Atoute.org

"La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé !" *


ARTICLE

Accueil > Coups de coeur, coups de gueule > Pétition Hippocrate

Pétition Hippocrate

#OpérationHippocrate Épisode 1 : La pétition

lundi 26 mars 2018, par Dominique Dupagne

Les signataires de cette pétition demandent l’ajout au Code de Déontologie Médicale d’un article interdisant explicitement aux médecins toute relation sexuelle avec les patient(e)s dont ils assurent le suivi. L’interdit sexuel entre médecin et patient est un fondement universel de la confiance qui doit entourer la relation thérapeutique.

Lire aussi :
2) Réponses aux critiques.
3) Réponses au communiqué de l’Ordre.
4) Epilogue (heureux)

Le Serment d’Hippocrate comportait dans sa version historique un paragraphe important :

Dans quelque maison que j’entre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.

Cet interdit a disparu de sa version actualisée, prêtée par tous les futurs médecins lors de la soutenance leur thèse. De même, le Code de Déontologie médicale, juridiquement opposable aux médecins car intégré dans le Code de la Santé Publique, ne comporte aucun interdit explicite concernant la sexualité médecin/patient.

Pourtant les transgressions ne sont pas rares, et les témoignages des victimes sont poignants (Marie, Cassandre, Ariane).

En cas de poursuites, les médecins abuseurs s’appuient sur ce vide juridique pour échapper aux sanctions

Faute d’un support légal, les plaintes des victimes auprès de l’Ordre des médecins aboutissent trop souvent à des relaxes, à des sanctions symboliques, voire à la culpabilisation des patients ! (qui sont dans leur grande majorité des patientes). Les victimes en sortent doublement brisées : à la fois par la toxicité d’une relation dont les mécanismes s’apparentent à ceux de l’inceste, et par la responsabilité qu’on leur fait porter dans cette cette relation, alors qu’il s’agit d’un abus de faiblesse aggravé par un abus d’autorité.

Freud a parfaitement décrit en quelques pages et dans un langage très simple, les mécanismes du transfert et du contre-transfert amoureux qui doivent conduire le médecin à s’interdire toute forme de sexualité avec ses patient(e)s, quels que soient ses sentiments, leurs déclarations ou l’interprétation qu’il en aurait faite.

Pour protéger les patient(e)s, mais aussi les médecins peu ou pas formés à ces risques, nous demandons à la Ministre de la Santé de publier un décret permettant l’ajout d’un article spécifique au Code de Déontologie Médicale. Son libellé (au masculin neutre comme pour les autres articles du Code) pourrait être le suivant :

"Le médecin doit s’interdire toute relation sexuelle avec les patients dont il a la charge".

Le Conseil de l’Ordre devrait logiquement soutenir cette demande. Il pourra , préciser dans ses commentaires les conditions permettant de libérer le médecin de cet interdit, par exemple lorsque cette prise en charge est déléguée à un confrère.

Les principes importants doivent être écrits !

Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur une profession dont les membres sont dans leur immense majorité respectueux de leurs patients, mais de se donner les moyens de sanctionner une infime minorité de prédateurs sexuels.

Les personnalités suivantes soutiennent cette pétition :

- Dr Christophe André, site web, Psychiatre.
- Pénélope Bagieu, site web, Autrice de bande dessinée.
- Marilyn Baldeck, site web Déléguée générale de Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail.
- Dr Baptiste Beaulieu, site web, Médecin généraliste et romancier.
- Dr Alain Beaupin, Médecin généraliste. Président de l’Union Confédérale des Médecins Salariés.
- Dr Dominique Dupagne, site web, Médecin généraliste, créateur du site atoute.org.
- Sylvie Fainzang, site web, Anthropologue, directrice de recherche à l’Inserm.
- Dr Irène Frachon, Médecin pneumologue à Brest.
- Dr Jean-Paul Hamon, Président de la Fédération des Médecins de France (FMF).
- Dr Gilles Lazimi, site web, Médecin généraliste , maître de conférences associé de la faculté de Médecine Sorbonne Université et membre du Haut Conseil à l’Égalite entre les Femmes et les Hommes.
- Dr Gérard Lopez, site web, Fondateur et président de l’Institut de Victimologie de Paris.
- Pr Anne-Marie Magnier, Médecin généraliste, professeur à la faculté de Médecine Sorbonne Université.
- Dr Emmanuelle Piet, site web, Présidente du Collectif Féministe Contre le Viol.
- Le Planning Familial de Paris, site web.
- Dre Muriel Salmona, site web, Psychiatre, fondatrice et présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie.
- Jacques Testart, site web, Biologiste, docteur en sciences, directeur de recherche honoraire à l’Inserm.

Vous pouvez vous aussi soutenir cette demande en ajoutant votre nom, votre fonction et un éventuel message à l’aide du formulaire ci-dessous (votre email servira uniquement à valider votre signature et ne sera pas conservé)

Si vous souhaitez en débattre, le forum sous cet article est à votre disposition. Il recense de nombreux documents permettant d’approfondir la réflexion.

Si vous avez été victime de l’emprise d’un médecin, et que vous souhaitez en parler, vous trouverez du soutien sur ce forum ou d’autres victimes témoignent depuis plus de dix ans de leur difficulté à se reconstruire après ce traumatisme.

Depuis la publication de cette pétition, deux nouveaux articles ont été publiés : une réponse aux critiques et une autre au communiqué de l’Ordre des médecins. Mais un an après, nous avons obtenu gain de cause, merci aux signataires !

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Un message, un commentaire ?

Signatures

1080 Signatures
Date Nom Message
8 avril 2018 nadege
8 avril 2018 kriss pour que les victimes puissent enfin s’appuyer sur quelque chose de tangible pour leur défense et que cesse ainsi l’hypocrisie.
8 avril 2018 ISABELLE TASTET/NATURA Abusée manipulée détruite mon médecin généraliste à profiter de ma faiblesse lors d une consultation dans son cabinet. une relation s est installée. Devenant trop envahissante ce médecin m a laissé tomber.Plus assez d énergie pour le poursuivre devant le conseil de l ordre des médecins. Il recommencera tenté par la nudité des corps et l’adrénaline produite. Honteux j’espère que ce texte verra le jour afin de m apaiser moi et les autres !
8 avril 2018 Scarlett Pajeo du bon sens
8 avril 2018 nanoc
8 avril 2018 Muriel Cet interdit est à réhabiliter pour éviter toute dérives !
8 avril 2018 Indeli
8 avril 2018 esther
8 avril 2018 Virginie Catoio Je soutiens cette belle action Bravo
8 avril 2018 Muller Aurélie
8 avril 2018 clairecasaliniastier
8 avril 2018 Anaïs
8 avril 2018 bernard Quand la parole des femmes n’est pas respectée on est obligé d’interdire quelque chose qui devait tomber sous le sens. En même temps c’est pas trop tôt
7 avril 2018 Stéphane
7 avril 2018 Christel
7 avril 2018 nathalie le h
7 avril 2018 Gilles victime d une cardiologue du sud ouest, c est evenement m’as vraiment secouer, au point de devoir tous arreter, demenager, et avec ça, aucune aide des medecins traitant, voir humiliation, et sans parler que lorsque l on demande des explications, les menaces via les confreres apparaissent.
7 avril 2018 Moi J’ai fait un signalement au conseil de l’ordre concernant un médecin généraliste qui a violé son ex femme également médecin généraliste. Réponse du conseil de l’ordre, proposer une médiation. Tout le monde sait qu’une médiation, dans ce cas particulier, est tout simplement impossible pour la victime
7 avril 2018 Marie Musy Je soutiens votre initiative et souhaite vivement que cette pétition aboutisse. Cordialement.
7 avril 2018 TRAMUTOLO Danielle Le professionnel de santé doit veiller à l’intégrité psychologique de son patient. Il est de son devoir de ne pas profiter de ces moments où le patient se trouve dans un état de faiblesse physique et morale. Cela doit être écrit.
7 avril 2018 Nel
7 avril 2018 Isabelle Je n’ai jamais eu d’expérience négative avec un médecin mais je soutiens une évolution législative qui, à mon sens, ne devrait pas concerner que le corps médical mais l’ensemble des personnes exerçant des soins thérapeutiques.
7 avril 2018 Alexandre
7 avril 2018 Marie-Françoise Delsol
7 avril 2018 pedroazuram
7 avril 2018 Corinne RENIER Très heureuse de voir qu’enfin quelque chose va être mis en place au code de déontologie. Suis en procès actuellement pour abus sexuel contre un rhumatologue ! et oui un rhumato qui a profité de ma détresse physique... 3 ans de procédure et ce n’est pas terminé. Encore un peu plus de 2 mois pour mon audience à Paris, qui j’espère sera la dernière et que je gagnerai contre ce pervers qui se prend pour un docteur digne de confiance ! Courage à celles qui sont dans mon cas, battez vous de toutes vos forces, ne les laissez pas vous manipuler dans le silence. Criez le haut et fort au Conseil de l’Ordre des Médecins.
7 avril 2018 Sophie Roman Il est temps de retravailler le code de déontologie des médecins... Et des thérapeutes...
7 avril 2018 DOMINIQUE MONTEFIA
7 avril 2018 CONSTANS
7 avril 2018 Rose-Aimée C'est même choquant que cela n'y figure pas déjà !
7 avril 2018 Philippe O. Sensibilisé par l’emission de la tête au carré, je découvre les témoignages des autres victimes de ces sociopathes qui se dissimulent en totale impunité ou presque au milieu des soignants... Horrible, avec la palme revenant aux psy exploitant leur relation avec leurs patientes pour les asservir.
7 avril 2018 Chloé ça arrive à beaucoup trop de personne... ce n'est pas normal
6 avril 2018 Michel D. Même si c’était déjà écrit avant, ce n’était pas suffisamment clair pour certains. Il faut donc le préciser en mettant l’accent sur ce sujet.
6 avril 2018 Cécile
6 avril 2018 Claude Millet
6 avril 2018 Modeste Une vie à me battre contre les conséquences d’une abjecte transgression de l’esprit d’Hippocrate... L’illusion de la toute-puissance et du pouvoir sur le corps et la vie intime des femmes devrait être décelée et rééduquée durant les études des futurs praticiens ! Je signe et resigne pour toutes celles qui se sont tues, et se taisent encore.
6 avril 2018 Delphine
6 avril 2018 Pinon je viens de perdre en appel un procés contre un gynécologue parisien. Condamné à un an de prison avec sursis en 2015 il sera, en 2017 innocenté par la cour d’ appel sans qu’ aucune autre pièces ne soient apportées au dossier.Une autre femme a porté plainte, une autre témoignera des pratiques douteuses mais refusera la procédure judiciaire. L’ ordre des médecin vient de suivre la justice en disculpant à nouveau le praticien qui exerce toujours.Je me trouve privée de reconnaissance de mon statut de victime et très endettée ; je trouve évidemment scandaleux la complaisance et l"indulgence" de la justice face aux médecins déviants et agresseurs. Merci pour votre pétition.
6 avril 2018 Frédéric
6 avril 2018 Elsa Polard
6 avril 2018 Roxane
6 avril 2018 Eric Saro
6 avril 2018 Dr.CUCHE Bernard
6 avril 2018 Nathalie
6 avril 2018 HADL Merci pour cette pétition. ça suffit de cautionner le viol par des personnes "aidantes" alors qu'un regard trop appuyé serait, lui, punissable ? Quelle est cette justice ? Je souhaite la reconnaissance de ces actes odieux trop souvent cachés tels des secrets d'alcôve d'une corporation parfois un peu trop solidaire.
6 avril 2018 Une Sarthoise J'ai été, pendant de longues années, victime d'un psy manipulateur qui a joué de façon sadique avec mes angoisses.Interrogé au sujet des nombreux rapports sexuels qu'il a eus avec moi, il a tout nié avec vigueur, me faisant passer pour une affabulatrice un peu toquée, ce qui m'a profondément blessée, révoltée.Il nargue les plaignantes et jusqu'ici, à cause de certaines complicités, il s'en est toujours tiré. Sans désir de vengeance, je souhaite que justice soit faite !!!...
6 avril 2018 Michelle Un interdit commit par certains qui profitent de leurs positions de médecins . Aucune relation sexuelle n est thérapeutique mais laisse la patiente dans une mort psychique.
6 avril 2018 Frederique Quignon
6 avril 2018 Morgane L
6 avril 2018 Karine B
6 avril 2018 chris signataire de cette pétition demandant l’ajout au Code de Déontologie Médicale d’un article interdisant explicitement aux médecins toute relation sexuelle avec les patient(e)s dont ils assurent le suivi.
6 avril 2018 Geoffrey17 Après écoute du témoignage de Cassandre sur France Inter (émission la tête au carré du 27/03/2018), j’ai été choqué par la manipulation dont sont capables certaines personnes. Ces personnes existent malheureusement dans tous les corps de métier. Cependant, devant la spécificité des relations existant entre un médecin et son patient (proximité physique, autorité lié au statut de médecin, confession du patient etc), la législation de la profession de médecin mérite une attention particulière. Effectivement un médecin abuseur peut profiter de l’existence de ces relations, et facilement abuser des patients, particulièrement des personnes faibles et vulnérables. Dans les faits, le médecin abuseur peut demander au patient de réaliser des actes supposés entrer dans le cadre d’une thérapie mais invoqués en réalité dans un but de manipulation et d’agression. Devant l’autorité du médecin, le patient s’exécute ainsi croyant se soigner mais en réalité il est abusé physiquement. Dans ce contexte et devant le manque de condamnation des médecins abuseurs dans les poursuites judiciaires, cette profession doit être réglementer de manière pragmatique, ce qui permettra d’éviter de nouvelles victimes. Interdire les relations sexuelles dans le cadre de l’exercice de la médecine semble une mesure très simple et efficace car en cas de litige c’est dans la plupart des cas le consentement du patient que le médecin abuseur invoque pour sa défense et l’affaire est classée sans suites. C’est une manière de protéger les patients, comme les médecins. (Lancer la pétition sur Change.org serait une manière de toucher un public beaucoup plus large).
6 avril 2018 Aurore Parisot
6 avril 2018 Agnès Desideri
6 avril 2018 Leslie Boulay
6 avril 2018 Mathilde HIRSINGER
6 avril 2018 Hanau Mathilde
6 avril 2018 Louise
6 avril 2018 Danielld
6 avril 2018 Hassan Je suis un salarié cadre dans le domaine des technologies de l’information, et je soutiens cette pétition pour des raisons evidentes, surtout qu’apparement nos tres anciens semblaient avoir bien connaissance du risque. Bref, pas de polémique.
6 avril 2018 Vince
6 avril 2018 Pierrel
6 avril 2018 Frédéric OBENG Je soutiens cette action visant à protéger des personnes déjà en situation vulnérable. Et préserver la confiance qui est la base des soins médicaux.
6 avril 2018 PERSON Benjamin
6 avril 2018 Mathieu L
6 avril 2018 Ephemere Une évidence, personne ne devrait pouvoir légalement utilisé un ascendant psychologique pour profité de quelqu’un..
6 avril 2018 vlch
6 avril 2018 deruelle
6 avril 2018 Jonarf
6 avril 2018 Eva Il faut absolument que cessent toutes ces manipulations perverses....
6 avril 2018 cp78
6 avril 2018 Barboni
6 avril 2018 Joany Il serait tant que ce genre de violences cessent.
6 avril 2018 Alix Pelletier
6 avril 2018 Jean-Claude Saget
6 avril 2018 yves
6 avril 2018 Laviec Pour que nos mères nous mettent au monde dans la confiance. Pour que nous soyons assuré(e)s que notre corps et notre intégrité soient respectés dès le jour de notre naissance par les premiers professionnels à qui nous sommes confié(e)s. Pour que toute notre vie, les médecins reconnaissent l’honneur de se voir confier nos santés plutôt que nous prendre pour des objets.
6 avril 2018 Andreani Jean-Dominique Bravo a toutes les victimes qui ont eu la force de se lancer dans cette traversée du désert qu’est la reconnaissance des violences sexuelles. Savoir qu’en France « le pays des droits de l’Homme » ce droit de cuissage en blouse, non seulement n’est pas sanctionner, mais légitimé. C’est atterrant. Que quelques prédateurs aient pu s’aménager une telle tanière juridique n’est pas concevable. Il faut changer ça ! Courage vous n’êtes plus seul(e)s.
6 avril 2018 sabrina
6 avril 2018 Louis-Adrien Delarue Médecin généraliste, Angoulême. En France, aucune formation initiale de qualité des étudiants en médecine sur la relation soignant-soigné de manière générale. Il tombe sous le sens qu'une formation universitaire obligatoire s'impose. Et pas sur un cours de 2 heures...
5 avril 2018 Brigitte Dusch
5 avril 2018 Anne Dubois Une évidence ... pas pour tous
5 avril 2018 Layoumi Je soutiens la cause ! Profitez des personnes vulnérables C’est juste inadmissible !
5 avril 2018 Ana Odori
5 avril 2018 Miny.doc Savoir et faire savoir, encore et toujours !
5 avril 2018 mae
5 avril 2018 Dominique Nouet
5 avril 2018 Mahéva Ollier
5 avril 2018 Abeille Une victime
5 avril 2018 Garance
5 avril 2018 Leean Keep to the Hippocratic oath ! Respect !
5 avril 2018 Pascal Cela devrait être la même chose pour les enseignants et éducateurs qui peuvent exercer un certain attrait pour des êtres en constructions qui peuvent facilement manipulable.
5 avril 2018 JOLUEMSO quand va t on arreter les conneries ?
5 avril 2018 Christiane D. C'est un minimum au niveau déontologie
5 avril 2018 Miesch
5 avril 2018 Masana
5 avril 2018 Marie Indispensable de soulever ces faits délictueux et mortifères
5 avril 2018 SophieG Médecin généraliste Tout à fait d’accord avec la pétition. Nous soignons des personnes fragiles et vulnérables et ne devons pas en abuser. Comme les enseignants.
5 avril 2018 StethoMarto
5 avril 2018 ide30 Pour mettre fin à la toute puissance médicale

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600 | 700 | 800 | ... | 1000

Version imprimable de cet article Version imprimable