Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Coups de coeur, coups de gueule > Pétition Hippocrate

Pétition Hippocrate

#OpérationHippocrate Épisode 1 : La pétition

lundi 26 mars 2018, par Dominique Dupagne

Les signataires de cette pétition demandent l’ajout au Code de Déontologie Médicale d’un article interdisant explicitement aux médecins toute relation sexuelle avec les patient(e)s dont ils assurent le suivi. L’interdit sexuel entre médecin et patient est un fondement universel de la confiance qui doit entourer la relation thérapeutique.

Lire aussi :
2) Réponses aux critiques.
3) Réponses au communiqué de l’Ordre.
4) Epilogue (heureux)

Le Serment d’Hippocrate comportait dans sa version historique un paragraphe important :

Dans quelque maison que j’entre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.

Cet interdit a disparu de sa version actualisée, prêtée par tous les futurs médecins lors de la soutenance leur thèse. De même, le Code de Déontologie médicale, juridiquement opposable aux médecins car intégré dans le Code de la Santé Publique, ne comporte aucun interdit explicite concernant la sexualité médecin/patient.

Pourtant les transgressions ne sont pas rares, et les témoignages des victimes sont poignants (Marie, Cassandre, Ariane).

En cas de poursuites, les médecins abuseurs s’appuient sur ce vide juridique pour échapper aux sanctions

Faute d’un support légal, les plaintes des victimes auprès de l’Ordre des médecins aboutissent trop souvent à des relaxes, à des sanctions symboliques, voire à la culpabilisation des patients ! (qui sont dans leur grande majorité des patientes). Les victimes en sortent doublement brisées : à la fois par la toxicité d’une relation dont les mécanismes s’apparentent à ceux de l’inceste, et par la responsabilité qu’on leur fait porter dans cette cette relation, alors qu’il s’agit d’un abus de faiblesse aggravé par un abus d’autorité.

Freud a parfaitement décrit en quelques pages et dans un langage très simple, les mécanismes du transfert et du contre-transfert amoureux qui doivent conduire le médecin à s’interdire toute forme de sexualité avec ses patient(e)s, quels que soient ses sentiments, leurs déclarations ou l’interprétation qu’il en aurait faite.

Pour protéger les patient(e)s, mais aussi les médecins peu ou pas formés à ces risques, nous demandons à la Ministre de la Santé de publier un décret permettant l’ajout d’un article spécifique au Code de Déontologie Médicale. Son libellé (au masculin neutre comme pour les autres articles du Code) pourrait être le suivant :

"Le médecin doit s’interdire toute relation sexuelle avec les patients dont il a la charge".

Le Conseil de l’Ordre devrait logiquement soutenir cette demande. Il pourra , préciser dans ses commentaires les conditions permettant de libérer le médecin de cet interdit, par exemple lorsque cette prise en charge est déléguée à un confrère.

Les principes importants doivent être écrits !

Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur une profession dont les membres sont dans leur immense majorité respectueux de leurs patients, mais de se donner les moyens de sanctionner une infime minorité de prédateurs sexuels.

Les personnalités suivantes soutiennent cette pétition :

- Dr Christophe André, site web, Psychiatre.
- Pénélope Bagieu, site web, Autrice de bande dessinée.
- Marilyn Baldeck, site web Déléguée générale de Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail.
- Dr Baptiste Beaulieu, site web, Médecin généraliste et romancier.
- Dr Alain Beaupin, Médecin généraliste. Président de l’Union Confédérale des Médecins Salariés.
- Dr Dominique Dupagne, site web, Médecin généraliste, créateur du site atoute.org.
- Sylvie Fainzang, site web, Anthropologue, directrice de recherche à l’Inserm.
- Dr Irène Frachon, Médecin pneumologue à Brest.
- Dr Jean-Paul Hamon, Président de la Fédération des Médecins de France (FMF).
- Dr Gilles Lazimi, site web, Médecin généraliste , maître de conférences associé de la faculté de Médecine Sorbonne Université et membre du Haut Conseil à l’Égalite entre les Femmes et les Hommes.
- Dr Gérard Lopez, site web, Fondateur et président de l’Institut de Victimologie de Paris.
- Pr Anne-Marie Magnier, Médecin généraliste, professeur à la faculté de Médecine Sorbonne Université.
- Dr Emmanuelle Piet, site web, Présidente du Collectif Féministe Contre le Viol.
- Le Planning Familial de Paris, site web.
- Dre Muriel Salmona, site web, Psychiatre, fondatrice et présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie.
- Jacques Testart, site web, Biologiste, docteur en sciences, directeur de recherche honoraire à l’Inserm.

Vous pouvez vous aussi soutenir cette demande en ajoutant votre nom, votre fonction et un éventuel message à l’aide du formulaire ci-dessous (votre email servira uniquement à valider votre signature et ne sera pas conservé)

Si vous souhaitez en débattre, le forum sous cet article est à votre disposition. Il recense de nombreux documents permettant d’approfondir la réflexion.

Si vous avez été victime de l’emprise d’un médecin, et que vous souhaitez en parler, vous trouverez du soutien sur ce forum ou d’autres victimes témoignent depuis plus de dix ans de leur difficulté à se reconstruire après ce traumatisme.

Depuis la publication de cette pétition, deux nouveaux articles ont été publiés : une réponse aux critiques et une autre au communiqué de l’Ordre des médecins. Mais un an après, nous avons obtenu gain de cause, merci aux signataires !

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Un message, un commentaire ?

Signatures

1075 Signatures
Date Nom Message
27 mars 2018 Yann Megard
27 mars 2018 Christian Joli Vivement la matérialisation de cette proposition.
27 mars 2018 marie-josé Hélard site web c'est tellement évident.
27 mars 2018 Elise Thiébaut
27 mars 2018 Dr Claude Leterrier Ancien Médecin Pneumologue et ancien praticien hospitalier Caen enseignant, religieux, éducateur, avocat, professionnel de santé.... MÊME ÉTHIQUE
27 mars 2018 Véronique Mir Pour que cette réalité soit rendue publique et punit par la loi.
27 mars 2018 Françoise64 Manipulée par un psychiatre en 1988.
27 mars 2018 F JEANNOT Favorable à un texte de loi qui protège contre les abus des professionnels de santé qu'ils soient médecins, infirmiers, pharmaciens,psychologues etc...
27 mars 2018 Marie-Hélène Lahaye site web Une réforme nécessaire due à l'inaction de l'Ordre des Médecins lorsqu'ils reçoivent des plaintes. Pour comprendre l'ampleur du problème, regardez la vidéo ahurrissante où Israël Nisand (président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français) vole au secours d'un confrère accusé d'agression sexuelle par 14 femmes (et non pas 11 comme le prétend le Dr Nisand), et qui aujourd'hui travaille toujours : http://www.canalc2.tv/video/14158
27 mars 2018 Docteurmathieu
27 mars 2018 Françoise Foray site web Violée à 15 ans par le premier gynécologue consulté dans sa vie. Violée avec un speculum par un gynécologue très célèbre à Paris, grand catholique revendiqué.
27 mars 2018 Bruno Schnebert
27 mars 2018 Cécile onaury
27 mars 2018 Dr Rouland Philippe Médecin généraliste.
27 mars 2018 Cécé
27 mars 2018 Poissonvolant Quid des médecins hospitaliers (certains véritablement des prédateurs sexuels) par leurs statuts abusent psychologiquement et physiquement les jeunes personnels paramédicaux. Il existe depuis des décennies une omerta à l'hôpital.
27 mars 2018 Julien simonnet Je suis un homme et n’ai jamais eu à subir ce que maintes femmes decrivent. Je soutiens ces femmes et ces hommes, qui doivent être concernées également, contre les abus inexcusables au conséquences dramatiques de certains médecins confondant patients et objets. Merci pour cette initiative.
27 mars 2018 Rosalie
27 mars 2018 Dr Kowalski Médecin généraliste, je suis attristée de ce que j'ai lu dans les témoignages de ces femmes. Il faut mieux former les médecins à l'accueil des victimes, arrêter de rendre les victimes "en partie" responsable! On se croirait au 19ème siècle. Et la confraternité n'existe pas dans ces cas là, c'est de l'abus de faiblesse. Il faut arrêter d'entretenir cette relation paternaliste qui peut exister entre médecin et patient: bien confortable pour le médecin mais dangereuse pour le patient.
27 mars 2018 Francine PIERRE Complètement en accord avec cette pétition. F.P., psychothérapeute en retraite
27 mars 2018 Emilie Baron Infirmière au Samusocial de Paris, sensibilisée et formée sur la prise en charge des victimes de violences, je soutiens cette pétition à 100%. Il serait également important que cette interdiction soit élargie à toutes les professions médicales et paramédicales.
27 mars 2018 élise 139 J'ai subi, enceinte et isolée, les attouchements divers d'un gynécologue âgé. Certains, qui n'ont pas de morale, ont besoin de limites nettement définies. Merci pour cette proposition
27 mars 2018 baudry jennifer
27 mars 2018 Sans titre
27 mars 2018 Matthieu Sin
27 mars 2018 Marie21
27 mars 2018 Maria
27 mars 2018 ad site web parce que c est un fait que j ai observé les psi particulièrement doivent être suivis je ne peut dénombrer les abus de ces dangereux abuseur autour de mois.
27 mars 2018 Francois31 Abusée par mon rhumatologue
27 mars 2018 Didillon Henriette Conseillére conjugale Thérapeute de couple a la retraite. Belle initiative.
27 mars 2018 Sarah Simonet
27 mars 2018 Jean-Paul Delon Merci pour cette initiative qui protège nos patient(e)s et libère les médecins : aucune ambiguïté dans la relation thérapeutique puisqu il y a l interdit du passage à l acte...
27 mars 2018 SCHNEIDER site web Gestalt-thérapeute, fondatrice et présidente de l'association HALT'HAMO 64 (Halte au harcèlement moral)
27 mars 2018 Christelle Poslednik site web Je suis une victime d'une agression sexuelle de mon médecin traitant dans son cabinet en Normandie. Je signe cette pétition. Depuis 2012, la justice n'a toujours pas jugé cette affaire. Merci pour cette démarche. Christelle
27 mars 2018 Ph Mauboussin Dommage de citer Freud, mais bon , je signe qd même. Maubouss'
27 mars 2018 Mellon
27 mars 2018 MANGEL
27 mars 2018 rvba62 Je signe. Profiter de la fragilité de ses patients et les manipuler afin d'obtenir des faveurs sexuelles est indigne.
27 mars 2018 Severine Dabrowski site web Psychologue Je soutiens a 100%
27 mars 2018 Sylvie Bizien C est tellement logique
27 mars 2018 Vecopoer Bonne initiative
27 mars 2018 Barrouquere Il faudrait leur interdire d'exercer, un prédateur ne s'arrête pas.
27 mars 2018 Puech
27 mars 2018 Pr D Pringuey Quand l'oubli déshonorant de l'éthique en appelle au juridique, c'est bien triste
27 mars 2018 Natacha Landais Je signe
27 mars 2018 Tourmen je soutiens totalement cette proposition
27 mars 2018 Zanotte Ajout indispensable, pas d'impunité pour le corps médical.
27 mars 2018 Dr Christian Lasvigne Médecin Généraliste de Campagne à la Retraite, Intervenant vacataire au Centre de Planification de l'Aube, Je m'associe à cette pétition.
27 mars 2018 bernard Guibbaud site web Parce que nous psychothérapeutes avons conaissances depuis très longtemps de ces abus que nous ne pouvons hélas dénoncer du fait du secret auquel nous sommes tenus envers nos patients.
27 mars 2018 christophe C'est tellement logique que cette interdiction devrait exister
27 mars 2018 Dr corby
27 mars 2018 Isabelle
27 mars 2018 Dr. Jean-Malik Dumas site web Docteur en management, je soutiens cette initiative.
27 mars 2018 Anna
27 mars 2018 Jol
27 mars 2018 Helene Bonne initiative
27 mars 2018 Philippe NEKROUF
27 mars 2018 Ngo nicolas Masseur kinésithérapeute
27 mars 2018 Catherine Harris Une interdiction qui devrait être élargie au code de déontologie des masseurs kinésithérapeutes, profession très masculine où les dérapages existent aussi...
27 mars 2018 gigibol
27 mars 2018 Frédéric Cauchie Médecin récemment retraité. Ces comportements sont honteux. Juste une remarque sur le serment d'Hippocrate. Contrairement à ce qui est dit il n'est pas prêté par tous les médecins, il n'est pas obligatoire. J'en suis une preuve. Il faut donc bien que ce soit un ajout du code de déontologie, le seul à avoir une valeur légale
27 mars 2018 PELICOT Assistante Sociale du Travail (Rhône) 69 Sensibilisée par plusieurs formations sur les violences faites aux femmes je soutiens cette initiative.
27 mars 2018 Othello ancienne victime de praticiens: naturopathe, thérapeute psycho-sociologue.
27 mars 2018 Docteur Laetitia Albertini Psychiatre
27 mars 2018 dujols merci pour cette initiative
27 mars 2018 ThierryBunas site web Sexologue clinicien
27 mars 2018 Martin Winckler site web Je signe, tu peux ajouter mon nom à la liste. Marc
27 mars 2018 Léora Rakovic
27 mars 2018 Dlobitenz Interne en médecine générale en fin de cursus, je soutiens cette initiative !
27 mars 2018 giles maury
27 mars 2018 VCH Harcelée sexuellement par des medecins et thérapeutes.
27 mars 2018 Lily Victime d un psychiatre
27 mars 2018 Dr Lefebvre Deux de mes patientes ont été victimes d'un confrere (un généraliste et un psychiatre) Je les ai encouragées à porter plainte mais elles n'en ont jamais eu la force.
27 mars 2018 SylvaNau site web Praticien en Approche Neurocognitive et Comportemenale
26 mars 2018 Steven Verbeek Médecin du travail, Loiret (45)

0 | ... | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600 | 700 | 800 | 900 | 1000

Version imprimable de cet article Version imprimable