que telles, dans l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique du 14 mars 2020, ni dans la liste, pourtant manifestement actualisée, du site de l’Assurance maladie relative aux personnes pouvant bénéficier d’un maintien à domicile préventivement ...Cela me dérange un peu aux entournures...
    https://declare.ameli.fr/assure/conditions
    https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/PointSur?clef=2

    • Bonjour
      Je n’ai pas parlé du vinaigre dans l’article, mais dans un commentaire.
      Oui, en effet, on relit rarement un article, mais quand on lit pour la première fois un article daté du 8 mars, il est important de savoir qu’il a été mis à jour.

      Les hémoglobinopathies sont trop rares en Europe ou en Chine pour que nous ayons des données. Elles viendront de l’Afrique.

  • Salut
    merci de me dire ce que vous pensez du port de masque avant l’apparition de symptômes.
    y a-t-il des études qui aient montré une limitation de la transmission de ce genre de virus ?

  • @Dr DD : toujours les hémoglobinopathies (thalassémie, drépanocytose) ... Je m’attendais à quelques retours d’expérience de nos zones à forte population notamment d’origine africaine ou antillaise ? (comme la région parisienne notamment, mais il y a également de fortes proportions de ces populations notamment à Strasbourg). Mais il est peut-être trop tôt, l’exploitation des données n’est sans doute pas évidente en plein stress des équipes soignantes. Pardonnez mon insistance.

  • ’Il n’y a pas d’études sur les contaminés asymptomatiques et sur l’intérêt du port du masque dans leur cas.’

    d’études en double aveugle non, mais l’expérience en vraie grandeur de la Corée, du Japon, de la Chine, du Vietnam, oui. Et puis la Slovaquie l’a rendu obligatoire depuis 2 semaines, la Tchéquie depuis une semaine, l’Autriche depuis aujourd’hui. Si les nouveaux cas baissent nettement dans la semaine qui suit en Tchéquie (compte tenu du délai d’incubation), il est à parier que quelques semaines après la police française distribuera des amendes aux Français qui se baladeront dehors sans masque. Après tout, contrairement àa la chloriquine, il n’y a aucune raison de penser que porter un masque peut rendre malade, donc des études en double aveugle ne sont pas vraiment indispensables.

  • Pour moi le port d’un masque a un intérêt évident : il m’empêche de me toucher le visage.
    D’où le mode opératoire suivant quand je vais faire mes courses :
    je me lave les mains, je mets le masque et mes lunettes, je sors faire mes achats, je rentre chez moi, je me lave les mains et j’ôte le masque ( en le tenant uniquement par les élastiques ). Cordialement....... en espérant avoir été utile. Yvan

  • Bonjour,

    Merci pour cet article et pour les réponses à nos très nombreuses questions.
    Je suis depuis plusieurs semaines très intrigué par les recommandations de ne pas porter de masque pour les personnes saines. J’en porte un les rares fois où je dois sortir, et j’ai remarqué que cela augmente la distance avec mes congénères humains, en plus de limiter les contacts entre mes mains et mon visage. De plus, les pays d’asie qui l’utilisent largement semblent maitriser mieux leur épidémie que nous.
    Et ce matin, je tombe sur cet article , qui prouve que le masque est bel et bien efficace, même si ce n’est pas un FFP2, et même si cette efficacité n’est de loin pas totale. Mais l’article parle quand même d’une réduction de 3/4 de la contamination « sortante » et de la moitié de la contamination entrante. 50%, ça ne serait pas suffisant pour tomber à un R0 <1 ?
    Merci de votre avis là dessus :
    https://medium.com/@Cancerwarrior/covid-19-why-we-should-all-wear-masks-there-is-new-scientific-rationale-280e08ceee71

    • Bonjour
      Il faut vraiment différencier deux situations.
      - Promenade dans une rue peu fréquentée : le masque ne sert à rien car les postillons éventuels sont tellement dilués qu’ils ne sont plus contaminants.
      - Promenade dans un rue bondée (ce qui ne devrait pas arriver) ou courses dans un magasin, y compris séjour bref dans une boulangerie : le masque est sans doute utile, au mieux FFP2, mais en sachant que le masque chirurgical ou "maison" est suffisant.

  • Bonjour ; votre article , au demeurant bien fait et couvrant beaucoup d’éléments utiles pour chaque personne me laisse perplexe et dubitatif sur les point suivants :

    - tout d’abord la dangerosité du covid-19 :
    vous avez placé un encart affirmant que le taux de létalité du covid-19 serait de 1 pour mille ( un mort pour 1000 personnes infectées) . Or ce n’est pas ce qui est rapporté dans d’autres articles et repris assez souvent sur les plateaux télé ou dans la presse.
    D’après une statistique chinoise on parlerait de 2,3 pour Cent et non de 1 pour mille !! Encore hier, des professeurs de médecine spécialistes d’épidémiologie et de virologie disaient que 98% des personnes infectées guérissent, ce qui par déduction disent que la mortalité serait de 2 pour cent compatible avec la létalité soi disant issue de statistiques chinoises mentionnée ci-dessus.
    Or ce taux "brut" est extrêmement important à connaitre sachant qu’il dépend aussi des caractéristiques ( âge, état de santé, etc.. ) de la population et qu’il varierait selon certains spécialistes du simple au double mais pas d’un facteur 10. POUVEZ VOUS REVOIR CETTE QUESTION ET METTRE A JOUR EVENTUELLEMENT VOTRE ARTICLE EN FONCTION DE DONNEES ESTIMEES FIABLES PAR LES SPECIALISTES.

    -deuxième point très important : Pour les personnes hospitalisées dans un état grave ; peut -on estimer le nombre de personnes que l’Hôpital est capable de sauver de la mort (en absence de traitement médicamenteux efficace) par rapport à une absence de soins ? 50%, 60% , voire plus ?

    -troisième point : combien de temps s’écoule entre la contamination d’un individu et sa guérison totale : elle varie sans doute fortement entre les asymptotiques, les infectés légers et les cas graves , voire même avec les personnes sorties sauvées de réanimations et celles hélas décédées après 2 semaines voire plus de réanimations. ce temps moyen est important afin de comprendre et prévoir les modèles permettant de se préparer à l’extension de l’épidemie. Or les autorités sont muettes la-dessus.

    Pouvez vous essayer de compléter votre dossier avec ces informations !
    D’avance MERCI

    • Bonjour
      Je vous confirme le 1 pour 1000, tenant compte des malades non hospitalisés. C’est un ordre de grandeur. De même 98% des patients hospitalisés guérissent et non 98% des sujets infectés.
      Deuxième point : cela dépend des malades hospitalisés.
      Troisième point : cela dépendant de la gravité de la maladie, de 1h à un mois.

  • Pensez vous que le nombre de décès chinois n est pas énormément sous estimé ? Mensonge d état ? Ou comptabilité imparfaite ?

  • Qu’en est-il aujourd’hui de l’usage des antiinflammatoires ( ipubrofen , etc..)

    • Finalement, leur contre-indication en cas de COVID19 était une fausse alerte qui ne reposait sur rien.
      Ce qui reste vrai, c’est que l’inflammation est un des moyens logistiques nécessaires à la lutte contre les agents infectieux, et que les antiinflammatoires ne devraient être utilisés qu’en cas d’inflammation douloureuse (otite, angine), et jamais en cas d’infection cutanée du fait d’un risque spécifique d’inflammation https://tinyurl.com/rjh7qdh

  • Bonjour,
    en France on entend beaucoup parler de la chloroquine mais quasiment pas du tocilizumab, qui est cité dans des publications étrangères comme l’un des médicaments les plus prometteurs.
    Qu’en pensez-vous ?

  • @Dr DD,
    1) votre lien sur les anti-inflammatoires donné en réponse a une question de @Dommi ne semble pas fonctionner, en tout cas chez moi ? https://tinyurl.com/rjh7qdh

    2) il me semblait que l’obésité figurait sur la première liste AMELI des "dispensés de boulot" mais je n’en vois plus la mention aujourd’hui ? https://declare.ameli.fr/assure/conditions (il n’y a par contre pas de changement sur ce point dans la liste annexée à la page AMELI, et correspondant à l’avis transposé du HCSP)

  • Bonjour, il apparaitrait que le nombre de morts chinois pourrait être largement sous-évalué. Est-ce que ça change vos conclusions concernant l’étude chinoise sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine ? Merci

  • a propos des tests : prélèvement nasal et/ou gorge : combien de temps est il positif ? si un patient a eu une forme a- ou pauci-symptomatique combien de temps trouvera t on la trace de la maldie sur un prélèvement ?
    seul un dosage sanguin pourra t il affirmer que la personne a été malade et est protégé (dosage d’anticorps) ?
    est on en mesure actuellement de savoir cela ? merci

    • Le test par PCR est positif tant que le virus est présent, c’est à dire au moins pendant les 5 premiers jours.
      Les tests serologiques ne sont pas encore disponibles, mais permettront de vérifier a posteriori que quelqu’un a été infecté.

  • Bonjour Dr Dupagne,
    Je voulais juste vous remercier pour la mise à jour du 31 mars, où en préambule de l’article vous avez remplacé le lien vers le billet de curiologie par la nouvelle étude chinoise publiée sur medrxiv.

    On peut (et on doit) critiquer le Pr Raoult par rapport à la méthodologie de ses études préliminaires, on peut aussi être irrité par sa communication (même si personnellement ça me fait plus sourire qu’autre chose) ; mais c’est aussi très important de mettre en avant des conclusions réelles et surtout positives (à défaut d’être définitives) sur l’hydroxychloroquine, le cas échéant.

    Ça change des critiques à sens unique (je parle toujours du médicament, pas du professeur) qu’on a pu lire ces derniers jours à droite et à gauche.

    Merci et bonne continuation !

  • Dr. Dupagne bonjour,

    Je suis désolé de vous contredire gentiment mais fermement mais le taux de létalité que vous tenez à confirmer de 1 pour mille ne tient absolument pas la route en se référant aux nombres officiels venant du Ministère de la Santé. Je suis depuis le début tous les nombres officiels communiqués par la DGS.
    Le nombre de personnes infectées au jour le pour et en totalité depuis le début de ’épidémie nous est inconnu ; plusieurs raisons à cela :
    1-La France n’est pas équipée d’assez de tests
    2-Les tests sont fiables seulement à 70% ( source officielle)
    3-Même avec une volonté et des moyens ad hoc mis en place pour tester tout le monde, il serait impossible de tester des personnes asymptomatiques ou avec des symptômes tellement légers que les personnes ne se feraient pas tester.

    La conséquence en est que le véritable nombre de personnes infectées DONC CONTAGIEUSES A UN INSTANT "T" ne peut donc qu’être le résultat d’estimations paraissant crédibles bien que très approximatives, calculées à partir des chiffres officiels d’une part et des statistiques provenant de Chine et d’Italie et d’études de spécialistes.
    J’ai reporté pour ma part sur des tableaux EXCEL les nombres officiels provenant de la DGS et utilisé les hypothèses transmises par les autorités sur la propagation du virus AVANT confinement qui est que le nombre de contaminés doublait tous les 3 jours pour bâtir une estimation. Il est évident qu’à partir du 12 mars et les mesures gouvernementales qui sont passées de l’interdiction des réunions de 1000 personnes et des fermetures des écoles au confinement appliqué dès le 17 mars, ce taux de propagation a chuté à une valeur inconnue à ce jour.
    J’ai donc tout simplement fait des estimations à partir des décès et des hospitalisations au jour le jour en partant du fait que , toujours selon des études publiées, en moyenne les décès apparaitraient après 18 jours d’hospitalisation avec une incubation de la maladie et apparition de symptôme en moyenne au bout de 8 jours. Cela permet en faisant varier des taux de létalité allant de 0,5% à 3% de calculer, avec une vitesse de contamination communiquée par la DGS de doublement tous les 3 jours avant le 17 mars, un nombre estimé de contaminés.
    Les simulations donnent alors les résultats suivants : approximativement 2 millions de personnes infectées avec 1% de taux de létalité et 4 millions avec une létalité à 0,5%. avec des taux de létalité supérieurs, 2 et 3%, on arrive à 1 millions et 600.000 personnes. Or ces évaluations ne sont guère compatibles avec les nombres d’hospitalisés réels et les taux d’hospitalisation que vous indiquez de 10% des contaminés, ni avec un taux de létalité que vous prétendez être de 1 pour mille car cela signifierait qu’au 17 mars nous aurions eu 20 millions de Français contaminés, c’est à dire que les contaminations se poursuivant durant le confinement , nous atteindrions un nombre de contaminés proche de l’extension naturelle de l’épidémie ( avec près de 50% de la population contaminée) ce qui semble incompatible avec une estimation, elle basée sur le nombre de personnes hospitalisées !!
    Par ailleurs d’après une nouvelle étude scientifique de spécialistes, commentée ce matin par un autre spécialiste il semblerait que le taux de létalité serait plutôt compris entre 0,6 % et 1 % .... ce qui est 6 et 10 fois ce que vous affirmez. De même le taux d’hospitalisation me parait très exagéré et pas du tout compatible avec les nombres réels transmis par la DGS .
    Je pense réellement que la crédibilité de votre dossier, par ailleurs remarquable devrait éviter de donner des taux qui ne sont pas compatibles avec la réalité et les études communiquées. Celles-ci restent d’ailleurs aussi hypothétiques. Je pense qu’il faudrait que vous soyez plus évasif et ne pas donner de faux espoirs : un taux de létalité de 1 pour mille des contaminés parait bien trop optimiste et peut faussement rassurer .....

    Cordialement
    Daniel Leburgue

    • Bonsoir Daniel,
      Tout d’abord, un grand merci pour votre critique constructive et argumentée que j’ai lue avec attention.
      J’ai décidé grâce à vous de réécrire la partie sur la mortalité, en changeant son titre qui devient "quelle est la mortalité de la COVID -19" et non plus "La COVID-19 est-elle dangereuse.

      J’ai ajouté un tableau de mortalité qui nous vient d’Espagne, et qui répond en partie à vos remarques. Oui, vous avez raison, on ne peut pas parler de mortalité de 1/1000 sans préciser qu’il s’agit des sujets jeunes. Chez les sujets âgés, la mortalité est 50 fois supérieure à celle des sujets jeunes, soit 5%, et cela explique que la moyenne soit bien supérieure à 1/1000.

      La grande inconnue, comme vous le savez, est le nombre de sujets malades non comptabilisés dans ces calculs. En tablant sur un cas non comptabilisé pour un cas confirmé, j’aboutis avec les chiffres espagnols à une létalité (mortalité par patient infecté) de 1,5/1000 chez l’adulte de moins de 60 ans. Il me semble que cela reste un bon ordre de grandeur.

  • Exception, exception...
    Au début le discours était : bonne nouvelle cependant ça ne touche pas les enfants, pour eux le risque est nul.
    Maintenant c’est plus « nul » mais exceptionnel.
    Et l’enfant portugais ? Et l’enfant belge ?
    Ces exceptions d’exception finissent par devenir terrorisantes, non ?

    • Bonjour
      Tant que c’était zéro, le risque était nul. Maintenant qu’il y en a deux c’est exceptionnel. S’il y a 100 millions de malades, il y aura des dizaines d’enfants victimes, et cela restera exceptionnel.

  • Bonjour Docteur

    Merci pour votre suivi et cette synthèse que vous maintenez chaque jour.
    Que penser de l’hypothèse avancée il y a quelques jours par le Dr. Cymes, selon laquelle la grippe saisonnière 2020 étant peu virulente, les personnes fragiles ayant échappé à cette grippe sont les principales victimes de e nouveau virus ? Hypothése que j’ai aussi revu dans cet article mentonnant un rapport Italien (https://fr.sputniknews.com/international/202004011043454242-le-taux-de-mortalite-eleve-en-italie-pendant-lepidemie-de-covid-19-sexpliquerait-par-ce-facteur/)

    Enfin, je souhaite ajouter, plutôt déplorer, que les media de masse les plus regardés (les journaux télévisés du soir) ne parlent que trés peu des moyens de renforcer son système de défense immunitaire, notamment par l’alimentation (légumes crus etc ...), un bon sommeil et une activité physique régulière !
    Bonne soirée
    Cordialement

    • Bonsoir,
      Cette thèse ne tient pas debout. Il faut comprendre que Cymès, personnage sympathique à l’écran, est à la médecine ce que BHL est à la philosophie.

  • @Dr DD, Bonsoir...
    Vous évoquez ailleurs des données brutes américaines (à prendre avec recul pour l’instant) avec une rubrique relative aux "fumeurs" surprenante ...
    Si confirmé, cela semblerait contredire les premières affirmations qui mettaient les fumeurs parmi les personnes à risque majoré de mortalité, selon en tout cas les données chinoises initiales ?
    Avez-vous des remontées françaises ou en tout cas européennes à ce sujet ? fussent-elles simplement des avis spontanés de collègues travaillant en réa...

    Je m’autorise une plaisanterie, enfin à moitié : si les données "fumeurs" américaines étaient confirmées, peut-être faudrait-il introduire les patchs de nicotine dans les essais Discovery ? à moins que ce ne soit les goudrons divers des cigarettes... à moins que ce ne soit le tapissage des alvéoles des poumons par les résidus divers des cigarettes...

    • Bonjour,
      Vous faites allusion à des données américaines qui montrent un très faible pourcentage de fumeurs (très inférieur au pourcentage de fumeurs en population générale) parmi les malades. Cela irait dans le sens d’un effet protecteur du tabagisme !?!

      Tout d’abord, il peut y avoir un biais statistique. Mais on en saura plus quand on aura d’autres données. A ma connaissance, c’est la seule population de malades étudiée pour laquelle ont connaît le statut ou non de fumeur.

      Ensuite, on a montré que la bronchite chronique (PBCO) d’origine le plus souvent tabagique, était un facteur de risque de complication, ce qui vous étonne et que je comprends.

      Attendons d’en savoir plus sans émettre de conclusions hâtives.

  • Bien ri (ça fait du bien) à la remarque : Cymes c’est le BHL de la médecine...

    Pour aller plus loin : acrimed.org, article « Docteur Cymes et mister Michel experts médiatiques en coronavirus »

  • Certains médecins font état d’une virulence (et d’une mortalité) augmentée du virus dans les clusters (par le biais de l’augmentation de la charge virale et donc de l’existence de cas graves beaucoup plus fréquents dans la population des plus jeunes ). Qu’en pensez vous ? existe t il des comparaisons entre la mortalité dans ces zones clusters et les autres ? et n’est ce pas seulement par le fait des "réalisations" des petits pourcentages (comme les effets secondaires des médicaments, qui se mettent à être révélés quand le grand public en fait une utilisation massive)
    Je regarde la carte de france atteinte et par exemple, je note qu’il y’a 3 morts "seulement" par exemple en haute Loire..pour une maladie très contagieuse comme le Covid, elle devrait s’être répandue (et elle l’est peut être déjà) dans ce département aride mais néanmoins peuplé...Bon le confinement a certes joué mais les contaminations intra familles existent toujours et la vie ne s’est pas complètement arrêtée
    Les grippes saisonnières qui sont beaucoup moins contagieuses, atteignent en masse y compris ces départements ruraux. peut être n’est ce que à venir.. mais le biais du seul décompte qui est hospitalier est peut être trompeur, ne comptant que les formes graves. Le réseau sentinelle de surveillance des épidémies par les médecins généralistes en france est il valable pour le Covid ?

  • @DrDD...Bonjour,
    a/s de la charge virale ...
    Dans l’hypothèse (j’insiste sur la notion d’hypothèse, lue pour ma part chez un blogueur) évoquée d’une sur-exposition au virus dans les zones clusters, susceptible d’expliquer une plus grande virulence : j’en reviens à ma question d’auto-contamination par ré-ingestion de virus déposés sur surfaces non nettoyées etc...
    Vous aviez répondu négativement.
    Mais j’aimerais bien avoir accès à des arguments, un raisonnement, ou bien est-ce simplement un avis partagé de médecins ou d’experts ?
    Pardonnez mon insistance de béotienne...

  • Bonjour,

    Je me pose une question que je n’ai vu évoquée nulle part (pardon si elle l’a été ici) :

    Peut-on comparer la gestion de l’épidémie avec celle, jadis de la tuberculose ?

    La cuti-réaction, pratiquée sur les enfants disait si on avait rencontré le bacille de Koch. Quand la cuti était positive, (ce fut mon cas dès la première tentative) l’enfant était surveillé pendant quelque temps, pour s’assurer qu’il n’était pas en période d’incubation sans doute et qu’il n’allait pas tomber malade.

    Si la cuti était négative, on surveillait aussi, mais de moins près, au cas où, le jour où il virerait sa cuti, il tomberait malade. Ce qui est arrivé à une amie infirmière qui a viré sa cuti alors qu’elle avait plus de 20 ans, au contact de malades.

    Je vois beaucoup d’analogies avec les stratégies évoquées pour l’après confinement (test pour tout le monde). J’ai sans doute tort, sinon j’en aurais entendu parler.

    • Bonjour
      L’analogie est celle d’un fléau infectieux répandu. En fait, cela pouvait ressembler lorsqu’il n’existait pas de traitement pour la tuberculose, sachant que la maladie évoluait souvent très lentement.

  • bonjour Dr. Dupagne ;

    Nous vous remercions d’avoir modifié votre article le 1er avril et le 4 avril pour tenir compte des évolutions dans la connaissance de cette épidémie et de ce virus. Je vous avais écrit à titre personnel , mais cela fait des années que nous suivons avec intérêt votre travail sur atoute , en tant que responsables associatifs. Car mon épouse et moi sommes les fondateurs d’une association de malades atteints de maladies rares du foie et des voies biliaires : l’association albi ( association pour la lutte contre les maladies inflammatoires du foie et de voies biliaires) ; notre association est depuis 2018 agréée par le Ministère de la Santé et notre site www.albi-france.org est labellisé HON. Nous avons également un forum modéré ouvert à tous où nous avons placé un lien vers votre blog et notamment le lien sur votre article de synthèse sur le coronavirus. C’est d’ailleurs aussi l’une des raisons pour laquelle je vous ai écrit récemment et fait part de mes interrogations dont vous avez d’ailleurs tenu compte. Nous disposons aussi d’une page Facebook et d’un compte Twitter. Nous suivons tout ce qui se passe sur l’épidémie et captons ce qui nous semble pertinent et fiable ( par recoupement de divers avis : DGS, AFEF, HAS, HCSP, ANSM, experts divers) afin d’aider au mieux les membres de la communauté de malades qui sont l’objet de notre association. Mais il y a encore beaucoup d’inconnues et d’incertitudes. Je vous sen donne deux exemples dont l’un intéresse particulièrement notre communauté de malades.
    Deux informations récentes ont en effet circulé mais que nous aimerions recouper et voir confirmer ou infirmer par des spécialistes faisant autorité des information provenant de Chine :
    Selon des études chinoises, il y aurait un moindre risque de contracter la maladie et/ou de faire une forme sévère de ta pathologie si on a un groupe sanguin O vers A, , B ou AB. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des chercheurs asiatiques émettent cette hypothèse pour certaine maladies chroniques. Or les occidentaux semblent peu sensibles à ces arguments ; peut être en avez vous entendu parler ?
    Deuxième information circulante , mais là encore sans avis ou commentaire éclairé des occidentaux : il semblerait qu’un remède de la médecine traditionnelle chinoise à base de bile d’ours aurait été essayé et se serait rendu efficace contre le Covid-19. Cela a bien entendu ému les défenseurs des animaux . Sauf que, fort heureusement, l’ingrédient principal contenu dans la bile d’ours pour ses vertus thérapeutiques est l’acide ursodésoxycholique qui est produite en très petite quantité dans dans la bile humaine, à l’inverse de celle des ours bruns, mais est produit de façon synthétique sans qu’il soit besoin d’occire les rares ours bruns subsistant encore Si cela était confirmé, les médicaments existant d’acide ursodésoxycholique pourraient ils rentrer dans des essais thérapeutiques ici ou ailleurs ? Mystère ? . par ailleurs si cela se confirmait, cela serait une bonne nouvelle pour les malades de notre communauté pour qui ce médicament est le traitement de base et à vie.
    Mais, face à l’inconnu et aux fantasmes, il est clair que beaucoup d’hypothèses émergent un peu partout ; beaucoup seront au final seront décevantes ou peu concluantes .....mais espérons qu’il y’a en ait au moins une qui sauvent des vies !

    Cordialement

    Daniel Leburgue

  • @Dr DD, je précise https://www.atoute.org/n/article383.html#forum15236

    Vous aviez répondu : « on ne se surcontamine pas avec ses propres sécrétions. »
    à ma question du 20 mars, 01:17 https://www.atoute.org/n/article383.html#forum14994
    qui disait :
    « Je me suis auto-confinée, toute seulettemment (pour des raisons diverses dont rhume etc etc que d’ailleurs ça guérit pas), et j’avoue que vu que je suis isolée 100% je ne passe pas mon temps à laver les surfaces et tout et tout...
    Mais alors si j’ai vraiment le coco, que j’émets mes gouttelettes et que je m’en remets une louche quand je retouche par exemple mon clavier, ben est-ce que je n’augmente pas ma charge virale ? »

    réitérée le 4 avril, 15:27 https://www.atoute.org/n/article383.html#forum15231

    ...au regard de l’hypothèse d’une « sur-exposition au virus dans les zones clusters, susceptible d’expliquer une plus grande virulence », avec si j’ai bien compris une notion de "charge virale +++" :
    je m’interroge de plus belle sur l’impossibilité de se surcontaminer avec ses propres sécrétions.

    Ma question est sans doute naïve. Et la réponse est peut-être évidente pour un scientifique.
    Mais j’ai du mal a saisir pourquoi cela fait une différence que ces virus proviennent de mes "propres" virus ou de ceux d’autrui, et c’est pourquoi il me semblait intéressant d’« avoir accès à des arguments, un raisonnement »... « ou bien est-ce simplement un avis partagé de médecins ou d’experts ? »

    Le sujet a de l’importance : certaines personnes handicapées ou âgées ont des difficultés à entretenir leur lieu de vie, et sont actuellement parfois privées de l’aide de leurs assistants de vie ou ont une aide insuffisante.

    Je me demande également, toujours aussi naïvement, et dans le même ordre d’idées : est-ce que les postillons sont nécessairement chargés en virus actifs ?
    Quant aux autres excrétions (selles etc) sont-elles chargées de virus actifs ou/et de résidus inactifs ?
    Si les excrétions diverses sont chargées en virus actifs, ont-elles un effet bénéfique au moins en théorie ? (outre l’avantage des toux productives qui dégagent les poumons)

    Désolée d’être une telle coupeuse de cheveux en quatre...

    • Ah, en effet, je m’en souviens ! Je vous confirme que lorsque l’on est infecté au point d’excréter du virus, on ne s’auto-contamine pas en touchant ses sécrétions, pas plus en tout cas qu’en avalant sa salive toutes les 20 secondes ! Mais je comprends aussi votre questionnement pour lequel je n’ai pas de réponse. Peut-être s’agit-il de contaminations répétées avant que l’on deviennent soi-même une "usine à virus".

      Et oui, les postillons des malades doivent être considérés comme toujours porteurs de virus vivants et contaminants.

    • Bonjour
      J’ai trouvé la référence qui explique à la fois pourquoi on ne se contamine pas avec ses propres sécrétions (c’est avant d’être malade que les inoculations répétées sont dangereuses) et pourquoi il faut éviter les contaminations multiple : https://dr-gomi.blog4ever.com/sarscov2-un-virus-des-villes-pas-un-virus-des-champs-effet-de-masse-critique-en-zone-urbaine-1

  • Pénurie. Le chef du service médical américain des armées explique comment faire un masque limportant.fr/infos-monde/3/… @GerardAraud

    c’est sur Twitter mais je ne sais pas retwitter....je ne sais pas coudre alors le tutoriel dans l’article 🙅‍♀️
    sinon merci pour les mises à jour mais si on veut commenter c’est tout en bas...inverser les messages du plus récent au plus ancien ?

    • Bonjour
      J’aime bien l’idée que les gens sont censés avoir lu les réponses précédentes avant de poser leur question, qui a souvent déjà été posée...

  • Bonsoir et merci pour cette compilation et mises à jour.
    Je n’arrive pas à trouver les pourcentages de guérison des patients hospitalisés en réanimation, éventuellement en fonction de leur âge...
    Autrement dit, a-t-on idée de l’intérêt à réanimer (indépendamment du tri si nécessaire) ?
    En effet, un 5% de réussite d’une réa lourde et longue me ferait tendre à la considérer comme inutile dans le contexte...
    Je suis bien conscient que cette considération pourra être taxée de politiquement incorrecte mais "guérir" (par exemple) 5% des personnes admissibles en réa de plus de 85 ans, éventuellement avec séquelles, et les renvoyer dans leur ephad, en confinement dans leur chambre car ce sera prolongé... Ce serait insensé, dans ce contexte je le répète...
    Que pensent les réanimateurs, est ce au doigt mouillé (expérience et ressenti) ou bien existe t il déjà des stats et des guidelines, tient-on compte enfin des stats italiennes ou espagnoles (évidemment je suppose qu’elles existent) ?
    En fait c’est le boulot des commissions d’experts tout ça : le font ils ? Et s’ils le font pourquoi n’a-t-on pas d’infos ?

    • Bonjour
      Ces statistiques ne sont pas connues, et tout dépend de la gravité à l’entrée en réanimation. Mais chez les sujets de moins de 60 ans, le taux de guérison dont témoignent les réanimateurs est de l’ordre de 30% au minimum. Dans le tableau espagnol de l’article, vous avez des chiffres par tranches d’âge avec le nombre de patients en réanimation et le nombre de décès (sachant que ceux qui sont encore en réa ne vont pas forcément guérir)

  • Bonjour et bravo pour votre travail. , Il semblerait que la diarrhée ne soit pas un symptôme du coronavirus si anodin que cela. Une étude chinoise indique que sur échantillon significatif pas loin de 50 % des personnes infectées souffraient de diarrhée . De plus notamment en France des cas de patients de présentant aux urgences pour juste une diarrhée de sont révélés être positifs àvec une évolution parfois très problématique allant même jusque au décès. Un avis sur la question ? Encore merci pour toutes ces infos bien utiles.

  • Bonjour, le coup du radiateur pdt 48h ou du four à 70° pdt 30 min est-il valable pour les trop rares masques FFP2 ? Merci beaucoup

  • bon, il semble exister des essais lancés/bcg.. certains ont fait des corrélations entre le statut vaccinal pour le BCG et les atteintes covid.. et je m’en étonne puisqu’il me semble que tous les gens d’un certain âge ont eu le vaccin bcg contrairement aux jeunes et aux enfants pour qui le BCG n’est plus obligatoire depuis 2007.. ce qui est la répartition inverse des cas graves de Covid.
    Par ailleurs, ces mêmes personnes semblent vouloir revacciner avec le polio oral qui a été arrêté car ayant causé des polio maladies avec un virus vivant.
    de même avec le RORVax qui est immunodépresseur connu ?
    j’avoue que ça me laisse perplexe.. Et vous ?

  • https://www.laprovence.com/article/sante/5939517/coronavirus-selon-une-etude-le-virus-pourrait-se-manifester-principalement-par-des-troubles-digestifs-chez . Bondoir je vous communique un article qui parle de la predominence des troubles digestifs chez certains patients. Si vous le lisez, j’, aimerais connaître votre sentiment sur le sujet. Bonne fin de soirée et encore bravo pour votre travail. Georges

  • Après le discours lénifiant tenu jusqu’à présent par ce gouverne ment au-dessous de tout consistant à dissuader les gens de mettre des masques voici que désormais il préconise d’en mettre !

    Question : ce mensonge d’État, mettant potentiellement en danger la vie des personnes, outre qu’on se demande s’il a duré les 3 derniers mois ou s’il perdure dans ce revirement, qu’en pense le soignant que vous êtes qui avez cru à ces mensonges au point, si je lis bien, de les relayer ? Est-ce que ça ne relativise pas (litote) votre appréciation concernant le fait que ce gouverne ment avait pris la mesure de l’événement ? (« La France a pris la mesure du problème »...)

  • J ai commencé à être tres malade subitement il y a 1 mois (maux de tête violents, maux de gorge, 38, essouflements, douleur poitrine, perte gout et odorat d un coup, fatigue comme jamais pour finir avec diarrhées et maux de ventre violents) 3 teleconsultations, je suis asthmatique....pas de tests. Aujourd’hui je vais mieux mais je reste fatiguée. Ma question combien de temps reste t on fatigué après ? Et que faire pour récupérer ?

    • Bonjour
      On reste fatigué parfois longtemps, par exemple 15 jours après la disparition de la toux lorsque la fatigue initiale était intense. Il n’y a rien d’autre à faire que de se reposer.

  • Bonjour Mr. Dupagne et merci beaucoup pour votre site internet.

    J’essaie de comprendre pourquoi vous ne recommendez pas le lavage des vêtements avec lesquels on est allé faire ses courses.

    Je cite les 2 passage où vous y faites mention :

    >Ces conseils concernent les écharpes, masques ou gants en tissu : contrairement à une fausse nouvelle qui circule sur les réseaux sociaux, il est parfaitement inutile de laver ses vêtements ou de prendre une douche en revenant des courses.

    >Il faut faire très attention en revenant de l’extérieur, de décontaminer ses mains, sa monnaie, sa carte de crédit, et d’une façon générale tout ce qui a pu avoir un contact direct ou indirect avec l’extérieur (les vêtements ne sont pas concernés).

    Je pense par exemple à une veste aux manches trop longues que je porte souvent et qui efleure inévitablement les fruits et légumes, la caisse, le terminal de paiement.

    Ainsi, veuillez s’il vous plaît expliquer ou argumenter votre recommendation, afin que je puisse à mon tour l’expliquer à mon entourage.

    Merci beaucoup

    • Bonjour
      Parce que vos vêtements ne peuvent pas contenir une dose virale suffisante pour vous infecter (sauf si vous travaillez à l’hôpital dans une unité COVID19 bien sûr). Un masque au contraire, filtre l’air en permanence et peut se charger suffisamment en virus pour être infectant.

  • Bonjour monsieur Dupagne,

    ma mère agée de 79 ans vit seule à 40 km de mon domicile. Elle commence à déprimer car n’est pas sortie et ne voit personne depuis environ un mois. Ces voisins lui font les courses. Est ce que je peux lui rendre visite en prenant toutes les précautions nécessaires à savoir lavage de main, aucun contact physique et distance d’1,5 mètres (je n’ai pas de masque). Je vous remercie d’avance

    • Bonjour
      C’est exactement ce qu’il ne faut pas faire, sauf si vous êtes vous-même seule depuis trois semaines sans aucun contact (et donc indemne) et que le pronostic vital de votre mère est engagé par sa solitude.

      Le confinement doit être strict, sinon ce n’est plus un confinement.

  • Bonjour

    Comment peut on avoir la certitude qu’un vaccin sera a terme (on parle de 1an , 1an et demi etc...) mis au point et validé pour ce virus alors que pour le virus du Sida il n’y a toujours pas de vaccin ?
    J’imagine que la nature/famille de ces virus est très différente ?
    Merci de vos explications
    Bonne soirée

  • J’ai trouvé le lien du tweet pour faire un masque en 20’ , pratique et utile pour le futur déconfinement !
    j’ai compris l’idée judicieuse de mettre les messages dans cet ordre compte tenu des questions récurrentes ...
    merci de faire ce travail considérable
     :-)
    https://twitter.com/limportant_fr/status/1246321680898838528?s=21

  • A quelques années près, tout le personnel de santé aurait eu des masques, les français aussi ! :
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/enquete-franceinfo-comment-la-france-a-sacrifie-sa-principale-usine-de-masques-basee-en-bretagne_3896665.html

    Avec un masque, ma nièce qui avait déjà une sarcoïdose, ne serait pas en train de souffrir, seule, chez elle. Ne pas être protégé lorsque l’on cherche un emploi, est un scandale de plus !

  • Depuis la fin mars, le site internet de l’IHU de Marseille dresse quotidiennement le bilan du nombre cumulé de patients Covid sous traitement Hydroxychlorquine Azathromicyne (HCQ±AZ) suivis dans le centre, adjoint du nombre cumulé patients décédés dans ce groupe. Même si ces résultats bruts sont impossibles à interpréter en l’état (absence de groupe contrôle), il m’apparaît raisonnable de les comparer à ceux de l’Allemagne en début d’épidémie, et ce pour deux raisons :
    1. Un dépistage massif
    Tout comme pour l’établissement de la cohorte CHQ+AZ, l’Allemagne a procédé à un dépistage massif des patients positifs, et ce, dès le début de l’étude. Au 1er Avril 2020, l’Allemagne en était à 11 053 tests / millions d’habitant contre plus de 25000 à Marseille ( et il convient ici de saluer le remarquable travail de dépistage mené par l’IHU)
    Quatre-vingt cinq pour cent des patients atteints de Covid19 guériront sans complication et le taux de mortalité réel se situe entre 1.2% et 0.5% (Diamond princess). En élargissant la détection, on inclut de fait davantage de patients asymptomatique ou peu symptomatiques ce qui a pour effet d’augmenter le dénominateur pour calculer le taux de mortalité qui est de ce fait abaissé.
    2. Une inclusion récente de patients
    Si nous voulons comparer le taux de mortalité entre deux groupes, il paraît important de le faire au même stade de l’étude pour chaque groupe. C’est essentiel afin de s’assurer que les patients sont à un stade de développement de la maladie à peu près équivalents, en particulier si ce sont les décès qui sont objectivés (prise en compte du délais moyen entre l’apparition des symptômes et survenu du décès)

    La principale faiblesse à ce contrôle reste qu’il correspond à un stade de l’épidémie différent. En effet, la saturation des services de soins, qui est inexistant en début d’épidémie, a un impact direct sur le taux de survie des patients. Néanmoins, aux dates utilisées pour l’établissement de ce graphique, les services de santé des bouches du Rhône n’étaient pas saturés.
    Enfin, relevons que sont écartés du décompte de l’IHU de Marseille :
    a) les patients décédés dans les 3 premiers jours du traitement
    b) les patients présentant des cardiopathies (qui sont justement à risque de complications et de décès pour Covid19), ce qui devrait avoir pour effet d’abaisser le taux de mortalité relativement à l’Allemagne.

    D’autres biais peuvent intervenir (test, population, etc) mais il s’agit, à mon humble avis, du contrôle le moins malhonnête que nous puissions utiliser. Malgré ces réserves, je trouve troublant une telle différence dans la tendance entre les deux groupes... Merci de votre retour.
    Ps : L’IHU n’a pas publié hier mardi 7 Avril, ses données épidémiologiques relatives à sa cohorte (HCQ+AZ). En connaitriez vous la raison ?

    Merci encore pour votre travail !

  • Bonjour,
    Isolé depuis le 13 mars, ravitaillé sans contacts par fille et gendre puis-je considérer que je suis indemne ? Si oui puis-je rejoindre fille et gendre et enfants (2, de 11 et 6 ans) sur un terrain avec eau étant bien entendu que respectant les gestes barriéres et autres, sachant que nous vivons dans des véhicules aménagés, que j’ai 68 ans, et qu’eux aussi, hormis les courses, se sont confinés depuis ce même 13 mars ?

  • Re-bonjour,
    la même comparaison avec les données du 08/04 incluses.

  • Je constate que certaines entreprises de 2ème ligne souhaiteraient reprendre ou augmenter leur activité et pourraient le faire dans des conditions de sécurité maintenant satisfaisantes, notamment en ce qui concerne le trajet domicile-travail, outre la distanciation dans le lieu de travail.
    Mais elles sont en manque de personnel, car, outre les malades, il y a les personnels absents pour garde d’enfant ou d’autres motifs.
    Impossible pour ces personnels de reprendre le boulot...pourtant certains aimeraient reprendre le travail si on les soulageait de leur souci de garde d’enfants par des personnes de confiance, par exemple !

    C’est regrettable, il pourrait y avoir des solutions...il existe un réservoir de personnes habituellement disponibles, mais à risque aggravé (elles sont nombreuses), retraités par exemple.
    Car certains se disent qu’ils ont été vraisemblablement contaminés (ils sont nombreux, paucisymptomatiques ou à symptomes peu spécifiques) puisque au contact de personnes malades...
    Ils pourraient se rendre utiles après guérison, si test sérologique : j’en connais qui piaffent de ne pas pouvoir se rendre utiles, au point d’en être démoralisés !!!
    Par exemple pour la garde ou surveillance d’enfants, l’aide aux devoirs, le petits plats, les courses y compris pour le personnel soignant, pourquoi pas du secrétariat médical et d’autres tâches en milieu hospitalier (anciens fonctionnaires récemment retraités par ex) etc etc...nous avons des exemples historiques pas si lointains en temps de guerre...

    On est dans une thématique qui n’est pas directement médicale, pour autant elle participe de la santé publique.

    Je ne crois pas que l’époque permette de cracher sur les bonnes volontés de toutes sortes, ni sur un réservoir de solutions, si petit soit-il.
    A votre connaissance, y a t’il quelque chose de prévu en ce sens, une priorité d’accès aux tests sérologiques par exemple, dans le cadre d’une "utilité économique" dirai-je ?
    Il me semble que c’est une filière à explorer...

  • Bonjour,
    Isolé depuis le 13 mars, ravitaillé sans contacts par fille et gendre puis-je considérer que je suis indemne ? Si oui puis-je rejoindre fille et gendre et enfants (2, de 11 et 6 ans) sur un terrain avec eau étant bien entendu que respectant les gestes barriéres et autres, sachant que nous vivons dans des véhicules aménagés, que j’ai 68 ans, et qu’eux aussi, hormis les courses, se sont confinés depuis ce même 13 mars ?

  • Bonjour,
    pas vraiment d’accord pour la remarque sur la Corée du Sud

    si l’on regarde par exemple https://google.com/covid19-map/?hl=fr et que l’on cherche des éléments pouvant expliquer les résultats du nombre de décès par million d’habitants, en première approximation il ressort à mon sens deux choses et deux seulement et trois groupes de pays, après 3 mois de pandémie :
    - les tests (ah tiens c’était la préconisation OMS)
    - les masques (jugés inutiles par certains ...)

    1° groupe :
    - des tests, des masques (et pas toujours de confinement ...) : Corée du Sud, Hong Kong, Taïwan, Japon, ... . Le nombre de morts par million d’habitants se compte à l’unité (on est alors aux chiffres de la ... grippe)
    2° groupe :
    - des tests, pas de masques : Allemagne, ... . Le nombre de morts se compte par dizaines par million d’habitants.
    3° groupe :
    - pas de test, pas de masques : Italie, France, Espagne, USA, ... . Le nombre de morts se compte par centaines par million d’habitants.

    (les chiffres chinois ... comment dire ...)

    Le confinement, en dehors du fait de gagner du temps pour nos hôpitaux, peut nous permettre de gagner du temps pour avoir de quoi espérer déconfiner en sécurité :
    - des tests (d’entrée comme de sortie en maladie si j’ose dire)
    - des masques (pour protéger les négatifs en attendant un vaccin, à supposer que les positifs le soient)

    parce que sinon, le vaccin étant dans 12 à 18 mois ....

    NB : la Corée du Sud consacre environ 8 % de son PIB à la santé, la France 11,5 % ; la densité médicale est 50 % plus élevée en France qu’en Corée du sud (3,4 / 1000 habitants contre 2,3)
    https://www.youtube.com/watch?v=mZ3GuQKLAjQ&t=35s

    la question est alors : les chiffres étant têtus, auront- nous dans 12 à 18 mois les faits posés sur la table, ou des auto-félicitations des responsables pas coupables ?

    Dr Xavier TARPIN
    médecin généraliste

  • Bonjour,
    merci pour votre blog et votre absence de parti pris.
    Y a-t-il à votre connaissance des études évaluant l’impact au niveau sanitaire du confinement.
    Le confinement ralentit la propagation (mais aussi l’immunisation) et l’occupation des lits de rea. Mais tellement de problèmes secondaires : non consultation des MG, non recours aux urgences en cas d’AVC, AIT, décompensations cardiaques non traitées, chûtes de PA au domicile, stop suivi ttt, stop interventions chir (même cancers), stop PEC Kiné, décompensation psy, violence familiales...
    Et on ne parle même pas de l’augmentation de la précarité liée aux innombrables pertes d’emplois, arrêt des formations, fermeture de TPE et PME qui a moyen terme aura aussi un impact sur la santé.
    Bref Restez chez vous #restezchezvous , mais je me pose la question du bénéfice/risque du confinement à court et moyen terme, combien de vie sauvées aujourd’hui à quel prix demain...

    Julien Legroux (IDEL)

    • Bonjour
      C’est une question très pertinente, et qui commence à inquiéter les médecins hospitaliers qui voient beaucoup moins d’infarctus et d’AVC. Où sont-ils ? Et les autres conséquences que vous citez ne sont pas négligeables, loin de là.

  • Le temps aidant, j’y vois plus clair : Comparaison n’est pas raison !
    Sans contrôle, il ne faut tout simplement rien attendre comme conclusion de la part des chiffres issus de l’IHU de marseille. Reste à attendre les études sérieuses comme Discovery. Dommage que l’équipe de Marseille n’ai pas contribué à faire progresser notre connaissance quand ils l’auraient pu....
    Bien à vous
    ps : ci joint, comparaison de la cohorte de marseille avec 3 pays européen à dépistage massif de Covid19.

  • Bjr, puis-je stériliser mon masque en le mettant au four micro onde ?
    Merci et bravo pour ce blog

    • Bonjour
      Ce n’est pas recommandé, cela crée des surchauffes localisées qui peuvent altérer la structure du masque. Préferez le four traditionnel à 70°C mais il faut un thermomètre de four...

  • https://www.theguardian.com/society/2020/apr/10/uk-coronavirus-deaths-bame-doctors-bma
    Si, d’évidence, la proportion élevée de cas graves de COVID-19 parmi les populations BAME est multifactoriel, notamment la pauvreté etc, les "BAME doctors" ne font pas, a priori, partie des populations les plus défavorisées.
    Ni sans doute les quelques "noirs" français très visibles dont la presse nous a rapporté malheureusement le décès récemment.

    J’en reviens à mon leitmotiv des hémoglobinopathies, mon interrogation initiale était liée au facteur "oxygène et atteinte pulmonaire".
    J’ajoute maintenant le critère des particularités des hémogrammes, c’est à dire les variations spécifiques liées aux différentes caractéristiques ethniques.
    Pas seulement l’hémoglobine.
    https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/Hemogram.pdf
    https://academic.oup.com/clinchem/article/48/10/1802/5642326
    A-t’on pris la peine de s’interroger sur cet aspect, de le creuser (pour ultérieurement en déterminer d’éventuels mécanismes) et de le croiser, plutôt que de s’intéresser au pur aspect génétique ?
    Au moins parmi les membres BAME du corps médical ou chez certains patients européens, doit-on disposer de ce type de données ?
    Ce n’est pas le moment d’être frileux sur les considérations ethniques.

    Cela m’angoisse profondément à l’idée du déconfinement et de l’absence de classification "à risque" sur ces critères, si mon pressentiment (je sais, un pressentiment n’a rien de scientifique) est exact. Mes petits trésors d’origine exogène, et actuellement soigneusement confinés, vont sans doute reprendre leur scolarité avec tout le monde, et ce qui se passera alors.... ?!

  • NB 1 : Dans son avis du 31 mars, publié le 4 avril, le HCSP mentionne bien, notamment, les drépanocytoses majeures :
    « les personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur en raison d’un risque
    accru de surinfection bactérienne ou de syndrome thoracique aigu ou ayant un
    antécédent de splénectomie »
    Tant pis pour les formes mineures.

    Le HCSP ajoute également à sa liste les obésités moins sévères :
    « les personnes présentant une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 40 kgm, par
    analogie avec la grippe A (H1N1), mais aussi une obésité avec IMC > 30 kgm »
    (c’est moi qui souligne)
    https://www.hcsp.fr/Explore.cgi/PointSur?clef=2

    NB 2 : les avis du HCSP ne sont pas publiés dans l’ordre de leur émission.

    NB 3 : Les « Hémoglobinopathies, hémolyses chroniques constitutionnelles et acquises sévères (drépanocytose) » figurent maintenant également dans la liste AMELI des dispensés de boulot.

    Il me semble qu’auparavant, en ce qui concerne les diabètes, il y avait un critère de sévérité ou stabilité dans la liste AMELI. Il n’y a plus de nuance maintenant : « Diabète de type 1 et diabète de type 2 »

    On devrait garder, pour mémoire, copie des versions successives d’AMELI...

    https://declare.ameli.fr/assure/conditions

    * Je n’ai pas vérifié le restant des ajouts ou modifications tant du HCSP que d’AMELI...

  • pour "rebondir" comme on dit sur le message de Mr Julien Lecroux
    je ne suis pas sure que les AVC , IDM se planquent.. peut être les gens en font ils moins (la baisse de la pollution pourrait expliquer cela).. mais aussi les appendicites ou les occlusions.. je ne vois pas bien par ailleurs comment on pourrait actuellement ne pas appeler à l’aide un médecin si péritonite..il y en aura surement quelques unes .. mais il y en a toujours.. à voir..l’organisme me mettant en pause, cela ne serait pas forcemment étonnant..et il faut déduire du comptage des "maladies laissées pour compte" , les covid des salles d’attente dont on sait (pour la rougeole notamment, ) qu’elles existent..c’est bien difficile d’anticiper sur un rapport efficacité/nocivité de tout ce que nous faisons en ce moment
    par ailleurs, je me pose la question des vaccinations infantiles.. ne faudrait il pas revoir le calendrier vaccinal et le différer de 3 mois..? Comment un enfant covid + réagit a une vaccination ? (moins d’ac protecteurs pour les valences injectées ?, ..et le ror immunodépresseur..) Bon, pour le moment rien ne semble remonter d’inquiétant sur les après vaccination mais quand même: : les CI des vaccins sont bien : épisode viral en cours, non ?
    difficile devant tous ces petits patients asymptomatiques

  • Bonjour,
    je me pose une question depuis quelque jours.
    je suis infirmière, il y a un secteur covid dans mon établissement mais je n’y travaille pas directement, mais je croise les collègues dans les vestiaires. J’ai pris l’habitude de prendre ma douche au boulot avant de rentrer chez moi mais une nouvelle note de service est apparu et nous le déconseille car risque de contamination croisée et gouttelettes
    qu’en pensez vous ? Quelle est la meilleure attitude à adopter ? Y’a t il plus de risque pour ma famille si je prend ma douchez chez moi ? Je ne me suis jamais posé autant de questions...
    je vous remercie

  • QUEL EST L’EFFET DU CONTACT D’UN VIRUCIDE AEROPORTE AVEC LES PAROIS PULMONAIRES INFECTEES PAR LE COVIT19 ?

    PEUT-ON AJOUTER UN VIRUCIDE A L’AIR DES RESPIRATEURS, BIEN ENTENDU EN FAIBLE POURCENTAGE ET POUR UNE PERIODE COURTE ?

    SIGNE JEAN DB

  • Dans les nombreuses images dont la presse audio-visuelle nous abreuve, j’ai notamment vu un infirmier suivant à domicile la convalescence d’une malade en utilisant le ROTH score...et j’ai cru lire sur les réseaux sociaux qu’il était également utilisé dans les télé-consultations... Je croyais qu’il était obsolète ?
    https://www.cebm.net/covid-19/roth-score-not-recommended-to-assess-breathlessness-over-the-phone/
    https://www.mdcalc.com/roth-score-hypoxia-screening

    @DrDD : merci pour le partage d’article sur l’hémoglobinopathie provoquée par le virus. Il semble d’ailleurs y avoir une nouvelle version de l’article.

    @DDD’ : https://www.atoute.org/n/article383.html#forum15280
    quant au calendrier vaccinal.
    Un article tente de répondre à cette problématique.
    https://www.vidal.fr/actualites/24644/calendrier_des_vaccinations_les_recommandations_pour_2020_sont_publiees/
    En dehors de l’aspect légal, l’argumentation est-elle suffisante, suffisamment sourcée, suffisamment validée, compte tenu des multiples inconnues de "la" COVID-19 ?
    Quid de la "naïveté" du système immunitaire du nourrisson, hypothèse parfois présentée comme protectrice ?
    Je n’ai ni les titres ni les compétences pour en débattre.

  • @Mike
    L’article est malheureusement tronqué car réservé aux abonnés mais celui-ci reprend la même info :
    https://lejournal.cnrs.fr/articles/masques-de-protection-la-piste-prometteuse-du-recyclage
    Cette page ici du Dr Dupagne avait déjà signalé la possibilité de stérilisation par chaleur sèche à 70°...
    Pour les masques chirurgicaux « Concernant les masques chirurgicaux, nous avons montré qu’ils conservent leurs performances après un lavage jusqu’à 95 °C »
    Je me suis demandé du coup suite à cette importante question si un virus (ou plutôt un amas de virus) de ce type une fois "inactivé" avait des chances de pouvoir être "ré-activé" d’une manière quelconque (?)

    • Bonjour,
      Non, inactivé dans ce contexte signifie tué définitivement. Et laver en machine à 40°C suffit, comme pour les mains... C’est surtout le détergent qui tue le virus, en détruisant son enveloppe lipidique.

  • @Maurice C
    Merci d’avoir posté l’article complet.

  • Bonjour M. Dupagne,

    Il y a trois semaines je vous avais expliqué ma situation de soignant en EHPAD et milieu hospitalier auprès de personnes vulnérables et ma question était sur l’opportunité du port du masque qui était déjà débattue. Vous m’aviez répondu que sans sécrétion nasale, sans toux et avec une bonne hygiène des mains, le masque vous paraissait en effet inutile, suivant en cela les avis officiels du moment qu’on accuse aujourd’hui d’avoir pour principal motif inavoué la pénurie de masques. Et cependant quelques jours après le port permanent du masque chirurgical pour tous les soignants est devenu obligatoire dans tous les établissements de soins où je travaille et pour tous les soignants... On parle même d’en imposer le port à toute la population.

    Ce n’est pas une accusation ni un reproche, mais je vous connaissais peu consensuel voire assez critique vis-à-vis de la santé publique "officielle", donc je m’interroge, malgré votre argumentation tout à fait rationnelle.

    Néanmoins avec toute mon estime pour votre travail rigoureux et pédagogique en santé, bien cordialement

    • Bonjour
      Nous étions le surlendemain du confinement. J’avais pris la précaution d’écrire " le masque paraît en effet inutile." Mais je me suis trompé. On sait depuis que le fait de parler peut projeter des postillons contaminés, même si on est asymptomatique. Le fait de m’être trompé "avec tout le monde" n’est pas une excuse. Mea culpa.

  • Bonjour,
    Sur votre fil Twitter, à la date du 12 avril, 2 personnes parlent d’un document (Vincent Jappi et Rhumato33 qui aurait reçu ce document de 3 sources différentes et qui se demande s’il ne s’agirait pas d’une rumeur).
    Les 2 documents :
    https://archive.is/ONUmi
    https://www.truthorfiction.com/covid-19-had-us-all-fooled-but-now-we-might-have-finally-found-its-secret-medium-post/
    Wikipédia parle de truthorfiction.com :
    https://en.wikipedia.org/wiki/TruthOrFiction.com

    Le 2ème document (reçu par Rhumato33) provient de ce site (colonne de droite ) :
    https://www.truthorfiction.com/

    Comme je ne suis pas sur Twitter, je ne peux leur mettre l’information.

  • Il y a depuis quelques jours (à propos de la Serbie où la Chine influence la politique médicale) qu’on sait que la stratégie de soin chinoise est différente de celle par exemple de la France : ils amènent et surveillent les symptomatiques à l’hopital au lieu de leur dire de rester chez eux et d’appeler en cas de difficultés respiratoires.
    L’explication pourrait se trouver dans l’article suivant :

    https://www.sixthtone.com/news/1005474/I%20Spent%20Seven%20Weeks%20in%20a%20Wuhan%20ICU.%20Here%E2%80%99s%20What%20I%20Learned#

    outre son intérêt humain, il y a une indication intéressante : la différence avec les pneumonies classiques serait que les difficultés respiratoires (’hypoxia’) ne commenceraient que lorsque les poumons sont atteints à un degré important, donc en pratique souvent trop tard.

  • Bonjour, Dr Dupagne.
    Le Comité National contre le Tabagisme a publié cette mise en garde le 26 mars. Vu les 2 articles référencés, cela semble sérieux, mais je ne suis pas médecin, qu’en pensez-vous ?

    Covid 19, fumeurs et vapoteurs il est urgent d’arrêter pour vous et vos proches

    L’épidémie actuelle due au coronavirus conduit à des atteintes respiratoires qui peuvent être sévères voire fatales (Covid 19).

    Il est maintenant clairement démontré que les fumeurs présentent un risque majoré de contracter cette maladie et de développer une forme grave. Cela est dû au fait que, d’une part, fumer altère les défenses immunitaires et les capacités pulmonaires, et que, d’autre part, les fumeurs portent régulièrement leurs doigts potentiellement porteurs de virus à la bouche, porte d’entrée fréquente du virus.

    De plus, les fumeurs infectés par le coronavirus sont des contaminateurs potentiellement majeurs de leur entourage par tabagisme passif, du fait de leur toux fréquente et de la présence dans la fumée de tabac de particules sur lesquelles se fixent les virus qui peuvent alors être inhalées par l’entourage. Enfin, ces particules potentiellement contagieuses se déposent sur les meubles, tapis, vêtements … et sont à l’origine du tabagisme ultra-passif, par inhalation suite à leur relargage dans l’air et par ingestion, en particulier pour les petits enfants qui se lèchent les doigts.

    Concernant les vapoteurs, même si les conséquences respiratoires de cette dépendance sont moins importantes que celles liées au tabagisme, il existe des données scientifiques qui prouvent son retentissement sur la fonction respiratoire des vapoteurs. Il est trop tôt pour dire s’ils sont plus souvent atteints et/ou présentent des formes plus sévères que les non-fumeurs non-vapoteurs.

    En revanche, ce qui est certain, c’est que les particules présentes dans la vapeur exhalée par les vapoteurs infectés par le coronavirus sont potentiellement porteuses du virus et peuvent être à l’origine de contaminations par vapotages passif et ultra-passif au même titre que pour le tabagisme [1] [2].

    Concernant à la fois le tabagisme et le vapotage passifs à l’extérieur, les nuages de fumée et de vape produits sont détectés jusqu’à 10 mètres autour de l’usager. Dès lors que ces nuages sont potentiellement contagieux, une telle distance de sécurité doit être respectée.

    Dans cette perspective, le Pr Yves Martinet, président du Comité National Contre le Tabagisme lance cet appel :

    « Fumeurs, vapoteurs, pour vous et votre entourage, arrêtez le plus vite possible. Sinon, ne fumez pas et ne vapotez pas au domicile. Si vous sortez, sortez seul et à distance minimale de 10 mètres de toute personne et de toute habitation.

    Arrêter de fumer n’est pas facile. Pour vous faire aider, appelez Tabac-Info-Service au 3989 ou contactez votre médecin, votre pharmacien ou un addictologue ».

    [1] Aerodynamic Characteristics and RNA Concentration of SARS-CoV-2 Aerosol in Wuhan Hospitals during COVID-19 Outbreak, Yuan Liu, Zhi Ning et al, BiorXiv, March 2020 https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.03.08.982637v1,

    [2] Aerosol and surface stability of SARS-Cov-2 as compared with SARS-Cov-1, Correspondence New England Journal of Medicine, March 2020, https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMc2004973 .

  • Bonjour. Un des intervenant plus haut parlait de psychoter. Je me suis rendu ce matin à une consultation ORL. Une nasofibroscopie à été faite. Ensuite le docteur a emmené le fibroscope dans la pièce voisine et j ai entendu l eau couler, il est revenu avec l’instrument 30 secondes plus tard et l’a déposé sur une table avec les autres instruments.... Depuis je suis très anxieux. Le nettoyage m’a paru rapide, je suivais un patient et en précédait un autre. Le médecin avait un masque chirurgical (suffisant ?). Me voilà tout paniqué en revoyant ce petit tube dans mon nez. Était-il suffisamment désinfecté... Encore bravo pour votre site.
    Belle fin de journée.

  • Bonjour,
    Sait-on quel est l’effet du froid ?
    Je n’imagine pas laisser mes surgelés 4 heures dehors...
    Si quelqu’un de la chaine de distribution de mon surgelé (ou bien ma caissière) est contaminé et vide ses poumons sur mon paquet de surgelés (ce qui est somme toute peu probable), que va-t’il se passer si je le remets mon surgelé au congélo ?
    Je ne parle pas de moi car je vais m’empresser de me laver les mains en rentrant à la maison, mais de mes chérubins qui vont se servir des glaces en douce dans la soirée...
    Merci d’avance pour votre avis.
    Lisa

    • Bonjour
      L’effet du froid est mal connu mais pourrait aider à la conservation du virus. Vous pouvez laver les sachets lorsque vous les sortez du congélateur pour les cuisiner.

  • bonjour
    à ce que je comprends ,le vaccin ne sera pas prêt avant l ’été 2021, si le virus est
    éradiqué ce vaccin ne servira à rien ,sauf s ’il réapparait l ’année suivante ,mais il peut
    muter et dans ce cas il faudra refaire un vaccin ..
    Avant de pratiquer la vaccination ( si c ’est toujours le même virus ) y aura t il une prise de sang avant pour savoir si les personnes sont déjà immunisées ?
    quand on attrape le covid 19 est on immunisé à vie ?
    merci pour votre réponse

  • Bonsoir
    quels sont les risques pour la santé future des enfants (actuellement de 10 à 15 ans) qui depuis 4 semaines ne sont pas sortis du tout de leur appartement de la région parisienne(aucune sortie dans un parc ni en bas dans la cour de l’immeuble aucune activité physique) et vont sans doute continuer comme ça jusqu’au 11 mai au moins ? ils appartiennent à un milieu social très favorisé. faut il leur conseiller de la vitamine D et conseiller aux parents de sortir avec eux absoluement une heure par jour ? y a t il eu des études sur le sujet
    Merci

    • Bonjour
      Les adolescents ne quasiment pas concernés par les formes graves. La vitamine D est sans intérêt chez les enfants à peau blanche. Le risque est qu’ils contaminent leurs parents ou leurs grands-parents

  • a/s de l’utilisation des masques y compris artisanaux, article en plusieurs langues mais vidéo de vulgarisation, en anglais seulement, sur la diffusion des gouttelettes...J’aime bien la vidéo.
    https://www.fast.ai/2020/04/13/masks-summary/

  • Bonjour,

    Tout d’abord merci pour ces précieuses informations fondées tant sur les connaissances scientifiques que sur le bon sens !

    Mais j’ai encore une question.
    Hier matin j’ai fait venir un producteur local pour me faire livrer des produits laitiers, et, comme d’habitude, afin d’éviter tout contact direct, sur le rebord de ma fenêtre je lui avais laissé ma liste écrite sur un morceau de carton accompagnée de mon chèque pour qu’il me laisse les produits demandés sur cette même fenêtre. Ce monsieur ne porte pas de masque et je ne l’ai jamais vu se désinfecter les mains bien qu’il manipule les chèques des clients, etc. Je précise que j’essuie les bouteilles de lait, pots de crème, etc. avec une éponge imbibée de javel avant de les placer au réfrigérateur.
    Dans l’après-midi, mon compagnon a pris le morceau de carton qui était resté sur le rebord de la fenêtre pour le jeter mais il ne s’est pas lavé les mains ensuite. Existe-t-il un risque de contamination par le Covid-19 s’il y avait des virus restant sur le carton ?
    Merci par avance pour votre réponse.

    • Bonjour
      Pour qu’une contamination soit envisageable, il faudrait que le producteur soit malade, qu’il ait toussé sur le carton en y laissant des glaires adhérentes, que votre ami l’ait pris en main et ait porté ensuite ses mains à sa bouche, à son nez ou ses yeux.
      Cela fait beaucoup de conditions à remplir pour une contamination...

      Il faut bien comprendre que la chaîne théorique "malade qui tousse dans sa main et touche un objet, cet objet est touché par une autre personne, qui touche un objet que vous allez toucher vous même" n’existe pas, il y a trop de déperdition de virus pour garder une dose infectieuse.

  • Merci ! Je suis rassurée (mais je reste chez moi et je respecte les règles d’hygiène de base !). Bonne journée.

  • @Dr Dupagne
    Merci pour votre réponse à la question de la fumée de cigarette, et le lien !

  • Bonjour,
    je m’interroge sur la réouverture des lycées : j’enseigne dans des classes avec 33, 37, 46 élèves (en tout près de 200 élèves dans 5 classes) et je m’inquiète de faire cours dans des espaces fermés (les salles de classe ne sont pas des hangars !) où le taux d’humidité grimpe en flèche quand 40 élèves respirent pendant 1 ou 2 heures de cours, sans possibilité d’aérer convenablement (surtout au mois de mai ou juin dans des salles vites surchauffées) . En supposant qu’aucun élève / ni le prof ne tousse, n’y a-t-il pas un risque de contamination par voie aéroportée simplement en parlant, en respirant ? Pour les élèves qui sont à une cinquantaine de centimètres les uns des autres (et à moins d’un mètre 50 du prof pour le premier rang) ? N’y a—til pas un sérieux risque de contamination par le biais des tables, chaises (sans parler même des poignées de porte) pour les élèves, clavier d’ordinateur pr le professeur sachant qu’au lycée, les profs comme les élèves changent à chaque heure de cours ou presque de salle de cours ?
    Merci par avance de vos réponses

    • Bonjour,
      Le risque de contamination est bien évidemment présent. Et encore plus si un malade tousse. Sinon, cela signifierait que toutes les mesures barrières que l’on nous impose ne servent à rien.
      Je vous suggère de faire cours avec un masque... Pour les élèves, c’est moins grave, car ils risquent peu une forme grave, mais si leurs parents sont fragiles, c’est dangereux.
      Cette reprise de la scolarité m’a surpris. Je pense que c’est pour des raisons économiques.

  • 23andme (test génétiques) lance une enquête sur le covid-19 :

    23andMe s’efforce de découvrir les différences génétiques sous-jacentes à la gravité de l’infection par le SRAS-CoV-2, le virus qui cause COVID-19. Pour suivre les maladies lorsqu’elles surviennent, nous enverrons une enquête de suivi une fois par mois. Pour ceux qui ont expérimenté COVID-19, nous enverrons un sondage de suivi pour mieux comprendre votre maladie. Même si vous n’avez pas été malade, votre participation pourrait contribuer à notre compréhension collective de la base génétique de cette maladie.

    https://blog.23andme.com/23andme-research/covid-19-genetic-study/

    Bien qu’encore interdit en France, y aurait il une utilité scientifique à y participer dans la mesure où l’on s’est fait tester pour recherche d’ancêtres ?

  • @Dr Dupagne
    Merci pour votre réponse. C’est ce que je craignais.
    Mais un masque en tissu ou chirurgical a-t-il un intérêt pour me protéger ? Je croyais avoir compris qu’on protégeait les autres mais pas soi-même, sauf j’imagine si tous les élèves portent ce même type de masque ? Je porterais bien un masque FFP2, mais il est impossible de s’en procurer...

    • Bonjour
      Théoriquement, les masques chirurgicaux sont insuffisants. En pratique, hors hôpital, ils suffisent largement. Les masques FFP2 sont peu compatibles avec la fonction d’enseignant (qui parle beaucoup).

  • Bonsoir et Merci pour ce travail extraordinaire !
    Est-il envisageable de déconfiner d’anciens malades du COVID ( diagnostic certain , guérison certaine et test sérologique prouvant une " tornade" immunologique ) . Cette personne , ce malade , ne peut plus contaminer d’autres personnes et est immunisé ... Je n’ai rien lu la dessus ... Grand merci pour votre réponse ...

    • Bonjour
      On entend parler de personnes qui auraient été recontaminées après avoir été atteintes une première fois. J’ai beaucoup de mal à y croire, mais je ne peux donc pas vous répondre avec une certitude de 100% que le risque est nul pour ce malade et pour ses contacts.

  • Et le traitement proposé se recoupe t-il avec celui ci ? ==>https://blogs.mediapart.fr/basicblog/blog/130420/covid-19-traitement-de-la-docteur-iseroise-sabine-paliard-franco

    En tout cas bravo pour votre travail de vulgaristion

    15 avril, 09:09, par Dominique Dupagne

    Bonjour
    Cela fait partie des nombreux traitements farfelus et non validés qui traînent sur le web.
    """"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""
    pardonnez moi, Dr Dupagne. votre réponse "traitements farfelus"} ne me convient pas. non validé certes. je ne sais pas si vous avez regardé les liens concernant les observations faites pas le Dr Paliard.(repris intégralement sous le lien de mediapart ci dessus) en effet je pense qu’il faut que vous les lisiez, c’est intéressant . bien sûr il n’y a pas de certitude sur l’origine Sars CoV2 de ces symptomatologie chez ces 39 patients. et c’est ce qui pose problème . aberrations de communication (il aurait été judicieux et intelligent que notre consoeur présente ses résultats et idées aux infectiologues et ministres de sa région au lieu de passer par facebook. je pense qu’une fois lus, vous ne réagiriez pas en parlant de farfelu pour ces observations venant d’un medecin plutot connue pour son sérieux vis a vis des patients
    merci de votre compréhension et de votre travail très rigoureux (sauf peu etre ce "farfelu" qui à mon avis dépasse votre pensée.

  • « l’eau oxygénée est inutile pour combattre les virus »

    http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/DMT/TI-TC-82/tc82.pdf semble dire le contraire ?

  • merci de régulièrement documenter votre article de nouveautés. J’ai lu avec intérêt l’article sur l’immunisation peut être assez courte contre le srascov2.. mais je n’ai pas vu si les "rechutes" pouvaient être des formes graves . je ne suis pas sure qu’on le sache mais bon..l’auriez vous vu quelque part ?. Ce n’est évidemment pas la même chose d’être réinfecté a ou pauci symptomatiquement (et donc contagieux : danger pour l’autre) et se retrouver en réa pour pneumopathie virale..(danger pour l’autre et pour soi)
    par ailleurs, il semble (mais bon c’est le Dr Raoult qui le disait) qu’il n’y a pas forcement de corrélation avec des taux d’AC hauts et une immunité clinique (il parlait de la rougeole chez un de ses internes qui avait des ac hauts je crois).. je suppose que cela dépend du serotype viral aussi..
    que sait on sur la varicelle par exemple (et ses résurgences à type de zona : baisse des AC ?) ou sur la rougeole ou d’aucuns disent que les vaccinés remontent leur immunité en contact avec des rougeoles sauvages..
    pour ma part, il me semble qu’il est quand même possible que ce ne soit ni tout noir ni tout blanc et que la "fréquentation " de ce virus absolument nouveau confére une immunité partielle à la longue (comme le fait la grippe dans les populations habituées (contrairement aux populations amérindiennes qui ont été décimées par ces mêmes virus : varicelle,grippe ..alors qu’ils étaient naïfs immunologiquement)
    merci de votre assiduité à nous répondre ; cela nous laisse moins seuls/questions

    • Bonjour
      Pour les rechutes, d’ailleurs exceptionnelles pour l’instant, nous n’avons pas de données sur leur gravité.
      Je vous confirme que l’immunité n’est pas fortement corrélée au taux sanguin d’anticorps. C’est un phénomène bien connu.

  • Puisque cet espace est modéré "a anteriori" je peux risquer cette question qui ne sera juste pas validée si elle parait inconvenante.

    Voilà : je me demande quelle confiance nous pourrions accorder au sérieux d’un fabricant chinois de masques de type FFP2/N95 puisqu’il semble que ces masques ne nous seront pas accessibles pour le déconfinement voire même plus tard.
    Quelle serait votre opinion éclairée à ce sujet ?

    Un ami vient de recevoir sa commande, c’est ce qui me pousse à demander.

    https://www.banggood.com/fr/10Pcs-K...

    Merci pour cette page.

  • @balkis :

    voici un lien vers une étude qui affirme sur la base d’une étude réalisée en France que le fait de fumer a un effet protecteur, lié probablement à la nicotine.

    https://www.qeios.com/read/article/574

  • Bonjour,

    On parle beaucoup de l’obésité comme un des facteurs les plus aggravants. Question bête, peut-être, mais est-elle aggravante en soi, ou bien seulement car cette condition vient souvent avec d’autres pathologies ?

    Je me pose cette question car ma femme souffre d’obésité depuis plusieurs années (IMC > 40), à cause de plusieurs dizaines de kilos pris à la suite de traitements hormonaux successifs (plusieurs cycles de PMA avec des doses de cheval....) ; mais sa constitution générale est très bonne, ni diabète ni maladie cardiovasculaire ou souci cardiaque. L’obésité fait souffrir ses articulations et ses déplacements au quotidien, mais ça s’arrête là.

    Elle est aussi asthmatique et souffre de BPCO depuis toujours, donc elle est d’office classée "sensible", mais je me demandais si son obésité la rendait d’autant plus vulnérable ou pas nécessairement.

    Merci pour vos éclaircissements et pour votre travail.

  • Bonjour et merci pour cet article essentiel,

    Grâce à France Inter*,
    J’ai découvert cet article du New York Times :

    https://www.nytimes.com/interactive/2020/04/21/world/coronavirus-missing-deaths.html?referringSource=articleShare

    Avec comme liens utiles : https://www.euromomo.eu/outputs/zscore_country_total.html et https://www.euromomo.eu/index.html

    * https://www.nytimes.com/interactive/2020/04/21/world/coronavirus-missing-deaths.html?referringSource=articleShare

    Bonne journée malgré ces nouvelles déprimantes sauf pour l’Allemagne même si je ne suis pas sûr qu’elle soit vraiment à l’abri de ce fichu virus pour les prochains mois...

  • Bonjour,

    Savez-vous si des études multivariées ont été menées concernant les facteurs de risques. À chaque fois on continue de mélanger âge et maladies annexes, comme par exemple ici :

    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/deconfinement-il-faut-garder-en-tete-que-les-statistiques-jouent-contre-les-personnes-agees-estime-un-medecin-du-conseil-scientifique_3922655.html

    Même lorsqu’il a été question de maintenir le confinement, personne, semble-t-il, n’a été capable de définir ce qu’était un sujet âgé. Ça n’aide pas franchement à appréhender le risque qui, surévalué, peut être un facteur de stress (entièrement mauvais, du coup).

  • Bonjour ,

    Merci pour cette synthèse Dr Dupagne.
    Mais je suis très étonné de voir que "Aucun des différents masques disponibles n’a prouvé son intérêt pour éviter la contamination aérienne dans la vie courante, mais on n’a pas prouvé non plus qu’ils ne servaient à rien ! " Quand on regarde Taïwan par exemple le port de masques est généralisé et le nombre de victimes y est très faible. Le fait de tester massivement et isoler les malades y est aussi sûrement pour quelque chose ! Mais pas de pénurie chez eux !
    Je vois tout de même un avantage de poids : lorsque l’on porte un masque on ne peut pas atteindre avec ses mains les zones muqueuses du visage ; le réflexe de se toucher le visage devient aussi moins fréquent probablement. Qu’en pensez-vous ? C’est du bon sens, mais en ce moment le bon sens est rare, et en particulier chez nos gouvernants !

  • Au côté du Pr Henri Joyeux (que l’on ne présente plus), Luc Montagnier, Prix Nobel, veut informer le monde qu’avec les vaccins "il y a un risque d’empoisonnement de toute la population qui va nous succéder"
    https://sante.lefigaro.fr/article/le-lent-naufrage-scientifique-du-pr-luc-montagnier/

    Changeant de média, Luc Montagnier affirme sur CNews que quelqu’un a rajouté le virus du sida au coronavirus !!
    https://www.dailymotion.com/video/x7tcp7a

  • Bonjour. Je vous avoue que je ne m y retrouve en ce qui concerne le port du masque et la contamination par aérosol. Je vais vous donner un exemple concret. Je dois me rendre à l hôpital pour une prise de sang. J’ai téléphoné au centre de prélèvement de l hôpital où l’on m’a dit que le personnel qui effectue les prises de sang porte des masques chirurgicaux. Moi même je porterais un masque de ce type. Quel est le risque ?. Belle fin de journée et bravo pour votre travail.

    • Bonjour
      Avec des masques, même "seulement" chirurgicaux, le risque est proche de zéro. C’est quand on "baigne" dans les postillons de malades qu’il faut des FFP2.

  • Bonsoir,
    Les cellules caliciformes et multicilées des voies aériennes sup. riches en ACE2 pourraient être la voie d’entrée principale du SARS-Cov-2 selon les recherches du CHU Nice. Ne pourrait-on pas y voir une explication à la protection relative des fumeurs, dont on sait à quel point les muqueuses des VRS sont remaniées ?
    (Plutôt que des effets hypothétiquement protecteurs de la nicotine )

  • Bonjour Dr Dupagne
    Un grand merci pour tout le travail réalisé.
    je me permets de vous remonter une erreur dans le tableau sur la mortalité du covid par âges et par sexe : la ligne des <20 ans et le taux de mortalité affiché me semble erroné au regard des intervalles de confiance mentionnés.
    prenez soin de vous

  • Bonsoir Docteur,

    pour une amie qui semble prendre ce virus trop à la légère (et qui n’est pas anglophone), j’ai refait une traduction de l’article de la revue Science (merci Deepl), sans phrase manquante, et en remontant la partie avec schémas plus haut dans le texte.
    Si vous voulez la mettre à disposition ou l’utiliser de quelque façon, c’est avec plaisir.

    Merci encore !

  • Certains semblent beaucoup tenir au facteur "vitamine D", dans les causes de létalité augmentée pour certaines catégories de personnes.
    Certaines "groupes à risque" souffriraient en effet notoirement chroniquement de déficience en vit D (dont les afro-américains et les obèses), cf commentaires sous l’article [a/s mortalité COVID-19 parmi les minorités ethniques]. https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1548
    https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1548/rapid-responses
    De la à décider qu’il y a un rapport de cause à effet et pas seulement un lien statistique...Je n’ai pas encore pris le temps de lire les références données dans les commentaires. Bien sûr il faut creuser, que vous en semble ? Que disent les réseaux ?

  • Bonjour,
    On nous donne le décompte des décès et des personnes guéries mais je n’ai rien vu concernant d’éventuelles séquelles après guérison. Avez vous des infos à ce sujet ? Merci

  • Quels sont les paramètres biologiques les plus perturbés au cours d’’une infection un peu sévère et leur évolution a t’elle une valeur prédictive ? taux d’hémoglobine, lymphopénie, marqueurs de l’inflammation (CRP, fibrinogéne), marqueurs de microthrombose (Ddimères). On trouve très peu d’informations sur le suivi médical de la maladie.
    Autre question ; vous dites qu’il n’y a pas de surinfection bactérienne à un stade aigu de la maladie. Sur quelles données vous basez-vous ? Connaissez-vous des études qui mentionnent l’examen bactériologique des expectorations ?

  • Bonjour à tous
    je souhaite savoir ce qui est du ressort de la flake new et la verité vraie ...
    interet de mettre les patients fragiles sous patch nicotinique lors des sorties (boulot courses etc ...)
    les enfants seraient bien moins infectés et porteurs que prevus ?

    merci B6

    • Bonjour
      Ce qui est vrai : les fumeurs sous-représentés chez les malades graves.
      Ce qui est une fake news : la nicotine permet de se protéger des formes graves.

      Exemple :
      Vrai : les femmes qui trempent leurs doigts tous les jours dans l’eau bénite ne font quasiment pas de cancer du col de l’utérus.
      Faux : l’eau bénite protège du cancer du col.
      Explication : le cancer du col est une maladie virale transmise sexuellement, et les nonnes n’ont pas de rapports sexuels, et donc pas de cancer du col.

      On appelle ça des biais. Donc, les fumeurs ont beaucoup de caractéristiques autres que leur consommation de nicotine.

  • Je découvre votre blog, compliments pour la qualité et la précision de votre article, et celles de vos réponses au fil des questions !
    Voilà 6 semaines maintenant que j’ai eu les premiers symptômes du CV (très très légers mais presque tous là !) !), le seul qui subsiste est une montée de fièvre en journée, avec fatigue à la clé : 37.5,6 ou 7, alors que matin ET soir elle est redevenue normale à 36.8... Suis-je toujours contagieuse du fait de ces symptômes résiduels ? A-t-on du recul pour confirmer le nombre de semaines nécessaire à la disparition totale des symptômes ? Merci !

    • Bonjour
      la règle du "après 14 jours, le patient n’est plus contagieux" n’a pas reçu de démenti.
      37,7 l’après midi et 36,8 le matin, c’est une température normale.

  • je me demandais si le fait de poser un masque type ffp2 (après être revenu du supermarché) sur une commode et ne pas le toucher pendant 10 jours ou plus pouvait faire en sorte que je puisse le réutiliser ? il y a des études fiables à ce sujets ? car si ça pouvait nous éviter de jeter à la poubelle ces masques..merci..

  • Bonjour,
    Un grand merci pour votre article et les réponses que vous apportez aux questions des lecteurs.
    Je suis orthophoniste et recevrai probablement à nouveau des patients en présentiel à partir du 11 mai. Parmi les (nombreuses) consignes que nous a transmises notre syndicat, il y a celle de supprimer tout le matériel ne pouvant être facilement désinfecté et de désinfecter tout ce qui a été utilisé pendant la séance.
    Suite à la lecture de votre article, j’avais prévu pour ma part de n’utiliser le jeu qu’une fois, le mettre de côté et le réutiliser le lendemain, sans l’avoir nettoyé donc. Qu’en pensez-vous ?

  • Bonjour,
    Je suis consterné par le nombre exponentiel des savants protocoles parfaitement superposables testant les mêmes molécules dépourvues d’AMM et dont on aura les conclusions dans trois mois. Pourquoi ne pas monter une étude en collectant sur des bases simples (âge, facteurs de risque, symptômes, traitement, résultat) les observations des nombreux praticiens de ville qui affirment qu’ils ont empêché leurs patients symptomatiques d’évoluer vers des formes graves avec les moyens à leur disposition, qui sont presque toujours antibiotique (macrolide) +antiasthmatique ?
    A moins que cela n’existe déjà ?

    • Bonjour,
      La collection d’informations était la méthode employée avant que Claude Bernard n’introduise la méthode expérimentale. Cette science d’observation a conduit à de nombreuses erreurs. C’est la raison pour laquelle la science expérimentale est la seule acceptable. C’est elle qui a permis l’explosion du progrès médical au 20e siècle.
      Il existe une exception notable : les maladies incurables. Dans ce cas, l’observation de guérison est significative(exemple du vaccin contre la rage). Mais pour la COVID 19, dont le taux de guérison est supérieur à 99%, l’observation est sans aucun intérêt et soumise à tous les biais subjectifs.

  • J’ai entendu ce matin le président de MG France dire que dorénavant les patients soupçonnés d’avoir le Covid devront se rendre chez leur médecin traitant à partir du 11 mai, médecin qui sera au coeur du dépistage et du confinement ciblé.. il me semblait que ces patients étant possiblement contagieux devaient bénéficier plutôt d’une visite à domicile du médecin que d’un rendez vous à son cabinet (avec possiblement des transports en commun pour y arriver et une attente dans la salle d’attente ). Vous en parlez au début en mentionnant bien de ne pas se rendre chez le médecin.. Qu’en penser ?

  • J’ai eu la maladie de Churg et Strauss il y a 10 ans ( maladie auto-immune, vascularite des petits vaisseaux) et les symptômes graves qu’on observe actuellement dans le Covid correspondent. Suis je plus à risque ? Je précise que j’ai été déclarée guérie.

  • Bonjour Dr Dupagne,
    je vois de plus en plus de témoignages de personnes qui présentent des symptômes au delà de 20 jours de maladie (#apres20jours), qu’en pensez-vous ? Est ce que cela semble logique au regard de cette maladie ? Je dois avouer trouver cela particulièrement inquiétant .
    merci d’avance pour votre réponse

    • Bonjour
      C’est très banal. Il y a aussi des gens qui guérissent et chez qui les symptômes reviennent après quelques jours. Mais rien ne permet de penser que c’est une réinfection. C’est plutôt un retour transitoire des symptômes.

  • Voici ce qui circule sur le net :
    "DESINFECTION RAPIDE ET EFFICACE DES MASQUES.
    Protocole que nous appliquons.
    Mon mari est Professeur des Universités en Microbiogie et a travaillé, entre autre, sur les procédés et paramètres de destruction des microorganismes (bactéries, virus... )
    Pour décontaminer votre masque QUEL QU’IL SOIT (masque jetable type chirurgical à plis, FFP2 bec de canard ou bricolage, tissu) il suffit de :
    - mettre un verre d’eau dans une casserole large (20 cm de diamètre)
    - porter l’eau à ébullition (c’est très rapide)
    - mettre le masque tenu par une fourchette, une baguette en bois... au raz de la casserole dans le nuage de vapeur pendant 15 secondes minimum (voir photos).
    Cela permet de réutiliser le masque rapidement après séchage.
    De plus, pour les masques en tissu, c’est un protocole nettement plus rationnel et pragmatique (rapidité, consommation d’eau et d’énergie ) qu’un lavage à 60 ° pendant 30 minutes en machine, pour obtenir la même efficacité de destruction. C’est moins contraignant, moins destructeur pour le masque (et au moins 500 fois plus économique en eau et énergie) .
    La vapeur à 100° dénature, détruit le virus."

    Cela me semble dans la même ligne que ces magasins de vêtements, vus à la TV, qui comptent utiliser les défroisseurs.

    Que faut-il en penser ?

    Les masques ont un coût, surtout pour certaines familles, et ne seront pas réutilisables à l’infini !
    Et faire des machines spécialement pour les masques, quand je pense à ces nombreuses familles qui vont en laverie automatique, on dirait bien que personne ne s’en préoccupe !
    Outre le fait que, certes, la machine détruit le virus, mais on touche ou met en contact le linge avec les pourtours de la machine, on manipule le hublot etc etc qui lui ne passe pas systématiquement au nettoyage !

    • Bonjour,
      Cette stratégie paraît excellente et je ne vois pas de raison de douter de son efficacité. C’est plus facile que la four à 70°C ! A titre personnel, je vais encourager cette technique, merci !

  • Bonjour Docteur, je signale cet article de Mediapart qui pointe plusieurs questions intéressantes concernant la propagation de l’épidémie :
    Régions épargnées : pourquoi le virus y circule peu

    https://www.mediapart.fr/journal/france/300420/regions-epargnees-pourquoi-le-virus-y-circule-peu?utm_source=20200430&utm_medium=email&utm_campaign=QUOTIDIENNE&utm_content=&utm_term=&xtor=EREC-83-[QUOTIDIENNE]-20200430&M_BT=302528811873

    Cordialement :)

  • Suite au message 30 avril, 10:46, "DESINFECTION RAPIDE ET EFFICACE DES MASQUES.

    Est ce vraiment indiqué de désinfecter un masque avec de la vapeur d’eau bouillante ?

    Voici une réponse détaillée sur la désinfection des masques en tissu dans la rubrique checknews du quotidien libération :

    https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/30/les-masques-en-tissu-doivent-ils-imperativement-etre-laves-trente-minutes-a-60c_1786985

    • Bonjour
      Ce lien est intéressant, mais il concerne la désinfection des masques pour la totalité des germes. Pour le COVID, la technique de la vapeur d’eau bouillante est suffisante. Le lavage en machine à 40°C aussi pour les masques en tissus (dans le cas contraire, se laver les mains serait inefficace aussi). Et pour un usage courant (faire ses courses) un séchage au soleil ou sur un radiateur pendant plus de 20 heures est suffisant aussi.

  • Encore à propos des masques, notamment de leur lavage, voir ce que propose le Johns Hopkins magazine (le lien était proposé par un enseignant (médecine) de l’Université d’Oxford :

    "Le N95* et les masques chirurgicaux ne doivent pas être lavés. Pour réutiliser ces types de masques, il est préférable de les placer dans un sac en papier dans un endroit chaud pendant au moins 7 jours avant de les réutiliser. Cela donnera suffisamment de temps pour que le virus ne soit plus infectieux.

    Pour ceux qui n’ont pas facilement accès à une laverie, le stockage de masques faits maison dans des sacs en papier est également une option. Des données récentes suggèrent que le virus perdra son infectivité après environ 2 jours à cause des masques en tissu."
    (traduction en ligne, donc bof... mais l’essentiel est qu’on comprend)

    https://hub.jhu.edu/2020/04/24/covid-19-mask-glove-use/?fbclid=IwAR1oKOOfDnoMWyPFLoN6pctZQAfNt67atlQk2QrC-BuB6IHKh5kF_E2Tn8U

    L’article ne s’intéresse apparemment qu’a l’élimination du virus, et je ne suis pas certaine que la technique proposée soit suffisante pour éliminer les autres germes ?
    Honnêtement, la formule "stockage seul" dans une maison fréquentée par des jeunes enfants, pas sûre que ce soit top. Mais dans un contexte de pauvreté ou bidonville, il n’y a peut-être que cette solution.

    Notons que l’article proposé par @aquitain permet d’envisager des nettoyages alternatifs qui donnent les mêmes garanties que le lavage validé AFNOR...

    Alors, pour satisfaire tout le monde, soyons fous et super prudents ....pourquoi pas un mix :
    - vapeur (comme proposé plus haut),
    - puis lavage main tiède (30°) pour les souillures,
    - suivi immédiatement du séchage/repassage,
    - et tant qu’à faire stockage 2 jours dans un sac en papier ?
    Reste à définir le bon ordre des étapes...Vapeur d’abord ? Stockage d’abord ?
    Il faudrait s’intéresser très concrètement aux divers gestes/manipulations nécessaires, les simuler pour voir ce qui est le plus prudent...

  • @Dr DD : Vous avez remanié la partie "Qui risque d’en mourir ?".
    La référence aux auto-déclarations en maladie ayant disparu, il n’y a plus de transition et la compréhension de cette partie du texte est rendue difficile.
    Il est vrai que le dispositif dérogatoire prévu sur AMELI a changé :
    "Covid-19 : modification du dispositif d’indemnisation des interruptions de travail des salariés"
    https://www.ameli.fr/moselle/assure/actualites/covid-19-modification-du-dispositif-dindemnisation-des-interruptions-de-travail-des-salaries
    (c’est mon lien local, mais idem ailleurs bien sûr)

    La partie sur le lavage des masques etc est compréhensible, mais un bout de paragraphe, le dernier, gagnerait à être intégré à l’alinea précédent, si je puis me permettre.
    A noter que l’un des liens que vous proposez indique une durée d’exposition à la vapeur de 10 mn si j’ai bien compris, avec d’ailleurs une efficacité de la désinfection de 99 %, en tout cas sur les masques testés :
    "70C /158F heating in an oven (not your home oven) for 30min, or hot water vapor from boiling water for 10 min, are additional effective decontamination methods."
    "Le chauffage à 70 ° C / 158 ° F dans un four (pas votre four domestique) pendant 30 minutes, ou la vapeur d’eau chaude de l’eau bouillante pendant 10 minutes, sont des méthodes de décontamination efficaces supplémentaires."
    https://stanfordmedicine.app.box.com/v/covid19-PPE-1-1
    Il est vrai que l’article semble s’intéresser au milieu hospitalier, ce qui n’est pas votre propos...

  • Bonjour Docteur, je me pose une question à propos de l’oxymètre de pouls.

    Vous signalez l’utilité, pour les personnes à risque, d’avoir chez soi un oxymètre de pouls pour pouvoir contrôler leur taux d’oxygène sanguin, puisqu’il peut arriver que celui-ci soit très bas sans signe d’essoufflement. Mais cela peut-il aussi arriver sans autre signe de maladie Covid-19 (courbatures, maux de tête, de ventre ...etc) où la maladie avancerait à bas bruit dans une situation apparemment normale ? A la lecture de l’article du Dr Richard Levitan du NY Times que vous avez mis à disposition, il semble que les malades dans ce cas avaient tous eu divers symptômes dans les jours précédents. Mais savez-vous ce qu’il en est exactement ? Bref, faut-il tester son taux d’oxygène simplement parce qu’on est une personne à risque, quoique sans signe de maladie ? Merci pour votre réponse :)

    • Bonjour
      Avec un oxymètre de pouls acheté sur internet, il ne faut s’inquiéter que si le taux descend en dessous de 93% après plusieurs prises pour confirmation.
      Ce qu’expliquait l’article c’est que l’on peut avoir une oxymétrie inférieure à 90%, ce qui est très anormal, avec paradoxalement une sensation d’essoufflement quasi nulle. On respire juste plus amplement et plus souvent, mais sans avoir l’impression de respirer anormalement.

  • Bonjour docteur,

    Aprés la disparution de la fièvre, de courbatures et de maux de gorge, peut-on être toujours malade du CV19 avec seulement une toux légère (en moyenne 5 fois par jour) au delà de 40 jours. Merci pour votre précieux travail.

  • Merci pour votre réponse et votre réactivité, je précise toutefois ma pensée :
    cette baisse d’oxygène "invisible" peut-elle être la première manifestation de Covid ou bien est-elle toujours associée à d’autres symptômes (hors essoufflement) qui l’aurait précédée, comme le laisse penser l’article ? Dit autrement, je suis une personne "à risque", j’ai par ex 70 ans, ou bien je suis obèse, ou encore hypertendu, mais je n’ai aucun des signe de Covid (fièvre, courbatures, etc), y a-t’il dans ce cas un intérêt à faire des mesures d’oxygène à l’oxymètre ?
    Merci encore pour votre formidable veille médicale !

  • Bonsoir,
    A propos de l’application de vapeur d’eau pour les masques pourquoi ne peut-on pas envisager le repassage avec un fer à vapeur ou l’exposition à un nettoyeur vapeur et si oui pendant quelle durée ?
    Encore bravo pour votre travail

  • Bonjour,
    Merci pour vos éléments de vulgarisation.
    Porteur asymptomatique veut-il dire porteur sans réaction immunitaire particulière ? Écrit autrement, un porteur du virus va t il systématiquement générer une réaction immunitaire ?
    Connait-on (’déjà’) des formes "chroniques" du Covid ?
    merci,

  • Bonjour. Merci pour toutes ces précieuses informations. Je suis un peu anxieux. Je me suis rendu chez un stomatologue ce matin.Il à pris toutes les précautions nécessaires, masque FFP2, il diffuse dans son cabinet le même type de produit que dans les salles d opérations pour éviter toute contamination. Il change de grands. Cependant je lui ai remis un document de la part de mon généraliste alors que j’avais touché plusieurs poignées de portes pour arriver jusqu’à son cabinet.Il a pris ce document en main(gantés) et m’a ausculté avec ces mêmes gants, donc doigts dans la bouche. Quel est le risque ? De nouveau merci pour toutes ces info. Bonne journée.

    • Bonjour
      Le risque est purement théorique. La transmission indirecte par objets successifs n’est pas considérée comme crédible : malade contagieux -> poignée de porte -> document -> gants -> votre bouche. Cela fait trop d’intermédiaires !

  • Bonjour

    Je soumets à votre sagacité le message suivant que j’ai envoyé à mes amis et confrères.( Je ne sais si c’est le bon endroit mais c’est à la marge du problème du Covid)

    "Comme disait Jane Birkin : à quoi sers-je ?

    C’est la question que je me suis souvent posé au long de ma modeste carrière. Cette épidémie la ravive fortement et la conforte avec la suivante :.
    Comment expliquer que l’on nous parlait en France d’ une situation de désertification médicale avec des médecins n’ arrivant pas à faire face à la demande de soins et des urgences partout sursaturées.
    En 7 semaines on est passés à une désertification ... des cabinets médicaux ( dont se plaignent les confrères puisque les syndicats demandent et obtiennent des compensations par l’Etat) , une fréquentation des urgences en chute libre ( certes explicable en partie par la baisse de la traumatologie dûe au confinement) et en particulier des urgences pédiatriques de l’ordre de 40 à 60 %.
    Même en admettant que des soins non urgents soient retardés ,on peut raisonnablement se poser la question de la nature et de la légitimité de la demande de soins ou plutôt de la consommation de soins telle qu’elle existait jusqu’ici.
    N’assistons nous pas à une régulation naturelle de l’hyperconsommation de la médecine qui est consommée comme tous les autres biens dans nos sociétés ? On veut Tout et tout de suite : omnia illico presto scannos gratos

    Il sera très intéressant après cette épidémie d’ évaluer l’incidence de la chute du nombre de soins primaires sur la morbidité et la mortalité hors Covid .( probablement très faible en dehors des urgences cardio vasculaires même si les syndicats jouent leur rôle en annonçant une catastrophe sanitaire secondaire par manque de soins.... mais peut-être compensée par une baisse de la iatrogénie ?)
    Je ne parle là que de la médecine générale mais je pense que l’ on peut étendre ce questionnement à beaucoup d’autres spécialités.
    Je précise que j’ai été très heureux de bien vivre de ce métier qui j’espère m’a permis d’être parfois utile à mon prochain (......et qui m’a permis d’assouvir mes pulsions de consommateur parfois effréné)
    Voilà : merci pour vos avis.

    Un recent retraité confiné heureux
    Afficher moins

  • bonjour docteur,
    mon épouse est allemande et nous suivons les informations dans chacun des pays.
    ce que nous avons entendu hier en fin de soirée dans une émission grand public de markus lanz sur zdf (émission que l’on peut voir en réécoute sur internet pour les germanophone)
    nous a glacé d’effroi.
    le député au Bundestag karl lauterbach du spd épidémiologiste et professeur de l’économie de la santé nous a fait part du résultat d’études qu’ils ont fait sur cette épidémie.
    comme on peut s’y attendre les foyers d’infection se rencontrent là où il a eu une densité forte de personne, et notamment dans les transports, les restaurants, les bars, les cinémas...
    la ventilation aspire le virus et le redistribue pour les autres personnes ( ce que l’on nie en France actuellement, en nous disant, les autres ne sont pas infectés, charge trop faible)
    selon lui, il faudra, en l’état, laisser fermé ces lieux pendant 1.5 à 2 ans !!!!
    les mesures barrières qu’il faudrait y appliquer, rendrait l’exercice de ces activités non rentable dans la majorité des cas.
    il propose que les enseignants soient formés pendant les vacances scolaires de cet été pour prodiguer les cours à distance massivement à la rentrée.
    les autres participants du plateau ( chef de parti fdp, restaurateur...) n’en croyaient pas leurs oreilles.
    à l’heure où l’on se chamaille, en France, sur les modalités du déconfinement, la reprise des cours en école maternelle..., pourrait porter à sourire.
    mais aujourd’hui je n’en ai vraiment pas envie.
    du vaccin il n’en a même pas été question.
    il paraît vraiment curieux que les informations et études ne soient pas plus partagées entre les pays.
    chacun se débrouille dans son coin, bricole des mesures.
    j’aimerai tellement qu’il se trompe, sans vraiment y croire.
    f monniez

    • Bonjour
      Dans la mesure ou le virus ne survit que quelques heures en dehors du corps humain, cette histoire de fermeture durable n’a aucun sens.

  • Bonjour cher confrère.
    Je vous remercie beaucoup pour votre blog et vos chroniques toujours très pertinentes.
    Je n’arrive cependant pas à comprendre, notamment au vu du tableau de mortalité/sexe et âge, comment vous concluez :
    En pratique, retenez chez que le COVID-19 tue environ 1 adulte jeune et 50 sujets âgés sur 1000 infectés,...
    Pouvez-vous précisez vos définitions de "adultes jeunes" et "sujets âgés" ?
    Merci de m’éclairer et encore merci pour ce que vous faites.

    • Bonsoir
      Pour les jeunes, c’est 30 ans. Cela correspond au tableau (entre 0,7 et 2 pour mille) et pour les "sujets âgés" les deux dernières tranches sont à 22 et 83 pour mille. Disons que 50 pour 1000 correspond à un peu plus de 80.

  • Bonjour Docteur

    Je lis ceci qui met le doute dans mon esprit et sûrement dans celui de beaucoup de personnes...

    ttps ://factuel.afp.com/non-placer-un-masque-au-dessus-dune-casserole-deau-bouillante-ne-permet-pas-de-le-decontaminer.

    J’envisage personnellement de placer mes masques lavables dans la panier à vapeur de la cocotte-minute et de mettre le couvercle (et la pression) une ou quelques minutes.

    • Bonjour
      C’est pour cela que j’ai proposé une minute. En effet, 15 secondes, c’est trop court. Par ailleurs, l’article que vous citez fait une confusion : il ne s’agit pas de stériliser les masques contre tous les germes connus, mais d’un virus fragile sensible à la chaleur. Bien sûr, cette technique serait insuffisante pour des staphylocoques ou des virus de l’hépatite B.

  • Bonjour
    Deux questions :
    - si j’en crois vos chiffres et vu le nombre de morts déjà enregistrés, on peut penser que 20 à 50% de la population a déjà été touchée ?

    - s’agissant des masques, pourriez-vous m’expliquer la logique du fait qu’il faut désinfecter les masques par un passage en machine à 60° minimum pendant 30 minutes alors qu’il suffit d’un coup d’éponge savonneuse à froid pour les courses d’après les recommandations officielles ?
    Merci, bon courage à vous pour tout...

  • Bonjour
    Merci pour ce condensé d’infos très pratique.
    Les lésions dermatologiques type engelures ne sont pas mentionnées parmi les symptômes du COVID 19 malgré une alerte des dermatologues qui date d’un mois peut-être. Aucun lien n’a été établi du coup ?
    Merci d’avance

    • Bonjour
      En fait, les signes dermatologiques sont très variés : engelure, urticaire, petits boutons. Donc je n’ai pas individualisé les engelures.

  • Pour information, on peut comparer le tableau de mortalité du covid de l’Institut Pasteur selon l’âge et le sexe avec le risque de mourir "tout court" selon l’âge grâce à l’INED :

    https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/graphiques-cartes/graphiques-interpretes/risques-mortalite/

  • Bonjour Dr Dupagne
    Ne pensez-vous pas qu’il faudrait pointer la contamination qui pourrait être induite par l’utilisation des toilettes ?
    https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/05/09/risque-de-transmission-aeroportee-du-coronavirus-sars-cov-2-de-limportance-du-port-du-masque-et-de-locaux-bien-ventiles/

  • Merci pour ce travail gigantesque ! La fiabilité d’une source sera la denrée la plus rare du 21e siècle. L’époque est marquée par la confusion des expertises et le délitement dramatique de la confiance. J’apprécie particulièrement la gratuité, l’accessibilité et l’éthique de celle de Atoute.org !
    Tous mes encouragements. jf massé

  • Bonjour et merci pour tout ce travail et les informations qui en découlent.

    Quel est le risque de contamination par l’eau ? Notamment pour la baignade en mer ? En eau douce ? En piscine decouverte ? En piscine couverte ?

    Le traitement des eaux de piscines est il efficace contre ce virus ? Chlore ou Ozone ?

    Un grand merci d’éclairer une fois de plus ma lanterne.

    • Bonjour
      Nous n’avons pas de données sur le sujet, mais en mer, la dilution est telle qu’une contamination par l’eau paraît impossible.

      En piscine, le principal risque est dans les vestiaires : atmosphère confinée et humide. Il faudrait porter un masque ce qui paraît impossible. A côté de ce risque, la contamination théorique par l’eau de piscine paraît anecdotique.

      L’idéal serait une piscine à l’air libre, pas trop bondée, sans vestiaires fermés. Où une piscine privée bien sûr.

  • Bonjour, Je ne comprends pas très bien : vous dites que le Covid tue 1 adulte d’age Moyen et 50 sujets âgés sur 1000 personnes infectées et vous concluez dans toute la suite que la mortalité est de 1 pour 1000 et que 999 /1000 n’en meurent pas....que sont devenues les 50 sujets âgées décédées dans votre taux à 1 pour 1000 ? Elles ne sont pas comptabilisées parce qu’elles sont agees ???? Désolée je ne suis pas spécialiste de statistiques...Par ailleurs, sur le terrain de nombreux medecins, donc autant scientifique que vous il me semble, prescrivent une double antibiothérapie incluant l’AZT, ou souvent de l’AZT seule car il y a des études faites également par des médecins qui ont montré que cela pouvait réduire le risque de voir s’aggraver la maladie, et donc un éventuel décès ou un long passage en réanimation...vous n’en parlez pas, qu’en pensez vous ? Parce que nous savons que le risque de donner une double antibiothérapie est quasi nul, par contre le bénéfice pourrait être grand, non ? Alors il me semble que le risque (quasi nul pour ce traitement) peut très bien être justifié...et si on suit la conclusion que vous faites, alors il faudrait aussi arrêter de donner des antibiotiques à toute personne qui a une infection lorsqu’on est pas sure qu’elle est bactérienne. Or dans la pratique, depuis des années et des années on prescrit des antibio même lorsque l’on sait que c’est probablement viral pour éviter une surinfection bactérienne....je ne comprends pas toute cette hostilité contre des gens qui essaie juste de faire leur métiers qui est de soigner, et si il parvienne à n’en soigner ne serait ce qu’une seule, ça vaudra déjà le coup, au vue du risque quasi nulle qu’il existe à en donner. Cordialement, Patricia Monteiro

  • Quand à la durée effective de la maladie, un témoignage intéressant, d’autant plus qu’il s’agit d’un médecin anglais Covid+ : https://blogs.bmj.com/bmj/2020/05/05/paul-garner-people-who-have-a-more-protracted-illness-need-help-to-understand-and-cope-with-the-constantly-shifting-bizarre-symptoms/
    Vous allez sans doute dire que les médecins sont de mauvais patients, mais tout de même...Pour de multiples raisons, je suis persuadée qu’il traduit effectivement la réalité.

    Et sur la convalescence et les traumatismes après sortie des soins intensifs, le témoignage d’un patient anglais :
    https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1813

  • Pourquoi certains pays pourtant parfois proches les uns des autres ont des taux vraiment plus faibles d’infections ? (Europe de l’est par exemple contre europe de l’ouest).
    Certains pays ne semblent pas du tout atteints non plus. (En Afrique ou ailleurs)
    on est à + de 5 mois après son apparition, a t-on les bonnes données ?
    Allons nous forcément vers une 2nde vague ?
    merci.

    • Bonjour
      Cela peut tenir au délai entre le début de l’épidémie et la mise en place du confinement, ou à l’autoconfinement spontané de certaines populations. Ou encore à la densité de population.

      En France, il y a d’énormes disparités en fonction des régions.

      Pour l’Afrique, la mortalité insignifiante de la COVID 19 tient à la démographie : l’âge moyen en Ouganda est de 15 ans, et de 17 ans au Niger... Le victimes potentielles du virus sont déjà mortes d’autre chose.

  • Bonjour,

    A-t-il été observé que des personnes atteintes avec peu ou pas de symptôme auraient développé des allergies par la suite ?

    Merci.

  • Tu nous dis : Le 28 avril, l’APHP a organisé une conférence de presse pour annoncer les résultats positifs d’un médicament : ROACTEMRA
    (tocilizumab)dans la prévention des formes graves et des décès chez les patients atteints de symptômes sévères. En pratique, c’est une annonce sans chiffres qui ne permet pas de juger de l’intérêt de ce médicament. Il faudra encore patienter avant de pouvoir dire qu’il existe au moins un traitement efficace, d’autant que l’ACTEMRA (ROACTEMRA en France) est très coûteux (1000€ la boîte de 4 seringues...) . Cette annonce paraît aussi intempestive et prématurée que celles du Pr Raoult.

    Je ne trouve pas correct de mettre sur le m^me plan cette annonce accompagnée de beaucoup de précautions, " Les résultats de cet essai vont être soumis pour publication dans un journal à comité de lecture. Ces résultats devraient être confirmés de manière indépendante par des essais supplémentaires. Compte tenu du contexte de la pandémie, les chercheurs et le promoteur se sont sentis obligés, d’un point de vue éthique, de communiquer ces informations, en attendant l’examen par les pairs tout en continuant le suivi plus long de ces patients" Bref ils ont dit ;" on a vu ça et on vous le dit en amont de la publication". Donc rien a voir avec la communication méprisante et tonitruante de Raoult

  • Bonjour
    Merci pour toutes ces informations précieuses.
    J’ai 64 ans, cadre de santé en retraite et j’envisage d’aller voir mes petits enfants de 2 ans et demi et d’un an.
    Ils ne sont pas sortis à part petites balades avec leurs parents.
    Ma fille est en télétravail et mon gendre travaille avec un masque.
    Je mettrais un masque, ne leur ferais pas de bisous, je pense néanmoins les prendre dans les bras.
    Pensez vous que je prenne des risques ?
    Merci de votre réponse.
    Bonne journée

  • Bonjour et merci mille fois pour tout ce travail qui est une référence pour moi . pouvez vous m’expliquer quels sont les mécanismes biologiques de l’acquisition de l’immunité collective ? qui l’acquière et comment ? un contact avec une minime quantité de virus très peu actif peut-il suffire à créer une production d’anticorps protecteurs ?

  • Merci pour vos articles et messages qui me donnent le point de vue médical et clinique sur la pathogénèse virale de ce Covid-19, ce qui me permet de mieux comprendre le "mapping" entre l’évolution observable de la maladie chez un patient infecté et le déroulement de l’agression virale et cellulaire au niveau microbiologique et même moléculaire, que j’étudie plus volontiers personnellement.

    Restant sur le thème de la prévention ("mieux vaut prévenir que guérir") et au moment où les tests de dépistage viral (RT-PCR) vont se multiplier à l’occasion du ’déconfinement’, je ne comprends toujours pas pourquoi les Autorités de Santé du pays axent tous les efforts et la communication sur la prophylaxie populationnelle (à visée de contrôle épidémiologique : tester, cas-contacts, isoler ; gestes barrière, masques, etc.) et négligent complètement la prophylaxie de la maladie elle-même au niveau individuel des patients infectés : ce n’est pas en les mettant en quarantaine chez eux ou dans des hôtels que cela va empêcher ou ralentir dans leur propre organisme la progression de la maladie depuis sa forme initiale à manifestation bénigne vers une forme éventuellement beaucoup plus grave, qui pourrait nécessiter une hospitalisation, voire ensuite une réanimation.

    Pour commencer, il me semble qu’on devrait éduquer davantage le grand public sur les gestes d’hygiène individuelle qu’il faudrait pratiquer pour empêcher, ralentir ou modérer la propagation de la maladie depuis la sphère ORL (nez, bouche, gorge) jusqu’aux poumons. Je comprends bien que les tests se fassent par prélèvement (écouvillonnage) dans les fosses nasales (plutôt que dans la bouche ou même les poumons), puisque les scientifiques ont établi que l’activation du virus ((avec sa protéine Spike) s’effectue beaucoup fortement sur l’épithélium du mucus nasal que sur celui des poumons :
    - lavage du nez par pulvérisation d’eau de mer ou pipettes d’eau distillée
    - gargarisme du fond de la gorge (par exemple avec une solution aqueuse de bicarbonate de sodium alimentaire)
    — -> simple, pas cher, et moins loufoque que la préconisation de Donald Trump d’un lessivage des poumons avec un détergent ménager ou liquide à vaisselle !

    Ensuite, lorsque les poumons du patient sont infectés, il faudrait sans doute mettre à profit les deux semaines dont dispose le patient entre la manifestation des symptômes pulmonaires "ordinaires" (essoufflement-dyspnée, toux sèche, fièvre, etc.) et celle des symptômes d’une éventuelle prochaine détresse respiratoire :
    - inhalations diverses (nébuliseurs, aérosols à poudre, etc.)
    - auto-mesure de son taux d’oxygène dans le sang (oxymétrie de pouls)
    de façon à ne pas encombrer trop vite les urgences mais déclencher tout de m^me au moment optimal une hospitalisation (en vue d’une véritable oxygéno-thérapie / ventilation mécanique)

    Bref, pourquoi n’y a-t-il aucune communication officielle des autorités de santé sur les mesures prophylactiques personnelles et immédiates à adopter lorsqu’on va être détecté positif à la présence du SARS-CoV-2 dans son propre organisme, afin de prévenir/guérir la maladie pour son propre cas, et non pas seulement se soucier de sa contagiosité auprès des autres ?

    Une fois que le patient est hospitalisé, j’ose espérer (et suis même sûr) que le corps médical fait bien tout le nécessaire, mais pour la masse des patients atteint par le coronavirus et non nécessairement à hospitaliser ?

    Qu’en pensez-vous ?

  • Objet : Rappels de vaccin BCG chez les personnes à risque pour atténuer la maladie Covid-19 et en réduire les complications mortelles

    Y a-t-il opportunité pour des "vieux comme" nous (moi 79 ans, mon épouse 75 ans) de se faire vacciner en rappel de BCG pour prévenir chez nous le risque de Covid-19, et a minima en réduire la gravité (et a fortiori le ’pronostic vital’) si nous venions à l’attraper ?

    Ce qui n’était pour moi qu’une intuition il y a 3 semaines, au vu particulièrement du taux faible de mortalité au Portugal (où le rappel BCG est obligatoire tout au long de la vie, comme il l’était chez nous jusqu’en 2007 : pourquoi diable les pouvoirs publics ont-ils supprimé cette ’obligation’ ?), ainsi que chez les enfants de tous les pays, est devenu ces jours-ci une conviction, après la lecture de l’article du Dr. Laurent LAGROST (Cf. Source ci-après)

    Je pense donc maintenant qu’il serait judicieux de téléconsulter un médecin pour lui demander une ordonnance de vaccination de rappel du BCG, que nous pourrions faire pratiquer ici en Aquitaine (où nous sommes encore confinés volontairement) par une infirmière du coin, car nous n’avons pas l’intention de regagner Paris rapidement ...

    L’auteur (Dr Lagrost) s’étonne avec certains experts disant qu’il ne devrait y avoir aucun lien puisque le SARS-CoV-2 est un virus alors que le BCG est une bactérie. Mais cela me paraît personnellement être un argument bien trop simpliste, indiquant seulement que peu de gens ont compris l’extrême complexité moléculaire qui préside à l’effectivité de "l’interférence virale" (connue dans son principe de base depuis 1957, objet de mon mémoire de recherche de 1965 à Berkeley) où de très nombreux agents de toutes natures interagissent (ARN viral, m-ARN cellulaires, ADN cellulaire, protéines PRR ou ’pattern recognition receptors’, protéines PAMP ou "pathogen-associated molecular patterns", enzymes, bactéries, cytokines et anticytokines variées, antiviraux et antibiotiques bactériens, etc.).

    De sorte qu’en effet, c’est seulement le constat clinique de l’efficacité prophylactique (à peu près certaine) et thérapeutique (possible en association avec d’autres thérapies ciblées) de ce rappel BCG qui pourrait pousser les autorités de santé à l’encourager, sans attendre la complète élucidation par la science de tous ces mécanismes au niveau de la biologie moléculaire, ce qui prendra encore beaucoup plus longtemps même (des années !) que la mise au point d’un vaccin spécifique contre ce coronavirus SARS-CoV-2.

    Que pensez-vous de cette mesure de rappel de BCG comme prophylaxie de la Covid-19 ?

    Source :
    "BCG et Covid-19 : comment soutenir votre système immunitaire ?"
    28 MARS 2020
    LE BLOG DE LAURENT.LAGROST
    Par Laurent Lagrost et Didier Payen

    Extrait :
    Une étude qui démarre cette semaine aux Pays-Bas … évaluera dans une étude randomisée contre placebo si le vaccin BCG (vaccin bilié de Calmette et Guérin) peut stimuler le système immunitaire de façon à réduire la survenue des formes sévères et critiques de la Covid-19 chez 1000 personnels soignants inclus. Quel sont les fondements de cette stratégie ? La cuti-réaction tuberculinique ou l’intradermoréaction pourraient-elles constituer une nouvelle méthode d’évaluation du risque de complication de la Covid-19 ? La vaccination BCG, âgée de bientôt un siècle, émergerait-elle, miraculeusement, comme une nouvelle bouée de secours ?

    • Bonjour
      Il n’y a aucune opportunité à mettre en oeuvre un traitement non anodin qui est en cours d’évaluation. Ce qui est surprenant, c’est que toutes ces "trouvailles" qui émergent tous les jours trouvent de l’audience !

  • Bonjour.

    Merci pour ce site que je viens de découvrir, aussi utile et clair que les interventions de l’auteur sur la 2.

    Je suis depuis un bon moment effaré par les consignes qu’on reçoit concernant la désinfection des masques : Aucun doute qu’à 30mn à 60° au lave linge avec détergent puis séchage au sèche linge, comme je l’ai entendu il y a très peu encore à la télé, soit efficace et peut-être nécessaire pour un résultat absolu de biologiste. Mais est-ce indispensable pour les expositions du grand public ? car cela un grave inconvénient : c’est en pratique totalement démotivant car très lourd et catastrophique pour les sangles élastiques. A vouloir trop bien faire, on risque fort de ne rien laver du tout ! Dans le même temps, on nous dit qu’un lavage des mains au savon est très efficace : on ne se lave pas les mains 30mn à 60° ! J’ai du mal à suivre.

    Le site donne heureusement des conseils plus raisonnables mais ce n’est pas encore très clair. Le traitement à la vapeur au dessus d’une casserole et déjà mieux mais ma question est la suivante : Pour un masque en tissus, pourquoi un trempage à l’eau bien chaude avec du détergent suivi d’un lavage soigné à la main au savon, puis d’un séchage de plusieurs heures à l’air, serait-il moins efficace que ce qu’on recommande pour les mains ? Ce serait à la portée de beaucoup plus de monde. On peut le faire tous le jours et tourner sans problème avec 2 masques par personne.

    Merci encore pour tout,
    Cordialement
    G. Toupance.

    • Bonjour
      Vous avez raison, comme je l’ai déjà dit dans d’autres messages. La technique que vous proposez est efficace sur le coronavirus (mais ne serait pas efficace pour d’autres germes plus résistants)

  • Bonjour Dr.Dupagne,
    Merci pour votre article très intéressant. J’aurais néanmoins quelques questions :
    1) "Cela veut aussi dire que 999 malades sur 1000 n’en meurent pas ! Dans près de 99% des cas, la maladie est bénigne, bien que parfois très fatigante, seuls 1 à 4% des adultes jeunes infectés doivent être hospitalisés.".
    -> Je pense que cette phrase n’a pas lieu d’être. D’abord, le mot "bénigne" est vraisemblablement mal choisi. En effet, des lésions pulmonaires sont visibles (scan low dose) chez un grand nombre de patients qui ont contracté le virus, et qui étaient peu voire pas symptomatiques (je m’abstiendrai de donner des chiffres dans la population générale, mais dans l’hôpital où je travaille en tant que réanimateur, nous sommes à environ 43% des patients peu ou non symptomatiques présentant des lésions pulmonaires visibles au scan thoracique low dose alors que la charge virale est nulle). On ne sait pas comment vont évoluer ces lésions (fibrose ?). Dès lors, le terme bénigne (sans gravité). ici n’a selon moi pas lieu d’être. Dans cette même phrase, vous minimisez également la proportion des adultes jeunes infectés nécessitant une hospitalisation. 1 à 4%, n’est-ce pas énorme ? Tut est une question d’interprétation, mais vous conviendrez que ces chiffres sont immensément plus important que pour l’extrême majorité des autres virus respiratoires.
    2) La source que vous citez (https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.10.20060558v2 publiée le 14 avril) n’a pas de sens dans le contexte que vous mentionnez. Je suppose que vous avez lu l’article, et il ne permet pas de conclure en une efficacité ou non de l’HCQ. Il vous suffit de lire le "primary outcome" et les endpoints mentionnés. "he primary outcome was whether participants had a negative conversion of SARS-CoV-2 by 28 days". Je ne sais pas pourquoi vous commettez, selon moi, une telle erreur dans votre excellent article. Je serais plus intéressé par la parenthèse que vous écrivez juste après " (et d’autres depuis)" car toutes les études que j’ai lues (et dieu sait combien j’en ai lues) étaient absolument catastrophiques autant d’un point de vue des primary outcome mesured que des endpoints. Sans parler des condtions (dose, bithérapie, état des patients au début de traitement,...). Les deux cas d’effets secondaires graves dus à l’HCQ mentionnés n’étant évidemment pas forcément du à l’HCQ lui-même, mais peut-être aux conditions d’administration (ECG effectué ? Dosage potassium, supplémentation en magnésium avant ?), ainsi qu’à tous les dégâts collatéraux que le virus peut lui-même causer (et il y a en a des tonnes).
    3)
    En tant que médecin, que pensez-vous de ce que vous semblez avoir écrit d’un point de vue observationnel : "si vous n’avez pas de symptôme" nécessitant la prise en charge par un SAMU, on vous invitera à rester chez vous même si vous avez des facteurs de risque. Ne trouvez-vous pas cela scandaleux compte tenu des chiffres de mortalité (même s’ils sont certainement surestimés) que vous évoquez ? Ne trouvez-vous pas cela scandaleux d’attendre une détérioration des personnes pour les tester et/ou les admettre pour les "traiter". En tant que réanimateur, je suis scandalisé par cela. Nous ne sommes pas la poubelle à qui on doit refiler les patients qui ont de grandes chances de mourir par défaut de prévoyance. Et il est faux de dire qu’on ne peut pas faire plus car tout le monde est débordé. C’est absolument faux. Il faut juste être carré, coordonné, rigoureux, méthodique. Et les pays occidentaux sont les plus piteux exemples au monde, malheureusement.

    Je pense que l’article pourrait gagner à mentionner sans prise de position ce que l’on sait des différents traitements possibles. Parler du serment d’Hippocrate dans la prise de position de beaucoup de médecin en faveur du protocol Raoult (dans notre hôpital à Liège, malgré les recommandations gouvernementale faites par des technocrates, nous l’avons adopté sans toxicité apparente et nous sommes persuadés d’avoir sauvé des vies. Seuls les chiffres parlent en l’absence d’un groupe placebo éthiquement non acceptable). Parler des anticorps qui ne sont dosables que chez peu de patients ayant contracté le virus. Les effets au niveau cardio-vadculaire, hépato-rénale voire peut-être même cérébral du COVID-19. Peut-être parler de ce qu’implique un potentiel vaccin (vacciner tout le monde ou seuls ceux à risque ? Utile ou non,...).
    Peut-être même pourriez-vous parler des conflits d’intérêt de la part de certains médecins avec des firmes pharmaceutiques ; de la gangraine au niveau journalistique (encore et toujours une histoire de fric et de lobbies) et politique. De ce qui a été interdit de faire pour des médecins en France (et c’est scandaleux). Investiguer le scandale de l’HCQ en France (je suis Belge et même si les chiffres sont pitoyables surtout à Bruxelles et en Flandres, je suis heureux de ne pas être Français... pour une fois). Je peux vous aider et vous communiquer les liens de beaucoup de vidéos très intéressantes et du recoupage d’informations que j’ai effectuées. Avec tout ce qui n’a pas été, et tout ce qui semble être très obscur autant au niveau de l’origine du virus, des informations chinoises, que des décisions politiques chapeautées également par les lobbies et communiquées par les médias, je pense, en tant que professionnel comme vous ne déclarant aucun conflit d’intérêt et ne voulant pas être médiatisé, qu’il pourrait s’ouvrir le plus gros procès de ce 21ème siècle. Encore même pire que Nuremberg, car il impliquerait le monde entier. Merci de m’avoir lu,
    Confraternellement

  • Merci pour cet excellent article de vulgarisation, en espérant qu’un maximum de monde le lira et qu’il permettra à ceux qui ont encore confiance en quelque chose ou quelqu’un de clarifier une situation devenue chaotique en terme d’information de la population...

    Ma question : pourquoi à votre avis l’utilisation d’un oxymètre digital n’est-elle pas plus franchement recommandée par les autorités sanitaires pour le monitoring des malades les plus à risque ? Problème de coûts, de disponibilité, de risque de mésusage, de fiabilité ? J’ai le sentiment qu’on aurait là une solution simple et pratique pour détecter l’évolution silencieuse de la pneumonie de la Covid-19.

    • Bonjour
      Je pense que vous répondez à votre question ;-) Risque de mésusage peut-être, ou d’inquiétude inutile pour des taux d’oxygènation bas par erreur de mesure.

  • Bonjour et merci pour votre article.

    J’aimerais savoir comment est calculée la mortalité d’un virus, svp.
    Est elle calculée sur la base d’une prise en charge médicale avec respirateur, ou à l’inverse sans prise en charge, ou sur la base d’une moyenne nationale observée mélangeant les 2 ?
    En gros, s’agit-il d’une donnée absolue, ou contextualisée. Exposerait-elle dans une situation où les hôpitaux seraient saturés et plus en mesure de prendre en charge tous les patients ?

    Cordialement

    • Bonjour,
      Les deux existent : mortalité globale, mortalité en EHPAD, mortalité en ville, mortalité à l’hôpital, mortalité en réanimation etc.

  • Bonjour,
    Merci pour votre article clair et complet.
    Sauriez-vous quelle est la durée de survie du virus sur la peau ?
    Merci.
    Bien à vous

  • Bonjour bravo pour votre résumé
    Concernant la partie désinfection je vous conseillerais les protocoles suivant
    https://sites.google.com/site/up13sgm/covid19

    Un des meilleurs moyens (un des moins agressifs) serait l’utilisation de l’oxygène actif afin de tuer le virus par oxydation. Oxygéne actif que l’on trouve dosé à 30% dans les poudres détachantes (une dilution à 1% dans de l’eau tiède soit 1/2 cuillerée a soupe est suffisante)

    Ainsi inutile de faire une machine a laver a 50° 60°pour désinfecter les masques
    Laisser tremper 1mn30 (la destruction des virus et des bactéries entraînera la formation de petites bulles) Rincer, laisser sécher.
    Vous dites que les gants en cuir n’a pas de sens car les stériliser les abîmerait !
    Pour a part j’utilise systématiquement des gants en cuir (après tout c’est de la peau) que je désinfecte avec eau+oxygène actif et il n’y a aucun problème.

    pour la désinfection des objets des courses et pourquoi pas des vêtements, plutôt que d’utiliser la méthode manuelle et l’utilisation de produits ménagers plus ou moins agressifs je préconise l’utilisation d’un générateur d’ozone et d’un bac plastique étanche.
    La désinfection a l’ozone est utilisée dans l’industrie alimentaire, dans le traitement de l’eau. (le coût d’un générateur domestique entre 15 et 25€)
    Ainsi en moins de 15 mn vous désinfectez vos courses, vos gants en cuir, etc)

    La désinfection des pièces ou des lieux de passages est plus problématique.
    Pour ma cage d’escalier (partie commune) j’utilise eau+oxygene actif dans un pulvérisateur de jardin 5mn.
    Pour les pièces j’utilise comme le font les asiatiques des lampes UV-C OZONE (entre 30 et 70€) ce qui serait particulièrement.
    Une lampe de 65W peut en 15 mn desinfecter un pièce de 30m2 en 15 mn une pièce de 80m2 en 45mn

    Quant aux masques pour des personnes a risques dans la vie quotidienne je ne saurais trop conseiller l’utilisation de masques industriels type 3M 6200 qui equivalent à un FFP3
    L’utilisation de lunettes étanches dans des zones à risque me parait aussi indispensable

  • Merci, Docteur, d’avoir placé sur votre blog mes deux longs messages du 11 mai.
    Concernant celui de l’opportunité de se faire vacciner en rappel de BCG, vous avez répondu ceci :
    "Il n’y a aucune opportunité à mettre en oeuvre un traitement non anodin qui est en cours d’évaluation." Comment osez-vous dire qu’un rappel de vaccin est un traitement non anodin, de façon générale mais surtout pour ce vaccin du BCG qui est bel et bien anodin, hyper-courant et recommandé depuis un siècle ? Cela risque de décourager davantage encore les français de se faire vacciner ...
    Je pense que vous avez lu /répondu trop vite et confondu le protocole de test de traitement en cours des Hollandais avec la simple préconisation de rappel vaccinatioire du BCG sans autre forme de procès ?

  • Cher Docteur
    A propos du taux de décès par Covid-19 en fonction de l’âge (critère principal) et du sexe (critère secondaire, et de votre très intéressant tableau donnant les valeurs de mortalité, tranche d’âge par tranche d’âge avec les hommes d’un côté et les femmes de l’autre, je remarque que les différences de taux de mortalité entre homme et femme sont très sensiblement égales à la différence des espérances de vie à la naissance entre homme et femme (en France), soit environ 5 ans (de plus de reste à vivre pour les femmes)
    Par exemple, une femme de 65 ans (0,6%) et un homme de 60 ans (1/2 de [0,2 + 1,0] soit 0,6 %, ont le même taux de mortalité de 0,6 % au Covid-19.
    Ou encore, une femme de 75 ans (1,7%) et un homme de 70 ans (1/2 de [1,0 + 2,9] soit 1,95 % ont à peu près le même taux de mortalité d’environ 1,8 %.

    Par conséquent le facteur apparemment secondaire du sexe sur la mortalité Covid-19 est très fortement corrélé au nombre d’années restant à vivre, signifiant peut-être que c’est essentiellement l’état de santé général, le degré de vieillissement physiologique, l’état immunitaire du patient qui est le marqueur principal de ce taux de mortalité au Covid-19, indépendamment du sexe, et que le sexe est en fait largement indépendant du taux de mortalité, non significatif.
    Evidemment, cela pousse à chercher les causes du fort gradient de mortalité au Covid-19 en fonction de l’âge (seul critère réellement significatif) non pas du côté des gènes du patient (Chromosome XY / XX) mais du côté de l’immunité adaptative des individus enb fonction de leur âge (quel que soit leur sexe).
    Je me demande si ce niveau de résistance/affaiblissement de l’immunité adaptative en fonction de l’âge n’est pas lié tout simplement au niveau de protection résiduel des vaccins dont l’individu a bénéficié tout au long de sa vie, sachant que la durée moyenne de la protection vaccinale (initiale ou de rappel) est de quelques décennies et non pas permanent indéfiniment. Cela se relie évidemment au degré de protection dont bénéficient fortement les enfants (récemment vaccinés) e les jeunes (encore largement protégés).
    Tout cela, bien entendu, est fonction de la nature du vaccin par rapport à la virulence du coronavirus SARS-CoV-2, puisque par contre-exemple, le vaccin de la grippe saisonnière dont bénéficient davantage que les autres les personnes âgées ne semble pas avoir d’effet protecteur significatif contre la Covid-19 (d’où les dégâts en EHPAD), peut-être parce que s les virus grippaux sont structurellement trop proches (moléculairement), et que le phénomène d’interférence virale ne peut alors pas jouer, le virus challenging (du vaccin préalable) étant reconnu comme identique au virus à challenger (le Sars-Cov-2).

    Qu’en pensez-vous ?
    Cordialement
    Phil

    • Bonjour
      Je pense qu’il faut se garder de faire trop d’hypothèse et se concentrer sur ce qui est établi. Dans le cas contraire, on augmente la confusion qui est déjà grande.

  • Bonjour Docteur. Le stress nous rend-il plus vulnérable fasse au covid ? Peut on être infecté plus facilement en période de stress ? Et en cas d’infection au covid le stress peut- il favoriser des formes plus graves de la maladie ? Merci pour cette somme d’informations. Belle journée à vous.

  • Voyez l’ article (5mai) du Prof. Ph . Sansonetti (Collège de France) « Que nous disent les sérologies (à propos dela Covid-19) ? » : à l’adresse Internet :
    https://laviedesidees.fr/Que-nous-disent-les-serologies.html

    En dehors de son rappel utile des fondements historiques et des bases académiques de la sérologie (pages 1-6), il décrit bien le rôle que nos autorités de santé attendent des prochains tests sérologiques, à savoir l’évaluation a posteriori (par présence d’anticorps) de l’immunité et de la protection populationnelle, en complément des tests sérologiques moléculaires qui indiquent la présence (ou non) du virus chez les personnes testées (pages 7-8 et 11-15).
    Je comprends bien la pertinence de ces considérations d’immunité et de protection collectives, dans le contexte actuel du déconfinement, avec la crainte d’une trop forte résurgence infectionnelle encore possible (clusters) et avec la prise de conscience de l’inanité d’un espoir d’immunité collective- malgré la contagiosité réelle du coronavirus SARS-CoV-2- au vu de l’expansion de la pandémie somme toute assez ‘réduite’ ( en % des populations infectées), et surtout au vu des premiers résultats (médiocres) de la capacité de neutralisation des anticorps spécifiques classiques signant la réponse immunitaire à l’infection par ce virus. 
    Mais je trouve dans cet article une véritable « pépite » (pages 9-10) lorsque le Prof. Sansonetti en vient à la recherche des marqueurs d’immunité cellulaire, et convient implicitement que cette maladie de la Covid-19(dans sa forme aggravée) est beaucoup plus une maladie cellulaire qu’à proprement parler virale. Il indique alors que l’on peut retrouver (a priori) dans les sécrétions muqueuses (épithélium naso-pharyngé) des patients d’autres immoglobulines (les sIgA, ou IgA sécrétoires) que celles traditionnelles (IgM et IgG) que l’on ira plus tard chercher (a posteriori) avec les futurs « tests sérologiques », dans le sérum des patients infectés depuis un certain temps, pour des raisons populationnelles ( prévalence, immunité et protection collective). 
    Puisque l’on fait systématiquement un prélèvement naso-pharyngé (par écouvillonnage) des patients symptomatiques avec le test virologique RT-PCR, pourquoi, au lieu de simplement y chercher la présence moléculaire du génome viral (séquenced’ARN du SARS-CoV-2), c’est-à-dire faire la détection qualitative (Oui/Non :présence ou absence du virus ; dans un simple but de vérification), pourquoi donc ne pas y faire encore une détection quantitative par ces mêmes laboratoires, puisqu’ils disposent déjà (alimentés par la même logistique d’apport) de ces prélèvements ? Ces nouveaux tests quantitatifs de ‘titrage’ d’immoglobine sIgA (par la méthode d’incubation sur plaques ?) seraient donc à visée préventive de l’aggravation potentielle de la maladie (Covid-19) chez le patient lui-même, dans un cadre de soins médicaux et non pas à visée de prévention épidémiologique (recherche de cas contacts, etc.).*
     A partir des mêmes prélèvements,on pourrait donc ‘en même temps’ participer à la prévention épidémiologique dela population (par RT-PCR) et faire la prévention médicale d’aggravation possible de la maladie du patient (dès les premiers jours après l’apparition de symptômes). 
    Pour conclure sur l’analyse de cet article, le Prof. Sansonetti indique bien (page 9) : « L’infection par les coronavirus induit une réponse immunitaire qui comporte la production d’anticorps spécifiques dont on attend qu’ils participent à la guérison en association avec la réponse cellulaire » mais il ne va pas plus loin dans le sens de la prévention au lit du malade…
    Pourtant, ces nouveaux tests sérologiques de titrage d’immoglobuliness IgA, [à ne pas confondre avec les prochains tests sérologique de détection d’anticorps classiques (IgM/iGGde type ELISA)], s’ils étaient mis au point rapidement, permettraient une avancée significative dans l’efficacité du monitoring et du soin médical des patients hospitalisés, et donc in fine dans la réduction du nombre de morts.

    Qu’en pensez-vous ?
    Cordialement
    Phil Charignon 

  • Et voilà que Mr Jean-Dominique Michel a aussi sa playlist sur Youtube et les adorateurs sont au rendez-vous ! :
    https://www.youtube.com/watch?v=O2bKB9MXIK4&feature=youtu.be

    Et le nom de ce que je suppose le sponsor, en fin de vidéo, est un marchand de vin :
    https://www.phusis.ch/steve/
    Un autre marchand de vin lui fait de la pub !
    http://www.berthomeau.com/2020/05/journal-d-un-confine-50-jean-dominique-michel-anthropologue-et-expert-de-renommee-mondiale-en-matiere-de-sante-publique-presente-ave
    C’est pas mal pour un médecin mondialement connu parait-il !

  • Avec 0,5 % de décès pourr 50 millions d’infectés (70 % de la population) on serait plutôt a 250 000 morts. Comment arrivez vous a 120 000 (pondération par tranches d’âges et sexe ?)

    • Bonjour
      En enlevant les moins de 30 ans chez qui le risque est quasi nul. Mais ces chiffres restent bien sûr très approximatifs. Ce sont des ordres de grandeur.

  • Bonjour
    le graphique de la mortalité en fonction des facteurs de risque commence à sortir dans les journeaux
    hors il ne correspond pas au votre
    exemple : le votre donné une surmortalité pour les soixantenaire par rapport aux malades, hors les graphiques proposés donnent en gros le même risque
    qu’en pensez vous
    amivalement
    Dr Fourrier
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.06.20092999v1.full.pdf

  • Qu’adviendrait-il de cette épidémie en Suisse, si 100% des gens portaient un masque à l’extérieur de chez eux et respectaient les autres consignes. Comment se transmettrait alors ce Corona virus ?
    Merci

  • Excellente analyse de Patrick Cohen sur le problème des masques : pourquoi ils ont manqué, c’est quoi un masque "périmé", comment fonctionne un masque chirurgical. https://www.programme-television.org/news-tv/Masques-brules-pendant-le-confinement-Patrick-Cohen-fait-le-point-dans-C-a-Vous-France-5-VIDEO-4658612

  • Cher Docteur

    Pourquoi en France (et peut-être ailleurs) fait-on les prélèvements virologiques (pour test PCR de présence du virus) dans les fosses naso-pharyngées, ce que tout le monde dit être désagréable et nécessite en outre des écouvillons dont on est assez largement dépourvu ainsi qu’ une logiustique de prélèvement par tiers soignant, alors que d’autres pays pratiquent le prélèvement sur les muqueuses de la bouche (langue elle-même ou zone oro-pharyngée) où l’expression des récepteurs ACE2 du virus (SARS-CoV-2) a été démontrée au moins aussiéleb vée que dans les cellules de la fosse nasale , si l’on en croit :
    High expression of ACE2 receptor of 2019-nCoV on the epithelial cells of oral mucosa

    Hao Xu, Liang Zhong, Jiaxin Deng, Jiakuan Peng, Hongxia Dan, Xin Zeng, Taiwen Li & Qianming Chen ; International Journal of Oral Science volume 12, Article number : 8 (2020)
    https://www.nature.com/articles/s41368-020-0074-x

    Le prélèvement dans la bouche pourrait sans doute être facilement auto-pratiqué ce qui faciliterait le processus logiustique de prélèvement ?

    Merci d’avance pour votre réponse
    Phil Charignon

    • Bonjour
      C’est une bonne question ;-)
      PS : je ne valide pas tous vos messages, certains risquent de susciter des polémiques dont je ne veux pas sur cet espace de commentaires qui doit rester très "pratique".

  • Site créé par des scientifiques, remis à jour très régulièrement, et très bien fait :
    https://www.adioscorona.org/

  • Bonsoir,
    Savez-vous pourquoi la grippe espagnole a sévi en plusieurs vagues épidémiques ( 3 je crois) en 1918 et 1919, à des saisons différentes, alors qu’à cette époque il n’y a pas eu de confinement ?
    Est-ce lié au virus de la grippe qui est lui saisonnier ? ou autres hypothèses ?
    Peut-on faire un parallèle prédicitif avec la pandémie du covid-19 ?

    Merci pour votre aide et bravo pour vos articles et informations pertinentes

    • Bonjour
      Tout d’abord, la grippe espagnole n’était pas une maladie nouvelle. C’était une grippe, bien connue, mais avec un virus qui avait muté. Elle est devenue ensuite la nouvelle grippe saisonnière. Cela se passe toujours comme ça.

      Le SARS-CoV2 est une bestiole nouvelle, ce qui explique la difficulté de prévoir l’avenir !

  • « des millions de masques issus des réserves étatiques, dont une part non négligeable était sans doute utilisable, sont consciencieusement brûlés… »
    https://www.lemonde.fr/sante/article/2020/05/07/la-france-et-les-epidemies-2017-2020-l-heure-des-comptes_6038973_1651302.html
    Il faudrait en savoir plus et c’est le seul média qui en parle, à ma connaissance.

  • Bonjour Docteur. J’ai lu votre synthèse. Vous indiquez que la contagiosité du virus porté sur 14 jours. Depuis en sait-on un peu plus sur ce délai ? J’ai vu un reportage qui parle sde deux policiers qui ont été testés positifs à deux

    reprises à 2 semaines d’intervalles. Un article parle de cas en Chine où des malades étaient encore positifs après 37 jours.Etre positif après autant de temps veut il dire que les personnes sont encore contagieuses ? Belle journée à vous et merci pour votre travail bien utile pour nous éclairer.

    • Bonjour
      Être positif ne veut pas forcément dire être contagieux. Il n’existe actuellement aucun exemple de sujet en ayant contaminé un autre après 14 jours, même si les symptômes persistent ou reviennent

  • Bonjour,
    Je voudrais savoir ce qui des 2 est le plus protecteur pour la personne qui le porte : le masque chirurgical ou le masque grand public ?
    Par ailleurs, je suis en possession de masques ffp2 largement périmés mais qui semblent à l’examen visuel en parfait état (ils m’ont été donnés par l’ars en tant que professionnel libéral) : pour me protéger, devrais je les privilégier aux 2 autres types de masque ?

    • Bonjour
      Le masque chirurgical est le masque grand public sont identiques. C’est le FFP2 qui est plus filtrant et aussi plus pénible à porter...
      Les masques en tissu "maison" protègent de façon très variable suivant leur mode de fabrication, mais toujours moins qu’un masque chirurgical grand-public acheté en pharmacie .Tous ces masques sont néanmoins efficaces dans la vie de tous les jours. C’est au contact des malades hospitalisés qu’il faut des masques FFP2.

  • Bonjour
    comment se comporter avec des de micro plaies sur les mains dues aux nombreux lavages ?
    le virus peut-il passer car même avec un pansement, ce n’est pas étanche, et on ne peut pas toujours avoir des gants.
    Merci

  • Bonjour
    Est-ce vraiment utile d’être aussi inquiet pour les masques ? D’après le dernier bulletin Sentiweb, le nombre de covid est estimé en médecine générale à moins de 4 pour 100 000 habitants. L’incidence de la tuberculose est de 10 pour 100 000 et on ne s’en inquiétait pas jusqu’à présent...

  • Bonjour,
    On devrait avoir des nouvelles d’une étude sur 800 enfants vus en libéral en Ile de France si mes souvenirs sont bons. Je ne trouve rien. Avez-vous des infos ?
    Merci

  • Bonsoir. Les huiles essentielles du genre ravintsara, tea tree, lavande ou autres peuvent elles jouer un rôle préventif dans le cadre de la pandémie ? Merci pour votre travail. Belle fin de soirée.

  • Bonjour. Il semblerait que les sprays pour le nez soient déconseillé, ils favoriseraient la dissémination du virus vers les poumons. Auriez vous des informations sur le sujet ? En irait-il de même pour des gouttes pour le nez comme Neobacitracine ? Merci pour votre travail

  • Macron, Edouard Philippe, Oliver Véran et son épouse, et bien d’autres, sont des Young Leaders de France China Foundation :
    https://francechinafoundation.org/the-young-leaders/?lang=fr
    Macron l’était avant 2013.

    Ca m’étonne donc que Macron et Cie n’est pas été informé, d’autant plus que ce coronavirus circulait déjà en Chine et avait rendu malade des athlètes :
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-la-piste-dune-contamination-pour-des-participants-aux-jeux-militaires-de-wuhan-en-octobre-tout-a-fait-plausible-estime-un-infectiologue_3951627.html
    https://www.liberation.fr/sports/2020/05/07/coronavirus-interrogations-sur-les-jeux-militaires-de-wuhan_1787662

  • Bonjour docteur,

    Un grand merci pour cet excellent travail.

    J’ai deux questions qui me taraudent :

    1) que pensez vous de l’actuelle maladie que l’on dit proche de Kawasaki et qui serait causée par le Covid 19 ? Cela remet il en cause la scolarisation des enfants en bas âge avec parents quadra (44 et 46 ans ) ? (sans contact avec des plus de 50 ans )

    2) j’ai beaucoup de mal à supporter le masque pour respirer correctement, au bout d’un certain temps. La visière est elle une protection suffisante dans la rue ou les transports ? Merci beaucoup par avance !

    • Bonjour
      Malgré ces alertes le plus souvent bénignes, il faut partir du principe (validé) que les enfants n’ont absolument rien à craindre de ce virus.

      Ni masque ni visière ne sont utile dehors. Dedans, un masque est vraiment préférable car sinon, vous pouvez respirer les aérosols fins en suspension dans l’air.

  • Bonsoir Mr Dupagne,
    Votre réponse à Lola me surprend. Elle sous entend que masque et visière protègent le porteur. Les masques grand public protègent les autres et l’environnement. La visière seule est un non sens : elle protège peu le porteur (surtout des projections dans les yeux), et pas du tout l’environnement (tout ou presque passe en dessous). Je pense qu’elle aurait précisé s’il s’agissait d’un FFP2 ou 3.

  • Bonjour. On a relevé des cas de conjonctivite parmi certains patients. Est cequ ’une conjonctivite isolée donc sans autres symptômes peut être révélateur d’ une infection au covid 19 ?. Belle fin de journée. Félicitations pour le travail accompli sur votre blog.

  • Bonjour Dr. Dupagne,

    Je me pose des questions sur les masques. Le sujet a été évoqué ici à de nombreuses reprises mais j’ai bien du mal à faire ma synthèse... Donc je me permets de vous poser des questions ciblées :
    Je me suis procuré des masques KN95, à 4 couches de protection, quel est leur degré d’efficacité pour se protéger du coronavirus par rapport aux masques chirurgicaux (qui semblent protéger surtout les autres plutôt que leur porteur, si j’ai bien compris) ?
    J’ai également pris note qu’on pouvait réutiliser des masques en les faisant "chauffer" à 70°C, mais cela ne les détériore-t-il pas ? La procédure est-elle la même pour les masques chirurgicaux et pour les masques KN95 ?
    Merci d’avance pour vos réponses et bonne soirée.

    • Bonjour
      Les masques KN95 sont ultraproctecteurs, comme les FFP2. Ils sont utiles en milieu fortement contaminé. Pour la vie de tous les jours, les masques chirurgicaux suffisent.
      Le chauffage à 70°C ne détériore pas les masques (1h max)

  • Bonsoir,
    Je me pose des questions sur le bilan de la covid. Ce soir, le bilan officiel approche des 28 500 morts. Or l’INSEE enregistre, pour les mois de mars avril qui sont maintenant entièrement enregistrés, une surmortalité de 26 000 personnes par rapport à 2019 et de 18 000 personnes par rapport à 2018. Jusqu’à présent, je pensais que la différence était due au décalage de quinze jours entre les deux bilans. Mais depuis le début mai, l’INSEE enregistre une sous-mortalité ! Son bilan est donc destiné à baisser (!) tandis que celui du ministère de la Santé continue à augmenter. Comment expliquer que nous ayons plus de décès que la surmortalité ? (Et que nous soyons probablement le seul pays au monde à réussir une telle performance !)

  • A propos des masques FFP2 et des masques chirurgicaux (ou d’ailleurs les masques grand-public), j’ai lu ici ou là :

    - que les masques FFP2 (idem pour N95) ne protégeraient que le porteur du masque, mais pas les personnes en contact, car ils ne filtrent que l’air entrant,
    - alors que les masques chirurgicaux ou "maison" permettraient de protéger (partiellement certes, mais de façon satisfaisante, en usage courant tout au moins) dans les 2 sens...

    Je n’arrive pas à retrouver les références pour l’instant...peut-être quelqu’un pourrait-il m’aider ?

    • Bonjour,
      POur le 1, c’est surtout vrai pour les masques avec valve, mais la protection reste bonne pour l’entourage si le masque est bien appliqué sur le visage avec des élastiques tendus. Il est vrai aussi qu’à l’hôpital, la partie extérieure du masque peut se charger de virus au contact d’un malade, qui peuvent théoriquement être transmis au patient suivant.

      Les autres masques, sans valve, filtrent un peu moins bien les particules fines, mais c’est le même principe.

  • Bonjour. Vous préconisez dans un article plus haut de laisser es courses quatres heures pour être tranquille, plus bas vous dites que pour les tissus nous ne possedons pas de données. Cela veut-il dire que le délai de 4 h n’est pas valable pour les tissus,. Je pensais auc sacs de courses en tissus ente autre ou nappe où je dépose mes courses en rentrant. Je vous souhaite une bonne soirée.

    • Bonjour
      Nous n’avons pas de preuve, mais il paraît quasiment certain que les 4 heures suffisent aussi pour les tissus. Plus nous avançons, et plus il paraît évident que la contamination aérienne est de très loin le principal mode de contamination (contrairement à d’autres virus).

  • On entend beaucoup l’argument qu’il faudrait donner le traitement Hydroxychloroquine/Azithromycine précocément aux patients pour observer un effet bénéfique. Mise à part l’intuition du Pr Raoult, y a t il une quelconque démonstration clinique qui supporterait cette préconisation ?
    Dans la dernière étude publiée par l’équipe du Pr. Raoult, il semblerait plutôt que ce soit l’inverse (les patients traités le plus précocément évolue davantage défavorablement) Merci de vos éclairages

  • Bonjour,
    et merci Dr Dupagne pour la mise à disposition de tout ce travail de compilation, et de cet espace d’échanges organisé.

    Je ne porte PLUS de MASQUE depuis que....
    j’ai compris que l’on me reconnaissait malgré celui-ci.

    Ce titre provocateur, pour attirer l’attention sur l’utilisation irréfléchie du vocabulaire, fût-il courant. Mal nommer un chat, c’est ajouter au malheur des chats.

    D’après les dictionnaires étymologiques, la racine "maska", bien qu’obscure, porte la notion de "noir", et "sorcier, démon". Reprise en italien dans "maschera", dans le sens de "faux visage", peut être parce que s’enduire le visage de noir constituait le masque le plus simple.
    Alors, pourquoi notre époque est-elle si passionnée par les masques ? Au delà de se soustraire de la vue d’autrui, le masque peut servir, quand on est à la fête, à attribuer à la personne qui le porte, les qualités de l’être qu’il représente.
    Est-ce à dire que nombre de gens trouvent particulièrement original ou judicieux de s’attribuer ce qu’il y a derrière l’apparence du chirurgien en s’habillant d’un masque dit "chirurgical" dans notre grande fête ?

    Cette utilisation finalement dévoyée du vocabulaire détourne nos esprits de la compréhension directe. Elle néglige l’existence de mots directement appropriés à désigner ce qui nous importe à tous, face au risque individuel et collectif.

    Cette nouvelle tendance vestimentaire, n’est pas qu’accessoire mais aussi impératif.
    Et ce qui en fait l’impératif, c’est la fonction. Alors que le masque sait modifier l’apparence, jusqu’à cacher, la protection que nous recherchons, de nos jours, est bien différente d’une fonction de dissimulation. Cette protection résulte d’une fonction de filtrage.

    Ça commence à devenir plus intéressant.
    - ce filtrage concerne l’appareil respiratoire
    - parce que la transmission de ce fichu virus emploie la voie de nos appareils respiratoires
    - parce que l’on n’est pas au Carnaval (encore que...)
    - parce que quand on respire, on inspire, puis on expire
    - le virus est transmis dans un mouvement expiratoire, et accueilli dans un mouvement inspiratoire.

    Comme dans ces temps difficiles il est de bon ton de se préoccuper d’autrui et de soi-même, il paraît très opportun de disposer devant son visage : un filtre expiratoire, et selon vulnérabilité un filtre inspiratoire. Ça peut être les deux en un seul.

    On aurait fort intérêt à éviter l’usage de termes inappropriés d’autant plus du fait du contact que ces mots réalisent entre les membres de toute la population.
    Des assemblées entières peuvent être contaminées par l’insensé, et prises dans la contagieuse confusion que l’insensé engendre.
    Bien sûr, on peut admettre que lorsqu’une habitude est prise, il est très difficile de s’en débarrasser. Donc ne cherchons pas à substituer la dénomination malencontreuse. On peut continuer à parler mal si on préfère. Ou bien introduire gentiment ces notions dans le langage de circulation courante.

    Quoi qu’il en soit, la communication officielle devrait privilégier ces termes, plus appropriés : filtre expiratoire, filtre inspiratoire, (et filtre respiratoire bidirectionnel). D’autant plus que nous en avons pour quelques années à devoir nous parer de ces nouvelles pièces vestimentaires.
    On pourrait même faire des blagues nulles : on appellerait les "sans-filtre" ceux qui aspirent à la liberté en persistant à ne pas filtrer leur expiration. En tous cas, il ne paraît pas très adapté de recommander à la société de se cacher lorsqu’on attend qu’elle filtre sa respiration.
    Se comprendre, c’est important. On ne peut pas s’en laver les mains !

  • Bonjour. Est ce que le fait d"avoir souffert d "asthme infantile peut signifier que l on est personne à risque en cas d’infection au covid 19 ?.Bonne fin de journée et félicitation pour votre travail.

  • "Jusque dans les années 1970, c’est-à-dire très récemment, les masques médicaux étaient presque tous réutilisables. Ils faisaient l’objet de recherches poussées, ils étaient évalués scientifiquement, et leur développement a conduit à des modèles dont les performances étaient considérées comme très satisfaisantes, souvent même supérieures à celle des masques jetables. C’est ce paradoxe qui a motivé nos recherches."
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/05/25/l-elimination-des-masques-reutilisables-est-un-choix-historique-discutable_6040709_1650684.html

    Mais de ruptures, il n’y a pas eues parait-il ! Il fallait oser le dire
    https://www.dailymotion.com/video/x7tzorw

  • Bonjour. Sait-on si le virus peut survivre dans les cheveux, on parle beaucoup du lavage des mains, des vêtements, des surfaces mais qu’en est-il des cheveux ? Vous disiez dans un post précédent que la transmition par air était de loin la plus répandue, de ce fait est.-ce qu’une distance de sécurité d1, 50 m ou 2 m esr elle suffisante dans une pièce pour éviter toute contamination ? Merci pour vos infos précieuses.

  • Bonjour. Est ce que la proportion de porteurs du virus est elle connue ? Sont ils plus ou moins contagieux que les porteurs avec symptômes.? Bonne fin de journée.

  • Cela vient un peu après la bataille du moins en Europe :

    10 juin 2020 recommandations port du masque

    https://www.un.org/fr/coronavirus/articles/recommandations-port-du-masque

  • La conférence de clôture, ces jours-ci, du Prof. Alain Fischer au Collège de France, source : https://youtu.be/spa2iD5PUrY ,
    moins de 2 mois après la seconde conférence du Prof. Sansonnetti, montre à quel point la science a progressé en quelques semaines seulement sur la compréhension des mécanismes bio-moléculaires de la Covid-19, et en particulier dans son cycle de la réponse immunitaire à l’infection virale, et à l’aggravation cytokinique/ détresse respiratoire.

    Ecoutez-la, et vous verrez alors clairement que le facteur clef de toute cette affaire , c’est l’action des (divers) interférons. Mais il y a encore une chose dont Le Prof. Fischer ne parle pas suffisamment à mon goût, c’est le phénomène de l’interférence virale au-delà de la simple immunité croisée par la mémoire immunitaire due à une infection préalable par d’autres coronavirus (ceux des simples rhumes).
    J’ai indiqué dans mon ancien mémoire de 1965 (Dept Biologie moléculaire, Berkeley, Cal. USA) que l’interférence virale pouvait être déclenchée par la présence (préalable) de divers agents infectieux, comme les bactéries (d’où effet d’interférence par le vaccin BCG) et même de simples ’morceaux infectieux’, tels que séquences incomplètes et non vivantes d’ARN divers ou de protéines (avec tout de même une certaine affinité épitopique - laquelle ?- pour les antigènes du nouveau virus ), et mieux s’ils ne sont pas trop ressemblants au nouveau virus, car les SARS-CoV-2 semblent avoir développé des mécanismes de contournement pour piéger l’immunité mémorielle causée par des virus (ou vaccins ou anticorps) trop semblables à lui-même (dont en particulier le SARS-CoV-1 qui était bien contré par l’antiviral remdesivir, laquelle molécule antivirale semble inefficace contre le SARS-CoV-2 in vivo) ce qui explique pourquoi les "vieux" pourtant vaccinés contre la grippe saisonnière (coronavirus structurellement très proches du SARS-CoV-2) ne sont pas bien protégés contre la Covid-19.

    Les chinois ont compris tout cela depuis des mois, et ils traitent déjà leurs malades par inhalation d’ Interféron 1-bêta associé à d’autres antiviraux que le remdesivir.

    Qu’en pensez-vous ? les scientifiques penchés sur la Covid-19 ont-ils assez considéré tous les aspects de "l’interférence virale/ action immunitaire des interférons" , au-delà de la simple action anti-virale ?

    Cdlt
    Phil Charignon

  • Bonjour. Je pars traditionnellement en vacances en randonnant, je fais des haltes dans les campings. Est ce que l’utilisation des sanitaires communs comporte un risque ? Bonne fin de journée

  • Bonjour @Dr. Dupagne,

    Partagée entre une part l’envie de partir en vacances cet été avec mon compagnon et mon fils de deux ans et demi, et d’autre part l’inquiétude d’être contaminés par le coronavirus à cette occasion, auriez-vous des réponses sur les éléments suivants :
    -  y a-t-il un risque à loger dans un mobil-home/chalet/une maison de vacances qui vient d’être quitté le matin-même par quelqu’un éventuellement porteur de la covid-19, que ce même logement ait été nettoyé ou pas (et même si je débarque avec mon arsenal javel/alcool ménager/lingettes désinfectantes/spray febr*ze désinfectant pour textiles etc.) ?
    -  y a-t-il un risque à se promener en extérieur en croisant beaucoup de monde sur le quai d’un port, dans un zoo, une rue fréquentée… bref un endroit à l’extérieur où il y a pas mal de monde mais que l’on garde une certaine distance avec les gens ou qu’on ne fait que les croiser, et que personne ne porte de masque ?
    -  et pour ce qui est du mobilier urbain, terrasses de café/restaurant… entrer en contact avec ces lieux publics où il y a du passage comporte-t-il un risque de contamination ?

    Merci d’avance pour votre réponse !

  • Bonjour,
    Nous avions réservé des vacances en corse, ce qui suppose de prendre le ferry. Est-ce ques les risques de contaminations sont comparables pour un tel voyage avec ceux dans les bateaux de croisière/militaires ?(merci pour vos explications concernant ce virus ! )

  • @ Dominique Dupagne
    Donc masque de fabrication maison (+ gestes barrières au max) dans les espaces collectifs jusqu’à la cabine sont suffisants d’après vous ? s’il faut des FFP2, je les laisse aux soignants et tant pis pour les vacances...

  • Bonjour, dans le même ordre d’idées du message de Lys plus haut, est-ce que prendre une consommation dans un établissement comporte un risque de contamination par les verres où les tasses dans laquelle la consommation est servie. Belle journée à vous.

    • Bonjour
      Il existe un risque théorique, si le serveur est contagieux et qu’il a éternué ou toussé des ses mains. Mais en pratique, on considère de plus en plus que le vrai risque n’est pas là. C’est plutôt quand vous enlevez votre masque pour boire dans un espace clos et fréquenté.

  • Bonjour,
    Je souhaite rendre visite à ma mère avec mon petit garçon de 4 ans. Elle a plus de 70 ans et des problèmes de santé. Pensez vous que nous puissions la visiter sans risque pour elle, à ce stade de reflux de l’épidémie ? merci

  • Bonjour Dominique Dupagne,
    Je viens de lire l’article du Vidal "Un virus bien nez". J’utilise une corne de rinçage nasal qui fonctionne bien chez moi en prévention de rhumes à répétition. Cela aurait-il un intérêt pour la prévention de la COVID-19 ?

  • @Dominique Dupagne
    Je sais bien, je me contente modestement de donner mes observations de patient sur un site médical au cas où cela susciterait de l’intérêt.
    Avant ce traitement, j’ai subi un rhume par mois avec une surinfection pulmonaire à chaque fois. J’ai été traité avec de l’amoxycilline et même de la pyostacine, rien n’y a fait. L’ORL m’a prescrit un traitement d’attaque à la cortisone et le rinçage nasal que je continue depuis.
    Le résultat est spectaculaire : plus un seul rhume depuis un an. Et je ne suis pas le seul, j’ai trouvé d’autres témoignages d’utilisateurs.
    Je promet de lancer une étude randomisée en double aveugle dès que je serai nommé directeur d’un institut de recherche hospitalo-universitaire à Marseille.

  • Bonjour
    Une question naïve : si j’ai bien compris, les portes d’entrée du virus sont respiratoires ou oculaires mais pas la peau car il n’y a pas les récepteurs adéquats à cet endroit. Dans ces conditions, pour vacciner les gens, pourquoi ne pas les mettre tout simplement en contact avec le virus (éventuellement inactivé par sécurité) au niveau d’une petite blessure de la peau de façon à ce que les globules blancs aient l’occasion de faire connaissance avec lui sans risquer une infection ?
    Merci d’avance pour vos explications.

    • Bonjour
      C’est ainsi que l’on procéde pour le BCG.
      Pour les virus, ce n’est pas suffisant, il faut injecter les antigènes (et non pas le virus, qui provoquerait une infection).

  • Voilà, les anglais vont encore griller les français : l’étude sur les effets de l’eau salée et du rinçage nasal a été démarrée à Edimbourg, il recrutent des patients.
    https://www.ed.ac.uk/usher/news-events/news-2020/salt-water-solution-could-treat-covid-19-symptoms

  • Bon, ok, j’avoue quand même.
    J’ai aussi mon petit truc à moi (inavouablement honteux, alors ne le dites à personne, hein, j’ai peur du ridicule), genre non-EBM et médecine parallèle ...
    Moi, la rationnelle, je fais pire que les loufoqueries lues ici ou là ... ou entendues de la bouche du président d’un grand pays qui se disait que si le virus n’aimait pas les détergents, alors il fallait avaler les détergents (!?!).
    Effet de la peur qui fait perdre la tête ?

    Je suis la première ici à avouer l’inavouable... Et je suis bien certaine que d’autres ont d’autres trucs dont ils n’oseraient parler à personne, du genre "on ne sait jamais, peut-être que ça marche".
    Bon je ne parle pas des incantations, mais des petits trucs qui paraissent un peu logiques à nos yeux de profanes, mais qu’on n’avoue pas à nos médecins (comme la tisane de grand’mère).

    Je digresse, j’ose, j’ose pas ?

    Alors, oui, je me lance : je me suis dit que puisque le virus n’aime pas le gras, ergo, il faut mettre du gras dans le nez. CQFD.
    (j’ai pas encore d’idée géniale pour les yeux).

    Quand j’y pense (j’y pense pas toujours), avant de sortir faire mes courses ou au retour, et vu que plus personne ou presque ne met de masques dans les magasins, je mets un peu de ma petit pommade (*) de nez, car c’est du gras après-tout.
    (* sur base de vaseline et d’une huile essentielle, prescrite post-op pour les croûtes dans le nez, à ne pas employer pendant l’allaitement, et attention de ne pas en abuser, alors vaudrait peut-être mieux tester la vaseline seule ?)
    Enfin j’espère que c’est le bon-gras-comme-il-faut.
    Faudrait peut-être un autre type de gras ???

    Mais comme ça ne mange pas de pain... et après-tout on ne sait jamais, ça fonctionne peut-être ?

    Et hop, ça y est, médoc pas cher et efficace 99 % ?

    Quels sont les risques éventuels de mon "traitement" ?
    Vu que je suis moi-même capable du pire, je me méfie toujours des mésusages et débordements de mes concitoyens.
    Genre ceux de l’HCQ et CQ en auto-médication et mal dosées etc.

    Mais c’est pas plus loufoque que le lavage nasal, a priori, sauf si la vaseline, c’est pas le bon-gras anti-enveloppe du virus...

    Y a-t’il quelqu’un dans la salle pour nous faire ça en version randomisée style EBM ? Allez, je suis prête : je veux bien entendre les conclusions de l’étude, même négatives, et je m’y soumettrai.

  • Quelques évolutions des connaissances sur cette fichue maladie, notamment sur deux points déjà évoqués ici (mais les articles que je mentionne ne sont pas encore "révisés" par les pairs) :

    - précisions sur les groupes sanguins, notamment "O" semble protéger contre l’infection et "A" semble rendre vulnérable. Mais seulement si rhésus positif https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7276013/

    - un article postif quand à l’immunité : Immunité robuste aux cellules T chez les individus convalescents atteints de COVID-19 asymptomatique ou léger, malgré la faible réponse des anticorps selon les sérologies https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.06.29.174888v1

  • Bonjour. J ai dû faire appel à un plombier. Il ne portait pas de masque. J’avais moi même un masque ffp2. Il est resté une heure ’. Quel risque ai-je encouru ? Suite à son départ dois-je désinfecter le studio ou sortir et attendre 4 heures pour être tranquille ? Merci pour votre forum

    • Bonjour
      Pendant sa présence, vous ne risquiez rien avec un masque FFP2 (idem avec un masque chirurgical de bonne qualité et neuf).
      Après son départ, aérer pendant 20 mn est suffisant pour écarter le 0,1 % de risque résiduel.

  • @Bobinette
    Bonsoir,
    D’où vient cette notion que le SARS-COV 2 n’aime pas le gras ? Je croyais au contraire que le fait de se laver les mains avec un détergent permettait d’enlever le gras, notamment celui de l’enveloppe du virus. L’envelopper d’une couche de gras supplémentaire ne permettrait-il pas de le protéger ?
    Merci de m’éclairer !

  • « La France n’est pas prête » pour une épidémie : en 2016, le Pr Salomon avertissait le candidat Macron
    https://www.lopinion.fr/edition/politique/epidemie-france-n-est-pas-prete-professeur-salomon-avertissait-214841
    Une note confidentielle de l’actuel directeur général de la Santé alertait le candidat d’En marche sur le besoin de « réviser en profondeur » la « réponse nationale face aux risques majeurs de catastrophe » pendant la dernière campagne présidentielle.
    https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/20/jerome-salomon-avait-il-alerte-macron-sur-l-impreparation-de-la-france-face-aux-catastrophes-des-201_1782457
    Le Parisien en a également parlé.
    Renouvellement des stocks de masques : Jérôme Salomon assure qu’il apprend le mauvais état des réserves à son arrivée en 2018 après un audit.
    > "Nous avons décidé en octobre 2018 de commander 100 millions de masques." Ce stock devait "servir" et non rester "dormant"#DirectAN pic.twitter.com/PIO5HGKatY
    https://www.lcp.fr/actualites/coronavirus-les-deputes-tentent-de-lever-le-masque-sur-les-stocks-strategiques-26834
    Jérôme Salomon vs. Éric Ciotti : bas les masques ! - 28 minutes - ARTE
    https://www.youtube.com/watch?v=Ppdh__C5jtQ

    Il y a quand même un problème. Ayant été membre du cabinet des ministres de la Santé Bernard Kouchner, puis Marisol Touraine de 2013 à 2015, il devait certainement être au courant des stocks.

    Pour Emmanuel Todd, Jérome Salomon est un menteur
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/emmanuel-todd-le-souverainisme-rehabilite-par-la-crise

  • Bonjour
    Encore une question sur les vaccins. Pouvez-vous m’expliquer l’intérêt qu’il y a à chercher un vaccin contre le coronavirus ? Pour les jeunes, il me semble que la maladie leur fait courir un risque du même ordre de grandeur que le risque que l’on a d’un accident sérieux avec n’importe quel vaccin. Pour les personnes âgées ou mal en point, on peut penser que, comme pour beaucoup d’autres vaccins, un éventuel vaccin contre le coronavirus ne "prendra" que très mal chez eux. Alors qu’y gagne-t-on ?
    D’autant plus que s’il se confirme qu’il y a une immunité croisée entre sard-cov-2 et les anciens sars et mers, cette maladie est en réalité une vaccination naturelle contre un truc grave pour lequel un vaccin serait réellement justifié et n’a pas été découvert. Malgré ses effets secondaires indésirables, on pourrait presque s’en féliciter...
    Merci d’avance

  • @Corine ...Attention ! Je ne préconise pas de suivre "mon" traitement. J’ignore totalement s’il a un intérêt. Sans doute que non. Il est même possible que ce soit contre-productif, il faudrait demander à un chimiste, ce sertait intéressant d’avoir un avis autorisé ! J’ignore si le gras, précisément le type de gras de ma pommade, notamment en se liant aux sécrétions nasales naturelles, va produire un effet positif ou négatif quelconque sur le virus.

    L’histoire du "gras" est bien plus subtile que ce que j’évoque !
    Par sa formulation complexe, c’est le savon (*) qui est efficace contre ce type de virus. Plus précisément l’utilisation du savon avec de l’eau !
    (*d’ailleurs je ne sais pas si tous les types de "savon" sont efficaces ? dont les syndets que nous utilisons généralement ?)

    Voici ce qui est dit des molécules du savon :

    Ces molécules sont composées d’une partie qui aime l’eau et d’une autre qui aime les corps gras – on les qualifie d’amphiphiles (« amphi » veut dire « double » en grec). La membrane du virus est un corps gras, comme l’huile.
    La partie hydrophobe des tensioactifs contenus dans le savon s’accroche à la membrane du virus et, au moment du rinçage, la partie hydrophile est attirée par les molécules d’eau. La résultante des forces exercées sur le virus entraîne la rupture de sa membrane grasse, décomposant l’enveloppe, puis la molécule d’ARN. Le virus devient inactif et se décroche de la peau grâce à l’action des tensioactifs, du frottement des mains et du débit d’eau.

    https://www.lepoint.fr/sante/comment-eliminer-le-coronavirus-sur-sa-peau-26-03-2020-2368911_40.php
    Cela vaut la peine de lire l’article en entier, c’est passionnant et on y aborde aussi les limites de l’utilisation du gel hydroalcoolique, utile, mais le savon c’est mieux !

    Article plus court :
    https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/coronavirus-savon-il-efficace-coronavirus-13402/

  • Bonjour Docteur

    D’après les dernières informations lues, je crois comprendre que la contamination se fait essentiellement par inhalation (des gouttelettes émises par une personne atteinte du Covid) et non par contact manuel. Cela signifie t-il qu’il faut désormais s’abstenir du nettoyage des courses, cartes bleues et autres objets que l’on ramène de l’’extérieur ? Merci pour votre réponse, je me suis un peu relâchée sur ce plan et je ne sais pas si je fais bien

  • @Dr Dupagne...J’aurais tendance à penser que les contacts avec les surfaces restent un facteur de transmission.
    Les virus déposés par les gouttelettes (des autres clients, des marchands, livreurs, etc qui ne portent pas constamment des masques, je l’ai constaté, hélas) sur les surfaces migrent sur nos mains, notamment.
    Or nous passons la journée à nous frotter ou triturer inconsciemment le nez, la bouche, les yeux etc....donc vers les zones pouvant introduire le virus dans notre organisme.
    D’où le lavage des mains, d’ailleurs.
    Certes, point trop n’en faut... mais : principe de précaution !

  • Bien noté, merci beaucoup Docteur !

  • Je viens de lire un article qui m’interpelle (découvert via le compte tw d’une scientifique mondialement reconnue et grande militante pour les masques).

    239 experts avec 1 grande exclamation : le coronavirus est aéroporté !
    L’OMS a résisté aux preuves croissantes que les particules virales flottant à l’intérieur sont infectieuses, selon certains scientifiques. L’agence maintient que la recherche n’est toujours pas concluante.

    https://www.nytimes.com/2020/07/04/health/239-experts-with-1-big-claim-the-coronavirus-is-airborne.html

    Faut-il vraiment attendre "trop" de preuves ?
    Faut-il être EBM-rigide -au risque de mettre les populations en danger- en attendant des preuves plus solides ?
    Par principe de précaution, vaut-il mieux se mouiller au risque d’être ultérieurement contredit (voire ridiculisé) par les preuves ?
    Il faut parfois du courage moral ....
    Y compris pour remettre en cause ce qu’on a précédemment préconisé : ça n’a rien d’infamant, la science aussi avance grâce aux erreurs de ceux qui osent.
    Enfin c’est mon avis de citoyenne de base et sans qualification aucune.

    En attendant que les Grands Sachants de ce monde se décident et s’accordent pour nous dire LA Vérité Officielle, nous autres les non-sachants, on préfère la prudence et on porte des masques. Enfin j’espère.

  • Bonjour,
    Des rassemblements de personnes ont été organisés en tenant compte de la propagation des gouttelettes : distances, nombre limité, locaux aérés, etc.
    Patatras ! Des rassemblements viennent d’être annulés au motif d’un nouveau risque : les aérosols.
    Or, on a du mal à trouver des études sérieuses et récentes sur le sujet. Comment savoir si ce risque est réel ?
    J’ai lu aussi que les aérosols pouvaient contaminer directement les poumons sans passer par l’étape nasale. Que vaudraient les tests par goupillon dans les narines si c’était démontré ?

  • Bonjour
    La pire crise sanitaire du siècle, vue dans les données mensuelles de l’INSEE :

  • Bonjour,
    Nous partons mon conjoint, ma fille et moi ce week-end avec ma belle-famille (8 adultes, 2 enfants) dans une grande maison. On privilégiera l’extérieur mais nous serons tout de même amener à passer du temps ensemble en intérieur. Je trouve que c’est une mauvaise idée et ai envie d’annuler mais je me fais gentiment traité de folle quand j’émets des doutes. Vous avez un avis sur cette situation ? merci

  • Bonjour
    Question naïve à nouveau : a-t-on de vraies preuves de l’utilité du masque ? Quand on voit que l’Espagne est en train de se reconfiner, alors que le masque y est obligatoire depuis des semaines, même pour les enfants...

  • A propos de gouttelettes et/ou aérosols évoqués, je cite les propos d’un médecin anglais :
    "En fait, il est * vraiment * important de se couvrir la bouche, car vous émettez des gouttelettes et des aérosols lorsque vous parlez. "

    Une vidéo (japonaise je pense) qui illustre bien nos "projections", leurs variantes, avec ou sans masque... https://twitter.com/i/status/1280330714521702411

    J’ajoute le point de vue d’un médecin sur les masques avec valve de sortie uniquement. Ils sont utilisés habituellement dans certains métiers afin d’empêcher d’inhaler des poussières / particules fines, de sorte qu’ils ont délibérément une valve qui ne filtre que l’air inspiré (Les masques à valve de qualité médicale filtrent l’air inspiré et expiré je crois ??? donc ne sont pas concernés par cette remarque) :
    https://twitter.com/i/status/1280565519943417862

    Dr Bharat Pankhania urges people to stop wearing masks with valves in them as they force a "high velocity flow of air from the mouth out through the valve which could create a plume of infection."

    Le Dr Bharat Pankhania exhorte les gens à cesser de porter des masques avec des valves car ils forcent un "flux d’air à grande vitesse de la bouche à travers la valve qui pourrait créer un panache d’infection."

  • Merci Bobinette pour toutes ces précieuses informations.

    D’après Bertrand Pancher député de la Meuse, Emmanuel Macron avait été informé de ce qui se passait en Chine :
    https://www.youtube.com/watch?v=sP5-sQVLR8k&feature=emb_title
    Son livre est téléchargeable dans les explications sous la vidéo.

    Anticor a aussi demandé copie des commandes de masques et a essuyé un refus sous prétexte de "secret des affaires."

  • L’éventuelle co-infection par d’autres virus discrets a-t-elle été recherchée chez les malades graves ? (comme c’est par exemple pour le coronavirus du chat, bénin dans quasiment tous les cas, qui provoque des cas graves chez les chats qui ont en même temps la leucose du chat)
    Merci d’avance

  • Bonjour
    J’ai du mal à comprendre la façon dont on essaie de créer un vaccin chez l’homme vu l’expérience du chat : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7148684/ (voir le dernier paragraphe sur les essais de vaccins). A-t-on des raisons de penser que ce qui a été un échec chez le chat marchera mieux chez nous ?
    Merci

  • (@em) Aucune étude n’a été publiée à ce sujet. La grande diversité des personnes touchées par des formes sévères (dans des pays très différents sur le plan des infections courantes) semblent indiquer que le SARS-CoV-2 est bien le responsable des symptômes. L’idée qu’une bactérie du microbiote pulmonaire (Prevotella sp.) soit impliquée a flotté un moment, mais aucune preuve en ce sens n’a été rapportée. Chez les chats, la PIF (péritonite infectieuse féline) est surtout problématique chez les chatons, même ceux (la très grande majorité) qui n’ont pas été exposés à la leucose féline. Ils sont infectés par leur mère, porteuse saine d’un coronavirus inoffensif. En effet, le coronavirus de la PIF vit, sous une forme inoffensive, dans l’intestin des chats. Un jour, il mute et devient problématique. Cette mutation, lorsqu’elle apparaît chez un chaton, provoque la PIF, maladie souvent mortelle.
    Tous les chats adultes sont sérologiquement positifs pour le coronavirus de la PIF.

  • Merci pour la réponse. Côté virus, je pensais à deux pistes en particulier : les htlv qui semblent avoir le même genre d’effet chez l’homme que la leucose et la mononucléose, qui est peut-être impliquée dans les formes longues de covid. A-t-on plus d’informations maintenant sur ces questions ?
    Merci