Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Coups de coeur, coups de gueule > Les homéopathes dépassent les bornes

Les homéopathes dépassent les bornes

samedi 22 décembre 2018, par Dominique Dupagne

Un collectif de professionnels de santé s’est élevé dans une tribune contre l’homéopathie et plus généralement contre les pratiques médicales dénuées de fondement scientifique. Je n’ai pas souhaité signer cette tribune ni m’associer à leur mouvement, car je trouvais que les médecines dites "douces" avaient leur place dans la prise en charge de la souffrance, notamment fonctionnelle. Mais le harcèlement juridique auquel se livre le syndicat des homéopathes contre les signataires, avec le soutien d’une cour disciplinaire ordinale de première instance, est inacceptable.

En mars 2018, un collectif "Fakemedecine" de 124 professionnels de santé signait dans le Figaro un texte à charge contre l’homéopathie et d’autres pratiques médicales non scientifiques.

Je n’ai pas souhaité m’associer à ce texte. Il m’était apparu trop fermé, trop rigide. Certes, j’adhère à l’idée que l’homéopathie ne devrait ni être enseignée à l’Université, ni faire l’objet d’un diplôme universitaire et je comprends qu’il puisse y avoir débat sur le remboursement des granules homéopathiques. Mais je fais partie de ceux qui pensent que lorsqu’un malade ne trouve pas ou plus de secours auprès de la médecine scientifique, il est légitime de faire appel à d’autres approches thérapeutiques susceptibles de lui apporter un soulagement. Je comprends aussi que les scandales sanitaires successifs, concernant notamment les médicaments, puisse altérer la confiance des patients dans une médecine scientifique qui usurpe trop souvent ce qualificatif.

En fait, j’adhère totalement au point de vue publié par Frédéric Adnet dans Le Monde que je ne vais donc pas paraphraser.

Extraits :

Croyance et pensée scientifique dans le domaine médical sont ainsi des forces antagonistes portant chacune leur fardeau. L’homéopathie ne doit pas sombrer dans un intégrisme qui la ferait se substituer à une médecine issue des preuves scientifiques, et la médecine factuelle ne répondra pas à tous les problèmes de santé publique dont le bien-être psychique est une composante importante.

Si la sécurité sociale rembourse certains traitements dénués de fondements scientifiques, cela résulte très probablement d’un calcul mercantile. Ces mêmes patients pourraient devenir – en cas de non-remboursement – des sur-consommateurs de soins lourds dans leur quête d’un soulagement psycho-affectif bien plus pénalisant en termes de finances publiques et probablement plus dangereux en termes de iatrogénie. Cet état de fait n’est donc, finalement, pas choquant.

Il existe une place pour ces deux approches de la médecine, comme en Chine, où l’espérance de vie en bonne santé dépasse celle d’un Américain. La médecine traditionnelle chinoise cohabite pacifiquement avec la médecine factuelle. Il faut rechercher cette complémentarité en France, en faisant acte, pour nous porteurs de l’EBM, d’humilité. Le domaine de la santé est un espace tellement complexe que nos différentes approches peuvent y trouver leurs champs d’application plutôt que de s’opposer en des postures stériles.

Je croise des gens qui n’ont recours qu’à des étiopathes et autres naturopathes dépourvus de formation médicale. Ces charlatans sont susceptibles de retarder le diagnostic de maladies graves et la mise en oeuvre d’un traitement efficace. Pour moi, ce sont eux qui représentent un réel danger. A contrario, les médecins homéopathes (ou acupuncteurs) ont reçu une formation médicale complète. Je n’ai jamais croisé de patient dont la santé ait été compromise par un médecin homéopathe, bien que je ne nie pas l’existence de pratiques inacceptables.

Il m’arrivait parfois, quand j’étais impuissant face à des troubles qu’aucune maladie connue ne pouvait expliquer, ou qu’aucun médicament ne parvenait à soulager, de conseiller à mes patients de tenter la carte "médecines alternatives".

Cela m’arrivait, mais cela ne m’arrivera plus.

Bien que ma position conciliante avec l’homéopathie m’ait valu de violentes attaques sur les réseaux sociaux (par des membres du collectif Fakemed), j’ai été profondément choqué par le comportement des représentants officiels de la pratique homéopathique. Ils ont choisi la voie juridique plutôt que celle du débat humaniste, le harcèlement plutôt que le dialogue. Leur syndicat a décidé d’assigner les médecins signataires de la tribune du Figaro devant l’Ordre des médecins pour violation du Code de déontologie médicale. Pire, au moins une chambre disciplinaire (Champagne - Ardennes) à donné raison à ce syndicat en infligeant un avertissement à deux médecins signataires.

Tout cela devient grotesque et déshonore la pratique homéopathique dans son ensemble. Fidèle à Voltaire, je suis prêt à me battre pour la liberté d’émettre des opinions que je ne partage pas. L’action du syndicat des homéopathes menée par son président Charles Bentz avec le soutien du laboratoire BOIRON rappelle les techniques d’intimidation mafieuses : une plainte peut être aussi dissuasive qu’une menace physique. L’image désastreuse de l’homéopathie qui en résulte ne me permet plus de la recommander à mes patients.

Pourtant, le débat sur l’usage du placebo en médecine aurait été passionnant. C’est un sujet sur lequel je ne parviens pas à avoir une opinion tranchée. Prescrire sciemment un placebo, c’est tromper la confiance du patient. Ne pas en prescrire, c’est priver au moins un tiers des patients d’un soulagement significatif. J’ai été marqué au début de mon exercice par l’histoire suivante.

Je reçois une patiente journaliste. En fin de consultation, elle me glisse "Je voudrais aussi une ordonnance de vitamine C (remboursée à l’époque) car si je n’en prends pas tous les matins, je ne n’arrive pas à travailler". En bon scientifique, je lui réponds que la vitamine C n’a aucun effet stimulant, ce dont elle doute d’un air narquois. Vexé, je lui poste deux études solides qui montrent que la vitamine C n’a jamais stimulé personne. Six mois après, elle consulte de nouveau. "Docteur, vous êtes un idiot". Décontenancé, je lui demande pourquoi. "J’ai lu vos articles, et maintenant, la vitamine C ne me fait plus rien, alors je fais comment maintenant ?" et je n’ai pas su quoi lui répondre.

Finalement, conseiller l’homéopathie à un patient, c’est peut-être une forme de lâcheté : c’est faire prescrire le placebo par un autre, qui y croit, et qui n’a donc pas mes états d’âmes. En tout cas, c’en est fini pour ce qui me concerne. Il me reste l’acupuncture, même si des études ont montré qu’un acteur qui pique au hasard obtient les mêmes résultats qu’un acupuncteur chevronné...

Messages

    • Bonjour,
      Je n’ai jamais eu un avis tranché sur cette question. C’est vraiment un sujet difficile. Le comportement des homéopathes m’a fait basculer : la magie n’est acceptable que lorsqu’elle reste discrète et modeste.

  • Je suis étonné chaque fois que je vois le mot science accolé a médecine.
    La médecine n’est en aucun cas une science,c’est une pratique empirique.
    Vous faites ce que vous pouvez avec ce que l’on vous a appris et les connaissances actuelles que vous avez.
    Cela s’appelle de la technique pas de la science.
    Si la médecine etait de la science il n’y aurait pas 7 millions de Français sous statines.
    Quand au combat médecins homéopathes c’est vraiment le combat de chauves pour un peigne.

    • @durand
      J’en suis resté à la définition de Canguilhem : "La médecine est un art au carrefour de plusieurs sciences".

      Il existe des domaines médicaux où les décisions sont fondées sur des données scientifiques solides, mais en effet, le reste est tout un art.

  • Je pense qu’il faudrait laisser a l’homeopathie une chance d’être testée correctement dans des indications correctes..pour ma part, j’ai été bluffée par l’efficacité de 3x 3 granules d’iris versicolor prises des l’aura de mes migraines ophtalmiques et qui m’empeche completement d’avoir des céphalées apres alors que je prenais 2 diantalvic ou 2 ibuprofene, 1 vogalene lyoc et du diergo spray et que j’étais obligée de me coucher quand même car les céphalées étaient quand même persistantes même si de moindre intensité..placebo peut être, qui ne s’est pas démenti au cours des années, mais je prefere prendre du coup un peu de lactose que cette chimiotherapie dont j’ai appris avec prescrire qu’elle n’était pas si anodine que ça ( diantalvic arrete, vogalene donnant des torsades de pointes ou je ne sais quoi, ibuprofene relançant les migraines..etc)

  • lol

    Des collectifs de zoros, sorte d’armée mexicaine de big pharma, publient des tribunes, des appels au déremboursement avec la complicité active des médias qui publient sans aucune mise en perspectives, sans étude, sans recul.

    Laissant croire aux lecteurs que ces tribunes représentent la science. Cachant aux lecteurs les conflits d’intérêts des signataires, cachant aux lecteurs les pratiques professionnelles des signataires. En clair les crétins de fakemédecine (qui ne se sont JAMAIS levé contre les médicaments dangereux, mal utilisés, ayant des amm de complaisance) se font passer pour des vrais scientifiques qui ne se trompent jamais, sorte de dieux révélant la vérités aux crétins que nous sommes.

    Non, l’ennemi c’est la granule parce que même si cela ne tue pas (c’est déjà un bon point), cela va à l’encontre de ce qu’ils croient.

    Et là, bigre, ils sont attaqués devant les ordres, donc suivant des règles de droit de l’ordre et d’un seul coup cela devient de l’acharnement (ce qu’ils font n’en est pas puisqu’ils sont la lumière - un peu comme pendant l’inquisition). C’est un peu l’histoire de la paille et de la poutre.

    Vous n’irez pas à l’encontre de l’histoire. Ce serait comme retarder la monté des eaux avec une digue de sable. De mon point de vue (mais je peux me tromper) nous sommes sur le point d’assister à une révolution copernicienne. Les molécules ont une signature électromagnétique. On sait par la physique quantique que le vide entre les atomes n’est pas vide. Cela ouvre tout un champ de perspective. Ce que l’homéopathie (qui part tout de même d’une EBM - si cela ne soignait pas, en 2 siècle cela aurait disparu : la saignée à disparu, les électrochocs ont disparus, de nombreuses pratiques médicales considérées comme scientifiques ont disparues, - petit clin d’œil au 15 000 bébés morts de la science médicale qui faisait coucher les bébés sur le ventre- sans avoir besoin de faire des lois, sans avoir besoin de signer des tribunes de crétins.) pourrait être une application, médicale. Il y a des expériences scientifiques reproductibles qui interpellent. Combien de morts à cause des granules à mettre en face de ces 15 000 bébés ?

    Certains médecins croient que c’est juste du sucre : ils peuvent ne pas prescrire c’est super simple. Ils peuvent même dire à leurs patients qu’ils ne croient pas que cela marche. Ils peuvent même dire que le vioxx qu’ils prescrivaient à leur papa mort n’a rien a voir avec son décès et que ce n’est qu’un hasard car il n’y a pas de preuve solides de lien direct dans ce cas. Ils peuvent expliquer que le voisin Alzheimer sans traitement et qui va mieux que le parent sous traitement ne fait pas une preuve. En clair ils peuvent s’arc-bouter sur leur certitudes. Mais accuser les autres de charlatan mérite sans aucun doute de passer devant les ordres.

    les homéopathes sont des médecins, pas plus idiots que les autres. S’ils voient dans leur pratique un intérêt, on ne peut pas balayer avec un #hastag leur expérience.

    Concernant les naturopathes, ceux qui pensent soigner le cancer doivent être surveillés de près, mais entre nous s’ils expliquent qu’il vaut mieux manger des légumes frais que de la viande grillée, il font probablement plus de bien qu’un médecin qui prescrit du doliprane pour des maux de tête récurrents plutôt que de conseiller de voir un ophtalmo.

    Je peux vous montrer des ordonnances de paracétamol 3gr par jour QSP 1 mois, AR 3 fois. Vous en pensez quoi ? médecine ou charlatanisme dangereux ? (pas pour des patients en fin de vie, pour une maman de 40 ans avec des mal de dos)

  • Le CNOM réagit sur Twitter en la personne de son Président, Patrick Bouet

  • Le président du cnom qui voulait radier les médecins et dénoncer les parents(comme au bon vieux temps de vichy) vient à la rescousse des médecins signataires de cette tribune trop lol.

    Marrant comme la "loi" n’est pas la même suivant qui on est. Si on est un gynéco en vue violeur, c’est bon, on ne craint rien, si on dénonce l’aluminium des vaccins (qui n’ont aucune étude innocuité) là c’est pas bon. Si on traite les homéopathes de charlatans, c’est cool. Si on se dit que ce n’est pas très confraternel, là c’est plus bon. Une forme de justice à 2 vitesses. Mais c’est la mode. on peut se dire que le cnom est dans la lignée de la macronie. Peut être que son président pourrait prendre des responsabilités politiques : suffit d’être servile. Là c’est bon.

    Moi je m’en cogne. mais cela déconsidère encore plus le cnom (personne pour rappeler qu’il est né afin de dénoncer les médecin juifs). Alors bien entendu dans le petit gotha de l’entre-soi on va se rassurer, mais les gens ne sont pas dupes. Les vrais qens je veux dire. Et aux yeux des gens ’normaux’ le médecin perd encore de son statut. Les gens ne font déjà pas grande confiance, le cnom creuse la tombe. C’est son choix.

    Sérieusement, comment on peut venir pérorer après avoir laissé tuer 15 000 bébés ? Moi je me terrerais dans un trou de souris.

  • Tact et mesure mieux que tract et démesure ... on est en plein délire radical et sectaire ... toute médiation devient un complot mené par des lobbys financiers ..bientôt on brulera des livres ..numériques... l’ambiance n’est ni au tact ni à la mesure ... merci cher Dominique de maintenir ce lien car nous nous sentons bien seuls et démunis ...

  • je suis un des signataires mis en cause, ma date de CDPI n’est pas encore fixée.... En l’occurrence, Dominique a raison de dire que les méthodes utilisées par le syndicat des homéopathes ne sont pas digne de débat scientifique, et je le remercie de cette prise de position. En revanche, j’ai signé cette tribune aussi, car à l’heure ou l’argent manque, à l’heure ou les chondromodulateurs, les veinotoniques (qui, comme l’homéopathie, marchaient "aussi bien qu’un placebo") sont déremboursés, il n’y a aucune raison de continuer à rembourser l’homéopathie. C’est Freud qui disait que "le paiement fait parti du traitement". Que des médecins puissent soutenir que de l’eau exposé à la lumière d’un trou noir puis diluée puisse avoir un effet thérapeutique me sidère.... L’homéopathie n’a pas évolué depuis 1802, que diriez vous si un médecin conventionnel vous proposait pour votre cancer un traitement vieux de seulement 50 ans ?
    @hervé_02, C’est le Syndicat des Homéopathes qui a reçu plusieurs dizaines de milliers d’Euros de Boiron (voyez la base publique sur les financements des médecins....) c’est son président qui vient de se faire épingler dans le canard enchainé pour financement de formations dans des palaces avec l’argent public. Plus de la moitié des signataires l’ont fait sous leur vrai nom, allez voir aussi leurs déclarations d’intéret.... Ne vous trompez pas de cible quand vous dénoncer les financement de l’industrie.... BOIRON est même beaucoup plus agressif que les autres de ce coté là. (Que diriez vous si un syndicat de médecin recevait 50 000 euros de SANOFI ou de Glaxo ?)

  • Pourquoi donc ne pas inscrire au programme des études médicales un module obligatoire sur l’homéopathie ?
    D’une part on déplore le manque d’écoute, voire de considération des médecins, des plaintes de leurs patients lorsqu’elles semblent être mentales.
    D’autre part, on affirme que l’homéopathie ne serait que placebo.
    Or, pour qu’un placebo soit efficace, il faut qu’il soit ordonné avec conviction. Pour qu’il y ait conviction, il faut qu’il y ait écoute.
    Aussi me semble-t-il nécessaire que les étudiants apprennent à écouter le « non » et le « mal » dit. Pour ce faire, un module homéopathie me paraît le plus adéquat.
    Cela pourrait contrer nombre de faux vertueux qui se réclament de connaissances médicales pour pratiquer illégalement lorsque ce n’est pas dangereusement. Le développement de ces pratiques ne seraient-elles pas un constat d’echec d’une pratique médicale ?
    (ma sœur traite sa BPCO uniquement avec des « soins » prodigués par un médium. Elle est persuadée que cette personne est toute puissante puisqu’elle affirme être montée au ciel et y avoir vu Jesus. L’origine de cette BPCO serait l’étouffement maternel).

  • Qui peut croire que Médecine douce = Mafia douce ?
    Il faut également être naïf pour croire que :"Si la sécurité sociale rembourse certains traitements dénués de fondements scientifiques, cela résulte très probablement d’un calcul mercantile. Ces mêmes patients pourraient devenir – en cas de non-remboursement – des sur-consommateurs de soins lourds dans leur quête d’un soulagement psycho-affectif bien plus pénalisant en termes de finances publiques et probablement plus dangereux en termes de iatrogénie." Le ministère se fiche bien de ces calculs de bénéfice-risque.
    Si la sécurité sociale rembourse l’homéopathie, c’est parce que Boiron est une entreprise française, et comme disait notre premier ministre (à propos de SANOFI), il ne convient pas de dénigrer une entreprise française. La seule question qui mériteraient d’être posée, c’est combien les groupes politiques touchent et de qui. On a eu une idée du montant lors de l’affaire Cahuzac mais les journalistes ont été d’une très grande timidité pour savoir qui s’était porté volontaire pour alimenter la caisse.

  • Les Lumières croyaient en la Raison ,
    Ils voulaient éradiquer les Fanatiques ,
    mais n’étaient-ils pas qu’à demi-éclairés ?

    ps : la prescription homéopathique me fait penser à la messe en latin jadis.

    Le médecin généraliste est un artisan-artiste formé au scientisme industriel !

    mais j’arrête je crois que la folie me guette.

  • Les homéopathes dépassent les bornes... vraiment ?
    Comme je l’ai dit ailleurs, l’homéopathie, je n’y crois guère.
    Mais mes petits bout-de-choux tentent parfois de soigner les bobo de leur mamie à coup de "souffle sur le bobo", et c’est hyper-efficace, il faut bien le reconnaître, cela fait tellement de bien au coeur.
    Alors je ne refuse pas l’homéopathie, quand elle m’est prescrite par un médecin dont je ressens la bonne volonté et la sincérité, qui a daigné écouter l’histoire de mes bobos et incohérences.. un moment de sécurité, une pause dans un monde médical souvent maltraitant, un moment où on ne m’a pas renvoyée en niant ma réalité à coups de preuves biologiques ou radiologiques ou ...
    Et je prends mes petits granulés/bonbons dans le prolongement de ce moment-là.
    Comme un rituel magique, peut-être bien.
    Et après tout on ne sait jamais...?

    Certains, selon leur éducation ou d’autres raisons, croient aux étoiles, aux esprits des arbres, ou à quelques rituels, magiques ou coutumiers, qui rythment leur vie ou leurs maladies, et qui leur sont nécessaires, viscéralement.
    Qui suis-je pour leur dire qu’ils sont...bêtes, ridicules, que leurs rituels ne servent à rien ?

    Pour reparler plus directement de médecine, vous savez bien que trop souvent tous ces médecins EBM-only n’ont pas intégré, dans leur prise en charge, les réalités (ressenti, croyances etc) des patients, voire les décalages temporels entre symptômes et vérité biologique etc, pourtant fréquents dans certaines pathologies.

    Globalement, Dr Dupagne, vous êtes un médecin selon mon coeur.
    Mais n’avez vous pas perdu un peu de votre recul ?
    Je me demande comment un certain Huron comprendrait ces querelles homéo/allopathes ?

    N’avez-vous pas souvent soigné selon ce qui vous a été enseigné par vos professeurs admirés, ou selon vos convictions intimes et votre Art ?
    ...pour vous apercevoir, plus tard, que votre vérité médicale fondée sur "l’état actuel des connaissances", au mieux n’a pas aidé vos patients, au pire leur a fait du tort.

    Beaucoup d’homéopathes croient en ce qu’ils font et au bien-fondé de leur médecine (à tort ? sans doute), et n’ont pas été traités avec tendresse par leurs confrères, qui tentent tout simplement de les éradiquer, comme s’ils étaient une engeance nuisible.
    Pourquoi exiger des homéopathes qu’ils montrent plus de douceur dans la réplique ?
    Que dirait notre Huron ?

  • Je ne pense pas qu’ils dépassent les bornes.Je suis heureux de voir qu’il y a des médecins qui font preuve d’humanité et de hauteur de vue.
    N’y a- t-il pas mieux à faire pour des professionnels de santé que de déclencher des hostilités inutiles sur l’ homeopathie qui entrainent en retour des réactions tout aussi ridicules ? Je ne sais pas si l’homeopathie est scientifiquement éfficace ,mais comme cela a été dit elle apporte un réconfort à des malades sans les risques de certains médicaments, alors pourquoi ces attaques périodiques ?
    Ce que je sais c’est que les médecins homeopathes prennent generalement le temps de questionner les patients et de les écouter ,ce qui manque furieusement à certains allopathe . .

  • @herve_02 :
    Votre message est un mille-feuille argumentatif rempli de sophismes.
    Pour ne citer que les premiers de la liste, vous faites du ad hominem, vous expliquez l’effet contextuel d’un placebo par la magie de la physique quantique, vous faites un magnifique appel à l’ancienneté...
    Quand bien même vos arguments auraient été valides, commencer par dénigrer l’autre partie (en parlant de "big pharma" et en omettant les conflits d’intérêts du camp des homéopathes et de Boiron ...) et être insultant ne sert pas votre cause.
    Bien cordialement.

  • Tout d’abord, il serait bon de rappeler quelques chiffres :
    CA Boiron : 620 millions
    CA Sanofi (par ex) : 33 milliards
    CA homéopathie mondiale : 8 milliards
    CA big pharma mondial : 1000 milliards
    Puis, de comparer les poids lobbyistiques. Sachant que la guerre de l’information n’est pas une illusion, se poser certaines questions

    Il paraît que l’homéopathie ne fonctionne que par effet placebo. En ce cas, peut-on expliquer comment des hautes dilutions peuvent avoir un effet placebo sur des cellules in vitro
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20043074
    des végétaux ?
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29621812
    des globules blancs ?
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15105967

    Aucun fondement scientifique ? Hormèse, loi d’Ardnt-Schultz

    Rien que de l’eau dans les préparations ? Ce n’est plus ce que disent les sciences :
    https://www.researchgate.net/publication/325359764_Towards_a_rational_insight_into_the_paradox_of_homeopathy

    Mais puisque les données de la science -ou plutôt, de ce qu’on communique dessus- sont épouvantablement contradictoires (voire délibérément faussées, cf. méta-étude australienne dont la première version a mystérieusement été enterrée, et dont on n’a connaissance que suite à une requête Freedom of Information, impulsée par d’horribles homéopathes), on peut s’amuser à utiliser le rasoir d’Ockham, et considérer les faits suivants :
    - L’adoption par la population d’un mode de soin développé empiriquement par des expérimentateurs testant sur leur organisme toutes sortes de substances afin d’en observer les effets et par voie mimétique inverse (parfaitement incompréhensible d’un point de vue rationnel, mais la loi d’Ardnt-Schulz peut fournir un socle intuitif) guérir les causes de ces mêmes symptômes constatés sur des individus souffrants
    - L’adoption par des médecins ayant suivi le même cursus que les autres, de ce mode de soin, depuis plus d’un siècle et demi
    - L’adoption de l’homéopathie par l’Inde dès sa rencontre avec celle-ci, et son inclusion dans le ministère AYUSH - s’occupant de ce que la rationalité occidentale qualifie de "pseudo-sciences" -
    - L’effet positif sur des animaux d’élevage hors possibilité d’effet placebo contextuel
    - Un commencement d’explication par des scientifiques pas perchés du tout (et la mise au pilori médiatique de ceux-ci) : la "mémoire de l’eau", peut-être bientôt rebaptisée "mémoire de la silice" ?(voir revue de littérature en lien plus haut sur researchgate)

    Pour déterminer sans contestation que l’homéopathie est en réalité inefficace, il faut trouver une explication cohérente pour chacun de ses cas : ce qui multiplie les hypothèses dans de nombreux domaines disparates.
    L’alternative est plus élégante et explique mieux tout cela : ça fonctionne, on ne comprend pas encore pourquoi, et la science médicale est largement instrumentalisée par le lobby pharmaceutique (le lobby homéopathique pesant 0.8% de celui-ci), lequel fait des pieds et des mains pour garder ses parts de marché.

    Parmi les 124, certains sont visiblement de profonds larbins du gros pharma. Quand on connaît l’histoire passée et présente de ce dernier, ils méritent la prison.

    _

    • Ce qui serait intéressant pour les industriels, c’est de comparer leurs budgets de recherche et développement ;-)

      Sinon, je laisse votre message, mais je préviens que je supprimerai tous ceux qui prétendront démontrer que les remèdes homéopathiques possèdent une activité pharmacologique intrinsèque (ou qui répondront au vôtre pour dire le contraire). J’ai déjà donné sur le forum Atoute et si vous voulez en débattre faites-le dans le forum, pas ici.

      La discussion sous cet article porte exclusivement sur l’intérêt éventuel de l’homéopathie comme pratique non scientifique et sur le comportement du syndicat des homéopathes.

  • Fichez la paix à l’homéopathie
    A trop taper sur les homéopathes, ils se rebellent et utilisent tout simplement leur Droit de porter plainte !... oh la la ! ça ne va plus pour nos chers médecins qui font de la vraie médecine scientifique... Peut être qu’il aurait fallu arrêté tout simplement de leur taper dessus à coup de mauvaise presse et autre article ou avis négatif sur le bien fondé ou non de cette médecine dite de placebo !!! Et de quel droit vous donnez votre avis Scientifique sur le déremboursement ou non de cette pratique ? D’ailleurs, ce sont des médecins qui ont fait des études de médecine !!!
    Pourquoi dénigrer ainsi une pratique de médecine qui fait ce que les patients demandent ? C’est à dire nous Écouter, Répondre aux diagnostics, Soigner sans nous mettre en danger....
    Mais le serment d’un médecin n’est il pas simplement de répondre aux mal des patients !!! Alors quoi ? Le fait que des personnes puissent se soigner avec l’homéopathie et continuer de se faire rembourser et guérir tranquillement sans dépenser ni plus ni moins.... C’est un problème ? C’est certes un peu caricatural mais fichez leur la paix ! Les médecins homéopathe font leur job, c’est tout ! Et si la patientelle est satisfaite et pas en danger, encore une fois ou est le pb ?
    De plus, je ne me souviens pas avoir entendu parler de scandales dû à l’utilisation d’un tube d’arnica montana ou d’un tube d’occillococinum....
    Peut-être qu’il y aurait aujourd’hui moins de méfiance envers la médecine traditionnelle aux regards de ces nombreux scandales et de ces intérêts lobbyistes !!! Parce que le souci, c’est bien ça !
    Et puis, cette médecine douce répond à de nombreux cas que la médecine traditionnelle ne peut pas car sinon son utilisation mettrait en danger de par ces formules .... je pense à toutes les futures mamans, et les bébés....
    lorsqu’une femme enceinte est malade, il y a peu de médicaments traditionnels qui ne sont pas dangereux pour son bébé. En revanche, l’homéopathie répond très bien en cette période. De même, pour les bébés.

    Maintenant que beaucoup d’entre nous, je parle des patients bien sûr, avons l’immense chance de pouvoir nous informer et être informer, et de Faire un CHOIX personnel de nous soigner ou pas d’ailleurs, n’essayer pas de nous embrouiller ou de faire des tribunes pour dénoncer.... allez plutôt dénoncer les corruptions et les pratiques douteuses de ces grands labos pharmaceutiques !!!
    Je pense franchement au vu des scandales et autres éclaboussures non glorieuse du corps médical traditionnel, qu’il vaudrait mieux Faire profil bas ! A bon entendeur

  • @ DD et Durand
    22 décembre, 14:24, par Dominique Dupagne
    @durand
    J’en suis resté à la définition de Canguilhem : "La médecine est un art au carrefour de plusieurs sciences".
    Il existe des domaines médicaux où les décisions sont fondées sur des données scientifiques solides, mais en effet, le reste est tout un art.
    ==================================================
    OK mais comme le disait Hippocrate, l’art est long (à maîtriser) et il s’agit de l’ar de l’artisan (besogneux et soigneux) pas de celui de l’artiste.

  • @ DDD’
    "Je pense qu’il faudrait laisser a l’homeopathie une chance d’être testée correctement dans des indications correctes..pour ma part, j’ai été bluffée par l’efficacité de 3x 3 granules d’iris versicolor prises des l’aura de mes migraines ophtalmiques et qui m’empeche completement d’avoir des céphalées apres alors que je prenais 2 diantalvic ou 2 ibuprofene, 1 vogalene lyoc et du diergo spray et que j’étais obligée de me coucher quand même car les céphalées étaient quand même persistantes même si de moindre intensité..placebo peut être"
    ====================================
    Il faudrait trouver des complices pour faire un essai contrôlé en simple aveugle et triple buse (just un jeu de mot hein) dit N=1. Vous faites envelopper vos traitements dans de grosses gelules bourrées pour éviter les cloc-cloc identificateurs et vous faites une séquence au hasard de la prise des gélusles. Et vous notez numero de gelule et resultat....

  • @ Hervé 02
    "Un médecin qui prescrit du doliprane pour des maux de tête récurrents plutôt que de conseiller de voir un ophtalmo."

    Objection : les OPH font faire un bilan orthoptique qui j’ai l’impression n’est normal chez personne. Donc rééducation à loucher .....
    Un placebo compliqué ?

    "Les molécules ont une signature électromagnétique. On sait par la physique quantique que le vide entre les atomes n’est pas vide."

    C’est pas parce que ce n’est pas vide que c’est plein , notamment , de bonnes choses ....

    " ne se sont JAMAIS levé contre les médicaments dangereux, mal utilisés, ayant des amm de complaisance) .......petit clin d’œil au 15 000 bébés morts de la science médicale qui faisait coucher les bébés sur le ventre-"

    Bien vu.

  • @S.Barahj
    Les ophtalmos font d’abord un bilan ophtalmologique qui permet parfois de trouver des anomalies réfractives majeures expliquant les maux de tête, ou bien des pathologies sérieuses.

    Avant de prescrire un placebo, il convient de bilanter de façon complète les patients.

  • Bonjour
    Je n’y connais pas grand chose en médecine, mais il me semble avoir lu quelque part que l’effet du placebo dépendra non seulement de ce que le patient croit, mais également de ce que croit le médecin au moment de l’administrer.
    Il me semble avoir lu que c’est pour cette raison qu’existe la notion de "double aveugle" : dans une étude médicale, ni le patient NI LE PRESCRIPTEUR ne savent si ils reçoivent/administrent le produit actif ou le produit neutre.

    Cet effet qu’on cherche à neutraliser dans l’exemple que je viens de citer est-il à l’oeuvre en ce qui concerne l’homéopathie ?

    • Oui, bien sûr. La conviction du médecin associée à la confiance du patient adepte de l’homéopathie fait des miracles.

      Un autre mécanisme passionnant est l’effet de l’homéopathie chez l’animal, un troisième acteur intervient en la personne du maître, qui transmet sa confiance à l’animal, et qui interprète les symptômes de l’animal comme une amélioration.

  • @ 27 décembre, 19:39, par Dominique Dupagne
    "Un autre mécanisme passionnant est l’effet de l’homéopathie chez l’animal, un troisième acteur intervient en la personne du maître .... qui interprète les symptômes de l’animal comme une amélioration."
    En général, il s’agit bel et bien d’une amélioration. L’erreur, c’est qu’il attribue cette amélioration au traitement. Il n’y a rien de très passionnant.

  • Personnellement il m’arrive de prescrire un placebo, mais toujours en expliquant au patient ce qu’est l’effet placebo ( dontvil a bien sûr déjà entendu parler), et en lui disant que j’en espere un résultat pour lui, qui, même s’il n’est pas total , peut être intéressant en évitant trop d’effets secondaires ... De façon générale, les patients trouvent un certain soulagement ce qui permet d’interrompre Le « traitement « pour peu que l’on aie prevu ce cas de figure. Dans le cas contraire, arret aussi. Ainsi, pas de mensonge ni de manipulation « sauvage » du patient. Et cela me permet de garder une certaine distance avec ma propre « efficacité »...

  • Bonjour à Tous et meilleurs voeux d’apaisement pour cette nouvelle année. Merci Dominique pour cette tribune qui, comme toutes, suscite de nombreuses réactions. Je suis d’un naturel non violent et j’ai tenté au début une ouverture avec les #no fakemed pour débattre sur l’efficacité, les études faites ou à faire pour mieux comprendre son champ d’action. Les réactions ont été d’une violence rare : aucune écoute, agressivité, insultes personnelles venant de personnes le plus souvent sous pseudo... Le débat n’est pas au bon niveau. Le combat des "preuves" n’apportera rien, si ce n’est un clivage de notre profession.
    Des contacts avec des spécialistes de l’évaluation ouvrent des possibilités intéressantes notamment dans les études de pratique à grande échelle de type EPI3.
    L’autre piste, comme tu le soulignais, est celle de la "pharmacie interne" supposée par l’effet placebo, qui n’est autre que l’optimisation de la capacité d’un organisme à guérir.
    Nous pourrions explorer également la capacité d’un organisme vivant à traiter l’information et ces conséquences biologiques.
    Comme tu le vois, le débat est encore ouvert et je souhaite que l’on puisse l’enrichir plutôt que de l’enterrer.
    Très cordialement
    Antoine

    • Bonsoir Antoine,
      Je précise pour les autres contributeurs que nous ne nous connaissons pas, mais j’accepte bien sûr le tutoiement confraternel.

      Le problème, c’est que les procédures ordinales sont infiniment plus violentes que des insultes sur les réseaux sociaux. En les lançant, tes collègues ont déclenché un guerre qui bâillonne les pacifistes. Le dialogue n’est plus possible et c’est dommage en effet.

  • D’accord avec DD mais aussi Lhoran.
    Dans l’homéopathie ( et autres médecines douces ) le danger vient rarement du patient mais du thérapeute " convaincu SANS preuve".
    Seul le thérapeute est responsable.
    Le patient soumet ses troubles de santé au savoir du thérapeute et non à des convictions ou croyances.
    D’un thérapeute, on attend qu’il soit au clair avec lui même : s’il revendique une pratique ou prescription basées sur une croyance ou conviction , alors il ne peut espérer ou prétendre exercer au nom de la science.
    Un thérapeute qui se limite à utiliser les croyances de son patient pour soulager sa souffrance emmènera fatalement ce patient dans une impasse grave tôt ou tard.
    Le danger de l’homéopathie ( et autre pratique dite douce) vient surtout du caractère exclusif ( excluant) de leur pratique ainsi que de la faiblesse des compétences médicales de ceux qui sont autorisés ( au nom de leur évidente innocuité directe ..pour l’homéopathie en tout cas) à l’utiliser.
    Là est le réel danger pour le patient amha....mais là aussi est le réel buisness...et Boiron ne le sait que trop bien.
    Utiliser la prescription médicale ( sans grand danger présent mais surtout à venir ) comme gage de preuve et innonder le marché via des " prescriptions" non éclairées.
    Dans ce sens, le positionnement des homéopathes " purs et durs" ci dessus tient plus de la défense d’un buisness amha.

  • Comme dit plus haut, l’homéopathie j’y crois comme certains veulent croire au Père Noël ; nous avons besoin de mythes, je suppose. Ils aident à vivre ou survivre.
    Et je vous aime toujours, Docteur Dupagne.

    Pour autant, je ne vous comprends pas.
    Je ne comprends pas vos prémisses, êtes-vous sûr qu’elles ne sont pas biaisées ?
    Les prémisses du débat, je veux dire (pas celles de l’homéopathie, qui, comme vous le rappelez, ne sont pas en question dans le présent sujet).

    L’autre jour, sans être entendue (mes propos étaient trop alambiqués sans doute) j’ai fait appel au Huron ou autre Candide.
    N’étant pas médecin ni scientifique, et sans posséder la sagesse de certains fous du roi, je ne fais guère mieux que Voltaire en fait d’objectivité, mais tout de même...ma lettre de créance, en tant que Huron de remplacement, c’est que j’ai affaire depuis assez longtemps, intensément ces dernières années, à la médecine "conventionnelle".

    Alors je m’interroge... peut-on débattre sur la base de prémisses qui (en tout cas c’est ce que je crois comprendre ?) intègrent ab initio :
    - que l’allopathie est la médecine de référence (je le pense aussi, ceci dit),
    - que l’allopathie est effectivement une (la seule ?) médecine EBM,
    et,
    - outre que l’homéopathie c’est du pipeau (ce que perso j’admets),
    - que les homéopathes sont des charlatans,
    - que, surtout, les homéopathes savent, ont conscience (ça je ne le crois pas, personnellement) qu’ils sont des charlatans qui vendent du pipeau,
    et,
    - qu’on veut bien tolérer les homéopathes, du haut de la hauteur des allopathes, tant qu’ils se tiennent, humblement, à leur place de rigolos ?
    (Beaucoup de ces prémisses, il me semble, reprennent de fait l’avis des no-fake-med et ont appuyé sur des zones réflexes de la dignité des homéopathes.)
    N’est-ce pas ce que l’on appelle des biais ?
    Sur ces bases, que resterait-il à débattre ?

    Je crois, c’est les prémisses indispensables pour que le présent débat ait un sens, je crois que les homéopathes (en général) croient en leur médecine et en leur art, tout comme les allopathe croient en leurs propres fondamentaux...et se considèrent de même valeur.
    (Fondamentaux, faut-il le rappeler, qui ne cessent d’être remis en cause par l’évolution des connaissances, reléguant les pratiques passées au rang d’inanités, alors un peu d’humilité sied, je crois, chez les allopathes aussi).

    Sur ce, si cet ajustement des prémisses devait vous paraître fondé, est-il opportun de rectifier la question initialement posée sous forme de réponse : "les homéopathes dépassent les bornes"...vraiment ?

    Désolée de la dureté des termes, je n’ai pas trouvé de bonne formulation...mais comme je vous sais sincère et honnête, vous me pardonnerez certainement.

    • Je crois à la sincérité des homéopathes. Je n’ai pas dit qu’ils étaient des charlatans.

      J’écris beaucoup sur les travers de l’allopathie et de la médecine scientifique qui usurpe souvent ce qualificatif. C’est une thématique récurrente de ma chronique sur France Inter. Au moins 30% des publications scientifiques sont bidonnées, et certains scientifiques réputés trouvent cela normal https://goo.gl/iZNu4c

      Je ne suis pas un scientiste borné, ce qui m’a d’ailleurs valu la vindicte des NoFakeMeds

      En revanche, oui, j’aimerais qu’ils se tiennent à leur place de magiciens et qu’ils ne se réclament pas de la science. De même que je tolère les catholiques, sauf s’ils veulent me convaincre qu’une ostie est VRAIMENT le corps du Christ. De même que l’homéopathie n’a pas plus sa place à l’université que l’astrologie, et qu’aucun diplôme d’homéopathie ne devrait recevoir de sceau universitaire. Les homéopathes doivent enseigner dans des écoles privées hors contrat.

      Avec leurs plaintes, ils ont stupidement sorti le glaive, qui pourrait bien les faire périr en se retournant contre eux.

  • Pour mémoire, en ce qui ce qui concerne l’atteinte à la dignité et à l’honneur des homéopathes, je cite les termes utilisés par les no-fake-med (tels que repris par l’article cité par vous en référence) :
    "Charlatanisme", "tromperie", pratiques "non éthiques", "dangereuses", "ne plus autoriser à faire état de leur titre les médecins"...

    Ces vocables et demandes expresses (adressées notamment à l’Ordre des médecins) ne sont-ils pas archi-durs, sans concession, extrêmes ?
    S’entendre dénigré ainsi lorsque l’on croit à ce qu’on fait.... ???

    Je me fais l’avocat du diable homéopathe peut-être, mais je ne sais trop comment je réagirais si l’on attaquait ainsi mes propres convictions ...
    Si j’étais persuadée du caractère erroné de ma conviction d’homéopathe, je changerais de conviction (truisme) ; certes je pourrais m’accrocher contre toute évidence, mais puisque l’évidence me dit que je fais du bien à mes patients (on a beau dire que c’est l’effet placebo), d’autant que je sais reconnaître les limites de ma science...
    Et surtout si l’on met ainsi en doute ma probité d’humain et de médecin...et qu’on veut me retirer le droit de me dire médecin !

    Alors que dire ? les homéopathes dépassent-ils vraiment les bornes ?

    (Au fond, à tout prendre, la vraie question n’est-elle pas tout de même celle que l’on exclut d’emblée du présent débat : l’homéopathie est elle réellement une fake-med ?)

    ***
    NB : Les termes précités sont extraits des phrases suivantes :

    "[...] La tentation peut alors être grande de pratiquer des soins sans aucun fondement scientifique. Cette tentation [...] a été, et est toujours, nourrie par des charlatans en tout genre qui recherchent la caution morale du titre de médecin pour faire la promotion de fausses thérapies à l’efficacité illusoire.
    L’obligation d’honnêteté est inscrite dans les Codes de déontologie des professions médicales et le Code de la santé publique (article 39 du Code de déontologie et article R.4127-39 du Code de la santé publique). Ils interdisent le charlatanisme et la tromperie, [...]"

    "[...] Le Conseil de l’ordre des médecins est chargé de veiller à ce que ses membres n’utilisent pas leur titre pour promouvoir des pratiques dont la science n’a jamais pu prouver l’utilité, voire qui présentent une certaine dangerosité. Il doit veiller à ce que les médecins ne deviennent pas les représentants de commerce d’industries peu scrupuleuses. Il doit sanctionner ceux ayant perdu de vue l’éthique de leur exercice.[...]"

    "[...]L’homéopathie, comme les autres pratiques qualifiées de « médecines alternatives », n’est en rien scientifique. Ces pratiques sont basées sur des croyances promettant une guérison miraculeuse et sans risques.[...] "

    "[...]Les thérapies dites « alternatives » sont inefficaces au-delà de l’effet placebo et n’en sont pas moins dangereuses.[...]"

    "[...]De ces pratiques qui ne sont ni scientifiques ni éthiques, mais bien irrationnelles et dangereuses, nous souhaitons nous désolidariser totalement.

    Nous demandons instamment au Conseil de l’ordre des médecins et aux pouvoirs publics de tout mettre en œuvre pour :

    - ne plus autoriser à faire état de leur titre les médecins ou professionnels de santé qui continuent à les promouvoir [...]"

    http://sante.lefigaro.fr/article/l-appel-de-124-professionnels-de-la-sante-contre-les-medecines-alternatives-/

    • Les phrases que vous citez sont une introduction au principe d’interdiction des thérapeutiques non éprouvées.

      A aucun moment les signataires ne traitent les homéopathes de charlatans. C’est la raison pour laquelle j’ai toujours été optimiste sur l’issue juridique de ces plaintes infondées.

      De même que dans mon article, je ne traite pas les homéopathes de maffiosi, mais je fais remarquer que la violence de l’intimidation juridique de tous les signataires "rappelle les techniques d’intimidation mafieuses".

      Les mots ont un sens.

  • @M. Dupagne , En accord total avec votre commentaire du 3 janvier 20H 19 !

    Du bon sens , les pieds sur terre , sans propagande , ni prosélytisme ,

    mais loin du rêve et des illusions qui ont pignon sur rue !

  • Cher DD.
    Le nombre d’actes/medicaments rembourses par la collectivite pour remplir les poches de groupements d’interet sont legion.
    Je ne citerai ici que cette annee les medecins qui gagnent le plus en France sont les oncologues. Comment me direz vous ? Je vous laisse faire votre enquete et le decouvrir.
    Il n’ y a pas de secret et voyez plutot comment les veterinaires font un profit sur les produits.
    Toujours est il que si votre enfant (ou parfois parent) est soigne dans un service d’oncologie , qui ont le monopole total du traitement, bien souvent il sera mis non pas dans un protocol de soins, mais dans un protocole de recherche.
    Recherche de quoi ? D’efficacite de traitements n’ayant pas fair leur preuve clinique.
    Ces molecules sont remboursees par la secu SANS aucun protocole d’accord sur leur prix, qui est donc celui fixe par les labos.Qui en retour arrosent au nombre de cas inclus.
    Arrosent qui ? tout le monde. Le prix ? 3.5 milliards/an.
    Alors voyez vous les gamins de l’homeopathie ne sont pas aussi dangereux/couteux que ca.
    Ceci dit je n’ai jamais essaye l’homeo.
    J’aurais du faire cancero.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Pour répondre à un autre commentaire, mentionnez le nom de son auteur précédé d'un "@" au début de votre message.